Thomas R., en 2ème année de Médecine à Bordeaux nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2017 – 2018, 340 places en Médecine, 58 en Dentaire, 137 en Pharmacie et 27 en Sage-Femme.

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

Bac S, spé SVT, mention Bien.

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

Doublant

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

J’ai passé que médecine en primant et doublant. En primant, au S1 j’ai fini 849 sur un peu plus de 3000 personnes et, au S2, 459 sur 1979. En doublant, au S1 j’ai fini 53/3131 et, au S2, 38/1931

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

J’avais un niveau moyen, pas spécialement bon ni mauvais, je travaillais juste ce qu’il fallait pour avoir des résultats corrects. En cours, j’étais dilettante, enfin ça dépendait du cours et du prof.

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

Chez mes parents.

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

En moyenne 45min mais ça pouvait monter à 1H voire plus en fonction du trafic.

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

Oui, à la fac les amphis et les salles d’ED pour les PACES sont regroupés et puis c’est super bien indiqué. Le seul truc qui m’a un peu perturbé c’est les emplois du temps avec les groupes mais au final on comprend rapidement.

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

Alors oui et non.

En primant, de toute façon ça ne sert à rien de commencer à voir les cours avant un stage de pré-rentrée dans une prépa ou le tutorat. Vous allez vous stressez plus qu’autre chose. Donc, j’ai préféré profiter de mon été (je vous le conseille +++ !!!). D’ailleurs, pas la peine de vous cassez la tête à réviser des trucs du lycée en vous disant que vous prendrez de l’avance, ça ne sert à rien car, honnêtement, ce que l’on voit au lycée c’est (je vais être gentil) à peine 10 % du programme du premier semestre. Et quelque soit votre spécialité au BAC, que ce soit math, physique, SVT, n’écoutez pas les stat, ce qui vous fera réussir c’est pas votre mention ou votre spé mais votre méthode de travail ! Donc si vous voulez absolument faire quelque chose pour vous préparer à la PACES, je vous conseille de commencer à chercher une ébauche de méthode de travail (au moins la base, vous verrez avec le temps, elle se perfectionnera ou changera complètement). Vous pouvez regarder comment vous avez bosser pour réviser votre bac, inspirez-vous des méthodes des autres, apprenez à connaître votre mémoire, etc.
Par contre, le seul truc que j’ai travaillé c’est les premiers chapitres d’anatomie (UE5) à la sortie des polycopiés fin août, quelques jours avant le début de la pré-rentrée. Mais c’était vraiment de la curiosité, pas en mode « faut que je sache tout par cœur !!!!!! ». Non, c’était juste, je lis un peu juste pour me familiariser avec les termes.

Ensuite, en doublant, j’ai un peu revu les cours du début du premier semestre juste pour me mettre dans le bain. J’ai refait des fiches, j’ai lu les cours les plus durs, j’ai retapé et mis en page quelques cours, mais sinon c’était pas tous les jours, uniquement quand j’en avais envie.
Vraiment les doublants, profitez à fond de votre été, encore plus que les primants car là vous rentrez dans la dernière ligne droite, alors ressourcez-vous à mort ! Ne vous tuez pas à réviser comme des dingues alors que vous sortez de dix mois longs et durs, donc on se repose, on recharge les batteries et à la rentrée on défonce tout ! Car à trop vouloir prendre de l’avance vous allez exploser avant la fin.

Au final, à la question « est-ce qu’il faut travailler l’été ? » je dirais ça dépend de vous, de si vous êtes primant ou doublant, si ça peut vous déstresser, mais le plus important c’est de se reposer un maximum. Et si vous faites un stage de pré-rentrée (faites le ++++!!!) au tutorat ou dans une prépa profitez-en pour vraiment commencez à (re)trouver un rythme de révision et de travail pour être prêt à passer les vitesses à la rentrée.

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Pas spécialement, c’était occasionnel. J’ai du courir une ou deux fois dans le semestre, plus vers la période de révision. De toute, façon je ne suis pas un grand sportif ^^’ Mais si ça vous permet de décompressez faites-le sans hésiter !

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

En primant, je sortais très peu, je me refusais toute sortie car ça me culpabilisait de sortir et quand je m’arrêtais je me disais « oh mon dieu, pendant que je bosse pas, il y en a un qui me dépasse ». C’est stupide, ultra stupide. Personne n’est un surhomme, tout le monde a besoin de décompresser, de relâcher, de souffler un peu.

Donc en doublant, je me suis accordé quelques sorties avec des amis, mes parents. Les samedis après-midi, il m’arrivait (presque toutes les semaines) de ne plus bosser pendant deux heures, j’écoutais de la musique et pensais à autre chose, je regardais des films, je torchais les tréfonds de YouTube… Et aussi les vendredis soirs, c’était sacrée que ce soit en primant ou doublant, je ne bossais pas ! Pour moi, c’était la fin de semaine de cours donc le vendredi soir repos ! Même si j’ai du retard, je m’en fiche c’est repos.
En plus en doublant je m’accordais beaucoup plus de liberté, je me connaissais, je savais quand j’en avais marre, et donc il m’est arrivé de ne rien faire en rapport avec la PACES pendant un jour entier. Donc vraiment accordez-vous des moments de coupures avec les études. Ne culpabilisez pas, l’important c’est de se connaître, si tu sais comment tu fonctionnes alors tu trouveras un moyen pour évacuer la pression quand il faut. Et surtout il ne faut pas hésiter à demander de l’aide, que ce soit aux parents, aux tuteurs, aux amis, à votre médecin, qu’importe, parlez !! C’est hyper important pour ne pas laisser s’accumuler les problèmes !

Donc, sortez, ayez des loisirs, tout en restant modérer évidement. Il faut savoir trouver le juste milieu pour un équilibre quasi parfait entre vos besoins et vos études. Imaginez ça comme une voiture : une voiture dont on ne fait jamais de réparations (pas de loisirs, pas de sorties, pas d’évacuations) tiendra pas la course face à une voiture en pleine forme !
Alors soyez cette dernière ! Ne laissez jamais les idées noires vous envahir et battez vous tout en rechargeant vos batteries quand il faut ;)

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Rien du tout !

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

Le sommeil c’est ultra important pour la réussite et le moral ! Et ça mes parents le savaient parfaitement et combien de fois ils sont venus m’ordonner d’aller me coucher !

Je devais avoir quota de sommeil parfait pour tenir. Donc je dormais 7-8h par nuit, ça me suffisait amplement. Le sommeil est giga méga essentiel de 1) pour votre petit corps épuisé, de 2) pour votre système immunitaire qui oh combien doit carburer car vous ne voulez pas tomber malade (croyez en mon expérience, la grippe à 40 de fièvre en pleine période de révisions c’est pas top) et de 3) pour votre cerveau qui pendant la nuit va se charger de faire le tri dans tout ce que vous lui avez demandé d’ingurgité. Une bonne nuit de sommeil, un vrai repos vous offre un corps et un cerveau en pleine forme pour attaquer.

Alors, obligez-vous d’avoir une routine de sommeil, accordez-vous un peu plus de sommeil le dimanche si vous en avez besoin. C’est toujours pareil, trouvez le juste milieu de votre temps de sommeil, pas trop sinon vous niquez votre journée et assez pour ne pas se retrouvez à dormir en amphi ^^ ( En amphi c’est pas la maternelle, on fait pas la sieste, on bosse ! ). Si vous êtes comme moi à dire « je finis et je vais me coucher » vous pouvez être sûr que vous resterez vissés à votre bureau toute la nuit. Alors on se met une alarme, on demande à un de ses parents ou coloc, n’importe qui ou quoi de venir vous taper sur les doigts et de vous ordonnez d’aller au lit.

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

Ça dépendait, mais généralement en période de cours je faisais 4h de cours matin ou après-midi et 4 ou 6h chez moi.
En période de révisions, par contre je tournais autour des 10-12h.

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

En primant, j’ai mis du temps à trouver MA méthode (d’où mon conseil durant l’été de trouver une ébauche et surtout de se connaître).
Je savais pas comment appréhender les cours. Pour moi il fallait tout apprendre par cœur au mot prés (n’écoutez pas celui qui vous a dis ça, vous allez droit dans le mur). Au début, j’ai commencé à apprendre par cœur des quantités gargantuesques de cours et voyant que je perdais plus de temps qu’autre chose et aussi parce que ça me décourageait j’ai tout de suite changé de méthode. Et j’ai découvert la fameuse méthode des J.

Pour ceux qui ne connaissent pas, la méthode des J ou space-learning en gros vous avez votre cours en amphi, le soir ou le lendemain, peu importe, vous apprenez votre cours que ce soit mots pour mots, apprendre le plan, savoir le réciter avec vos mots ou tout simplement le lire comme je faisais, on s’en fout, c’est comme vous voulez mais vous apprenez le cours de sorte que vous devez être capable de le résumer (pas forcément dans le détail dès le premier jour).
Donc ça c’est le J0, c’est le premier jour où vous avez bossé ce cours. Ensuite, vous planifiez dans un agenda, un tableur ou autre vos J+3, J+10, J+30 etc. donc en clair les J+truc c’est le moment ou vous allez revoir et approfondir ce cours.
Par exemple, votre J0 est le 3 septembre, la prochaine fois que vous voyez le cours c’est le 6 septembre. Vous allez donc le revoir mais de façon plus rapide en vous attardant sur les points qui vous posent problème.
Ensuite, vous le reverrez le 13 septembre toujours en allant plus vite et en insistant sur les points faibles.
Cette méthode elle est là pour que votre cerveau n’oublie pas au maximum le cours mais ça demande beaucoup d’organisation et une bonne gymnastique en cas d’imprévu donc si vous êtes quelqu’un d’ordonner qui a besoin de tout planifier je vous conseille cette méthode.
Mais, personnellement je ne rentre pas du tout dans la case du mec organisé alors la méthode des J ça a duré 2 semaines et ça m’a gavé, je m’emmêlais les pinceaux et c’était n’importe quoi donc j’ai changé par diverses méthodes jusqu’à trouver une base de méthode qui au final est devenu celle que j’ai adopté mais il m’a fallut un bon mois et demi avant de la trouver. Autant vous dire qu’arrivait mi-octobre à enfin trouver une vague méthode c’est dure de rattraper tout le temps perdu. Donc vraiment gagnez du temps pendant l’été pour trouver une base et n’hésitez pas à demander à vos tuteurs ou vos connaissances comment elles bossaient mais n’attendaient pas !!

M’enfin ! Au final, ma méthode que j’ai eu officiellement pendant mon S2 de primant et toute mon année de doublant c’était de d’abord tout surligner (vraiment TOUT, rien n’était sans fluo) avec mon code couleur car j’ai une mémoire qui joue beaucoup sur les couleurs. Pour ceux que ça intéresse, j’utilisais le orange pour tous les trucs importants (la moitié était en orange si ce n’est pas la totalité), le bleu pour les définitions, le vert pour tout ce qui désigne une pathologie ou un nom d’auteur ou de plante, le violet pour les dates, les chiffres et formules, le jaunes pour les exemples et le rose pour les pièges. Ça c’était mon code couleur pour un cours normal.
Il m’arrivait de changer de code couleur pour des cours spéciaux ou bien pour une UE entière comme l’anatomie. Par exemple en anat, le orange c’était pour les muscles ou certains viscères, le vert pour les tendons, ligaments, fascia, tissus conjonctifs, le rouge pour les artères, le cœur, le bleu pour les articulations, les cavités et les veines, le violet pour les lymphatiques et le jaune pour le système nerveux et les os.

Ensuite je lisais les cours que j’avais vu le matin ou la veille en amphi et ce dans le détail de façon à comprendre un max de choses et pouvoir le réexpliquer comme si j’étais le prof. Et j’insiste +++ sur le comprendre car au final la PACES c’est pas du tout du par cœur en mode gavage, pas du tout, si tu comprends ce que tu lis alors là tu as tout gagné car quelque chose que tu comprends et pour lequel tu te PASSIONNES restera encré dans ton cerveau.

Donc les mots qui doivent toujours régner dans ton esprit c’est : comprendre et se passionner. Oui, en PACES on apprend pas toujours des trucs ultra passionnants (<3 les noms de champignons) mais si tu arrives à te passionner, à trouver des histoires, à en faire quelque chose de ludique avec des moyen mnémotechniques (généralement salaces) alors ça sera imprimer dans ton cerveau.

Ensuite, le week-end je rattrapais mon retard de la semaine, s’il y en avait, le samedi matin.
Et du samedi après-midi jusqu’au lundi avant la colle du tutorat, je ne révisais que les deux UE qu’il y avait à la colle. Donc je revoyais tout depuis le début de l’année dans les deux UE et je torchais les QCM. Chose hyper importante c’est de FAIRE DES QCM le plus possible, vraiment au maximum. En période de cours, c’est assez difficile c’est pour ça que je le faisais que le week-end mais par contre pendant la période de révision il faut les torcher en long, en large et en travers que ce soit annales +++++++++ ou QCM du tutorat/prépa.

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Oui. Alors c’est difficile de faire des fiches types collège/lycée où tu mets l’essentiel et ça passe. Là c’est différent, mes fiches elles différaient pas mal en fonction de l’UE.

Dans les UE à calcul (UE1A en thermo, UE3A et une partie de l’UE3B, UE4) je faisais des fiches avec les formules et les définitions mais aussi des fiches astuces pour gagner du temps, des fiches de méthodes de calcul ou des fiches sur les exercices types.

Pour les UE à « par cœur », je centrais mes fiches sur les détails d’un cours par exemple en UE5, sur le cours sur le système nerveux, je fichais les nerfs crâniens, ou encore en UE1A pour la chimie organique je ne mettais que les réactions chimiques.

Mes fiches n’avaient pas pour but de remplacer le cours dans mes révisions mais d’appuyer les points où j’avais du mal ou qui tomber souvent au concours. C’est pour ça que lorsque je révisais un cours, je le revoyais en entier et la fiche en plus.

Je faisais aussi des fiches erreurs. Dès que je faisais la correction de mes QCM, je notais toujours mes erreurs. Le fait de les écrire me permettait d’imprimer le fait que j’avais fait cette erreur et de me souvenir de ne pas la refaire. Et je relisais ces fiches dès que possible pour toujours avoir une vue d’ensemble de mes points faibles.

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

Je travaillais seul. En groupe, j’étais trop distrait et au final je bossais pas. Et puis quand je révise, je marche et je parle donc en groupe c’est pas top !

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Chez moi. Je fuyais la BU comme la peste ! Le fait d’être observé de toute part et être entouré de personnes dans le même cas me perturbait. J’avais l’impression d’être constamment en compétition.
En plus, il fallait faire la course pour avoir une petite place. Alors sans façon.

Si je devais bosser en dehors de chez moi, j’allais à une autre bibliothèque en plus je préférais car j’avais l’impression de sortir de la bulle PACES. Mais je travaillais quand même à 90 % chez moi car, comme dit plus tôt, quand je révisais, je parlais et marchais.

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

Au tutorat les deux ans ! Et je le conseille vivement. Le tutorat de Bordeaux fournit un très bon accompagnement, les colles et concours blancs sont vraiment très bien faites, les classements sont assez représentatifs du niveau global (par rapport aux prépas qui sont des petits comités) et les tuteurs sont géniaux, toujours près à répondre à vos questions et vous soutenir même dans les moments difficiles.

Et j’ai choisi le tutorat d’une part parce que j’avais de bons échos et d’autre part le prix ! Honnêtement, payer 50 euros pour le tutorat contre 3000 euros dans une prépa, mon choix était vite fait. Et puis, si vous jugez la qualité en fonction du prix, vous vous trompez. Que ce soit prépa ou tutorat, qu’importe le prix que vous mettrez, la réussite ne s’achète pas, le jour du concours vous serez seuls devant la copie et votre porte monnaie ne viendra pas à votre rescousse. Conclusion, bossez, qu’importe le prix que vous y mettez c’est à vous de voir.

Par contre, les prépas je les déconseille aux primants. Pourquoi ? Parce que certaines prépas vous donnent les cours de la fac et si vous vous dites que c’est cool ça fait du temps en plus pour réviser car pas besoin d’aller en cours vous vous mettez le doigt dans l’œil. Allez en cours surtout les primants, c’est le moment de prendre des notes supplémentaires que les cours de prépas ne mettent pas forcément et en plus vous stimulez un autre type de mémoire : l’auditive. Donc combiner l’auditive (en amphi) et la visuelle (vos cours papiers) augmente grandement les chances de retenir. En plus en primants, on note les cours en entier si on a pas de prépa donc on rajoute en plus un troisième type de mémoire !
Mais si vous êtes assez sérieux pour aller en cours, prendre des notes et écouter tout en sachant qu’on vous donnera les cours alors oui la prépa vous pouvez.

D’ailleurs sachez que le tutorat ne donne pas les cours mais par contre les tuteurs les réexpliquent, montrent les points importants, etc. Donc si on choisit le tutorat il faut être assidu et aller en cours, taper ses cours car le tutorat n’est pas là pour tout vous donner sur un plateau d’argent. De toute façon, prépa ou tutorat il faut bosser ! c’est plus le lycée !

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

En primant, j’étais classé, au S1, dans les 600-700 voire des fois 500, il m’est même arrivé d’être dans les 200 mais c’était rare. Au S2, j’étais dans les 400 et quelques fois dans le numerus surtout à la fin du semestre.

En doublant, au S1 j’étais très souvent dans le top 100 voir même 30. Après, pas toujours, il y a des moments où j’étais pas en forme et j’étais hors du numerus mais faut pas s’inquiéter quand on est hors du numerus quand on est pas au top, c’est pas grave faut juste se dire qu’on fera mieux la prochaine fois et retenir ses erreurs. Et au S2, j’étais entre 150-200, mais surtout parce que j’avais pas mal relâché.

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

Que ce soit primant ou doublant, j’avais quelques jours de retard mais je rattrapais assez facilement le week-end ou un peu avant la période révision. De toute façon sachez que le retard c’est pas un drame du moment que vous savez le stabiliser et le gérer. LE truc c’est de pas paniquer et de savoir se réorganiser. Restez flexibles et ça passe. D’ailleurs, au S2 de doublant il m’est même arrivé d’avoir deux semaines de retard. Mais bon ça se gère surtout au S2.

Quel était votre rythme de travail ?

Quand j’avais cours le matin, je les lisais l’après-midi et le soir et si j’avais le temps je revenais sur un cours antérieur que j’avais besoin de revoir ou je rattrapais mon retard. Et si j’avais cours l’après-midi, pareil je les lisais le soir et le lendemain. Je faisais ça du mardi au samedi matin car le samedi après-midi, le dimanche et le lundi je révisais pour la colle le lundi soir. Donc je revoyais tout depuis le début dans les deux UE en faisant un max de QCM.

En période de révisions, je me faisais un planning avec les cours que je devais voir dans la journée et je faisais la masse de QCM et d’annales sur ces cours là.

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

Les deux. J’étais altruiste avec mes amis. On était un petit groupe mais on s’entraidait, on se donner les cours ou on répondait aux questions. Et même si quelqu’un que je connaissais pas me posait une question j’hésitais pas à lui répondre. Par contre, j’étais en compétition avec le reste, et surtout avec moi-même, je voulais toujours me dépasser, être toujours meilleurs que précédemment.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

Très, très, très stressé ! Et ce durant mes deux années. On peut pas se le cacher, la PACES est stressante. Il y a la pression du concours, du retard, du numerus de ce qu’on va faire en cas d’échec. On se pose pleins de questions et forcément c’est stressant. Après il faut apprendre à le gérer !

En primant, je me suis beaucoup trop mis la pression et trois jours avant le concours du S1 j’ai craqué et je n’arrivais plus du tout à réviser. Et le jour J, quand la première épreuve a commencé, j’ai frôlé le malaise… Le stress et ne pas avoir confiance en soi sont les pires ennemis.

Au final, au concours du S2 et en doublant j’ai réussi à relativiser et maîtriser mon stress tout en gardant confiance en moi. Il faut avoir confiance, c’est vraiment une des choses qui m’a fait réussir au final.

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

En primant, j’allais à tous les cours et j’étais hyper concentré pour capter le moindre détail. Je notais tout, je voulais le mot pour mot donc je m’obligeais à rester hyper concentré. D’ailleurs, en primant il faut aller en cours ! N’en loupez aucun (sauf en cas extrême et que vous savez que quelqu’un pourra vous les filer). Si vous y aller à quasi tous en primant, vous faites une grosse partie de l’apprentissage. En effet, en allant en cours on découvre en amphi et on essaye de mémoriser tout en découvrant.
Et puis certains profs vont marquer l’esprit avec une façon de parler imagé et c’est pas forcément retranscrit sur le papier. d’où l’intérêt d’aller en cours pour vraiment faire travailler la mémoire auditive.
En plus, une fois à la maison on a déjà découvert le cours en amphi, on sait de quoi grosso modo ça parle et il ne reste plus qu’à apprendre. D’ailleurs, en amphi les profs vont insister sur certains points et ça permet de se dire « il faut que je fasse attention à ce point ».
Et enfin, si malheureusement, vous redoublez comme dans mon cas, et bien avoir été en cours en primant permet en doublant de se concentrer sur les aspects sur lesquels les profs insistent vraiment. En plus, vous connaîtrez déjà la façon des profs pour enseigner donc pas de surprises.

En doublant, j’étais aussi concentré mais de façon différente. Déjà, j’allais tout seul en amphi pour pas être distrait à vouloir discuter. Et aussi, j’étais surtout attentif à la manière que le prof avait pour insister sur quelque chose. Si je sentais qu’il avait l’air d’insister sur un détail je le noté.
Par contre, je n’allais pas à tous les cours. Je suis allé à une majorité mais pas tous. Évidemment j’allais à tous les nouveaux, mais aussi à ceux où j’avais du mal et ceux où je savais que le prof pouvait apporter des détails en plus ou insister sur quelque chose.
Sinon les cours où le prof ne faisait que lire son diapo, honnêtement, j’y allais pas. Mais, mon conseil c’est d’y aller dans une grande majorité et au pire ne pas aller à ceux dont on est sûr qu’ils n’apporteront rien de plus.

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

Au S1 de primant je prenais mes cours sur papier car j’avais peur de ne pas aller assez vite pour tout retranscrire et puis j’avais peur de trop m’attarder sur la mise en page. Au final, mes cours c’étaient des torchons illisibles.

Donc au S2 et en doublant, j’ai pris sur ordi et même si au début j’avais un peu de mal et je « perdais » pas mal de temps à tout mettre en page et relire avant d’imprimer, et bien ce fut la meilleur décision de ma vie de PACES de prendre sur ordi ! En plus je prenais mon dicta pour absolument louper aucun détail. Et franchement le fait d’être hyper attentif en cours pour ne rien louper, à la maison corriger et mettre en page et réécouter les parties manquantes, c’est long mais c’est une partie de l’apprentissage qui m’a permis de beaucoup plus retenir de détails que sur papier. En plus, avoir des beaux cours biens écrits et mis en page c’est agréable et ça motive à réviser.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

Évidemment !! C’est ESSENTIEL ! Je ne les utilisais que pendant les périodes de révisions en plus des QCM du tutorat ou les ED de la fac jusqu’à ne plus utiliser que les annales sur la fin. Au final, j’ai du les faire 3-4 fois de chaque année.

Les annales permettent de vraiment cibler ce que les profs demandent et donnent une bonne évaluation du niveau donc vraiment à faire +++ ! Et je conseille vivement de les utiliser que pendant les révisions ou un peu avant mais pas pendant tout le semestre car au final il n’y a plus de « surprise » et on ne connaît pas vraiment notre niveau global.

Comment était organisée votre journée ?

Pour une journée de cours typique :
réveil à 6h/6h30 pour le bus vers 7h
8h30-12h45 : cours en amphi
13h-14h : je rentre et je mange
14h-19h : je bosse les cours vus le matin avec une pause d’une demie heure vers 16h (pour le goûté :3)
19h-20h : manger
20h-22h : je finis de bosser les cours du matin ou je rattrape un peu mon retard
22h-22h30 : moment de détente où je coupe tout en rapport avec la PACES
22h30 : Dodo
Si j’avais cours l’après-midi je me levais à 7h et les cours étaient de 14h à 18h15.

Pour une journée pendant la période révision :
Levé 8h
Début du travail à 8h30 jusqu’à 13h avec pause à 10h30 de 30min
Repas de 13 à 14
Reprise à 14h jusqu’à 19h avec toujours ma pause à 16h
19h-20h repas
20h à 22h30 travail et dodo à 22h30
Chose hyper importante c’est de faire des pauses. J’en faisais dès que j’en sentais le besoin, ça permet de sortir un peu la tête de l’eau et de pouvoir décompresser un peu pendant 15 min.

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

Détermination, confiance en soi, passion.
Voilà les trois mots que vous devez toujours avoir en tête. Sachez qu’il n’y a pas de recette miracle pour réussir, mais une chose est sûre c’est que ceux qui réussissent sont ceux qui se sont toujours battus, n’ont pas lâché même dans les moments les plus durs.

Alors ne lâche jamais, soit toujours fier ou fière de ce que tu as parcouru, bas-toi jusqu’à la fin et reste passionné ou passionnée par ce que tu apprends. Quelque soit la filière que tu veux, ne cesse jamais de croire que tu y arriveras. Ne laisse jamais s’installer le doute, et si jamais ça arrive, n’hésite pas à demander de l’aide autour de toi. En tout cas, bas-toi avec rage et détermination.

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

En premier lieu ma détermination. Même si au début c’était dur les premiers mois, au final, je crois que jamais au fond de moi je ne me suis dit que je n’y arriverai jamais. Je me suis dit que quoiqu’il arrive, qu’importe les obstacles rien ne m’arrêterait et je raserai tout sur mon passage pour rentrer dans ce maudit numerus.

Ensuite, c’est ma confiance qui fut très dure à acquérir et que je n’ai toujours pas entièrement ! En primant, c’était mon gros défaut le doute. Je doutais trop de moi. Et au final, c’est ce qui m’a fait échouer le S1. Mais, comme me disait une de mes tutrices « le jour du concours il faut que tu es une confiance en toi sans limite » et c’est bien les seuls moments dans ma vie où j’ai eu autant confiance.
Il faut écraser ses doutes et comme j’ai dit, ne rien laisser vous barrer la route. Mais attention la confiance en soi peut se retourner contre vous donc il faut toujours faire le juste milieu.

C’est aussi toutes les personnes qui m’ont soutenu moralement, qui ont su trouver les mots pour me remettre sur les rails et me donner un bon coup de pied au c*l pour avancer !

Et enfin, c’est ma passion pour ce que j’apprenais, même les choses les plus inintéressantes, j’ai su en trouver une infime source de passion. Alors restez de grands enfants qui savent s’émerveiller même devant les choses les plus durs.

(Doublant uniquement) Qu’est ce qui a contribué selon vous, à votre redoublement ? Quels enseignements en avez-vous tiré pour in fine, réussir ?

Ce qui m’a fait redoubler, c’est au premier semestre. J’avais pas confiance en moi, je trouvais pas ma méthode et les trois jours avant le concours ou le stress m’a fait craquer. Au final, j’étais complètement partie en roue libre.
Et aussi le fait de toujours reporter à plus tard quand je comprenais pas ! Par exemple, la thermodynamique, j’y arrivais pas, je comprenais rien au début, puis je me disais tant pis je verrai quand j’aurai du temps. Grosse blague !!! Ne reportez jamais à plus tard ! Il vaut mieux prendre du retard (ça se rattrape!) mais avoir compris que de reporter, accumuler du retard en plus et au final ne pas savoir faire car vous n’avez pas pu revoir.

Et je me suis rendu compte trop tard de toutes mes erreurs. Même si au S2 j’ai resserré les boulons, trouvé ma méthode de travail, organisé mon temps et mon travail, travaillé mes points faibles et entretenu mes points forts bah ça ne l’a pas fait en primant.
Mais ça m’a permis de remonter et surtout de gagner en confiance et de repartir en doublant avec de vrais bases, un plan d’attaque et surtout en rajoutant du temps pour moi, car prendre soin de soi, s’écouter c’est nécessaire pour réussir.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

Dur. Très Dur. Mais à la fois enrichissante pas seulement du point de vue scolaire car on apprend plein de chose, mais surtout sur le point personnel. On grandit vraiment, on prend en maturité. La personne que j’étais au lycée et celle que je suis maintenant n’est plus du tout la même. On apprend à devenir réfléchi, à s’organiser, etc. Donc même si c’est une année stressante et difficile, c’est un long combat d’usure mais le goût de la victoire une fois dans le numerus n’a rien de comparable et vaut toutes les peines endurées. Alors battez-vous jusqu’à la fin !

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

Génial pour trouver des petites astuces, mais aussi un bon moyen de se remonter le moral en lisant les témoignages, en trouvant des personnes qui nous ressemblent et ça permet de se dire qu’au final nous aussi on peut le faire.