Sommaire de l'article

Manon V., en 2e année de Médecine à Toulouse nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2017 – 2018, A la faculté de Pharmacie de Toulouse, le numérus est de 165 toutes filières confondues dont 84 pour médecine (sur 900 étudiants environ au départ).

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

Bac S, spécialité mathématiques ; mention très bien.

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

Primante

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

Médecine-Kinésithérapie (36e) / Pharmacie (32e)

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

Plutôt très bon, j’étais une élève assez travailleuse, sérieuse.

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

Toute seule dans un appartement.

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

Moins de 10 minutes à pied.

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

La faculté de Pharmacie à Toulouse est une fac assez petite, les cours se déroulaient toujours dans le même amphi donc j’ai rapidement réussi à prendre mes marques.

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

Je n’ai pas travaillé les cours avant de rentrer en PACES tout simplement parce que je n’avais pas de cours PACES à ma disposition !

Cependant, même si j’avais eu des cours PACES, je préférais profiter de l’été, des derniers instants de vacances et de répit puisque la PACES est une longue et difficile année de travail ; tout comme la suite des études de médecine.

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Je ne pratiquait pas régulièrement d’activité physique puisque je ne suis pas sportive mais lorsque j’en ressentais le besoin, ou lorsque travailler me prenait trop la tête, j’allais courir ou faire de la natation 30 min à 1H pour me vider l’esprit et recommencer.à travailler sur de bonnes bases.

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Je me contentais des repas en famille tous les weekends lorsque je rentrais chez mes parents.

Dans l’année, je suis sortie 2 ou 3 fois mais en rentrant vers 1H du matin et bien sur en ne buvant que très peu d’alcool car l’alcool est très mauvais pour le travail !!

J’ai aussi pris une journée entière de repos le jour de Noël.

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Non.

C’est d’ailleurs très compliqué de se faire une idée de ces métiers lorsqu’on ne connait personne qui les exerce. C’est pour cela qu’il ne faut pas hésiter à se renseigner sur des forums internet ou contacter pendant son année PACES des étudiants d’années supérieures !

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

Au moins 7 à 8H de sommeil par nuit.

Le sommeil est quelque chose de primordial pour pouvoir travailler efficacement ; il ne faut pas rentrer dans un cercle vicieux de la fatigue car il n’existe que très peu d’instants de répit au cours de l’année de PACES ! Le principal est de garder la forme et être en bonne santé.

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

Tout d’abord, 4H de cours le matin.

Ensuite, 6 à 8H de travail personnel chez moi ou à la BU.

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

Pour apprendre le mieux et le plus rapidement possible, j’allais d’abord à tous les cours, en étant le plus attentive possible ; la mémoire auditive permet de retenir une certaine quantité d’informations.

De plus, je revoyais les cours de la journée l’après midi même, tout en complétant le cours, en essayant de comprendre et d’assimiler les notions.

Le weekend, je revoyais les cours de la semaine en essayant dès que possible de prendre le temps pour faire une fiche récapitulative, claire, pour la relire aussi souvent que possible (ex : le soir avant de se coucher).

Pour assimiler le cours, je relisais, je réécrivais le cours, j’essayais de faire des schémas si besoin afin que toutes les informations soient bien organisées dans ma tête et aussi claires que possible. Je m’entrainais aussi dès que j’avais un peu de temps en faisant des QCMs fournis par le Tutorat de la faculté et en faisant des annales de concours.

Note : Si le cours n’est pas compris, la mémorisation sera d’autant plus difficile !! Mais attention, parfois on croit comprendre le cours mais ce n’est pas réellement le cas donc pour s’auto-évaluer, il faut faire le plus souvent des QCMs d’entraînement.

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Je faisais assez peu de fiches mais j’en faisais surtout lorsqu’il y avait beaucoup d’informations à apprendre par coeur.

Par exemple, je faisais une fiche tableau en médicaments avec tous les médicaments qu’il fallait connaitre par coeur, leur action etc.

Je faisais aussi des fiches qui regroupaient les chiffres importants à connaitre dans une matière, ou les définitions et concepts importants à maitriser.

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

J’ai travaillé la plupart du temps seule.

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Généralement, je commençais à travailler en début d’après midi chez moi puis, vers 16H, j’allais à la bibliothèque universitaire car le trajet (10 min à pied) me permettais de faire une pause, de me balader, appeler ma mère, me déconnecter un peu des cours, sans culpabiliser.

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

Je n’avais pas de prépa privée mais j’étais inscrite au tutorat de la fac.

Je n’avais pas les moyens de me payer une prépa mais même si ça avait été le cas, je n’aime pas trop le système de prépa ; payer une telle somme pour des cours supplémentaires qui ne garantissent pas le passage en 2e année ne m’intéresse pas.

Le tutorat de ma faculté est plutôt bien développé; beaucoup d’étudiants sont investis dans le projet et grâce à ça, les étudiants en PACES ont un réel suivi et une aide non négligeable. Ils fournissent des polycopiés de cours avec des explications simples des cours, des fiches récapitulatives, claires et de nombreux QCMs pour s’entrainer ! Le tutorat organise aussi des événements comme les colles et les permanences (où on peut poser toute sorte de questions) chaque semaine, des concours blancs, des semaines avec ateliers détente, des ateliers de gestion du stress (sophrologie…) mais aussi un système de parrainage qui nous apporte un très grand soutien moral. En plus de cela, tout est entièrement gratuit.

Je recommande le tutorat à ceux qui ont la chance d’avoir un tutorat actif dans leur faculté et pourquoi pas la prépa privée si vous en avez les moyens !

Cependant, je pense qu’il faut faire attention et ne pas trop se reposer sur ses lauriers en pensant que la prépa est un gros avantage et qu’avec ça il est possible de moins travailler …

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

Les colles sont peu représentatives car tous les étudiants ne participent pas !

Mais en général, sur 500 élèves, j’étais classée entre 100e et 150e aux colles du tutorat.

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

Pour la prise de cours et la mise en page, je n’avais aucun retard car il ne faut surtout pas en prendre !!

Pour apprendre les cours, j’essayais de le faire dans la semaine. Souvent, si j’avais du retard, j’essayais de revoir le cours le weekend.

Quel était votre rythme de travail ?

Je travaillais tous les jours (sauf le jour de Noël), environ 6 à 8H de travail personnel.

Pour la mise en page de mes cours, j’essayais de me dépecher tout en le faisant proprement et clairement.
Pour l’apprentissage des cours, je prenais le temps nécessaire pour être sure de bien comprendre la totalité du cours et ainsi ne pas devoir revenir dessus plusieurs fois les jours qui suivent…

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

Je n’étais pas du tout dans un esprit de compétition car je pensais que nous étions tous dans la même « galère ». Je travaillais pour moi, pour faire le mieux que je puisse faire mais je ne travaillais pas en me disant « je travaille dur pour battre les autres ».

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

Dans la vie de tous les jours, plutôt décontractée mais quand même un peu stressée.
En période de révision, j’étais très stressée, c’est pour cela que j’essayais de faire le plus de pauses possible et garder un bon rythme de sommeil.

Et, bien sûr, en période de concours, c’était le stress ultime, avec une boule au ventre constamment tout au long de la semaine ! Mais je crois que tout le monde stresse à fond au moment des épreuves…

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

Très concentrée, j’écoutais tout le cours.
J’ai en partie une mémoire auditive donc écouter attentivement me permettait de retenir déjà une certaine quantité d’informations.

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

Dans certaines matières, des polycopiés correspondant au diaporama du prof nous sont donnés par la fac. Pour ces cours, j’annotais les polycopiés.
Pour les autres cours, je prenais à l’ordinateur car j’écris beaucoup plus vite qu’à la main.

Pour tous les cours, j’enregistrais le cours avec le Dictaphone de mon téléphone ; ça me permettait de noter les passages où je n’avais pas compris ou entendu ce que le prof avait dit et ensuite réécouter chez moi pour compléter le cours et ne perdre aucune information.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

Oui, surtout pendant les périodes de révisions durant lesquelles les annales sont primordiales pour s’auto-évaluer avec des QCMs qui correspondent à la réelle difficulté du concours.

Comment était organisée votre journée ?

Le matin je me levais à 7H00 ; je partais à la fac à 7H30. Les cours avaient lieu de 8H00 à 12H00.
A 12H, je rentrais manger chez moi.
Vers 13H-13H30, je recommençais à travailler chez moi ; je mettais les cours de la matinée en page sur l’ordinateur, je complétais mes cours grâce à l’enregistrement …
Vers 16H-17H, je faisais une pause : le trajet de 10 min à pied pour aller à la bibliothèque universitaire.
Vers 19H je rentrais chez moi. A ce moment là je fais une grosse pause (jusqu’à 20H30-21H), le temps de manger, me doucher etc.
Puis à 21H je reprenais un peu le travail, je relisais les cours mais j’évitais de faire des choses qui demandent trop de réflexion car la fatigue de la journée me rendait moins efficace.
Et enfin, vers 22H30, je me couchais, je lisais un livre ou parlais à mes amis/proches par messages et je m’endormais généralement vers 23H.

Lorsque les cours étaient très denses ou complexes, il m’arrivait de me coucher à 23H30-00H00 mais dès le lendemain, j’essayais de me coucher plus tôt pour éviter d’accumuler de la fatigue.

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

Mes conseils seraient de donner le meilleur de soi-même, se donner les moyens de réussir. Cependant, il faut aussi savoir préserver sa santé et ne pas rentrer dans un cercle vicieux de la fatigue et du stress. Il faut savoir s’arrêter de travailler lorsque vous en avez marre, car le travail devient contre-productif !

Il faut aussi éviter de rester seul car c’est plutôt déprimant … (je parle en connaissance de cause).

Je crois aussi qu’il ne faut pas arriver en PACES en se disant « de toute façon je vais redoubler » car la motivation doit être présente du début à la fin, c’est justement cette motivation qui nous permet de tenir le coup, se donner les moyens d’y arriver et de ne pas déprimer !
Par exemple, lorsque j’avais des coups de mou, je regardais le programme de 2e année (avec les stages), je surfais sur les forums internet pour me donner envie de continuer et d’arriver en 2e année.

Enfin, il faut prendre du temps pour soi de temps en temps comme faire du sport, par exemple, ou profiter de ses amis (sans forcément faire la fête mais simplement manger avec fait un bien fou !), profiter de sa famille, et se reposer de temps en temps. Par exemple, au moins une soirée par semaine, je ne travaillais pas et je prenais cette soirée pour voir des amis, regarder des films/séries, me reposer, etc. Je pense que c’est important pour le moral !

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

Selon moi, en arrivant en PACES, je savais travailler. Ayant toujours travaillé pendant le lycée, je me connaissais très bien pour savoir comment apprendre les cours, comment réussir à les comprendre, à les assimiler etc.
Il est vrai que beaucoup d’élèves (même excellents élèves) arrivent en PACES alors qu’ils n’ont jamais vraiment trop travaillé au lycée ; ils ne connaissent pas forcément de méthode de travail et sont vite surpassés par la charge de travail.

Les méthodes, astuces, mnémotechniques sont propres.à chacun et il faut rapidement savoir les mettre en place et les utiliser en arrivant en PACES.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

Globalement, cette PACES fut assez éprouvante mais très enrichissante ; c’est un marathon dans lequel il faut garder une allure rapide, constante, sans s’essouffler trop longtemps sinon on est sur la touche.
J’ai tout de même bien vécu cette année car j’ai fixé des priorités sur ma santé physique et mentale. J’ai su « dire stop » lorsque la charge de travail me surpassait pour faire une pause, profiter de quelques instants et reprendre ensuite le travail, motivée et en forme.

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

Ce site est très enrichissant pour les personnes à la recherche de témoignages sur la PACES, qui est vécue différemment par chaque étudiant qui la traverse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here