Sommaire de l'article

Lucie D., en 2ème année de Médecine à Lille nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2016 – 2017, 458

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

Bac S, spé physique-chimie, mention très bien

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

primante

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

médecine, 23e

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

j’ai eu la « chance » d’être dans un lycée pas mal exigeant, et j’étais très sérieuse dans mon travail (je faisais ce qu’il fallait faire, mais pas plus non plus!)

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

J’habitais chez mes parents, parce que clairement moi et l’autonomie ca fait 2, et puis j’avais besoin de voir ma famille parce que moralement sans eux ça aurait pas été possible…

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

En bus-métro entre 30 et 45 min (en fonction de ma chance) et en voiture 15 à 30 min (en fonction des bouchons)

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

J’ai eu la chance d’avoir un cousin qui a tenté 2 fois la PACES, mais qui hélas pour lui n’a pas réussi…. mais du coup il m’a tout expliqué, en tout cas tout ce que je devais savoir pour ne pas être surprise le premier jour

En soit le fait d’avoir sa place et son amphi étaient assez intimidants, mais une fois qu’on a passé la première semaine bon ça va pas changer donc on s’y fait vite, pareil pour le rythme des cours (4h de cours le matin du lundi au jeudi pour moi au premier semestre)

Le plus dur a été de s’adapter aux amphis, à la prise de note… et encore là, j’estime avoir eu un sacré avantage car je savais déjà écrire très rapidement à l’ordinateur (comme quoi les jeux vidéos ca sert).

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

Déjà ma prépa me proposait le fameux stage de pré rentrée…. J’ai ENORMEMENT hésité à le prendre ou non, parce que je me disais que si ca pouvait me permettre de réussir ca valait le coup….

Je suis allée demander à plusieurs étudiants aux portes ouvertes et aux salons d’étudiants, avant d’en arriver à la conclusion que: bah ca dépend de toi.
Certains avaient bossé avant et ca les avait beaucoup aidés, d’autres l’ont fait et l’ont regretté, et certains n’ont pas bossé et les résultats étaient les mêmes, en fait tout dépend de la personne que vous êtes.

Et voilà, la vérité c’est que ça a un prix, et ce prix là je voulais pas le payer en me connaissant. Je savais que je ne saurais pas travailler des cours qui ne venaient pas de la fac, que je saurais pas me motiver à bosser à fond alors que c’était pas encore la rentrée….

J’avais à disposition des cours… que j’ai lu vite fait. Parfois. Certains.

Le seul truc que j’ai regretté c’était notamment en anatomie où je connaissais aucun vocabulaire, et croyez moi que le jour où les prof ont dit « pré trachéal » et « trochanter » j’ai perdu beaucoup de temps à chercher ce mot à tâton sur google en fonction de ce que je pensais avoir entendu!

Mais je regrette pas d’avoir profité à fond de mon été, parce que l’année sera assez crevante pour pas s’en rajouter SI tu te sens capable dès le premier jour d’attaquer à fond !

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Ouiiii! Moi qui ne suis absolument pas sportive dans l’âme, le sport a finit par devenir ma seule pause dans ma semaine de PACES!
Je faisais de la danse 1h/semaine, et quand y’avait pas danse j’allais courir 1h.

Pourquoi une pause sport alors que je suis pas sportive?
Parce que j’aurais pas su faire d’autres pauses en fait: le sport j’ai mon cours de danse à faire, ou mon tour de footing, je peux pas le retarder, ni raccourcir la séance, la pause elle est là et elle ne bouge pas ! Je sais que si j’avais fait autre chose comme regarder un film ou quoi j’aurais forcément culpabilisé et j’aurais pas su m’arrêter de bosser pour ça…

Et j’ai su que le sport était un bon choix quand, au premier semestre, j’ai été prise d’un moment de panique en voyant le nombre de cours que j’avais en retard… J’hésitais à ne pas y aller, j’étais vraiment mal, mais bon il fallait que j’apprenne la chorée de danse, donc j’y suis allée… Et j’en suis rentrée métamorphosée: posée, concentrée, calmée… Je m’étais vidée la tête et j’avais su relativiser sur mon retard en me défoulant au sport.

Le sport je le conseille grandement en PACES, si tu fais quelque chose que tu aimes, alors ne l’arrête surtout pas pour les études !! Justement, le sport devient le bol d’air de la semaine, c’était pour moi indispensable!

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Ouais nan par contre j’avais le sport mais c’est tout…

Ca je l’avoue, je faisais rien d’autre que mon sport comme pause. Je jouais pas, je regardais pas de film ni rien, je voyais plus mes amis… Quand je faisais mes pauses de 15/20 min après 2h de boulot soit je regardais un peu d’un dessin animé, ou bien des vidéos sur youtube, ou du coloriage… vraiment un petit truc rapide pour couper avec les révisions, mais c’est tout, oui la PACES reste quand même une vie de moine!

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

J’ai un cousin éloigné médecin, que je vois genre une fois par an…

Mais c’est surtout mon autre cousin, qui avait tenté la PACES et s’était réorienté, qui m’a énormément aidée pendant l’année: il m’a donné tous ses conseils sur la fac, les profs, la prépa, m’a passé ses cours, des enregistrements dictaphone pour que j’essaye de m’entrainer à prendre des notes….
(Ma prépa proposait aussi un système de parrainage que j’ai tenté aussi, mais heureusement que j’avais pas que ce parrain prépa quoi…)

Je pense que c’est vraiment une aide précieuse si tu connais quelqu’un qui veut bien te donner des conseils de temps en temps, et oui même si c’est quelqu’un qui a pas réussi sa PACES ses conseils étaient ceux de quelqu’un qui a vécu ce que tu vas vivre quand même!

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

7h : ça, c’est mon MINIMUM. Sans 7h, j’suis pas bien. C’est même parfois trop psychologique, parce que moi 6h55 j’suis déjà pas bien. Mais je sais que 7h c’est vraiment le minimum pour que je sois pas un zombie le lendemain, donc j’ai jamais dormi moins que mes 7h!

8h: en weekend! Oui parce que avec la route, bah je me prenais une heure de sommeil en plus le weekend, en plus 8h c’était le nombre d’heures parfait; avec 8h je suis vraiment reposée, réveillée, en forme.

10h: le samedi. La grasse mat’, c’est sacré! 10h ca me permet de rattraper toute la fatigue qui peut s’être accumulée dans la semaine et repartir sur une bonne base pour la semaine suivante :)

Enfin, cette année, j’ai découvert l’importance pour moi de la sieste ! C’est une amie a moi qui m’a donné envie de tenter, moi qui avait l’habitude d’un café après mon repas du midi. Au final j’utilisais ces 10 min pour dormir, certains n’aiment pas, mais moi dormir même 10 min ça me rendait d’attaque pour reprendre les cours!

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

Les jours où j’avais cours je saurais pas dire un nombre d’heures précis: ca dépendait si j’avais des ED, des cours à ma prépa, si j’avais des problèmes sur la route….
Dans tous les cas je bossais jusque 21H30 et je cherchais juste à voir les cours du matin.

En weekend c’est différent: je travaillais 11h par jour quand j’avais une pause (grasse matinée ou sport), et le dimanche 13h (mais après 13h de boulot t’es pas bien, faut pas le faire tous les jours)
Par contre quand j’avais un mois de révision je me mettais beaucoup moins la pression, je me laissais 1h au lieu de 30 min pour manger, donc je bossais 10 à 12h par jour (oui dit comme ça on dirait pas grand chose, mais couper 1h pour le repas c’est déjà beaucoup tu verras!)

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

Je suis une grande adepte de la méthode des J! Je l’ai découverte sur internet. J’ai aussi regardé beaucoup de témoignages sur ce site pour me faire mon propre mix.
Déjà, je tiens à préciser que la méthode de travail elle est pas universelle: il faut trouver une base qui te semble sympa, et la remasteriser à TA façon! Parce que personne peut te dire comment tu es efficace à bosser, personne n’a la même façon d’apprendre un cours, donc il faut adapter toute méthode à soi.

Les J, c’est les jours passés en fonction de la date où tu as vu pour la première fois ton magnifique cours sur le noyau, par exemple. Je notais tous les J dans le calendrier de mon ordi, avec des noms simples pour les cours: si c’est le prof X en UE2, le cours était « 2 X 1 », soit « numéro d’UE – prof – n° de son cours »

Le matin même, j’ai le cours.On est au J0. L’après midi, je me familiarise avec, je fais sa connaissance: je surligne, j’essaye de le COMPRENDRE, je fais des fiches si besoin. Pas besoin de tout retenir par coeur au J0, l’essentiel c’est de l’avoir compris, parce que sans comprendre on peut pas apprendre (oui désolé, mais en tout cas moi je savais pas retenir par coeur une phrase que je comprenais pas, et puis elle ressortira pas formulée pareil au concours pour la plupart des profs), ça me prenait 1h30 à 2h en fonction du cours, mais c’était très variable!

A J3 (ou J4, le but c’est que ce soit le weekend quoi), je me laissais 1h pour 1h de cours (oui j’étais hyper organisée, très à cheval sur l’emploi du temps, j’avais besoin de tout contrôler, bon ça c’est moi quoi). Au début de l’année, surtout en sciences humaines ou fallait rédiger au concours, je faisais la feuille blanche: j’avais mon tableau blanc, je ressortais tout ce que j’avais retenu et je corrigeais. Dans les autres matières je l’ai fait aussi au début, je le conseille pour savoir se situer sur son apprentissage. Ce n’est qu’au 2e semestre que je n’ai plus eu besoin de la feuille blanche, puisqu’à force je savais où je me situais dans le cours sans le réécrire. Ensuite, j’APPRENAIS. Je lisais, relisais et rerelisais, en me concentrant là où j’avais loupé sur la feuille blanche.

A J10 (bon tous les J tombaient le weekend pour moi, vu que la semaine je faisais que des J0, j’ai jamais su m’avancer), encore une petite feuille blanche rapide au début! Puis pareil, c’est encore de l’apprentissage à ce niveau. Je me laissais 45min par heure de cours.

A J30: QCM ! Je commence par faire tous les QCM qui concernent le cours que je relis, voir si j’ai compris comme il faut, et en fonction des QCM je sais comment je dois relire le cours. Un J30, c’est 30 min pour moi.

A J60: relecture, je relis bien comme je reverrais pas le cours avant les révisions (surtout que j’en avais presque pas au premier quad), c’est 20 min juste à relire, là t’es censé bien connaître ton cours. Moi j’avais jamais l’impression de le connaître assez, mais je me disais que bah je relis bien, mais c’est pas maintenant que je pouvais recommencer à apprendre tous les cours du début. Au final j’ai bien fait parce que même si j’avais pas l’impression de connaitre, bah c’était rentré quand même!

Je me suis rajoutée à la méthode 2 dates: J20 et J45. Parce que sinon j’avais pas l’impression de voir assez le cours pour le retenir. Mais rajouter des dates, c’est rajouter du boulot, donc ces J là étaient du survolement plutôt, je lisais comme un livre mon cours, mais ça me rassurait d’avoir la piqûre de rappel. Eux c’était 5-10 min.

Au premier semestre j’ai eu beaucoup de mal, parce qu’il était très très TRÈS speed, j’avais énormément de retard (style j’ai 50 J à faire le dimanche…). Déjà faut pas hésiter à décaler les J de quelques jours pour équilibrer ses weekends, le retard c’est pas grave, pas à pas on peut le rattraper. Ensuite, si t’as trop trop de J dans une journée, fais en priorité les cours les plus récents. J’veux dire, un J60 fait à J75 c’est pas un drame, par contre J3 et J10 faut jamais les changer de semaine :)

Ah et pour UE 3 et UE 1 (physique et chimie): j’apprenais le cours comme y’avait des questions de cours pour limiter la casse. Au début de l’année je faisais 1h d’exos par jour, mais ensuite j’ai pas su me garder de temps, mais au moins les premiers chapitres je les maîtrisais et ca a payé!

PS: j’utilisais aussi Anki, une appli de flashcards: ce qui rentrait pas, j’en faisais une carte sur l’appli avec question d’un côté et réponse de l’autre, et tous les soirs je faisais mes cartes. L’appli détermine elle même les dates les plus pertinentes pour reposer les questions en fonction de notre galère à y répondre.

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Ca dépendait du cours!

Si je le comprenais bien, ou que le prof donnait ses diapos, je faisais pas de fiches parce que j’avais les images de diapo pour bien visualiser (je suis très visuelle moi, avec un schéma c’est le bonheur en biocell)

Après si j’avais du mal, alors là je sortais la fiche! Ca prend du temps à faire, mais il faut la faire, et la faire soi même ! Ca permet de remanier le cours et le travailler à sa façon, et crois moi que plus tard, quand tu relis le cours et ta fiche, tu récupères largement le temps que t’as passé à la faire.

Certaines fiches étaient juste des phrase mnémotechniques, parce que j’aimais bien en faire pour les listes de mots impossibles à retenir! Après on me reprochait « mais si t’as trop de phrases tu t’embrouilles! »
Moi ça allait.. En tout cas je préférais retenir 50 phrases que 200 mots en listes !

D’autres fiches étaient des « mind maps », qui m’ont beaucoup aidées en biocell notamment ! J’y mets le thème central au milieu, puis les branches partent en fonction des parties du cours. C’est coloré, pimpé, j’y faisais des schémas en petits pour parfois mieux visualiser, c’était vraiment un condensé de l’essentiel! Mais attention c’était genre tout le chapitre dans la fiche pour moi, c’était le strict essentiel, mais si tu retiens ça le reste va plus vite à retenir quoi!

Je faisais aussi parfois (oui la fiche dépendait beaucoup de mon feeling pour le cours) des TABLEAUX! Ça j’adorais par contre, ça m’éclatait. Je pouvais en faire dans toutes les matières, mais surtout, SURTOUT en anat, sur les muscles. Exemple sur le membre supérieur: c’était une ligne = un muscle, et j’avais plusieurs colonnes: muscle – origine – terminaison – innervation – fonction – image du muscle seul (que je trouvais sur internet, toujours pour visualiser)

Enfin parfois en anatomie je faisais aussi des fiches un peu spéciales, par exemple sur les reins ou j’avais le schéma au centre annoté, et quelques précisions du cours avec! C’était mes derniers cours, j’avais pas le temps de les réviser beaucoup donc j’avais préféré faire comme ça, mais ça marche que pour certains cours je pense, ça dépend de ton humeur aussi!

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

Je travaillais énormément seule, parce que je suis plutôt un loup solitaire on va dire. Et mes amies ne bossaient souvent pas autant que moi en quantité, j’avoue que j’étais limite trop à cheval sur les horaires, mes pauses c’était 20 min et pas une de plus, par exemple.

La seule avec qui je savais bosser c’était ma binôme, parfois je l’invitais à dormir chez moi pour lui changer de son petit appartement. Pour le coup on était vraiment efficaces à deux, et elle était vraiment sympa parce qu’elle savait partir seule faire une pause, s’adaptait à mon rythme sans problème, et au moins pendant les pauses ça fait beaucoup de bien de pouvoir parler à quelqu’un!

Par contre j’ai parfois bossé avec d’autres amies, mais c’était trop compliqué. On était trop tentées de parler, on faisait trop de pauses, et au final ça m’angoissait plus qu’autre chose de savoir qu’en bossant avec elles je saurais pas bosser autant que je voudrais. Mais si tu trouves quelqu’un qui travaille comme toi, avec le même rythme, et avec qui tu peux être dans ton boulot à fond quand il faut et détendu pendant les pauses alors faut pas hésiter à bosser ensembles.

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Ma prépa avait des locaux à disposition pour les étudiants, donc c’est là bas que j’allais parfois. Quand j’avais cours le matin et QCM là bas le soir ca m’arrangeait bien d’aller dans les locaux. Qui plus est ils avaient un espace cuisine et des fast food à côté, donc c’était vraiment le top pour moi. J’ai jamais voulu tenter la BU, parce que je savais à quel point c’était plein et compliqué parfois d’y travailler.

Sinon je travaillais la plupart du temps chez moi, j’y étais bien, j’avais ma famille avec moi et tous mes cours à portée, parce que dans une journée de change très régulièrement de matières, et tout emporter pouvait être compliqué!
Après j’avais la chance d’être dans une maison, donc si j’avais marre d’une pièce j’allais dans une autre. Mais c’est vrai que c’est important de savoir parfois changer d’endroit pour travailler, on est plus efficace que dans la même pièce toute l’année!

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

J’étais dans une prépa privée! Elle m’avait été recommandée par mon cousin, donc je l’ai suivi sans hésitation.

Le tutorat ne proposait que de l’UE 1 et de l’UE 3, et je préférais avoir des QCM dans vraiment toutes les matières pour pouvoir me situer par rapport aux autres.
Et puis les locaux m’ont séduite, c’était une ambiance assez familiale au final!

Honnêtement, je pense que la prépa peut aider, mais après le tutorat est bien pour les matières qu’ils font puisqu’ils ont aussi un système de classement des étudiants.

Ce que j’aimais le plus, c’était les QCMs: ils étaient bien faits, même parfois plus durs qu’au concours, plein de pièges dans lesquels je suis tombée pour au final être prête le jour J… Et comme c’est une « petite » prépa, on pouvait choisir son jour de QCM et donc avoir ce qui nous arrange. Je savais aussi quelles étaient mes matières fortes et les faibles, je savais ce qui allait ou non.

Les cours étaient intéressants aussi en UE 1 et UE 3, (puis UE 4 donc math au 2nd quad) et m’aidaient beaucoup à comprendre. Les profs sont des étudiants, effectivement ils ne savent pas tout, mais ils savent les techniques pour apprendre, les humeurs des profs…

Les fiches de cours n’étaient pas contre pas terribles, je ne les regardais pas du tout, mais j’avais celles d’une autre prépa réputée pour ses fiches de cours (n’hésitez pas à en acheter aux anciens PACES), ça m’allait largement.
En parlant de ça, certains révisaient en fonction de leurs fiches de cette fameuse prépa. Je pense vraiment pas que ce soit un bon plan d’adapter ses révisions aux fiches reçues, et c’est toujours mieux d’apprendre sur son cours que sur une fiche: elle aide à comprendre, mais ne doit pas remplacer le cours, utilise les deux.

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

Plutôt! En gros, mon classement me permettait d’espérer le passage du premier coup, mais ne m’aurait jamais fait penser que je réussirai autant!

Ma binôme aussi a eu un meilleur classement au concours que ce qu’elle avait à la prépa, mais bon peut être que cela varie avec les années?

En tout cas attention! Une amie à moi révisait pour les QCM de la prépa, c’est à dire que si elle allait avoir un QCM en UE 2, elle se concentrait beaucoup plus sur cette matière pendant sa semaine. C’est un piège à éviter à tout prix!! Parce que ton classement il est un peu faussé, je ne changeais rien à mes révisions pour les QCM parce que ça me permettait de voir où j’en étais dans ma méthode de révisions.

C’est bien beau de réviser juste avant le QCM, mais au premier quad nous on avait 5 jours de révision. Donc on peut pas compter sur tout relire avant, c’est pas possible. Et c’est ce que cette amie à subi: elle avait de bons classements à la prépa, mais a fini par avoir une douche froide au vrai concours, parce que le fait de réviser pour la prépa lui donnait des bons résultats et cachaient les problèmes de ses révisions sur le long terme.

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

Cette année était particulière parce que les 2 quads étaient à l’opposé l’un de l’autre, donc je vais les traiter séparément:

Au premier quad, c’était 3 mois de cours, 5 jours de révisions, et pourtant une quantité de cours phénoménale!
En plus c’était les débuts, il faut s’adapter à ce nouveau rythme, et la fac elle te donne un bon coup dans le tibia pour te faire comprendre comment se passera l’année.
Donc oui, j’avais du retard. Beaucoup de retard. Mais tout le monde en avait, en fait on était pas à comparer qui connaissait mieux son cours, mais qui avait le moins de retard!
C’est quand j’ai vu que j’avais 50 cours à revoir dans la journée que j’ai compris que ce serait compliqué à gérer.
Mais je suis restée calme. Je prenais toujours mon temps pour les cours les plus récents, les plus anciens je les reculais (parfois quitte à supprimer mes J en plus puisqu’ils se retrouvaient au même jour que les suivants…)
C’est sûr, c’était le sprint le dernier mois. J’allais vite, je faisais peu de pauses, mais j’avais toujours l’adrénaline qui me permettait d’en faire toujours un peu plus. Par contre je dormais toujours autant bien sûr!
Au final j’ai petit à petit rattrapé mon retard, et même si je n’était pas 100% à jour, je savais que je n’aurais pas pu faire plus, et c’est passé. Parce que c’est un concours, et si tu galères, alors tout le monde galère aussi, donc c’est pas grave!

Au 2e quad, c’était beaucoup plus posé. 3 mois de cours, mais 1 mois de révisions, et beaucoup moins d’heures qu’au premier semestre! Là c’est le marathon, on joue sur la durée.
J’avais pas de retard, j’ai même su me faire une pause d’une journée entière pour mon anniversaire (qui m’a beaucoup aidée, parce que ca me permettait de couper le quad en 2, il était quand même plus long d’un mois!)
Et puis on a le rythme, donc on gère mieux ses cours.

Quel était votre rythme de travail ?

Hyper maîtrisé!

Pendant les cours, je bossais 1h30 à 2h avant de faire une pause de 15min. Je me suis fait un emploi du temps, et tout était prévu à la demi heure près: 30 min de repas, 30 min de retard avant chaque repas (toujours prévoir du retard, sinon c’est ingérable), 30 min pour organiser mon lendemain le soir….

Pour les longues révisions j’avais relâché la pression: je faisais la technique pomodoro (à ma façon) donc j’avais un chrono pour bosser 25 min puis faire une pause de 5 min, et au bout de 2h à tourner comme ça c’était 20 min de pause. Pendant 1 mois je restais chez moi à bosser à ce rythme, mais je pense qu’il convient surtout aux périodes de révisions. De toute façon quand y’a toujours des cours qui se rajoutent, on arrive à bosser plus comme on a toujours la pression qui s’ajoute !

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

La « compétition »… maintenant quand j’y pense je trouve ça drôle, quand même. On m’a toujours dit « pour réussir la médecine il faut un esprit de compétition! »

Je n’ai pas d’esprit de compétition. Ou en tout cas la seule personne avec qui j’étais en compétition, c’était moi même. J’avais entendu cette phrase, comme quoi il faut que l’objectif du jour soit d’être meilleur que la personne qu’on était la veille.
C’était mon unique objectif. M’améliorer, toujours faire mieux, me dépasser… Mais je pensais pas à dépasser les autres, je préférais pas penser aux gens que je laissais derrière moi quand je gagnais des places, parce que la PACES, tout ceux qui bossent mériteraient de la réussir.

Donc envers les autres, j’étais plutôt altruiste. Même si ma binôme ne voulait jamais demander de l’aide quand elle en avait besoin…
On aide à sa façon, on est là pour parler, on donne des fiches ou des astuces pour retenir quand on en trouve!

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

Franchement… ça dépendait!

En fait, j’avais pas assez confiance en moi. Parfois je stressais, mais il n’y a qu’une fois dans l’année où j’ai vraiment paniqué face au retard.
Pendant les révisions aussi je stressais beaucoup ! Pas le temps de tout revoir, peur que les autres soient en train de mieux réviser que moi…

C’est la veille du concours, quand je voyais que je saurais pas tout relire, que mon cousin m’a appelé pour me dire que de toute façon, « c’est pas en une soirée que tu vas changer le monde »…
C’était la meilleure chose qu’on pouvait me dire! J’ai posé mes cahiers, et je suis allée dormir.

Au concours je ressentais aucun stress, parce que j’avais tout donné, je savais que j’aurais pas pu faire mieux, je savais ce que je connaissais ou non… Si y’a aucun regret à avoir, ça sert à rien de stresser. Si t’as tout donné, tu peux juste être fier de toi en voyant le chemin que t’as parcouru, mais pense pas tout le temps aux autres. Je regardais pas ceux qui réussissaient mieux, je stressais quand j’en entendais parler, je préférais rester dans ma bulle, dans mon truc, face à moi même!

Et vous verrez que les gens parlent beaucoup en PACES ! Si vous connaissez pas trop la personne, bizarrement « ah non moi j’ai pas de retard! » « ce cours là est hyper simple je connais tout! », en fait les gens veulent pas montrer leurs points faibles, c’est le concours.

Donc n’écoute pas les autres, fais ton truc, donne tout, et ne regrette rien.

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

99% du temps concentrée, et 1% à parler avec ma binôme…

Par contre en anatomie j’étais en transe, fallait pas déconner! J’écoutais le moindre son venant du prof, prête à m’acharner sur mon clavier à tout moment!
Y’a des cours, tu verras, où vaut mieux pas louper de passage. Y’a toujours le dictaphone, oui, mais déjà c’est long à réécouter, et surtout y’a des profs qui articulent tellement pas que tu sais qu’au dictaphone tu comprendras pas non plus: ceux là, faut s’accrocher!

Bon et parfois entre deux un petit mot avec ma binôme, un petit fou rire dans un cours à 1 mois du concours… ça fait du bien parfois!
Les carrés étaient vraiment cools, ils nous insultaient pas et mettaient une bonne ambiance. Enfin certains le prennent mal, mais franchement s’ils ne gueulaient jamais ce serait vraiment morose!

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

Grande adepte des écrans, l’ordi était mon arme de prédilection pour cette année!
Si tu peux t’entraîner à taper au clavier hésite pas, parce que moins t’écoutes au dictaphone, mieux c’est.
Par contre garde toujours le dictaphone avec toi, parce que sans ça c’est beaucoup trop stressant, si tu loupes du cours tu peux pas le rattraper et tu peux paniquer.

Avec le dicta, si t’es perdu ou que le prof accélère d’un coup, tu te poses, tu notes la minutes, et tu reprends à la phrase suivante.
Chez toi tu réécoutes les passages qu’il faut, mais parfois c’est long, surtout au début de l’année faut s’habituer, c’est la phase un peu compliquée! (RIP mon premier cours d’anat de 4h que j’ai réécouté en entier, jamais je referais ca de ma vie)

Plus les cours passeront plus tu sauras prendre le cours rapidement et proprement, donc force toi à prendre les cours! (oui parce que vous verrez certains qui surlignent juste les fiches de prépa des cours de l’an dernier… oui des fois c’est la même chose, mais le jour où c’est un nouveau cours ces gens là ils savent pas prendre en note bizarrement!)

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

Au J30, je commenças toujours par faire les 4 dernières années de questions sur le sujet que j’allais réviser. Je pouvais voir à quel point je maîtrisais le sujet, et par la même occasion voir ce que le prof aimait faire tomber (certains se cassent vraiment pas la tête).

Mais je sortais assez tard les annales, pour dire d’apprendre tout le cours avant de voir ce qui tombait, sinon on est influencés dans notre apprentissage même sans le vouloir!

Aussi petit truc que je me suis fait et que je conseille: les annales de la dernière année, je les réservais à ma période de révision! 1 semaine avant le concours, chaque soir je faisais une épreuve au complet de l’année passée, dans le temps imparti, puis je la corrigeais.
Ca me permettait de me mettre vraiment dans le bain et de voir où j’en suis (oui j’avais aussi un concours blanc à la prépa, mais on en a jamais assez!)

Comment était organisée votre journée ?

Quand j’avais cours le matin:
– réveil à 6h
– je pars à 7h environ de chez moi (je sais pas me préparer vite, la PACES n’aura pas changé ça)
– cours de 8h à 12h
– je rentre chez moi et je mange, donc je rebosse vers 13h30
– ensuite temps variable pour mettre mon cours au propre et l’imprimer, surtout au début ça prend du temps de réécouter au dictaphone mais faut passer par là :)
– jusque 19h je bosse en me laissant 15 min de pause toutes les 1h30-2h
– je mange puis je bosse de 19h30 à 21h30
– à 21h30 jusque 22h j’organise ma journée du lendemain sur mon emploi du temps et je fais des flash cards pour m’entraîner
– à 23h je dors (en gros j’avais 1h à me détendre et appeler mon copain)
> parfois j’avais prépa le soir ou ED dans l’après midi, je speedais juste plus dans mes J0
> si j’avais cours l’après midi bah faut juste mettre les cours de 14h à 18h et toutes les heures disponibles je bossais en fait, juste que ca fait une coupure parce que tu commences tes J0 le soir et tu les termines le lendemain matin :)

Le weekend:
– réveil à 7h
– je bosse de 8h à 13h avent 15 min de pause toutes les 1h30-2h
– je mange jusque 13h30
– je bosse jusque 21h30 au même rythme
– jusque 22h je m’organise
– à 23h je dors

TOUJOURS la même heure de coucher, parce que dormir c’est une des choses les plus importantes en paces! Et couper un peu du boulot (moi c’était 1h mais ça peut être même 20 min) avant de dormir c’est essentiel! Enfin moi je pouvais pas bosser juste avant de dormir, sinon je pensais qu’à mon cours et ça m’empêchait de m’endormir!

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

un seul mot clef à cette année: l’EQUILIBRE!

Travaillez à votre façon et à votre rythme,

Dormez, parce qu’en dormant votre cerveau travaille autant qu’en étant réveillé!

N’écoutez pas les rageux! (pour l’anecdote, une fille m’avait dit que « nan mais il faut surtout pas passer toute l’après midi à revoir que les cours du matin, c’est le truc à pas faire quoi! », du coup je culpabilisais parce que je savais pas aller plus vite que ça et faire plus…. bon au final je passe et pas elle…)

Ayez des pauses. Peu, oui, mais bonnes! Des vraies pauses, pendant lesquelles vous oubliez que vous êtes en PACES l’espace d’une heure ou deux!

Soyez réalistes: sur ce que vous pouvez et savez faire, sur vos résultats… en gros: ne pas se surestimer, et encore moins se sous estimer! Apprenez à vous connaître.

Mangez bien!

N’hésitez pas à parler ! Je pouvais pas dormir sans avoir raconté ma journée à quelqu’un! Que ce soit mes parents ou mon copain, j’avais besoin de décharger mon stress sur quelqu’un d’autre!

Gardez en tête votre objectif, votre motivation, votre rêve ! Sachez regarder de temps en temps le chemin que vous avez parcouru pour mieux continuer à avancer!

A la fin de l’année: soyez fiers de vous! Il n’y a rien à regretter d’une PACES!

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

Je ne peux pas citer 1 élément, parce que réussir la PACES c’est un tout, c’est pour ça que je parle d’équilibre.

C’est avant tout grâce à ma rigueur et à mon organisation que j’ai su passer cette année.
J’étais vraiment dans l’extrême par contre, si je dépassais de 10 min le temps de pause prévu j’étais vraiment pas bien, et ça parfois les gens autours de nous ont du mal à comprendre comme le temps peut être important en PACES.

Aussi ce que je disais, je le faisais. Mes J étaient tous faits, je ne faisais rien à moitié, enfin j’allais au bout de ce que je commençais.

Ma capacité de travail, mais ça beaucoup de gens l’ont… quoique pas tous! Certains ont eu beaucoup plus de mal à apprendre à travailler, ce qui est normal…. Moi j’avais commencé cet apprentissage au lycée :)

Ma capacité d’adaptation. Parce que vous vous adaptez constamment en PACES: on découvre la fac, le concours, les profs changent régulièrement… Il faut savoir tout gérer et prendre le coup rapidement pour faire la différence.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

Honnêtement, c’est pas l’éclate… Mais pour moi c’était pas non plus l’enfer.

Je peux même dire que j’ai « bien vécu » cette année. J’avais ma famille, de bonnes conditions de travail, je mangeais bien, dormais bien, me défoulais au sport…
Alors oui ma vie sociale c’était un trou noir mais je savais que j’allais d’autant plus profiter de revoir mes amis une fois le concours passé !

D’ailleurs j’ai même été surprise un jour, d’être heureuse au moment où je retournais à mon bureau. C’est très bizarre, mais si ça vous arrive vous avez tout gagné. C’était la vue de la pièce lumineuse, le bureau rangé, avec ma petite musique zen en fond… j’étais apaisée, après ça on ne peut qu’apprendre efficacement!

Et enfin, malgré les sacrifices et le travail, cette année m’a appris bien plus sur moi que durant toute ma scolarité auparavant. Après avoir bossé comme ça, le premier jour de vacances, la vie est magnifique: le fait de regarder un film devient un moment exceptionnel, retrouver ses amis est le comble du bonheur…

On sait ce qu’on est capable de faire pour ses rêves, on est fiers de nos études, et on a un regard différent sur beaucoup de choses!

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

J’adore ce site, y’a les conseils, mais en plus y’a les témoignages!

Avant ma PACES, je lisais le plus de témoignages possibles pour comparer les différentes méthodes de travail, et essayer de trouver un mélange qui me correspondrait. Maintenant j’espère que mon témoignage en aidera certains!

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here