Marie B, en 2ème année de Médecine à Toulouse nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2016 – 2017, NC medecine : 85

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

Bac spécialité SVT, mention Très Bien

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

Primante

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

Je n’ai passé que le concours medecine, où je suis arrivée 76eme.

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

J’étais plutot bonne mais pas excellente non plus, néanmoins j’écoutais en cours et travaillais avant chaque controle.

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

J’habitais dans un foyer d’étudiantes avec 40 filles en PACES et 40 filles dans des prépas donc l’ambiance était très studieuse mais aussi très conviviale !

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

Comptant le métro et la marche, je prenais 20 minutes… ce qui était relativement peu et me permettait de dormir un maximum le matin.

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

La fac.. je m’en été faite une grande idée, mais finalement je n’ai pas ressenti de particulier dépaysement.
A vrai dire, le tutorat avait organisé une pré-rentrée une semaine avant le début des cours. Il nous avait fait visiter les locaux, nous avait donné les premiers cours de PACES. Puis on a pu faire connaissance avec les tuteurs bourrés de conseils et de témoignages donc finalement plus rien ne nous était inconnu.
En fait, la Fac c’est comme au lycée, avec une classe plus grande et un prof qui parle plus vite (généralement)… et le choix de travailler, ou non.

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

L’idée m’est venue à l’esprit mais je n’avais pas de cours de PACES ni la motivation adéquate donc… je n’ai pas travaillée cet été la.
Pour les doublants, travailler l’été c’est presque un passage obligé pour vraiment partir avec un gros avantage en début d’année mais pour les primants je pense que travailler pendant l’été n’est pas forcément indispensable car c’est très compliqué de retenir et comprendre une notion toute nouvelle sans qu’elle fut expliquée en live par le prof.

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Aucune, j’avais peur de « gâcher mon temps de potentiel travail ». IL m’est arrivée seulement 2 fois de faire du sport pour me déchainer car je n’en pouvais plus de travailler. Mais bon, avec du recul j’aurais du prendre au moins une heure de sport par semaine pour me décoller un peu de toute cette ambiance de boulot et surtout pour me redonner un petit coup de fouet.

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Oui, je sortais boire un verre avec mes amis, de 21 h à 23h une fois tous les mois. Puis au premier quad, le dimanche soir j’allais à la messe mais au second j’ai arrêté car j’avais des places de classement à rattraper donc je ne voulais plus perdre aucune minute de travail.
Sinon, il m’est arrivé 3-4 fois quand vraiment je n’en pouvais plus, de m’accorder une sortie tout un soir ou toute une aprem’.

Les sorties sont indispensables pour le moral ! Ma devise c’est « Un bon moral pour un bon travail ». Si tu as peur de culpabiliser car pendant ce temps tu ne travailles pas, prévoit cette sortie plusieurs jours avant comme ca ce sera comme une récompense.

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Non, aucun !

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

Je me couchais généralement vers 22h 30 pour me réveiller a 6 h 30 donc environ 8h par nuit.
Dormir c’est une mesure phare pour réussir, car si la fatigue est présente, c’est très très compliqué de rester toute la journée sur une chaise avec son cerveau en surchauffe d’informations.

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

J’avais cours le matin et je travaillais toute l’après midi et tout le soir, en enlevant le diner et mes pauses, cela fait 7 h en semaine de travail personnel.
Ensuite, le samedi je travaillais 10h30 et le dimanche plutôt 9h, ce qui me permettait de me reposer légèrement pour attaquer la dure semaine à venir.

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

Ma méthode d’apprentissage est la REPETITION, je ne crois qu’en la répétition !
C’est a dire que quand je rentrais de mes cours le matin, je les révisais l’apres midi. Sachant que un cours était égal à environ 1h de travail : à chaque heure son cours. Puis quand ce cours était fini je me prenais 5 minutes de pauses et j’apprenais l’autre.
Apres environ 4h de travail, j’avais fini l’apprentissage de mes cours donc je me prenais une pause de 30 minutes. Puis j’attaquais ma relecture du premier cours de l’apres midi, puis du deuxieme… et arrivée à la fin de ma journée j’avais revu mes cours deux fois.
Le samedi je revoyais tous mes cours de la semaine pour la troisième fois et le dimanche c’était journée QCM.

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Non, aucune fiche. Puisque le but des QCM au concours est de se remémorer les connaissances et non pas de retenir par coeur le cours (oui, la nuance est subtile mais importante), j’essayais de comprendre plutot que d’apprendre donc les fiches ne m’auraient pas été d’une grande aide.

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

Le week end je travaillais avec une copine à la BU, et en semaine seule dans ma chambre.
A vrai dire, au début de l’année je me concentrais largement mieux quand j’étais tranquille dans ma chambre que quand j’allais à la BU, mais passer le week end sans voir personne me désespérait vraiment. Donc je préférais moins bien bosser mais garder le moral que bosser à fond mais déprimer… et puis à force, j’étais aussi efficace à la BU que chez moi.

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Chez moi en semaine et à la BU le week end.

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

J’étais au tutorat mais je n’avais aucune prépa, je ne savais pas si c’était tout à fait utile donc je me suis dis que si jamais je doublais, j’en prendrais une.
Je recommande absolument le tutorat car il prépare bien au concours puis les colles nous permettent d’avoir un classement par rapport à tous ceux qui y participent donc ca donne un ordre de grandeur sur notre niveau.
Cependant, pour la prépa c’est à réflechir à plusieurs fois je pense, car sur un cours de 1 h (+ le temps d’y aller), il n’y a peut etre que 15 minutes de réellement utile donc c’est à mettre en parallèle avec l’utilité acquise avec le meme temps passé chez soit.

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

J’étais toujours mois bien classée que je ne l’étais au vrai concours mais ça restait correct. A vrai dire, je ne révisais aucune colle (cela me permettait de mettre ma mémoire à l’épreuve et de me rendre compte de ce que je n’avais pas retenu) et dans chacune d’entre elles, il y avait un peu de triche donc finalement c’était juste histoire de s’entrainer au concours et de voir dans les grandes ligne notre niveau.
Tu vas voir, a la fin de l’année vous ne serez plus que 100 (contre 700 au début) à y participer, ce qui peut paraitre inutile du coup…. mais vas y quand meme pour te tester !

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

Non, aucun retard.

Quel était votre rythme de travail ?

Il était relativement soutenu car dans une journée de semaine je gardais environ 1h15 pour ma pause de midi puis 30 minutes de pause dans l’apres midi et c’était tout. De toute facon quand tu débarques en PACES, au vue du temoignage de chacun, tu risques d’entrer dans la psychose « une minute sans travailler et c’est la PACES qui file sous le nez »… donc généralement les gens travaillent au maximum de leur capacité avec le moins de pauses possible meme si évidemment ce n’est pas forcément la bonne atitude à adapter.
Cependant, le dimanche quand je sentais que j’avais fait à peu près le tour de mes cours, je m’accordais plus de pauses.

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

En fait, je n’ai pas réellement senti d’esprit de compétition à la fac. Les gens sont tous dans la même galère donc ce n’est pas un esprit d’entraide bien sur mais un esprit plutôt convivial car on essaye un maximum de rendre tous ensemble la PACES plus amusant, comme par exemple avec les chants dans les amphis.
J’étais donc plutôt altruiste.
Mais bien évidemment, on n’est pas à l’abri de la personne qui te regarde de haut en bas et de long en large pour ensuite détourner les yeux aussi sec, quand tu lui demandes la correction du QCM 10.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

Plutot décontractée. Je me disais que je faisais du mieux que je pouvais et donc que si je ne réussissais pas c’est que je n’etais pas au niveau de la P2.
Et c’est vrai que comme j’étais dans un foyer, je voyais toutes les filles en medecine qui déprimaient donc tu te dis que tu n’es pas seule à n’en plus pouvoir, ca te redonne de la motivation et enlève le stress.
L’important c’est de donner le meilleur de soit et après on voit si on est apte ou non à passer, alors pourquoi stresser ?

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

Trèèès concentrée, puisqu’on ne peut louper aucun détail. Il faut donc tendre l’oreille et gratter, gratter les paroles du prof ! Si on se disperse, pleins d’infos sont manquantes et donc on se risque au syndrome du QCM blanc.

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

Je prenais mes cours sur papier car c’etait beaucoup plus rapide puis, l’ecriture m’aidait largemet à retenir. Au début j’avais un dictaphone mais comme j’arrivais à écrire tout ce que le prof disait, je m’en suis très vite séparé.
Faut faire attention, car certains ont tendance a enregistrer le cours au dictaphone et le réécouter entièrement chez eux, ce qui fait perdre un temps énorme ! Le mieux, je pense,c’est de mettre tous ses efforts d’attention dans le cours pour ne rater qu’un minimum d’informations, et non pas se reposer sur son dictaphone genre « de toute facon je réécouterai ».

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

Oui, à l’approche de chaque concours, c’est à dire dans les semaines de révisions quand je commençais a être fin prête, je faisais toutes les annales de la Fac. C’est extrêmement utile car des fois certains pièges sont récurrents donc une fois qu’on les sait, on n’y tombe pas dedans durant le concours. On voit aussi si le prof aime poser des QCM plutot à réflexion ou à connaissances; donc cela nous permet d’adapter nos manières d’apprendre les cours.
Et puis, quand tu arrives au concours, c’est rassurant car les QCM ressemblent aux annales donc tu pars avec un bon état d’esprit.

Les annales sont, en conclusion, à faire absolument ! Si il me manquait un peu de temps dans mes révisions je préférais faire mes annales plutôt que d’apprendre pour la quatrième fois mon cours par exemple.

Comment était organisée votre journée ?

J’avais cours le matin, ensuite je prenais 1h 15 de pause déjeuner durant laquelle je mangeais et regarder quelques videos sur youtube puis je travaillais 4h. Je m’accordais 30 minutes de pause puis je repartais de plus belle. Finalement la journée était centrée autour du travail, avec néanmoins quelques petit répits pour le cerveau.

J’avais organisée ma journée telle une routine que je répétais tous les jours de la semaine, par exemple a 19h 27 j’étais en train de travailler mais je savais qu’à 19h 28 je devais me levais pour aller diner. Toutes mes actions étaient régulées au millimètre par l’heure… ça fait un peu psycho rigide mais au moins ca permet une rigueur qui ne laisse pas place à la démotivation car à telle heure je devais faire telle chose, coute que coute.

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

Je conseillerais à tous les futurs PACES de toujours, toujours, toujours prendre conscience de leur corps et de leur moral. Je pense que, si une de ces deux choses n’est pas au beau fixe, alors le travail ne peut pas etre à 100 % efficace.
Si tu as besoin d’une pause, prend la ! Et puis ca sert à rien de ce coucher tard le soir pour réviser un énième cours. Mieux vaut le reporter à demain (malgrè le dicton).
Tout est dans l’équilibre entre le cerveau, l’esprit et le corps, l’EQUILBRE. En gros, la limite de ton « quota » boulot est ton bien être. Si tu travailles mettons 11h par jour mais que tu te sens déprimé, travaille alors que 10h30 et va boire un verre avec un ami, tout en te disant que ta pause fais partie de ton travail car pendant tes loisirs, le cerveau bosse malgrè tout.

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

Je pense que c’est justement cet équilibre qui m’a fait tenir, notamment ne réviser que 10 h par jour pendant les révisions pour arriver fraiche au concours, tandis que tous mes amis autour de moi ne juraient qu’en le non stop et donc les 13h de travail par jour. Ou encore, participer à l’activité zen proposée par le tutorat au début du deuxieme quad, tandis que d’autres surlignaient deja leurs cours.

Ce qui m’a fait réussir c’est aussi peut etre que dès ma rentrée en PACES je m’étais dit : « je serais primante » et que cette phrase ne m’a pas lâché d’une semelle. Non pas que j’ai un égo sur-dévelopé mais je crois que c’est important de se mettre des objectifs en tête et de ne penser à rien d’autre, et d’y croire à 2 000% en mettant en veilleuse toutes les raisons qui nous pousseraient à penser le contraire. Partir vainqueur c’est le meilleur moyen de l’être à l’arrivée.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

Absolument géniale. Très enrichissante du point de vue personnel puisque atteindre un objectif qui paraissait infranchissable donne quand même un boost dans la confiance en soit puis aussi très saine humainement car c’est dans ce genre de moment que tu sens la force du groupe, la force du « on galere ensemble ».
Finalement, la PACES c’est pas l’enfer… meme si, c’est sur, il y a des jours compliqués ou tu te dis que tu n’y arrivera pas. Le principal, c’est de laisser filer ces mauvaises pensées et de repartir le lendemain plus motivé que jamais.

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

Je le trouve super, car il permet de détruire certains mythes de la PACES mais aussi de voir ce qui nous attend réellement.
Puis, des soirs de gros doute, il permet de prendre exemple sur certains témoignages pour améliorer sa facon de vivre la PACES.