Sommaire de l'article

Lucile C., en 2ème année de Paramédical à Strasbourg nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2017 – 2018, 85 paramédical (72 kiné, 8 psychomotricien, 5 ergothérapeute)

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

Scientifique spécialité SVT Mention « Assez Bien »

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

Doublante

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

Je me suis présentée à toutes les filières, cependant je n’en ai préparé qu’une. J’étais admissible en Rééducation 105, Maïeutique 89, Pharmacie 232. Refusée en Dentaire 201 et Médecine 419

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

Au lycée j’ai toujours été moyenne ! Ma moyenne générale était aux alentours de 12 alors que je travaillait !

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

Je vivais toute seule pour mes deux PACES dans une résidence étudiante où j’avais des amis qui me soutenaient et avec qui je faisais des pauses.

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

10 minutes à pieds

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

J’ai assez vite trouvé mes repères à la fac. Je m’attendais vraiment à pire avec ce que j’avais entendu. Le déroulement des cours ainsi que les horaires sont très routiniers, il est facile de prendre ses marques. Cependant c’est le travail personnel qui était dur à mettre en place.

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

Pour ma première PACES j’ai fais une pré-rentrée avec une prépa. S’imprégner une première fois des cours ne peut être que bénéfique ! De plus les premiers jours à la fac peuvent être déstabilisants pour certains cela permet donc de ne pas prendre de retard !

En étant doublante, la semaine qui précédait la rentrée je me suis mise à réviser les cours de la première semaine ce qui me permettait d’avoir une semaine d’avance. En revanche le reste de l’été j’ai fait le choix de ne pas toucher un seul cours de peur d’arriver début octobre déjà lessivée et fatiguée. Après coup, je conseille malgré tout de s’y mettre deux semaines avant mais à un rythme de « croisière », vous restez en vacances malgré tout il faut les savourer !

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

J’ai commencé la course en PACES ! Je courais une fois par semaine, soit le week-end pour terminer la semaine et ainsi être d’attaque pour la prochaine, soit je courais en semaine lorsqu’un après-midi j’avais du mal à apprendre.
Je courais 15 minutes + 15 minutes musculation ou bien courir pendant 30 minutes.

Après le sport les cours s’apprennent plus facilement c’est impressionnant ! Cependant j’avais peur de me fatiguer et de ne pas pouvoir assurer l’apprentissage derrière, j’ai fait le choix de ne pas pousser mes limites, 30 minutes de sport me suffisaient ! En plus de ça j’allais en cours à vélo et prenais l’escalier jusqu’au cinquième étage ça permet de bouger.

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Pendant mes repas et avant de me coucher je regardais une série de 40/50 minutes cela me permettait de faire une véritable coupure.

Je me suis imposée d’avoir une soirée par semaine où je ne travaillais pas, amis, famille, film, peu importe une soirée qui nous fait du bien !
J’arrêtais de travailler à 18H30/19H au lieux de 22H30 et je me couchais à une heure raisonnable 00H maximum et zéro alcool pendant l’année !
En soit je perdais 3H de travail mais après j’étais à nouveau d’attaque. Il vaut mieux faire une soirée cool qui recharge le mental plutôt que de travailler ces 3H mais trois jours plus tard péter un câble à cause de la pression !

Il est indispensable d’avoir le moral ! Entourez vous des personnes qui ont un effet positif sur vous !

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Mon père est kinésithérapeute.
Dans ma famille nous sommes maintenant 4 cousins sur 7 à avoir passé l’étape de la PACES. Mon cousin est interne en médecine interne, ma cousine pharmacienne, mon autre cousine est en maïeutique.

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

Durant le semestre j’avais 7H de sommeil, pendant les révisions j’ai augmenté à 8H de sommeil.

À une semaine du concours je me couchais à 22H45 au lieu de 23H30/00H et me réveillais à 8H30/9H au lieu de 7H30.
Arriver reposée pour les épreuves est essentiel !!
Sans le sommeil vous ne pouvez pas être performant dans l’apprentissage et surtout le jour J !

Et si la journée j’étais fatiguée je faisais une sieste de 20 minutes , cela fait un bien fou !

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

Pendant le semestre je travaillais 7H/7H30 mais pendant le révisions je travaillais 11H/11H30.
Je pensais que cela n’était pas beaucoup mais en discutant avec des étudiants de médecine ils m’ont indiqué le contraire.

L’important c’est la qualité et non pas la quantité, certains auront besoin de lire le cours 2 fois, pour moi il fallait que je puisse redire mon cours à 70% de mémoire pour que je puisse passer au suivant. Mais ne vous faites pas d’illusions les personnes qui retiennent uniquement après une ou deux lectures sont très rares ! Chacun sa méthodes ! Certains devront écrire leurs cours ou bien les réécouter ce qui prend énormément de temps mais il est bien plus bénéfique de prendre ce temps qui sera efficace plutôt que de faire dans la quantité et non pas la qualité !

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

Ma méthode de travail était de prendre le cours étape par étape. Bien le décortiquer pour être sur de bien le comprendre. Compris c’est acquis ! (bien évidemment il faudra faire des piqures de rappel). Ma première lecture pouvait donc prendre énormément de temps (2H)! Pendant ma première lecture j’écrivais les mots clés sur un brouillon juste après avoir lu le paragraphe. Ensuite lors du deuxième passage : soit j’essayais de l’écrire avec des flèches/abréviations, soit je le récitais un paragraphe à la fois.
Le soir je revenais sur les paragraphes que je maitrisais moins.

Ma méthode en mots clés : lecture – répétition ! – écrire les phrases qui ne se mémorisent pas – lecture – répétition – évaluation – dernière lecture => RÉPÉTITION !

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Oui lors de la dernière relecture avant le concours. J’écrivais sur une feuille volante les points d’ombres du cours et les lisais la veille du concours.

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

J’ai travaillé le premier semestre avec un ami. Nous étions assis côte à côte, chacun faisait son truc mais le soir avant de terminer la journée nous nous interrogions.

Au second semestre je travaillais dans la même pièce que d’autres amis, nous nous entre-aidions pour des questions mais on ne travaillait pas en binôme.

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Cela dépendait des périodes, au premier semestre la bibliothèque était mon amie mais lorsqu’il faisait froid en décembre j’ai vite cessé d’y aller, je me suis mise dans les salles de travail de ma résidence. J’ai continué d’y travailler toute l’année.

Il faut s’écouter des fois on n’arrivera pas à travailler dans le studio il est préférable d’aller à la bibliothèque exceptionnellement.

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

En tant que primante j’avais une prépa deux fois par semaine, un fois cours et une fois colle. Je trouvais les cours inutile, on peut réussir à comprendre par soi-même ou bien en allant aux TD !
En étant redoublante, j’ai opté pour une prépa en ligne qui proposait des synthèses de cours, des explications supplémentaires en contact direct avec des tuteurs ainsi que des colles sur les cours de la semaine le week-end.

Le tutorat de Strasbourg s’est énormément amélioré en 2017/2018 je le conseil vraiment en complémentaire d’une bonne prépa en ligne !

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

Comme tout le monde j’avais des points forts et des points faibles. L’UE1 (chimie/biochimie/biométabolisme) me posait plus de problème même si sur le semestre j’étais dans le premier quart. En revanche en maths j’étais 3ème sur 273 (en maths seul les formules s’apprennent le reste c’est de l’entrainement)! En physique je ne me trouvais pas à la hauteur, les notes étaient souvent inférieures à 10/20 mais le classement parlait de lui-même j’étais dans le premier quart !

Au premier semestre je n’arrivais pas à me contenter de ces résultats il fallait que je soit dans les 20 premiers de la prépa pour que je considère le classement comme bon. Je n’y arrivais pas souvent et c’était frustrant de ne pas atteindre cet objectifs. Je me suis donc rendue compte que se fixer des objectifs n’était pas la solution car on est déçu, on ne voit que l’échec alors que c’est faux !
Pour le second semestre j’avais une autre philosophie qui était :
« tu révises, tu fais de ton mieux et si tu rates cette colle ça n’est pas grave, tu retravailles la colle (les points qui t’ont posé problème), tu les notes et tu reviendras dessus avec insistance lors des révisions et tout ira bien ! »

Pour le second semestre je ne me laissais pas impacter par les classements, s’ils étaient bons cool sinon tant pis je vais travailler à nouveau ça n’est pas la fin du monde.

Je me servais des colles comme autoévaluation et non pas comme une compétition. Bien sur je regardais mon rang pour voir si j’avais du retard ou non tout en gardant à l’esprit que rien n’est figé ! SEUL LE CLASSEMENT DU CONCOURS COMPTE !!
L’essentiel est de comprendre ses erreurs : est-ce un manque de travail, un problème de compréhension, une formule, un manque d’entrainement, une faute d’inattention, etc …

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

J’ai commencé la semaine avec une semaine d’avance durant les trois premières semaines. Ensuite j’étais à l’heure pendant 2 mois et à la fin j’avais du retard en biophysique. Mais je ne me laissais pas impacter !
Quand j’avais du retard, je continuais de travailler normalement les cours de la journée et de la semaine le week-end et c’est seulement lorsque ces cours étaient maitrisés que je revenais sur les cours en retard !
Si vous vous focalisez sur votre retard à vouloir à tout pris le rattraper le lendemain au détriment des cours de la journée vous êtes foutu vous allez accumuler le retard, c’est un cercle vicieux !

Si vous avez du retard vous le rattrapez un week-end ou bien un soir après les cours de la journée.

Quel était votre rythme de travail ?

L’après-midi je travaillais les cours de la matinée et si j’avais le temps soit je relisais un cours moins bien acquis soit je lisais un cours du lendemain. Le week-end je reprenais tous les cours de la semaine ainsi que les cours qui faisait l’objet d’une colle en ligne de la prépa que je suivais.
Le matin je faisais des cours denses et début d’après-midi les cours plus « digestes ». En début de soirée avant d’aller manger ou en fin de journée je faisais des annales.

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

J’avais un état d’esprit « mode warrior ». Un combat contre moi-même et non pas contre les autres.
J’étais toujours là pour aider mes amis et inversement.
J’ai pour habitude de ne pas souhaiter le malheur des autres donc je n’étais pas dans un esprit de compétition. Je pense qu’être constamment dans un esprit de compétition est malsain. Pour certain l’esprit de compétition va les aider pour ma part non cela me décourageait, chacun son truc.

Ma philosophie :
Tout travail mérite salaire./On récolte ce que l’on sème.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

J’avais la chance d’être décontractée, cela impressionnait mes amis de D1/D3.
Comme tout le monde j’avais des pics de stress mais souffler un bon coup, ne pas se laisser envahir et transformer ce stress négatif en énergie positive ! Quand je n’arrivais pas à me ressaisir j’allais courir 15 ou 30 minutes et après ça allait mieux.

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

En cours théorique j’étais concentrée, si je voyais que je décrochais plus de 15 minutes sur 1H sachant qu’il restais encore 1H sur ce même cours je rentrais chez moi travailler autre chose.

J’ai bien séché en étant doublante, tous les cours dans lesquels j’étais sure d’être dispersée je n’y allais pas. Soit je les réécoutais en accéléré l’après midi, soit je retravaillais les cours de l’année précédente.
À Strasbourg on a la chance d’avoir une plateforme sur laquelle la plupart des professeurs s’enregistrent ainsi que les diaporamas, nous pouvons donc réécouter et voir les diapo comme en amphi. Les strasbourgeois servez-vous de cet outils !!

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

À Strasbourg l’amicale nous fait des polycopiés pour le premier semestre, il y avait très peu de cours à prendre. Pour les cours avec des formules c’était sur papier sinon sur l’ordinateur.
Au second semestre je prenais les cours de prépa déjà tapé et j’annotais. Pour les nouveaux cours j’écrivais sur ordinateur.

Attention ceux qui prennent les cours sur l’ordinateur, veillez à les imprimer dans les plus brefs délais, généralement on mémorise mieux sur du papier que sur un écran.
Et bien évidemment, enregistrez vos cours dans votre ordinateur, cloud et/ou disque dur ! On n’est jamais trop prudent.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

Les annales font la différence ! Beaucoup de primants les oublient et même certains doublants !
Je faisais les annales qui ciblaient le cours que je venais de faire le jour même ou bien le week-end pendant la période de cours.
Pendant les révisions j’ai commencé à les faire 2/3 semaines avant les épreuves. Je les ai faites plusieurs fois, à la fin on les connait presque par coeur !
Mais attention à ne pas les faire trop souvent pendant les cours car quand vous allez arriver aux révisions en les connaissant et cela ne sera plus une évolution représentative !

Comment était organisée votre journée ?

Ma journée type semestre :
Réveil à 7H30
Cours 8H-12H
Manger 12H-13H (rentrer se cuisiner un vrai repas équilibré)
Travailler les cours du matin 13H-19H30 avec pause gouter (noix de cajou, amandes, fruit, compote)
Manger + douche 19H30-20H30
Travailler cours matin + annales + lire les cours du lendemain 20H30-22H
Repos 22H-23H
Dormir 23H30

Ma journée type révision :
Réveil à 7H30
Travail 8H-12H
Manger 12H-13H
Travail 13H-16H/16H30
Pause 16H/16H30-17H
Travail 17H-19H30
Manger+douche 19H30-20H30
Travail 20H30-22H30
Détente 22H30-23H30
Dormir 23H30

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

Surtout n’écoutez pas tout ce que les gens vous disent ! À entendre certains ils travaillent 15H par jour => impossible. Et la qualité prime sur la quantité. D’autres pourraient presque vous faire croire qu’ils révisent même en dormant. Ce que les autres travaillent, s’il vous plait, cela doit rentrer par une oreille et sortir par l’autre.

Quand vous allez dire « je vais en PACES » la personne en face de vous connaitra toujours quelqu’un qui connait quelqu’un qui a fait deux fois la PACES, qui a fait une dépression et qui n’a pas réussi. On s’en fou ! Il y a toujours des gens qui réussissent et d’autres qui échouent et si vous travaillez vous ne ferez jamais parti de ces personnes qui n’ont rien au bout de deux essais ! (à marquer au fer rouge dans vos esprits)

Écoutez les conseils des anciens qui sont passés par là et qui ont réussi MAIS écouter ne veux pas dire appliquer à la lettre ! On est tous différents, il faudra les adapter à votre profil (mentalité, rythme, technique d’apprentissage) mais tout est bon à prendre venant des anciens.

Si vous avez des questions de n’importe quel domaine (organisation fac, cursus, moral, apprentissage) n’hésitez pas à demander à vos potes qui ont réussi et si vous n’avez pas de potes ça n’est pas compliqué :
-tutorat : les tuteurs sont là pour ça
-allez à la bibliothèque, trouvez un étudiant en médecine qui n’est pas trop vieux de sorte que l’organisation et le programme soient potentiellement encore les mêmes, posez vos questions et ils vous répondront. La solidarité avec les PACES est vraiment forte ! Tout le monde va essayer de répondre à vos questions ou bien juste parler avec vous du moral/mental et tout le monde va vous donner les petits conseils et astuces qui peuvent s’avérer très utiles !

Vous allez entendre beaucoup de remarques négatives du style : « je révisais en mangeant, aux toilettes et sous ma douche », « j’ai perdu 20kg/j’en ai pris 25kg », « sans vitamine j’aurai perdu mes cheveux à cause du stress », « on fait tous une dépression quand on est en PACES » . Alors oui ça existe mais ce ne sont pas des règles ! On réagit tous différemment face à cette année !

Pour les astuces de grand-mère : hygiène de vie
Manger sainement, dormez bien, faites du sport, divertissez vous, évitez de trop vous renfermer sur vous même et au moins une douche tous les deux jours !
L’histoire des douches vous fait peut-être sourire mais croyez moi tout le monde ne prend pas de douche tous les jours en PACES, donc essayez au moins un jour sur deux pour vos voisins en amphi ;)

Écoutez votre corps/vos besoins : si vous avez besoin de 3 pauses aujourd’hui prenez les, si vous n’en avez pas besoin n’en faites pas. Si vous avez besoin de bouger, de dormir, de manger faites ! Cet année il faut apprendre à écouter son corps, ses besoins et les respecter ! S’acharner sur votre table alors que vous luttez pour ne pas dormir sous prétexte qu’il y a un planning à tenir c’est stupide, dormez 20 minutes sur la table ou dans un lit, je vous jure qu’il n’y a rien de mieux !
Buvez de l’eau ! Souvent on boit un verre d’eau à midi et un le soir mais notre organisme a besoin de plus que ça ! Cela peut paraitre bête mais cela peut vous aider.

Concernant les pauses, ne culpabilisez pas lorsque vous ne travaillez pas sinon ça n’est pas vraiment une pause. Il faut être libéré pendant vos pauses pour faire une véritable coupure : Le lâcher prise !

Vie sentimentale : question épineuse en couple ou célibataire ?
À vous de voir ! Cela dépend des couples et des personnes. Je pense que les relations un peu prise de tête sont à éviter, c’est toxique pour la PACES. (après c’est mon avis)
Les couples déjà bien installés : il faut absolument que le/la partenaire soit conscient(e) que vous allez moins vous voir, moins de sorties, et surtout qu’il/elle va devoir tout faire pour que vous soyez bien.
Les couples plus récents ou qui se font pendant la PACES : la PACES doit être posée comme une condition : la PACES passe avant votre amour naissant !
En soit il faut avoir une personne solide en face qui accepte de vous voir quand vous le voulez, quand vous le pouvez, et accepter de passer après les études. Des fois vous allez vous voir juste 1H pendant la pause repas, il faut réussir à partir au bout d’1H pétante et ne pas déraper en une soirée entière, ne pas dormir de la nuit et être à la ramasse le lendemain.
Donc être en couple oui mais : avec une personne compréhensible, et avec qui vous arrivez à vous fixer des limites et surtout vous savez les respecter !

Il faut bien s’entourer ! Toutes les personnes négatives il faut s’en éloigner même si c’est ta soeur ! Les personnes qui vous soutiennent chérissez les, elles vont être votre pilier !

SURTOUT CROYEZ EN VOUS BORDEL !
J’ai obtenu mon bac avec mention grâce à une option (12,05), personne ne croyait en ma réussite ! Après ma première PACES j’étais 1009/1825 il fallait être au moins 500 et au deuxième essais je suis 423 au S1 et 439 au S2 en tronc commun, admissible dans 3 filières sur 5. Rien n’est impossible les gars !

N’oubliez pas, ne laissez personne vous dire de quoi vous êtes capable ou non ! Même vous ne connaissez pas réellement vos capacités ! Juste croyez en vous et donnez vous les moyens de réussir.
Si à l’issue de la PACES malheureusement vous n’avez pas atteint votre objectif rien n’est perdu, tout est encore à construire ! À la sortie d’une (ou deux PACES) vous aurez grandi, forgé un mental d’acier, une rigueur impressionnante, et une culture de fou pour vous la péter et pécho de la meuf ou du mâle ;)

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

Le mental m’a permis de garder la tête hors de l’eau. J’ai été stable à la cool, je ne me laissais pas envahir par le stress, les mauvais résultats et ça allait tout bien.
Bien évidemment il faut s’écouter, des jours j’avais besoin de prendre beaucoup de pauses, je le faisais cela ne servait à rien de s’acharner si je n’y arrivais pas.

Pendant les révisions des fois je n’arrivais plus à travailler, lorsque cela durait deux ou trois jours alors je prenais la décision de me prendre une journée entière de repos ! Au total sur 1 an j’en ai pris 3 et c’est très bénéfique ! Une journée off et le lendemain j’étais à nouveau d’attaque pour plusieurs mois.

(Doublant uniquement) Qu’est ce qui a contribué selon vous, à votre redoublement ? Quels enseignements en avez-vous tiré pour in fine, réussir ?

J’ai redoublé car au premier semestre je n’ai pas assez travaillé, pas la bonne méthode et un manque de rigueur. Je comptais beaucoup sur le mois de révisions, alors que le mois de révisions ce sont des révisions et non pas de l’apprentissage.

J’ai appris à travailler en étant doublante, je me suis mis dans le crâne que la seule façon de réussir était d’y aller avec les tripes, il fallait tout donner !
À la fin de la première PACES je me suis remise en question sur ma méthode de travail, sur mon environnement de travail, et mon entourage.

Pour l’entourage j’ai fait quelque chose de très radical : j’ai dressé la liste des personnes qui m’entouraient, j’ai fais une colonne moral et une colonne travail. Dans ces colonnes en face des prénoms j’ai mis un + : impact positif ou un – : impact négatif.
Ceux qui avaient un impact positif dans les deux (travail et moral) je les gardais très près de moi.
Ceux qui avaient un plus et un moins, j’allais vers eux lorsque j’avais besoin de soutient dans le domaine pour lequel ils avaient un impact positif.
Pour les rares personnes qui avaient deux moins, je les ai considéré comme toxique pour ma réussite, j’ai donc coupé les ponts…
Très radical mais assez efficace, cela permet d’être très bien entouré !

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

J’ai bien vécue ma PACES ! Comme tout le monde j’avais des moments de doute mais cela ne durait pas bien longtemps ! Aucune dépression, aucune perte ou prise de poids anormale .
Lors de mon second semestre j’étais bien dans mes baskets. Mes voisins sont des amis en médecine ou PACES, après une journée de travail rien de mieux que de se poser 30 minutes avec eux pour décompresser et « avoir une vie ».

J’en garde un souvenir de travail acharné, de quelques larmes de stress/ d’angoisse, mais rien de traumatisant comme on peut l’entendre.

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

Avant de commencer la PACES j’ai lu le livre réussir ma PACES et cela m’a bien aidé !
Le paragraphe pour les doublants est très bien, cela m’a mis une claque mais c’était nécéssaire.

Lire des témoignages des personnes doublantes m’a fait beaucoup de bien, cela me redonnait espoir dans les moments de doutes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here