Actuellement, dans quelle filière êtes-vous et en quelle année ?
Médecine 2ème année

Quelle fac, quelle année, quel numerus clausus ?
Marseille, 2014-2015, 315

Votre bac ? Votre spécialité ? Votre mention ?
Bac scientifique, spécialité maths, mention très bien

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?
Primante

Quel(s) concours avez vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?
Je me suis inscrite en médecine et en kiné car ce sont les mêmes spécialités à Marseille. Je me suis classée 141 en médecine, et en kiné je ne me souviens plus mais j’ai été admise avant choix.

Votre niveau au lycée ? Etiez vous assidu ou dilettante ?
J’étais bonne élève, très attentive mais je ne travaillais pas énormément.

Lors de votre PACES, habitiez vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?
J’étais en colocation à Marseille la semaine, et je rentrais chez mes parents le weekend.

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?
Je marchais et prenais le métro donc il me fallait 30 minutes.

Avez vous trouvé vos repères facilement à la fac ?
Oui, ça paraît immense au début mais après en avoir fait deux ou trois fois le tour, on connaît la fac comme sa poche !

Avez vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?
Oui, j’ai lu un livre de biologie cellulaire propre à la fac de Marseille. Cela m’avait été conseillé par ma prépa privée, mais cela ne m’a pas été d’une grande utilité car je ne me rappelais presque de rien à la rentrée. Cela m’a juste permis de voir que je comprenais les cours et que cela me plaisait.

Pratiquiez vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?
Non.

Aviez vous des loisirs ? Des sorties ?
Tous les vendredis soirs, j’arrêtais de travailler vers 20h et je prenais quelques heures pour moi : je regardais une série, je passais du temps avec ma famille, et quelques fois je sortais avec mes amis mais c’était assez rare (une fois par mois environ).

Aviez vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?
Non.

Combien d’heures de sommeil aviez vous par nuit ?
Je dormais 7h en moyenne car je mettais du temps à m’endormir.

Combien d’heures travailliez vous par jour ?
En moyenne 12h par jour, en comptant les 4h de cours que j’avais du lundi au vendredi bien sûr.

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?(Soyez le plus précis)
Après être allée en cours le matin, j’apprenais mes cours l’après-midi. Je passais en moyenne 2h par cours de 2h. Je commençais par m’assurer que j’avais compris le cours. Puis, pour apprendre, je répétais beaucoup à voix haute : sans réciter le cours mot pour mot, je le réexpliquais pour vérifier que tout était clair dans ma tête. Je faisais aussi beaucoup de dessins, de schémas, de tableaux très colorés parce que j’ai une mémoire très visuelle.

Pour ce qui est des révisions des cours précédents, j’étais une grande adepte des plannings. Je choisissais les cours que j’allais revoir dans la semaine en fonction de mon ressenti, de mes besoins. Je notais le temps qu’il me fallait pour revoir chaque cours afin que mes emplois du temps soient le plus précis possible. Quand je révisais un cours, je ne passais pas énormément de temps dessus (15 à 45 minutes selon le cours), je ne faisais que le relire car je retiens mieux quand je me contente de relire un cours, mais que je le fais fréquemment.

Faisiez vous des fiches ? Si oui comment ?
J’avais une façon très spéciale de faire des fiches : quand je revoyais un cours, je prenais une feuille et je notais tout ce que je ne connaissais pas ou mal. En suite, je pouvais relire toutes les fiches plus tard dans la semaine. Puis, je les jetais et j’en faisais d’autres quand je revoyais le cours. Je relisais mes fiches avant mes colles et avant le concours car je marche aussi beaucoup avec la mémoire à court terme.

Avez vous travaillé seul(e) ? En groupe ?
Je travaillais toujours seule.

Travailliez vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?
Je travaillais chez moi car le moindre mouvement ou bruit me déconcentre, et je ne me sens pas à l’aise car je n’ose moi-même pas bouger d’un millimètre de peur de gêner les autres. De plus, comme j’apprenais beaucoup en parlant à voix haute (et en marchant dans mon appartement…), difficile de travailler ailleurs que chez moi !

Etiez vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?
J’avais une prépa privée. Ça m’a permis d’avoir un repère, des personnes vers qui me tourner si j’avais des questions, même si c’était rare que j’en pose. Je pense qu’on peut réussir sans prépa privée, et que ce n’est pas nécessaire si le tutorat de la fac est de qualité (ce qui est assez discutable à Marseille, à ce qu’on m’a dit).

Le plus important est, selon moi, de pouvoir s’entraîner régulièrement et poser des questions, que ce soit au tutorat, dans une prépa privée ou encore dans une prépa en ligne.

Etiez vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?
J’étais relativement bien classée (généralement entre 40 et 70 sur 150, dans une prépa où le taux de réussite des PACES au concours est d’environ 50%), mais j’ai eu de bien meilleures notes au concours qu’en colles.

Aviez du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez vous ?
Non, j’apprenais toujours tous les cours le jour-même.

Quel était votre rythme de travail ?
J’avais un rythme de travail plutôt soutenu, je préférais travailler longtemps et faire de longues pauses plutôt que l’inverse. Cependant il arrivait que je fasses des pauses plus courtes et plus fréquentes quand je sentais que j’étais moins efficace. Je me fiais beaucoup à mes ressentis pour trouver le rythme adéquate.

Dans quel état d’esprit étiez vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?
Même si j’étais très solitaire, j’avais quand même quelques amis et je n’hésitais pas à les aider dès qu’ils en avaient besoin. Altruiste de nature, cela aurait été difficile pour moi de devenir totalement compétitrice en PACES !

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?
J’alternais entre les moments de stress où j’avais l’impression que je n’allais jamais y arriver, et les moments de confiance relative où je me disais que j’avais mes chances. Mais j’ai su garder ma motivation et mon moral au plus haut même dans les moments de doutes !

Quelle attitude aviez vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?
J’étais concentrée la plupart du temps, mais il m’arrivait de me disperser un peu avec les amis avec lesquels j’allais en cours.

Comment preniez vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?
Je prenais mes cours sur papier et je demandais à une amie qui prenait ses cours à l’ordi de m’aider quand j’avais raté un mot ou une phrase.

Vous serviez vous des annales pour réviser ?
Oui, je faisais régulièrement des annales, surtout pendant les révisions. Je pense que ça aide beaucoup, surtout en UE4. Faire des annales me semble encore plus important que les colles car ce sont de vrais items tombés au vrai concours, c’est de cette façon que l’on voit ce qu’on vaut vraiment.

Comment était organisée votre journée ?
Je me levais à 6h30 ou 7h, je partais pour la fac à 7h30. J’avais cours de 8h à 12h, puis je rentrais. Je mangeais de 12h30 à 13h30, puis je faisais mes visions des cours du matin pendant 4h. Je prenais une demi heure de pause au goûter, de 17h30 à 18h. En suite, je révisais d’anciens cours, et je m’arrêtais pour manger de 21h à 22h généralement (je préférais manger tard car j’avais du mal à me remettre au travail après avoir mangé). Après le repas, je revoyais des cours qui nécessitaient moins de concentration. Je me couchais vers 22h30 généralement.

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?
Il y a deux choses primordiales à retenir pour la PACES selon moi.
La première est d’entretenir son moral. Je pense que c’est un pilier de la réussite. Être de bonne humeur toute l’année m’a permis de vivre ma PACES mieux que beaucoup d’autres étudiants. Remplissez vos journées de choses que vous aimez : appelez les gens que vous aimez, faites-vous une playlist motivation, regardez une série que vous aimez pendant votre repas, mangez des choses que vous aimez… Et surtout, savourez les petites choses du quotidien auxquelles on ne prête pas forcément attention en temps normal !

La seconde est de s’écouter soi-même avant tout. Ne prenez pas toujours ce que les autres vous disent pour argent comptant, faites-vous votre propre opinion sur les choses. Et surtout, n’essayez pas de vous calquer sur le rythme de quelqu’un d’autre. Si vous êtes plus rapide, cela ne veut pas dire que vous bâclez votre travail. Si vous êtes plus lent, cela ne veut pas dire que vous allez prendre du retard. Soyez à l’écoute de votre tête et de votre corps ! C’est important pour éviter le burn out.

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?
Comme je le disais, je pense que c’est mon moral. J’ai gardé le sourire toute l’année. J’étais presque heureuse d’être en PACES. Plus qu’une année difficile, c’était pour moi l’opportunité de faire les études que je voulais. D’accéder au métier de mes rêves. C’était le plus important et c’est ce qui m’a portée tout au long de l’année. Je ressentais beaucoup de stress mais ma volonté de réussir a toujours été plus forte.

Pour terminer, comment avez vous trouvé cette première année des études de santé ?
C’est une année difficile, où il faut se concentrer sur le travail à 100% sans pour autant négliger nos conditions physiques et mentales, erreur que font beaucoup d’étudiants. Je pense aussi qu’il faut s’efforcer de voir au-delà des apparences de la PACES, car même si elle nous en fait baver, elle nous apprend aussi beaucoup de choses, comme le goût de l’effort, mais aussi le fait d’avancer seul, par soi-même et pour soi-même.

Et au-delà de tout, le bonheur que l’on peut ressentir quand on valide la PACES vaut largement toutes les peines subies pendant cette année.

Que pensez vous du site www.reussirmapaces.fr ?
Le partage autour de la PACES est une chose très positive qui peut encourager les PACES actuels et futurs à croire en leurs chances et en leurs rêves. Les témoignages permettent de leur montrer que réussir en PACES n’est pas impossible, et que les gens qui y parviennent n’ont rien de surhumain. Quant aux autres conseils et méthodes, ils peuvent servir de base, de repère aux étudiants, les inspirer et les aider à trouver ce qui leur faut pour y arriver.

47
2017-01-07T11:30:12+00:00 7 janvier 2017|Categories: Les primants, Les témoignages, Marseille, Médecine|0 commentaire