Nathan A, en 2ème année de Pharmacie à Marseille nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2016 – 2017, 151

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

BAC S ; spé ISN (initiation aux sciences de l’ingénieur) ; mention AB

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

doublant, mais avec une p0 entre les deux c’est-à-dire une année blanche, sans passer le concours, donc j’ai consacré 3 ans à la PACES

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

uniquement pharmacie, mon classement étant 42 ème sur un peu plus de 1200

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

niveau moyen, entre 12 et 13 de moyenne, je ne travaillais absolument pas

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

j’ habitais seul en résidence étudiante

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

10 minutes à pied

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

Oui, c’est quelque chose de très simple ; quand on est en paces il n’y a pas beaucoup de repères à avoir : l’écurie si on en a une, le secrétariat en cas de problème administratif, et les amphithéâtres concernés pour les cours de paces : on en choisit 1, on s’y trouve une place qui nous convient, et on en bouge plus (quitte à arriver 10 minutes en avance pour être sûr de pas se la faire piquer :D).

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

Quand j’étais primant, donc pendant l’été entre le bac et la rentrée, oui. C’était, non pas imposé, mais fortement recommandé par l’écurie que j’avais, qui nous envoyait des qcm par mail. J’ai donc commencé 4 ou 5 jours après les résultats du bac en lisant le livre de biologie cellulaire de Pierre Cau et en faisant les qcm. Ensuite, du 15 août à la rentrée, j’ai participé au stage de pré-rentrée, toujours avec mon écurie, qui englobait cette fois-ci les 4 matières du premier semestre (physique/chimie/biologie cellulaire/maths)

Juste avant ma deuxième année (qui deviendra donc par la suite ma p0), je suis retourné à mon appartement de marseille pour commencer à travailler environ 3 semaines avant la rentrée, mais avec très peu de sérieux, car je savais déjà que je me désinscrirai de la fac, et donc que je ne passerai pas de concours cette année-là.

Et juste avant la troisième année j’y suis aussi retourné 3 semaines avant, mais cette fois-ci j’ai travaillé correctement car je savais que ça allait être l’année décisive.

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Sûrement pas. Pour beaucoup d’étudiants avoir une activité physique est nécessaire pour se détendre, s’aérer l’esprit, etc… mais pour moi, cela coûtait du temps et de l’énergie : tout ce qu’il faut économiser en paces pour BOSSER !!!

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Là encore : non, non et non. A la limite pour sorties c’était pas trop un problème, car plus casanier que moi tu meurs, après pour les loisirs, moi je suis un grand fan du jeu d’échecs, donc de temps à autres je faisais quelques parties sur internet, mais c’est tout.

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Ma mère est infirmière, sinon personne ne travaille dans le domaine médical.

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

Alors étant donné que je suis insomniaque, il faut distinguer deux choses :

– temps passé chaque nuit dans mon lit à me reposer : 6 heures, de 1 h 15 à 7 h 15

– temps passé à dormir profondément : à peu près 3 heures, 4 quand j’avais de la chance

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

– Au premier semestre : en moyenne de 8 h à minuit avec pause d’une heure pour déjeuner et dîner, + les petites pauses par-ci par-là mais qui n’étaient pas à horaires fixes

– Au second semestre :

(là désolé je dois raconter un peu ma vie mais c’est nécessaire pour bien répondre à la question, et puis ça servira un peu pour la suite ^^)
En fait, à peine une semaine après la rentrée du deuxième semestre, j’ai vécu une rupture amoureuse très soudaine, totalement inattendue, et donc extrêmement douloureuse. Les conséquences de ce traumatisme (oui oui, croyez moi ce mot n’est pas du tout abusé :p) se sont bien évidemment faites sentir sur mon rythme de travail, donc

=> pendant environ 1 mois et demi, jusque début mars, je n’arrivais pas à commencer avant 10 h 30 / 11 h au lieu de 8 h 30, et le soir je n’arrivais pas à travailler après 21 h / 21 h 30 au lieu de 22 h 30
=> et donc passée cette période très difficile, j’ai pu me remettre à bosser d’environ 8 h 30 à 22 h 30, toujours avec 1 h pour déjeuner et dîner + les quelques pauses entre 2 cours.

(Si les heures de début et fin de mes journée sont plus souples au deuxième semestre, c’est tout simplement car il était beaucoup plus simple que le premier, et donc bien qu’il fallait toujours énormément travailler, il ne nécessitait pas non plus, à mon sens, le même degré d’implication que le premier).

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

Alors là, c’est on ne peut plus simple : je recopiais TOUS les cours, MOT A MOT, à la main. Pendant le premier semestre + le premier mois et demi du deuxième, je prenais les cours de l’écurie sous forme de poly (que j’avais gardé des années précédentes), j’allais en cours pour vérifier qu’ils étaient toujours valide, puis je rentrais, je prenais mon stylo 4 couleurs, mon cahier, et je remplissais les pages.
Après cette période, quand il a fallu que je rattrape le temps perdu à cause de ma rupture, je ne me suis servi que des cours de médibox (une écurie en ligne), dont les cours cours étaient à jour, donc plus besoin d’aller à la fac : j’imprimais les cours, et je les recopiais de la même façon.

Astuce très importante si vous comptez faire pareil : sur votre cahier écrivez dans les 2 sens ! d’abord remplissez la page normalement, puis tournez le cahier et écrivez sur les lignes qui étaient à la base les traits verticaux : on s’en fiche complètement que ça soit pas lisible car les cours vous les avez déjà au propre en polycopié ; l’important c’est de graver chaque mot dans votre tête (et puis à la fin ça donne un truc très joli :p perso pendant l’année j’ai rempli 3 cahiers et vidé 7 stylos 4 couleurs (les 4 cartouches à chaque fois évidemment :p)).

Attention toutefois, il y a 1 exception à cette méthode : les formules, que je n’apprenais tout simplement pas. C’est primordial : les formules doivent être comprises, pas apprises. Déjà car elles tombent jamais en tant que telles au concours (à marseille du moins, après je sais pas), et même si ça arrivait, avec le stress et tout ça, même en les sachant bien vous aurez toujours des chances de vous tromper. Au concours vous aurez quasiment que des questions sur le modèle « machin est proportionnel (ou inversement proportionnel » à bidule ». Et tout doit vous sembler logique, 1 exemple :

– est-ce que le nombre de moles d’une substance qui traverse une membrane par unité de temps est proportionnel à l’épaisseur de cette membrane ? plutôt que d’apprendre bêtement la formule, on résonne : c’est FAUX car si l’épaisseur de la membrane augmente, il faut plus de temps à la substance pour la traverser, donc il y en a moins qui traverse par unité de temps, donc c’est inversement proportionnel, vous voyez ? d’ailleurs dans votre formule l’épaisseur E de la membrane sera au dénominateur, et quand la valeur est au numérateur ça indique une proportionnalité :)

Je peux vous assurer que faire ce travail de logique pour les formules vous fera gagner des dizaines d’heures de travail et que c’est vachement efficace, c’est la garantie de prendre de l’avance sur un bon paquet de concurrents !

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Jamais de la vie, c’est d’ailleurs pour moi une des plus grosses gaffes à ne pas commettre en paces : tout peut tomber au concours, il est donc pour moi très contreproductif de faire des fiches qui ne répertorient qu’une minuscule partie du cours. Sauf peut-être une sur le cycle de Krebs et la glycolyse, ça peut être bien pour mieux visualiser chaque étape, et une pour lister tous les médicaments et leur effets, à relire juste avant d’entrer dans la salle d’examen, à la rigueur.

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

Tout seul, le recopiage mot-à-mot c’est pas très efficace en groupe XD

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Ni l’un ni l’autre, en fait dans ma résidence étudiante au rez-de-chaussée il y avait un salon avec des grandes tables, je me mettais là. La BU j’aimais pas car je voulais pouvoir travailler les cours que je voulais, quand je voulais, et si par malheur j’avais pas sur moi celui que je voulais… bah ça faisait ch***. En plus vu qu’il y avait un silence de mort, avec le bruit constant de mon stylo qui s’entendait vachement bien, je pense que j’aurai vite été envoyé au bûcher par tous les étudiants autour de moi ^^
Et dans ma chambre j’y arrivais pas, pas assez de place, trop de distractions, etc…

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

En primant : prépa privée car tous ceux à qui j’avais demandé conseil m’avaient assuré que c’était indispensable : c’est totalement faux, avec une bonne méthode et de l’envie vous pouvez vous en passer.
Au début de ma deuxième année : j’ai repris la même prépa privée… avant de me désinscrire mi-octobre… que voulez-vous on fait tous des mauvais calculs parfois dans la vie xD
Et donc pour ma troisième année : là j’ai arrêté la prépa privée, et je me suis mis au TAM (tutorat associatif marseillais) pour faire des qcm avec des centaines d’autres étudiants et avoir des notes un peu représentatives, et j’ai pris médibox, une écurie en ligne, pour tout faire de chez moi ; un outil qui s’est révélé très précieux et sans lequel je n’aurait peut-être pas réussi.

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

Au premier semestre j’avais des classements corrects mais sans plus, à l’image de mon résultat au concours de décembre : 733/2771 en médecine/kiné/odontologie/maïeutique et 681/2771 en pharma, et par contre j’étais toujours dans le peloton de tête au deuxième semestre (sauf en anatomie, explication dans la réponse à la prochaine question :p)

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

Au premier semestre non pas du tout.

Et comme dit précédemment, au deuxième ça a été plus compliqué. J’ai déjà expliqué quelles pertes de temps de travail j’ai subi, et j’ai procédé des plusieurs façons pour tout rattraper :

– déjà, comme dit précédemment, à partir de début mars je n’allais plus du tout en cours, donc je gagnais 4 heures par jour.
– ensuite j’ai gagné énormément de temps sur les formules, ça aussi je l’ai déjà expliqué

Et enfin, la méthode de la mort qui tue, celle qui a tout changé ****musique épique****

=> j’ai fait l’impasse totale sur une matière entière : l’anatomie, qui était, par bonheur, à la fois la matière que je détestais le plus, et celle avec le plus faible coefficient pour les pharmas (bingooo :D) et au concours bah… les bonnes vieilles méthodes sont les meilleures : j’ai copié sur ma voisine, je m’en suis sorti avec un petit 11.3 et comme je m’étais dégagé énormément de temps, plus qu’il n’en fallait pour rattraper mon retard, j’ai pu travailler encore plus les matières à fort coeff, d’où mes bonnes notes (de 15.3 à 18.2) et mon bon classement.

Quel était votre rythme de travail ?

Très soutenu et intense, demandez à mon poignet droit !! (non, ce n’est pas ce que vous pensez !)

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

Bannissez tout esprit de compétition, c’est très néfaste la plupart du temps. Si vous travaillez et que vous avez la bonne méthode, vous aurez votre place en deuxième année, il n’y a pas de raison. Donc pour ma part j’étais très altruiste.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

J’ai toujours été très, très, trèèès décontracté, beaucoup trop au goût de mes parents d’ailleurs :p
Mais je suis comme ça, même après mon problème du début du deuxième semestre il n’y a jamais eu aucun stress en moi, de la douleur et de la tristesse certes mais ça c’est normal. En revanche quand vous stressez bah vous devenez moins efficace, c’est un obstacle dont vous devez vous défaire. Et de toutes façons, même si j’avais raté, bah je serais toujours là et en bonne santé, la Terre ne se serait pas arrêtée de tourner ! alors on souffle un bon coup et on donne tout !

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

Très dispersé, je jouais la plupart du temps sur mon téléphone… comme dit précédemment je n’allais en cours que pour vérifier que mon poly était bien à jour, rien de plus.

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

Comme dit précédemment, je les avait déjà, j’avais juste à corriger/compléter les parties qui changeaient.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

OUIIIIII c’est vital ! en les parcourant vous vous rendrez vite compte que c’est quasiment toujours les même questions qui tombent chaque année ! faites les annales, faites les annales, faites les annalleees !

Comment était organisée votre journée ?

quand j’allais en cours c’était le matin, sinon aucune organisation particulière : je mangeais quand j’avais faim, je prenais une pause quand j’en avais envie, etc…

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

Pour le coup je vais pas être très original : n’abandonnez jamais, avec du travail et de la persévérance, peu importe les obstacles, vous y arriverez, j’en suis la preuve vivante. Gardez en tête que c’est votre avenir que vous jouez, vous aurez toute la vie pour sortir, vous amuser, ou même glander tout simplement :p
Mais sur l’année qui vient (ou les 2 ans qui viennent pour les éventuels doublants), c’est là qu’il faut tout donner. Personne n’a jamais regretté d’avoir réussi ses études, alors foncez. Pendant 4 mois (5 si on compte le mois d’attente des résultats), j’ai fait plus survivre que vivre, mais 4 ou 5 mois à l’échelle d’une vie c’est rien du tout on est d’accord non ?

Et n’oubliez pas d’avoir une bonne méthode, qui vous correspond ; moi je suis un gros bourrin, alors je recopie bêtement sans me poser de questions. A vous de bien vous connaître et de définir un plan qui selon vous offre un maximum de chances de succès.

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

Mon sens de la logique (pour les formules par exemple), ma capacité à faire face aux imprévus, et donc ma capacité à prendre des décisions cruciales et difficiles rapidement. Faire l’impasse sur une matière entière à première vue ça peut sembler être du suicide, mais si on fait ce qu’il faut dans les autre matières à plus fort coeff ça passe. Copier sur la voisine le jour J c’est pareil, ça peut paraître absurde, mais c’est ce genre de décision qui peut faire la différence, c’est un concours ! Et pour les plus scolaires, le fait d’arrêter totalement d’aller en cours c’est inenvisageable, mais tôt ou tard dans la vie il faudra vous détacher de vos habitudes et de votre logique de lycéen pour sauter dans le grand bain des études post-bac, et le plus tôt sera le mieux !

(Doublant uniquement) Qu’est ce qui a contribué selon vous, à votre redoublement ? Quels enseignements en avez-vous tiré pour in fine, réussir ?

Quand on double, il y a 2 avantages majeurs selon moi : déjà quand on connait le programme, on sait à l’avance quels cours sont plus difficiles, et lesquels peuvent n’être vus qu’une ou 2 fois, ça fait gagner du temps. Et ensuite bah quand j’étais primant bah j’ai pas réussi à vite définir ma méthode : gros bourin, on recopie tout. Et ça m’a été préjudiciable car même en travaillant beaucoup (en nombre d’heures presque autant qu’en doublant !) bah je m’étais ramassé (1789/3295 à l’époque au premier semestre ! La méthode change vraiment tout.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

Dur à dire, car je suis vraiment passé par quasiment toutes les émotions possible et imaginables… en 1 mot je dirais « éprouvante », à la fois dans le bon sens du terme, comme quand on éprouve la joie d’avoir un super classement à un entraînement par rapport à tous les autres, et dans le mauvais sens, surtout suite à l’épreuve traversée au début du deuxième semestre…

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

Extrêmement bien fait, et surtout : très utile ! je l’avais pas mal parcouru avant d’aller en paces et ça me faisait un peu « rêver » car je me disais « ça serait trop cool qu’un jour je puisse aussi donner mon témoignage comme tous ces gens qui ont réussi »… et bah voilà, c’est chose faite =)

Donc à mon sens vous faites du bon boulot sur ce site, changez rien :p

1
2017-08-12T10:02:15+00:00 12 août 2017|Categories: Doublant, Les témoignages, Marseille, Pharmacie|0 commentaire