Sommaire de l'article

Manon D., en 2e année de Médecine à Bordeaux nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2018 – 2019, 340, en médecine

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

Bac S SVT, sans mention (passable), au CNED

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

Doublante

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

Concours médecine, classée 63ème au premier semestre, 86ème après le second semestre :) (en primante, 718 au S1 puis 1042 au S2)

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

Au lycée, j’étais plutôt assidue, mais sans y passer des heures par soir.

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

Toute seule, puis plus ou moins chez mon copain

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

30 minutes à pieds, 15-20 minutes en tramway

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

A la fac, j’ai rapidement trouvé mes marques. Je trouve que la faculté de Bordeaux est assez facile d’accès (quelques raccourcis à connaitre les jours de pluie aussi ;) )

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

Lors de ma première année de PACES, j’avais un peu regardé les cours pendant l’été. Je n’avais pas fait de sciences depuis 2 ans (puisque j’ai mis 2 ans après le BAC pour me lancer dans l’aventure) donc je voulais me remettre dans le bain pour ne pas paniquer. J’ai également fait la pré-rentrée du tutorat, qui permet d’avoir un petit avant-gout de l’année à venir :)

La deuxième année de PACES, j’ai eu un job pendant l’été, et j’estimais qu’il ne faudrait pas lâcher pendant 8 long mois, donc j’ai préféré économiser mon énergie et ma mémoire. J’ai fait la pré-rentrée d’une prépa privée qui était assez intense (on a vu l’intégralité du programme d e3 ou 4 matières, les plus appréhendées) et le concours blanc de pré-rentrée où j’ai été assez moyenne à vrai dire.

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Non. Je préférais profiter de mon temps libre pour voir mes amis mais j’allais toujours aux colles ou à la prépa à pieds pour m’oxygéner le cerveau et prendre l’air.

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Je ne me suis jamais empêchée de sortir au moins une fois par semaine pour voir mes amis musiciens dans les pubs, ou d’aller boire des cafés, par-ci par -là, avec des amis ou ma maman.

Je regardais aussi pas mal de séries, ou les laissais en fond quand je travaillais. Cela me donne une contenance.

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Non, ma maman était institutrice et mon papa, cadre dans l’industrie automobile. Aucun rapport. En revanche, j’ai des cousins dans le médical.

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

J’ai un sommeil assez perturbé, mais ayant fait le choix de travailler sur les cours d’une prépa privée, je n’avais pas à me lever pour aller en cours.
Je travaillais donc assez tard jusqu’à ce que je parvienne à m’endormir, et je ne mettais pas de réveil pour être entièrement disponible par la suite, suffisamment concentrée et efficace. C’était important pour moi de ne surtout pas m’imposer un rythme auquel je n’étais pas habituée.

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

Cela dépendait des moments et des jours. Au premier semestre, j’avais déjà acquis pas mal de connaissances l’année précédente et lors de la pré-rentrée. Entre 0 (oui, cela arrive parfois) et 10h (voire 12, mais cela est resté très exceptionnel). J’essayais d’être certaine de travailler au moins 7 ou 8 heures par jour, pour ne pas culpabiliser avant de faire quelconque sortie.

Au deuxième semestre, je n’ai pas fait beaucoup « mieux » d’autant que je connaissais très peu voire pas du tout les leçons. Je ne le conseille pas pour autant car cela est très stressant de prendre du retard.

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

Au premier semestre, primante et doublante, j’ai utilisé la méthode des J un peu à ma sauce, mais avant les révisions j’avais tout lu au moins 6 fois voire 7 et c’était vraiment du peaufinage pendant les révisions.

Au deuxième semestre, j’ai tout lu, je n’ai jamais fait d’impasse, j’ai fait plusieurs répétitions mais j’avais perdu tout sens de l’organisation donc cela était beaucoup plus angoissant. Et n’ayant travaillé que très peu avant les résultats du S1, j’ai eu beaucoup de mal à retrouver mes marques.

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Non

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

Je parlais aux personnes de ma prépa sur les réseaux sociaux, mais je travaille seule, chez moi ou chez mon copain.

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Chez moi. J’ai une peur panique des BU, c’est trop studieux, cela m’angoisse. J’apprécie mon petit cocon.

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

J’ai fait les deux, bien que nous n’ayons pas le droit, car cela rassurait mes parents. Je pense que le tutorat est un bon compromis si l’on sait se cadrer, et que l’on n’a pas trop besoin d’être rassuré.

Pour ma part, j’apprécie pouvoir communiquer avec des professeurs qui nous expliquent le cours. Et aussi, d’avoir des colles et des concours blancs un peu moins tirés par les cheveux qu’au tutorat.

Le fait que les cours soient distribués sous forme de poly, en prépa, me correspondait également. Les cours/TD et colles de la prépa sont en journée aussi, alors qu’au tutorat ils sont le soir. Après une journée de travail, je trouve cela compliqué d’aller passer 4h enfermée jusqu’à 23h.

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

Oui, je me classais toujours dans le numérus « proportionnellement », c’est à dire environ les 200 premiers au tutorat et les 40 premiers à la prépa. Le plus souvent dans les 100 au tutorat et les 20 premiers à la prépa, car cela me laissait un marge de manoeuvre.

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

Ah ça oui, surtout au second semestre.

Je ne me force pas nécessairement à rattraper, car la méthode des répétitions fait que, dans tous les cas, on sait qu’on aura lu plusieurs fois chaque cours avant les concours. Donc favoriser les cours les plus compliqués et éviter de prendre du retard sur ceux-ci et déplacer son retard éventuel sur des cours moins compliqués ou déjà bien acquis.

Quel était votre rythme de travail ?

J’utilisais SEGMO pour générer ma méthode des J. Puis après je lisais le cours la première fois, je faisais les annales et les QCM à ma disposition. Puis les fois d’après je refaisais les annales et je relisais le cours en insistant sur les parties où j’avais douté ou là où j’avais eu faux.

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

Je garde un esprit de compétition mais cela ne m’empêche pas de me lier d’amitié avec des personnes et d’avoir envie de les aider. Aider les autres à comprendre un cours en le ré-expliquant permet aussi de mieux l’assimiler donc c’est donnant donnant finalement :)

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

En toute honnêteté, je ne sais pas. Plutôt décontractée mais avec mes montées d’adrénaline on va dire?

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

En cours Théorique, lorsque j’y allais, je n’arrivais pas à me concentrer. La video transmission, sans interaction, ce n’est vraiment pas mon truc c’est pourquoi j’ai préféré apprendre sur des cours de prépa et ne pas perdre de temps en cours et dans les transports.

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

Sur ordi puis les cours de prépa.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

C’était d’ailleurs mon principal mode de travail et de vérification des connaissances. Les annales et les QCMs en plus (colles, concours blancs, achat de supports numériques avec de nombreux QCM à d’anciens étudiants) c’est dans mon cas, 50 % du travail. A seulement lire, je m’ennuie donc je finis pas ne plus enregistrer, alors qu’en faisant des QCM j’ai un apprentissage actif.

Comment était organisée votre journée ?

Je me levais à l’heure où je me levais sans réveil et je regardais quels « J » j’avais à faire, je regardais si j’avais du retard et s’il y avait des cours à privilégier. Quand j’avais faim, j’allais me chercher à manger et me mettais devant un épisode de série, puis quand l’épisode était fini je m’y remettais: Annales, QCM, lecture de cours. Lorsque je sentais que j’en avais marre d’une matière, je faisais des QCMs nouveaux ou je changeais de matière: une qui demande plus d’attention ou que je préfère.

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

Se faire confiance. Ne surtout pas partir vaincu parce que toute notre scolarité on a eu des facilités d’apprentissage et que là, on nous dit qu’il faut travailler 12h au minimum par jour.

J’ai essayé la première année et le lendemain, j’étais incapable d’ouvrir un livre. Au final j’y perdais plus qu’à travailler le nombre d’heures où j’étais concentrée même si c’était parfois peu.. Donc vraiment faire en fonction de ses besoins, pas en fonction des « on dit », car c’est la meilleure façon de perdre confiance en soi et d’avoir l’impression d’être un incapable ou un flemmard. Chacun ses besoins. Se tuer à la tâche et s’endormir sur sa table le jour du concours, ça s’est vu…
Il faut savoir s’écouter, car on est plus efficace dans un esprit sain et un corps sain qu’au bout du rouleau. La PACES, c’est aussi et surtout du mental.

Au début mes parents étaient catastrophés quand il voyait que je continuais de sortir, voir mes amis et que je ne travaillais pas H24 puis ils ont décidé de me faire confiance, je me suis fait confiance, et ça a payé.

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

Je pense que le respect de mon mode de vie, de mon rythme et le maintien d’une vie sociale épanouie m’a grandement aidé. Ça m’a aidé à ne pas en avoir marre, et aussi à me changer les idées lorsque j’en avais besoin. Savoir souffler et s’octroyer de réelles pauses faisaient aussi partie du travail pour moi.

(Doublant uniquement) Qu’est ce qui a contribué selon vous, à votre redoublement ? Quels enseignements en avez-vous tiré pour in fine, réussir ?

Je n’avais pas encore trouvé mes marques et appris à me refaire confiance après 2 ans sans rien faire de scolaire ou presque, et ma « non mention » au bac qui m’avait mis un coup.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

C’est une année difficile qu’il faut apprendre à vivre le mieux possible. Le plus long pour moi, cela a été l’attente des résultats. Une fois dans le bon sens du courant, j’ai trouvé les cours intéressants et plutôt sympa à apprendre.

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

J’aime beaucoup ce site, cela remonte le moral de lire les témoignages pendant les coups de mou. La réussite de cette année n’est pas qu’un mythe, c’est possible, et il faut y croire.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here