Tess.B, en 2ème année de Maïeutique à Nîmes nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2016 – 2017, Numerus clausus maïeutique: 66 pour les sites de Montpellier et de Nîmes

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

BAC S, spécialité physique-chime, mention TB

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

primante

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

médecine: 521/2011 et maïeutique: 178/843 et 16e après désistements (pour le site choisi)

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

Etant d’un tempérament anxieux, j’ai toujours été une élève travailleuse et assidue.

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

J’habitais avec mes parents, ce qui à mon sens, constitue un véritable avantage car cela évite d’avoir à se préoccuper des tâches ménagères ou de la cuisine..

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

Bus: 45 à 50 minutes Voiture: 15 à 30 minutes selon la circulation

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

Le site de Nîmes sur lequel j’étais est assez petit donc y trouver ses repères n’était pas trop compliqué.

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

J’avais lu un certain nombre de témoignages et discuté avec des étudiants ayant réussi leur PACES qui étaient plutôt pour suivre un stage de pré-rentrée donc j’ai décidé de suivre le stage de pré-rentrée da la prépa dans laquelle je m’étais inscrite. Ce stage (le mien était pour les primants) durait deux semaines et se terminait par un concours blanc.

De plus, il me semblait que c’était un bon moyen de se replonger dans les cours après deux mois de vacances et de me familiariser avec les professeurs de la prépa et les différentes UE du premier semestre. Par ailleurs, comme le tutorat de ma fac en organisait également un, j’avais peur d’être perdue par rapport aux autres étudiants lorsque les cours débuteraient.

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Non je n’en pratiquais pas, d’une part parce que je n’ai jamais été d’un naturel sportif et d’autre part, parce que j’étais trop fatiguée.

Néanmoins, au second semestre, j’ai réalisé qu’il fallait que je sorte prendre plus souvent l’air car rester enfermé(e) dans sa chambre peut rapidement devenir aliénant. Je partais donc marcher presque quotidiennement vingt minutes par jour mises à part les trois dernières semaines de révisions intensives.

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Je n’avais pas de loisirs à proprement parler et j’étais assez isolée (mes amis faisant, pour la majorité, d’autres types d’études)
En revanche, lorsque je m’accordais des pauses, j’écoutais beaucoup de musique et/ ou regardais des vidéos humoristiques en anglais pour me permettre de me changer les idées ^^ Avant la rentrée, je m’étais fait une playlist sur laquelle figuraient des chansons dont je savais qu’elles me motiveraient tout au long de l’année.

Concernant les sorties, j’ai mangé à deux reprises à l’extérieur au premier semestre.
Au second semestre, je téléphonais plus régulièrement à des proches, ce qui a fait une grande différence car il n’y a rien de mieux que de se sentir soutenu pour continuer à trouver la force d’étudier.

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Non, ma famille ne travaille pas du tout dans le domaine médical.

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

J’essayais d’avoir minimum 7 heures de sommeil par nuit, mais cela pouvait varier entre 6h30 et 8h (en périodes de révision paradoxalement).
Selon moi, cela ne sert rien de travailler s’il l’on est épuisé car le cerveau n’enregistre plus les informations. De plus, le sommeil joue également sur le moral, ce qui est essentiel pour continuer à étudier.

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

Au 1er semestre:
Hors revision: environ 10h15 (en comptant les heures de cours de fac et de prépa)
Révisions: 11h-11h20

Au second semestre: mon rythme n’était pas aussi régulier que celui que j’avais au 1er semestre (qui est en réalité un quadrimestre est extrêmemnt dense et éprouvant : il ne faut pas perdre de temps)
Hors révisions: 9h30 (en moyenne car au mois de février j’ai eu une baisse de régime et à 3-4 reprises, je n’ai pas réussi à travailler plus de 5h30)
Révisions: 10h30-10h45 mais je dormais plus qu’au 1er semestre ce qui fait que mes heures de révisions étaient plus efficaces

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

J’ai eu un peu de mal à trouver LA méthode de travail, d’ailleurs, je ne suis même pas certaine de l’avoir trouvée ;)
En fait, j’ai appris à connaître mon mode de fonctionnement et à mieux « m’écouter ».

– Je visionnais les vidéos des cours pour prendre mes notes à la main (ce qui faisait que je m’en souvenais mieux quand je les relisais par la suite).

– Ensuite, j’essayais de les relire une première fois le plus rapidement possible (pour qu’ils restent frais dans ma mémoire) en surlignant et en utilisant un code couleur car il me fallait absolument des couleurs pour espérer retenir mon cours. Souvent cette étape se faisait en deux ou trois fois, de manière à avoir une vision d’ensemble du cours.

– Après, j’essayais de les revoir les plus régulièrement possibles mais une « relecture » me prenait très longtemps car j’essayais de comprendre mes cours et de faire des liens logiques. En effet, je ne suis jamais parvenue à apprendre par coeur un cours (même si ce type d’apprentissage est très utile pour certaines UE en PACES)
Au second semestre, je n’hésitais pas à utiliser différents types de mémoire pour avoir l’impression de mieux assimiler les cours: je me les « expliquais » à l’oral, je réécrivais certains passages…
J’utilisais également des moyens mnémotechniques…

– Entre l’apprentissage des cours, j’allais à la prépa pour faire des QCM ce qui me forçait à revoir les cours car la prépa avait un décalage de deux semaines par rapport au rythme de la fac- j’évitais ainsi de laisser trop longtemps un cours de côté.

– J’effectuais les TD de la fac pendant la période de révisions car j’estimais ne pas avoir les connaissances nécessaires pour les travailler avant. Autrement, j’aurais eu l’impression de perdre mon temps, ce qui ne faisait qu’accroître mon stress.

Cependant, il est vrai qu’en tant que primante, l’apprentissage des cours était vraiment très long étant donné qu’il y en avait toujours plus. (jusqu’à la période de révisions)

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Non je n’en faisais pas, toujours par manque de temps et comme les QCM peuvent tomber sur n’importe quel détail du cours, j’avais peur de faire trop d’impasses. Cependant, j’utilisais toutes celles fournies par ma prépa et le tutorat de la fac.

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

1er semestre: je travaillais exclusivement seule

2e semestre: je travaillais un peu plus en binôme avec une amie que je me suis faite au cours de l’année. Nous nous faisions suffisamment confiance pour nous échanger certains cours , notamment en UE 7 (SHS) pour laquelle nous avions décidé d’alterner le visionnage des vidéos car la prise de notes nous ralentissait considérablement dans l’avancement de notre travail.
Pour 2-3 UE telles que la physiologie et la TIG, nous faisions des QCM ensemble; cela nous permettait de nous expliquer certains points de cours, de partager nos angoisses et de nous encourager mutuellement :)

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Je travaillais chez moi pour éviter toute tentation de bavardage et de distractions visuelles (passages, personnes qui s’assoient etc.)

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

Comme je l’ai dit précédemment, j’avais pris une prépa car j’avais besoin de me sentir encadrée à la sortie du lycée. Au 2e semestre, j’ai choisi d’aller au tutorat pour l’UE 7 qui contient une partie rédactionnelle et qui est la plus .coefficientée. Je savais que le tutorat du site Montpellier-Nîmes était bien, notamment pour cette UE; je ne regrette d’ailleurs pas mon choix.

En tant que primant(e), je pense que la prépa est un plus dans le sens où l’on est en effectif réduit par rapport aux séances du tutorat. De plus, celle que j’avais choisie proposait plusieurs horaires, ce qui permettait de mieux coller à mon organisation quotidienne. Enfin, comme j’étais très anxieuse, cela me rassurait de me dire que les profs avaient du recul sur le fonctionnement de la PACES.

Cependant, il est important de bien comprendre que ce n’est pas le choix de la prépa (ou du tutorat) qui feront que l’on obtiendra le concours souhaité: c’est la manière dont on va l’aborder et s’en servir pour rendre le travail personnel plus efficace.

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

1er semestre: ma prépa avait organisé trois concours blancs. Au premier, mon classement avait été particulièrement mauvais. Aux deux autres, mes classements étaient un peu moins bons que celui que j’ai eu à l’issue de la première partie du concours.

2e semestre: cela se présentait sous forme de colles cette fois-ci. Au départ, mes classement étaient très mauvais, ce qui était assez décourageant et m’avait fait perdre confiance.
Aux dernières colles par contre, je suis beaucoup remontée dans les classements, mais j’ai tout de même étais sensiblement mieux classée au concours.

Le « risque » avait les colles des prépas (par rapport à ceux du tutorat) est que le classement soit moins représentatif car les effectifs sont moins importants.

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

1er semestre: j’avais accumulé un certain retard (cours que je n’avais pa vus ou seulement une fois) que j’ai essayé de rattraper du mieux que j’ai pu au cours de la période de révisions.

2e semestre: je n’avais pas trop de retard par rapport aux autres et je suis parvenue à le rattraper avant la période de révisions – cela m’a permis d’être beaucoup plus sereine au cours des dernières semaines

Quel était votre rythme de travail ?

J’étais très constante: iI n’y a pas eu un jour (hormis les vacances de Noël bien sûr) durant lequel je n’ai pas travaillé, même s’il m’est arrivé qu’une journée soit moins intense que d’ordinaire. Mon rythme était assez soutenu, surtout pendant les semaines de révisions où je faisais tout pour que ma concentration soit maximale lorsque je travaillais.

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

J’avais conscience que la PACES est un concours extrêmement sélectif mais être en compétition permanente avec les autres n’était pas vraiment dans mon caractère.
Au second semestre, j’ai pris conscience qu’en réalité, on est plus en compétition avec soi-même qu’avec les autres car il faut tenir jusqu’au bout sans rien lâcher.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

Comme dit précédemment, j’étais extrêmement stressée par ce concours: en dépit des témoignages que j’avais lus, je ne savais pas réellement ce à quoi à m’attendre concernant l’organisation, comment j’allais réagir face à la charge de travail etc.

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

En cours, j’étais très concentrée car je voulais vraiment optimiser mon temps et ne pas avoir de regrets par la suite.

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

Les diasporas et supports de cours des professeurs de la fac étant assez complets, je les imprimais chez moi en couleur et en plus grand format que ceux que l’on peut acheter à la corpo de la fac puis je prenais mes notes à la main directement sur les polycopiés.

Au second semestre, je fonctionnais de la même manière sauf pour les cours d’UE 7 pour lesquels les diaporamas ne suffisaient pas pour la prise de note.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

1er semestre: seulement pour l’UE 3 (physique)
2e semestre: pour l’UE 3, la physiologie et l’Unité Foeto-Placentaire

Pour les autres matières, j’ai privilégié les QCM de la prépa et les TD de la fac car je n’étais pas suffisamment au point sur les cours « théoriques » pour passer du temps supplémentaire à faire des annales. N’oublions pas que l’année de PACES est un course constante contre la montre.

Comment était organisée votre journée ?

Ma journée type, hors période de révisions :

– 6h30: réveil, petit-déjeuner (hyper important pour moi ^^)
– 7h30: départ de chez moi
– 7h50-9h50: cours à la prépa
– 10h30-11h: organisation de l’emploi du temps OU révision d’une fiche OU marche dans le quartier

– 11h-12h/12h15: pause déjeuner assez longue pour avoir l’impression de vraiment couper la journée en regardant une série

– 12h15-15h: apprentissage avec sessions variant de 45 à 60 minutes (5 à 10 minutes de pause entre)
– 15h – 18h: vidéo cours

– 18h-19h: pause repas et parfois j’allais marcher quelques minutes avant
– 19h-21H: apprentissage avec sessions variant de 45 à 60 minutes (5 à 10 minutes de pause entre) et/ou QCM si je devais en faire
– 21h15- 23h-23h15: vidéos cours

Pendant les révisions:

– 7h30: réveil, petit-déjeuner
– 7h50-9h50: apprentissage avec sessions variant de 45 à 60 minutes (5 à 10 minutes de pause entre)
– 10h -11h: QCM

– 11h-12h/12h15: pause déjeuner

– 12h15-16h: apprentissage avec sessions variant de 45 à 60 minutes (5 à 10 minutes de pause entre)
– 16h15-17h30: QCM

-17h30- 18h: je sortais m’aérer
– 18h-19h: pause repas

– 19h-21: apprentissage avec sessions variant de 45 à 60 minutes (5 à 10 minutes de pause entre)
– 21h15- 23h-23h15: QCM

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

– Ne pas perdre confiance en soi même si l’on a l’impression qu’on est complètement dépassé et que l’on a des résultats qui semblent catastrophiques aux colles ou aux examens blancs.
– Ne pas se décourager : il faut tout le temps visualiser son objectif, même si c’est dur et que cela paraît inaccessible. – Ne surtout pas s’encombrer l’esprit en se posant trop de questions!!!!!!!
– Ne pas prêter attention à ce que les autres disent, il faut savoir s’écouter et travailler selon son propre mode de fonctionnement (même si cela parait parfois absurde)- personnellement, cet état d’esprit m’a permis d’améliorer mes performances au second semestre.

Je conseillerais aussi d’essayer d’obtenir un maximum de renseignements sur le mode de fonctionnement de sa faculté, de manière à ne pas être trop perdu à la rentrée. De même, lire des témoignages et/ou ouvrages sur la PACES permet de se faire une petite idée de ce à quoi s’attendre.
Pour moi, faire un stage de pré-rentrée est utile pour essayer de commencer à adopter une « méthode de travail » ou du moins, essayer d’analyser la manière dont on préfère étudier ces nouvelles matières qui n’ont absolument rien à voir avec ce que l’on apprend dans l’enseignement secondaire.
.
Il ne faut en aucun cas perdre de temps au début de l’année car la première partie du concours arrive très rapidement.

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

Tout d’abord, j’ai toujours été habituée à travailler dur et je m’étais préparée mentalement à ce qui m’attendait durant l’été, ce qui fait que j’ai pu me mettre dans le bain assez rapidement. La capacité d’adaptation est un atout majeur.

En ce qui me concerne, le deuxième semestre a été plus déterminant que le premier dans ma réussite pour obtenir ce concours: beaucoup d’étudiants mal ou pas suffisamment bien classés arrêtent de travailler sérieusement par le suite. La persévérance est cruciale dans ce type de concours.
Cela ne sert à rien de culpabiliser si, un jour, on trouve que l’on n’a moins étudié que d’habitude; il faut garder à l’esprit que d’autres candidats auront moins travaillé que nous. Il ne faut pas s’imaginer que les autres sont tous des étudiants modèles!!!!

Une motivation et une détermination sans failles ont été pour moi les clefs du succès. Pour ma part, c’est en me projetant dans le métier de sage-femme, que j’ai puisé mes dernières forces au cours du dernier mois avant les épreuves finales.

Un autre facteur de réussite est l’optique dans laquelle on se trouve le jour du concoure. Je peux vous garantir que faire une nuit blanche à cause du stress (ce qui m’est arrivé lors de la première partie du concours) ne met pas dans de bonnes conditions pour donner le meilleur de soi-même devant les grilles de QCM le jour J.
Au second semestre, j’ai tout fait pour être la plus sereine possible, avoir confiance en ce que j’avais appris, même si je savais pertinemment que je connaissais pas TOUT: je peux vous assurer que la différence s’est faite sentir!!!

Le jour du concours, la large majorité des étudiants, sont confrontés à la même pression.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

Cette année a été très éprouvante, tant sur le plan moral que physique (fatigue, sédentarité). On peut se sentir vraiment isolé(e), surtout si l’on choisit de regarder les vidéos des cours chez soi.
Néanmoins, cette année a été enrichissante à de nombreux égards, en m’apportant notamment une plus grande maturité.
J »ai ainsi pu apprendre à mieux connaitre ma manière de travailler ainsi qu’a avoir bien plus confiance en mes capacités.

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

Je trouve ce site très utile. Tout au long de ma PACES, j’avais pris l’habitude de lire des témoignages pour me motiver et garder courage car il en faut pour obtenir la filière de son choix!!