Sommaire de l'article

Mélissa B, en 2e année de Pharmacie à Montpellier nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2017 – 2018, 188

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

Bac S spécialité SVT mention assez bien

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

Doublante

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

Concours pharmacie , sage-femme , kiné. 79ème , 60ème , 137ème

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

Bon niveau avec une bonne régularité dans le travail , assidue et motivée

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

Chez mes parents pendant les deux années

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

10 min soit à 3 arrêts de tramway

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

J’ai rapidement trouvée mes repères à la fac , une fois que j’étais lancée (soit à partir de la rentrée) j’ai considérée que je n’avais plus le droit de me plaindre et que je devais trouver coûte-que-coûte une façon de m »organiser et d’optimiser mon temps. Points important : je m’étais déjà bien renseignée pendant l’été précédent auprès d’étudiants et de forum.

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

Oui, parce que le fait d’anticiper était rassurant d’une part. D’autre part , parce que je ressentais le besoin de m’approprier les cours , les voir une première fois afin de me donner l’impression de « savoir globalement » de quoi nous allions parler à la rentrée. Mentalement, travailler les cours m’a été très utile , ça nous mets en confiance et ça nous mets dans le bain progressivement. Toutefois, sur le plan des connaissances, ceci ne m’a pas été d’une grande aide puisqu’avec un peu de recul maintenant je pense que j’apprenais de la mauvaise façon.

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Aucune activité physique digne du nom. Aucun loisirs de façon générale , car je pensais que ce serait une perte de temps et je n’arrivais pas à décrocher mon attention de la paces vers autre chose. De fait, j’ai préféré rester focus à 100% sur mon objectif principal : le concours. Toutefois, faire du sport à aider beaucoup d’autres personnes que je connais et je pense que choisir d’en faire (ou pas) n’est qu’une question de ressentie personnel , il n’y a pas de règle.

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Aucun loisirs , aucune sortie pendant les deux années. Comme je l’ai déja dit , je pensais que pratiquer un sport ou faire une sortie pour se détendre m’éloignerait de mon objectif et bien évidemment le stress du concours ne m’aidait pas à penser le contraire. J’ai donc volontairement décidé de ne rien faire d’autre que réviser.

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Oui et non , un frère seulement étudiant mais pas encore diplômé officiellement

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

Je dormais entre 5h et 6h jamais plus en semaine y compris le week-end. De fait , j’étais extrêmement fatiguée et ceci dés le réveil . Constamment cernée , beaucoup de migraine et de vertiges. Je ne faisais pas de « sieste » entre midi et deux heures (et avec du recul je pense que j’aurais du) et, une grande peine à m’endormir le soir. En journée , je tentais de prendre quelques vitamines , magnésium et vitamine C pour tenir le coup et surtout énormément de café (7 ou 8 dans la journée).

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

Je travaillais 11h par jour (en excluant les pauses). J’avais énormément de mal à prendre une pause ,envahie par un sentiment de culpabilité constant. Ce sentiment me suivait dés que j’envisageais de faire autre chose que travailler mes cours. Plutôt que de combattre ce ressenti j’ai décider de m’en servir et je me suis forgée progressivement une certaine auto-discipline (parfois excessive).
Je me laissais 1h pour manger à midi , 45 min le soir vers 19h et deux fois 15min à 16h et 23h. Il m’arrivait même de sauter des repas notamment celui du soir (ce que je ne recommande absolument pas).

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

Ma méthode était assez simple :
1) Je n’ai jamais été en amphi , car à Montpellier nous avons la chance d’avoir un système de vidéotransmission donc les vidéos de cours sur ordi. Du coup, je restais chez moi visionner les 4h de vidéos de cours de 16h à 20h. Je regardais toujours les cours du jour , le jour même , sans exception.
2) Après avoir vu les vidéos aux environs de 20h , je commençais à apprendre ces mêmes cours directement dans la soirée jusqu’aux alentours de minuit. Donc en fait, je regardais ET apprenais les cours du jour , le jour-même , et c’est super important de le faire car ça permet de bien débroussailler les notions directement après les avoir vues.
3) je gardais à jour un petit carnet dans lequel figurait TOUTES mes questions de cours et les concepts que je n’arrivais pas à comprendre pour ne pas oublier de poser mes questions. Généralement, je remplissais ce carnet de questions entre 00H00 et 00H30 maximum. Aucune question ne devrait être laisser sans réponse.
4) le lendemain matin , je ré-apprennais les cours de la veille (ceux des vidéos) de façon plus approfondie. J’apprenais constamment chez moi car je parlais/réciter mes cours pour les mémoriser. D’ailleurs connaitre son type de mémoire (visuelle,kinesthésique..) est très important pour optimiser son apprentissage.
5) Quelques jours par semaine je me rendais à ma prépa pour y suivre quelques séances de cours ou de qcm .

Point important : je fonctionnais avec un emploi du temps hebdomadaire que je faisais tous les dimanches et dans lequel j’étais ultra précise sur toutes les tâches que je devais accomplir. Dans cet emploi du temps figurait même mes plages de sommeil , de pauses , de douches , de repas etc. Je ne voulais pas laisser de place à l’imprévu. Je conseille vivement de faire des emplois du temps car en paces la masse de cours est tellement importante qu’on pourrait facilement s’y perdre.

Risques : j’ai pris l’initiative de ne suivre AUCUNE séance de TD pendant mes 2 années de paces. Ce fut un très très grand risque puisque la grande majorité des élèves les suivent. J’ai fais ce choix car j’ai rapidement sentie que j’avais besoin de beaucoup de temps de travail personnel pour assimiler les connaissances. Toutefois, je recommande de faire très attention avec ce type de risque , certains l’ont regretter. Encore une fois , un examen de conscience s’impose.

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Pas de fiches . En PACES tout est susceptible de tomber à l’examen. Comment pouvons-nous nous permettre d’exclure certaines notions ? Parfois , au concours , certaines notions absolument pas importante du point de vue médicale tombent. Et ceci simplement parce que les profs veulent tester notre capacité à ingurgiter un maximum de détails . J’apprenais donc tout , comme si tout pouvait tomber sans trier , sans à priori. Concrètement sur 2004 heures de cours que nous avons eu , il fallait apprendre les 2004 heures sans se poser de questions.

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

Totalement seule. Je n’arrive pas à travailler avec d’autres personnes de façon générale car j’ai un rythme assez particulier de travail et qui convient rarement à celui d’autres élèves. Sur les matières « à par coeur » j’avais une très bonne capacité à retenir et j’allais plutôt vite . Je mémorisais très vite. Beaucoup moins dans les matières calculatoires. Ceci ne veut pas dire que le travail en groupe est délétère , bien au contraire pour certains. A chacun de savoir ce qui lui correspond et d’avoir l’audace de l’appliquer.

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Chez moi comme j’ai dis , j’avais besoin de parler à voix haute pour mémoriser mes cours , en marchant chez moi et en faisant des gestes. Je voulais conserver une certaine dynamique dans l’apprentissage de mes cours afin de rester un maximum pro-active c’est-à-dire rendre l’apprentissage plus « vivant ». Point négatif : avec un peu de recul je trouve dommage de ne pas avoir assez exploitée ma mémoire visuelle.

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

Prépa privée sur les deux années.
Je recommande les prépas privées , sans langue de bois. Alors attention , certaines boites privées sont très mauvaises. Mais , si vous avez la chance de tomber sur une bonne prépa , ça peut largement faire la différence car les profs sont souvent expérimentés , connaissent les rouages de la paces , ont vu beaucoup d’élèves avant et connaissent le type de questions que se posent les étudiants généralement.
A défaut de moyens , je recommande le tutorat bien évidemment , qui fait un travail spectaculaire. Le tutorat à le mérite de tenter de combler les inégalités de chances entre élèves et rien que pour cela ils devraient être remercier.

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

Dans les UE « par coeur » comme la biologie cellulaire , biologie moléculaire , biochimie , anatomie , médicaments , SHS , physiologie j’étais souvent bien classées.
Dans les UE « calculatoires » comme les statistiques je me situais toujours dans la moyenne , sans plus ni moins . Je limitais la casse .

Aussi , j’ai majorée plusieurs fois les concours blancs d’UE7 de ma prépa et une fois celui de biologie cellulaire et moléculaire.

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

J’ai veillée tout au long de l’année de n’avoir aucun retard quitte à finir plus tard certains soirs. Je n’allais jamais me coucher sans avoir fini quelque chose qui était prévu dans mon emploi du temps. Je n’ai eu aucun retard sur les deux ans. En effet, ça m’a demander , certaines fois , de sauter un repas ou deux , de dormir 1h plus tard par exemple mais j’étais determinée à tout finir avant de dormir.
Point important : ça permet de commencer les « périodes de révisions » à zéro et directement, sans avoir à perdre du temps sur le retarda accumulé. Finalement , c’est simple : tout le temps que l’on perds pas sur du retard , c’est du temps gagné sur les révisions.

Quel était votre rythme de travail ?

En semaine :
Réveil : 06h
Début des révisions : 07H30
Pause : de 10h à 10h15
Repas : 13h à 14h
Pause : 16h à 16h10
Repas : 19h à 19h45
Coucher : 01h

Week-end :
Réveil : 07h
Début : 08h
Reste de la journée identique à la semaine
Coucher : 02h

Je n’ai jamais « pris de soirée » pour regarde une série , ni de jour de repos durant les deux ans et aucune grasse matinée. La seule chose que j’ai faite quand j’ai sentie que je saturais vraiment , c’est d’arrêter de travailler mes cours un vendredi soir à 20h c’est-à-dire un peu plus tôt que d’habitude pour essayer de souffler un peu. Je mets une mention particulière au rythme , faites attention et sachez écouter votre corps si vous saturez. Rythme très éreintant mais , selon moi , stimulant.

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

Etat d’esprit purement compétitrice. 100% concentrée sur ma progression personnelle . Selon moi , si on sait augmenter son propre niveau , c’est comme si on faisait baisser celui des autres (c’est le but du concours !). La compétition ne doit pas être malsaine toutefois mais elle doit être intense. N’ayez pas honte d’être en mode concurrence.
Pour l’anecdote, nous avions eu notre concours le 20 Décembre , et je me rappelle avoir fait un malaise le 19 Décembre à 15h c’est-à-dire pile poil la VEILLE du concours officiel. Habituellement , c’est mauvais signe car ça signifie qu’on est physiquement et mentalement à bout. Pourtant , je me souviens m’être réveillée au sol chez moi , m’être relevée , avoir compris que j’étais tombée et avoir vite récupérer mes polys de cours pour aller continuer de réviser. J’étais vraiment obstinée , têtue et déterminée à ne pas laisser ma place s’envoler quoique ça me coute. Je suis donc aller au concours le lendemain avec un mal de tête du fait d’être tomber par terre mais une motivation jamais vue.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

Très stressée car très exigeante envers moi-même pendant toute la préparation du concours.
Pourtant , étrangement , le jour-j mon corps et mon esprit était devenue tout à coup incapable de stresser , j’étais complètement sereine. En réalité , le fait d’avoir fait un malaise la veille m’avait apporté LA PREUVE qu’il me fallait : celle d’avoir TOUT donnée. A partir de là , je n’avais rien à regretter. J’étais comblée.

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

Cours en video comme déja dit et très concentrée.

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

Je prenais mes notes de cours sur ordinateur. J’écrivais , cependant , mes questions sur un carnet .

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

Oui , elles sont capitales pour bien se préparer au concours. Elles montrent souvent une certaine redondance des questions , permet de mieux cibler le type de questions , les tournures de phrases propres à certains profs. Je m’en suis d’ailleurs servies très tôt dans l’année , progressivement.

Comment était organisée votre journée ?

En semaine :
Réveil : 06h
Début des révisions : 07H30
Pause : de 10h à 10h15
Repas : 13h à 14h
Pause : 16h à 16h10
Repas : 19h à 19h45
Coucher : 01h

Week-end :
Réveil : 07h
Début : 08h
Reste de la journée identique à la semaine
Coucher : 02h

Tout le temps restant je révisais mes cours , ceux de la veille et très souvent j’intégrais des cours plus anciens pour ne pas les oublier convaincue encore que la mémoire fonctionne par « ré-activation ». Vers le milieu du semestre j’ai multipliée les QCM , ils sont très très importants . Simplement apprendre des cours n’a pas de sens si on ne met pas en application ce qu’on appris car certains détails passent à travers les mailles du filet , et on les repêche via la pratique des qcm . Les qcm sont un bon moyen de savoir si vous connaissez bien votre cours. Il est donc important de noter ces propres séances de qcm d’entrainement , ça donne un ordre d’idées.

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

1) Ne jamais se comparer aux autres , c’est très trompeurs. Jusqu’au dernier concours blanc de l’année , rien n’est révélateur.
2) Tant que c’est pas le jour-j , rien n’est perdu
3) Ne pas paniquez si on ne comprends pas tout, c’est normal
4) Avoir confiance en soi , pas en son intelligence mais en son travail
5) Travaillez beaucoup c’est bien , travaillez bien c’est mieux. N’oubliez pas la qualité de votre apprentissage.
6) Dormez suffisamment et mangez bien.
7) Ne mettez personnes d’autres , sauf vous-même , sur un piedéstal et perséverez

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

1) Ma persévérance. Je ne lâchais aucun cours , aucune notion , aucune question. Je ne dormais pas tant que je n’étais pas satisfaite de mon travail.
2) J’étais prête à tout sacrifier pour me concentrer uniquement sur mon concours , j’ai donc sacrifiée beaucoup d’éléments de ma vie sociale et personnelle et sans aucun regret car si c’était à refaire je le referai. Plus simplement , j’ai mis entre parenthèses tout ce qui n’était pas liée à mon objectif.
3) Mon égo. Je ne supportais pas de me laisser dépasser , je voulais toujours repasser devant dans les classements, faire plus , faire mieux.
4) Une très bonne stabilité mentale , il fallait beaucoup pour m’impressionner. J’étais vraiment tenace.
ET ENFIN
5) Beaucoup de remises en question sur ma personne , mes objectifs , ma méthode de travail. Vouloir sans cesse améliorer sa pratique.

Ce n’est donc pas du tout une question d’intelligence. C’est tout sauf de l’intelligence.

(Doublant uniquement) Qu’est ce qui a contribué selon vous, à votre redoublement ? Quels enseignements en avez-vous tiré pour in fine, réussir ?

Ne pas allez assez en profondeur dans les cours d’une part.
D’autre part , un manque cruel d’entrainement en pratique , donc un manque de qcm .

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

Très bonne. On nous apprends un tas de notions (certes violemment mais on les apprends quand même et beaucoup sont passionnantes). Ensuite , elle est très formatrice mentalement car ne nous laisse pas d’autres choix que de persévérer ou perdre. Le manque « d’humanité » de la première année est pour moi une très bonne occasion d’apprendre à se connaitre et se forger un caractère plus solide. Une année « douce et simple » n’aurait pas pu nous former à la résistance au stress , à la mémorisation de masse , à la réflexion et à la stabilité mentale.

Toutefois , pour trouver une raison de continuer même lorsqu’on est fatiguée , il faut faire en sorte que sa motivation soit plus forte que son découragement. Il faut être sans cesse stimuler.

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

Excellent site qui accompagne les paces via des témoignages nombreux et extrêmement interessants . Bravo pour ce travail !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here