Sommaire de l'article

Léa B., en 2ème année de Médecine à Paris V nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2016 – 2017, 348 places en médecine pour les étudiants en PACES (et 3 places en plus pour les alter-PACES) , 41 places pour dentaire, 31 pour maïeutique, 72 pour kiné et 112 pour pharmacie !

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

Bac S spé Physique-chimie, avec mention Bien!

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

en doublante

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

Médecine, en primante 520ème, et en doublante 51ème

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

alors mon niveau a beaucoup varié selon les années, je n’aimais pas trop me fatiguer on va dire,en seconde je taffais bien mais j’ai décroché en première et en terminale (je ne visais que la moyenne)

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

J’avais la chance d’habiter sur Paris chez mes parents,ça m’a facilité beaucoup de choses, je n’avais pas à gérer un appart, je pouvais me concentrer uniquement sur la p1 et ça c’est un vrai avantage!

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

J’étais reliée à la fac par le RER B, ça me prenait à peu près 30 minutes pour y aller, ça reste raisonnable je pense et ce n’était pas fatiguant

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

Au début j’étais complètement perdue mais c’est normal ! la fac est sur 2 sites : un à St Germain, l’autre au Luxembourg , et il faut jongler entre les deux lieux pour aller aux concours blancs du tutorat, gérer les trucs administratifs à la scolarité, etc etc Donc voilà ça m’est d’abord apparu comme un labyrinthe mais au fur et à mesure on s’habitue et on trouve ses repères, ce n’est pas un soucis !

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

En primante, vu que je ne savais pas du tout à quoi m’attendre je n’ai pas travaillé moi même avant la pré-rentrée (j’ai fait celle du tutorat, le C2P1) et tant mieux, je sais aujourd’hui que ça ne m’aurait servi à rien !

En doublante je me suis remise au travail quelques jours avant la pré-rentrée, je revoyais les premiers chapitres de Chimie, je faisait les exercices de physique les plus simples, j’ai revu les techniques en biochimie, et j’ai augmenté le niveau au fur et à mesure , parallèlement à la pré-rentrée (je n’allait pas aux amphis de pré-rentrée comme en primante mais je faisais tous les exercices et relisait les cours donnés, les supports étaient sympas, c’était bien reformulé par les tuteurs bénévoles)

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

En primante pas du tout à part courir pour rejoindre l’amphi quand j’étais en retard (tout le temps)
En doublante je me suis faite une petite routine à faire chez moi le matin et le soir : abdos bras fessiers, c’était vraiment pas mal et je me suis construit des vrais muscles hahaha au final je pouvais plus m’en passer, même pendant la lourde période de révisions c’était vraiment le feu ça faisait du bien

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Pendant la P1 pas beaucoup de sorties à part quelques verres par ci par là et des anniversaires, je ne restais jamais tard (minuit ou 1h max) pour garder mon rythme et arriver à me lever tôt. Eh oui la PACES demande une vraie hygiène de vie qu’il ne faut pas trop bousculer selon moi ! après ça dépend des gens bien sûr, y a des P1 qui sortaient très souvent et ça ne les pénalisaient pas, et tant mieux pour eux !

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Une tante médecin je crois lol… non sincèrement je la voyais jamais, il n’y avait personne dans le domaine de la santé dans mon entourage, et je pense que ça n’aurait rien changé de toute façon (sauf peut être à donner de la motivation maybe… ?)

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

Environ 8h de sommeil, mais je passais trop de temps sur mon tel avant de me coucher ce qui fait que je ne les tenait pas toujours et je payait cher le lendemain mdrr

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

En primante je me fixais des objectifs d’heures de travail histoire d’avoir bonne conscience et de me coucher le soir en me disant « youhou j’ai reussi à tenir mes 8h de travail c le top »
Mais bon j’ai vite compris que ce n’était pas la bonne approche. Oui il faut charbonner en P1 mais il faut le faire de façon intelligente, en étant au top de sa forme et ultra concentré sur ce qu’on fait, quand on commence à fatiguer, regarder ailleurs, avoir le cerveau qui nous quitte il vaut mieux s’arrêter là et aller dodo.

Donc en doublante je me levais assez tot le matin (j’étais bien réveillée je travaillais bien) genre entre 7h et 8h, et je finissais vers 20h-21h avec plus ou moins de pauses selon mon état de fatigue, et ça variait selon les jours (par exemple ça m’est arrivée de commencer le travail à 10h le matin, ou à arrêter plus tôt, comme une petite récompense) BREF Qualité de taff >>>> Quantité de taff , soyez concentré la miff !!

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

Alors je n’aime pas trop ce mot parce que personne ne travaille de la même façon, ce que je vais écrire n’est là que pour vous donner une petite idée de ce qui vous attend, mais votre propre expérience (les erreurs que vous avez commises au début et que vous ne referez plus, essayer des nouveaux supports pour apprendre, votre progression personnelle, etc) avec telle ou telle matière restera toujours la meilleure des approches pour bien apprendre !!

Déjà je pense qu’il faut rester en continuité avec votre manière de taffer du lycée, si elle marchait bien pour vous, il faudra juste l’adapter à la quantité de cours qui seront dispensés en PACES
attention gros pavé qui suit, je veux essayer d’être la plus précise possible

UE 1 Chimie + Biochimie
L’épreuve du concours dure 3h, et c’est à vous de gérer votre temps pour traiter à la fois la chimie et la biochimie sans perdre trop de temps sur l’une ou l’autre.

Chimie : en primante je n’ai pas eu la chance d’avoir un bon prof dans la section où j’étais, ce qui m’a je pense fait beaucoup de tort, car la chimie demande avant tout de bien capter les phénomènes qui concernent de près ou de loin les molécules étudiées. Du coup je passais énormément de temps sur les cours à essayer de les décortiquer et à côté de ça j’en oubliais les exercices et les TD qui sont archi archi importants pour tout bien appliquer.

En doublante je me suis débrouillée pour avoir une section (section 1 au Luxembourg) où le prof était vraiment très compétent et où il parlait de la chimie comme de son propre gosse (ce genre de prof c’est le feu) du coup tout était beaucoup plus fluide dans ma tête et je pouvais passer plus de temps sur les exercices et les applications concrètes de la théorie.
Il fallait en plus de ça apprendre à traiter les exercices très rapidement et sans faire (ou presque) d’erreurs, pour se mettre dans l’ambiance concours.

Ca a bien marché, les exercices, avec en plus les concours blancs du tutorat et les groupes de travail (exercices rédigés par les tuteurs et corrigés en groupe ou auto-correction sois même) m’ont permis de prendre du gallon et de remonter régulièrement dans les classements des concours blancs, avec cependant un gros accident quand la chimie organique est arrivée.

Ca m’a tellement fait peur que j’ai fait de la chimie orga tous les jours, j’ai appris, re-appris, re-dessiné, recorrigé toutes les réactions dont on parlait, je me suis acharnée pour comprendre pourquoi telle ou telle réaction chimique avait lieu dans telle ou telle condition (quel pH, quelles molécules présentes autour,…), bref finalement ça a payé et j’ai même fini par kiffer ! ça peut vous paraître un peu flou pour le moment mais vous verrez très vite de quoi je parle ne vous inquiétez pas

Biochimie : Matière assez exigeante car très « technique », et parfois délaissée par les gens car elle a un plus faible coefficient dans la note finale que la chimie. Pourtant contrairement à ce qu’on pense c’est une matière très médicale, qui permet de comprendre les maladies à l’échelle des gènes, des protéines, du microscopique et même du nanoscopique bref, je ne m’entendais pas avec cette matière en primante malgré mes efforts car je n’ai pas su saisir toutes les méthodes d’étude de l’ADN, des protéines etc.

En doublante je m’y suis replongée calmement, en essayant de comprendre pas à pas pourquoi on utilisait telle ou telle technique, à quel moment, quelle échelle, quelles interprétations possibles et quelles hypothèses en tirer. J’ai finis par l’aimer même si je considère toujours que c’est une matière assez coriace

UE 2 Biologie Cellulaire + Histologie

Cette épreuve dure 3h aussi. C’est en général mieux gérable que l’UE 1 et l’UE 3, déjà parce que il y a l’histologie, qui est une matière de par coeur pur, ce ne sont que des QCM de cours ce qui signifie que tout le monde, primant comme doublant, se doit de réussir cette partie de l’épreuve, il n’y a vraiment pas d’excuses !

Et d’autre part car, en faisant beaucoup de sujets on finit par capter les démarches à suivre et à gagner en rapidité et en efficacité. Encore une fois tout dépend des gens je n’aime pas faire de généralités. Mais au semestre 1 c’est en UE 2 que les notes sont les plus hautes, ce qui est assez parlant je pense.

Biologie Cellulaire : une matière qui associe à la fois cours et analyses d’expériences portant sur des cellules, des protéines qui interagissent ensemble et aboutissent à toute une chaîne de réactions (mises en péril lors des maladies),etc. Dans cette matière,il est possible d’avoir une note potable sans connaître parfaitement son cours car chaque exercice est unique et porté sur un sujet dont vous n’avez pas forcément déjà entendu parler MAIS, pour avoir une note excellente, je pense qu’il est indispensable de bien connaître son cours, car des détails cachés, souvent nécessaires à la compréhension des expériences des chercheurs se glissent souvent (et de plus en plus) dans les sujets, ce qui peut faire une grosse différence au final. N’oubliez pas qu’en PACES c’est très important de se démarquer par rapport aux autres et je pense que la biocell peut vraiment vous y aider, mais il faut la prendre au sérieux.

Histologie (+ embryologie) : Comme je l’ai dit avant c’est essentiellement une matière de par coeur, vos seuls cours suffiront à reussir cette partie, mais il faut les revoir régulièrement car là aussi on vous demande du détail. On nous parlera de cellules, de tissus, d’organes comme le coeur, le cerveau, les muscles, le foie… c’est de l’anatomie à l’échelle microscopique en fait !

C’est une matière très intéressante, grâce notamment au prof qui l’enseigne, M. Barbet (un vrai monument dans la discipline sincèrement), je pense que tout le monde est unanime (oui je généralise mais là ça marche lol) pour dire que ce prof rend l’histologie encore plus passionnante qu’elle ne l’est déjà. Ensuite il y aura, plus tard dans le semestre, de l’embryologie, où d’autres profs se relaieront pour vous parler d’embryons, de reproduction, d’hormones… Bref, une belle matière qui peut vous permettre de souffler entre deux autres UE plus « scientifiques » et vous faire péter le score au concours, donc là aussi à prendre au sérieux !! tous les points cadeaux sont bons à prendre!

UE 3 Physique + Biophysique

Nous y voilà, l’UE 3 qui fait la réputation de Descartes !! hahahaa
Pareil, 3h pour faire les deux parties.

Physique : En primante j’allais en cours histoire de savoir de quoi on allait nous parler, et comprendre un peu comment les flux, les pressions, les champs électriques, l’électrostatique ou que sais-je fonctionnaient. Pareil qu’en UE1, je n’ai pas su saisir les explications de ces phénomènes, je n’arrivait pas à me les représenter dans ma tête, alors résoudre des exercices dessus était un peu mission impossible ! Je m’en suis tenu aux premiers chapitres sur les fluides+pressions et j’ai fait une grosse impasse sur le reste pendant la période de révisions. Avec le recul je me dis que je n’avais pas vraiment le choix malheureusement.

En doublante j’ai décidé de m’y remettre très tôt, quelques jours avant la pré-rentrée. Je me suis d’abord fixé comme objectif de faire TOUS, je dis bien tous, les exercices de pré-rentrée faits par les tuteurs. Très bonne idée car ces exos reprennent les cours et permettent de bien les modéliser dans sa tête en s’appuyant sur des cas concrets. Ca m’a débouché un gros truc, ne serait-ce que parce que je comprenais enfin de quoi on me parlait, et ce que j’étais sensée trouver à la fin de chaque exercice. Mais ça ne suffisait pas.

Alors je me suis plongée dans le bouquin écrit par les profs, il s’appelle « Approche Physique du transport de la matière dans les milieux biologiques » et je vous conseille vraiment d’en choper un (sans vouloir faire de pub hein) il m’a été super utile pour approfondir tout ce que j’avais débloqué avec les exercices de pré-rentrée. Je me suis juré de travailler au moins 1h par jour sur ce bouquin, le matin en général quand j’avais la tête bien fraîche.

C’était dur au début car le niveau était plus élevé encore que les exos de pré-rentrée, donc bon mon cerveau a bien saigné au début. Mais au fil du temps j’ai vu que certains raisonnements revenaient souvent et que j’étais de plus en plus à l’aise pour analyser les situations et les cas un peu « atypiques » proposés dans les exercices, pour la plupart types concours. Bref ça m’a permis de m’améliorer en physique jusqu’à l’apprécier, chose que je croyais impossible. Le plus important est selon moi de maîtriser ces raisonnements qui reviennent souvent, pour s’assurer un minimum de points au concours. Après le reste c’est de l’adaptation, qui se peaufine en faisant plein d’exercices, en revenant plus tard sur les anciens, etc.

En résumé il faut vraiment s’accrocher en physique, c’est une matière très exigeante que beaucoup de gens abandonnent et qui est donc très très rentable au concours si vous la réussissez(càd au moins la moyenne, selon la difficulté des sujets) car elle vous assurera de façon quasi certaine d’être dans le numérus clausus ! alors courage !!

Biophysique : Cette matière m’a un peu rappelé la physique qu’on faisait au lycée, elle repose beaucoup sur des formules et les exercices se ressemblent énormément d’un sujet à l’autre. En la travaillant régulièrement elle peut vous aider à « sauver » votre UE 3.

Elle conjugue des parties portées sur la réflexion et les calculs (dosimétrie, càd la radioactivité appliquée au traitements de tumeurs par exemple où typiquement il vous faudra calculer les bonnes « doses » de rayonnements à administrer à un patient pour une radiographie ou une chimiothérapie, ou encore la biophysique des solutions qui ressemble un peu à la chimie du lycée, avec des tableaux d’avancements, etc) et des parties beaucoup plus portées sur les connaissances de cours (imagerie médicale, quelles machines, quels types de rayonnements, etc)

On passe au semestre 2, où les matières se rapprochent beaucoup plus de la santé telle que vous l’étudierez les années suivantes, avec de la physiologie, de l’anatomie, de l’ICM (initiation à la connaissance du médicament), des sciences humaines, et… de la biochimie! (pour ceux qui choisiront médecine)

UE 4 Mathématiques (1h d’épreuve)
Une UE que j’ai délaissé en primante, que je ne travaillais pas assez souvent, ce qui m’a coûté très cher au concours. En doublante j’ai compris la leçon et je me suis mise à la travailler tous les 2-3 jours au moins pour ne jamais perdre la main.

Des études de fonction, des intégrales, des différentielles, des probabilités, des statistiques vous attendent pour cette matière! Elle est accessible si on la travaille souvent, même si perso je n’aime pas trop les maths, on peut s’en sortir plutôt bien seulement avec de l’implication et beaucoup, beaucoup, beaucoup d’exercices (via les TD déposés par les profs en ligne, les groupes de travail et les concours blancs pour ma part)

UE 5 Anatomie , 1h d’épreuve
Beaucoup de connaissances à avaler en peu de temps. En primante j’ai fait une indigestion car j’apprenais cette matière « avec le texte », comme pour de l’ICM par exemple (sauf qu’en ICM ça marchait) Grave erreur, l’anatomie ne peut s’apprendre efficacement (sur le long terme et sans tout mélanger) qu’avec de belles illustrations selon moi !

Du coup en doublante, j’ai investi dans l’encre couleur et j’ai imprimé les meilleurs schémas des cours des professeurs, car le polycopié donné par la fac est en noir et blanc ce qui n’est vraiment pas le top, mais il est en couleur et en HD sur la version pdf déposée sur le site ! Pas besoin d’investir dans les gros manuels bien chers mais juste un peu de couleur, voire travailler sur l’écran de vos ordis si vous êtes à l’aise dessus, devrait suffire. De plus, il faut aller en cours car les profs insistent bien sur des détails anatomiques que vous n’auriez même pas calculés si ils n’en avaient pas parlé à l’oral.

J’ai fini par énormément apprécier cette matière une fois que j’ai enfin appris à la travailler comme il faut. On va vous parler d’os, de muscles, de nerfs, d’artères, de veines, de cerveau, d’intestin grêle, de reins, de foie… Une bonne vision globale du corps humain qui j’espère vous donnera goût à la médecine!

UE 6 Initiation à la connaissance du médicament (ICM) 1h d’épreuve
Une matière qui repose essentiellement sur l’apprentissage des cours, en texte, donnés par la fac. En primante j’allais en amphi histoire de comprendre de quoi on me parlait (c’est quoi un alcaloïde, c’est quoi l’étude de la liaison spécifique aux récepteurs membranaires… ???) bref tous ces trucs assez techniques, et une fois que c’était bien clair dans ma tête je pouvais l’apprendre une fois, deux fois, six ou sept fois jusqu’à ce que je le connaisse comme ma propre daronne haha

Pour ça j’écrivais des « feuilles » de questions pour chaque cours (environ 15-20 questions pour chaque cours, genre Combien de temps dure la désagrégation d’un comprimé enrobé ? ou encore Donner la définition de opioïde /opiacé /anesthésie) auxquelles je répondait avant de relire le cours concerné, ce qui fait que la relecture était bien ciblée sur ce que je n’avais pas retenu ou alors confondu avec autre chose, oublié,etc

Donc pour l’ICM c’est un peu pareil que l’histologie, il n’y a pas d’excuses car le concours repose essentiellement sur ce qu’il y a d’écrit noir sur blanc dans vos cours, avec bien sûr pleins de pièges vicieux pour augmenter la difficulté. Elle peut avoir l’air méchante comme ça mais certains cours sont quand même réellement intéressants et vous serviront pour plus tard !

UE 7 Santé Publique + Sciences Humaines et Sociales (SHS) : 3h d’épreuve

Une UE un peu particulière car elle fait appel à la fois à des connaissances de cours (donc là aussi essentiellement du par coeur) MAIS aussi à vos capacités d’écriture et de synthèse. Pas de panique si vous n’êtes pas un littéraire dans l’âme, réussir une QROC de SHS ça s’apprend avec de la patience et beaucoup d’entrainement (eh oui l’entrainement ne vous quitte jamais que ce soit au semestre 1 ou au semestre 2 lol)

Santé Publique : vous allez avoir une vingtaine de cours sur les aspects économiques, démographiques, pratiques de la santé. Typiquement on vous demandera de connaître la démographie française (genre quelle est la part des -20 ans en france, quelles évolutions de la populations) mais aussi à quoi servent les certificats de santé, comment fonctionne un parcours de soins, étude de la mort subite en France, épidémiologie (= étude de la mortalité et des maladies dans une population), ce genre de choses. Les sujets ne sont jamais trop méchants en SP contrairement à l’ICM par exemple, mais bien sûr il faut rester vigilant. Une matière que tout le monde peut réussir primant comme doublant si on s’organise bien dans l’apprentissage pour avoir tout en tête le jour J!

SHS : matière particulière qui va vous demander de l’entraînement en rédaction. Ici rien à voir avec le lycée où le nombre de copies est quasi illimité, on veut que vous soyez synthétiques, en gros en dire le plus possible avec le moins de lignes possible.

Il y a aussi une partie QCM qui elle repose sur vos cours, même si les questions peuvent parfois être un peu chelou on s’y habitue, le plus important est de cerner le style de chacun des profs et de comprendre à peu près ce qu’il entend derrière les questions qu’il pose !

Je n’aimais pas cette matière en primante, trop « gneugneu » et faussement philosophique à mon gout, mais j’ai fini par l’apprécier en doublante, en comprenant qu’au final il ne fallait pas trop se prendre la tête sur des tournures de phrases bizarres, mais plutôt rester simple et concis.

UE 8 Tronc Commun, 30 minutes d’épreuve
Tronc commun signifie que tout le monde passera cette épreuve au concours, peu importe la spécialité (médecine, dentaire, pharmacie, sage femme, kiné) que vous choisirez!
Et pour cause, le tronc commun c’est de la physiologie, càd la base du fonctionnement du corps humain. Une matière très très intéressante et qui plus est pas très exigeante au concours, mais là est le piège !

C’est une UE que tout le monde réussit, primant comme doublant, et donc les classements sont très serrés, il faut donc la note la plus haute possible ce qui demande de la travailler très régulièrement !

Vous verrez comment fonctionne un potentiel d’action neuronal, quels phénomènes élécro-chimiques en sont à l’origine, ainsi que pour la contraction des muscles ; il y aura aussi des cours sur les régulations internes du corps humain, de son pH, de ses agressions… et aussi quelques cours d’histologie et de physiologie cardiaque ! l’origine d’un battement de coeur, les facteurs qui le modulent… sans oublier la physiologie endocrinienne, les effets des hormones sur le corps, pourquoi l’adrénaline nous tient éveillé, ce genre de choses ! Une matière qui, j’en suis sûre, vous plaira sans trop s’acharner pour la décortiquer (enfinnnn)

UE 8 Spécialités – 30 minutes d’épreuve

Là arrivent les spécialités que vous choisirez selon vos goûts persos et/ou vos résultats du premier semestre
Ici je ne peux que vous parler de la spé médecine car c’est la seule spécialité que j’ai travaillé en primante comme en doublante (même si je suis allée aux épreuves des autres spés aussi, filet de secours, au cas où, on sait jamais, karma is a bitch)

Donc pour la Spé Médecine, c’est de la biochimie qui vous attend, avec des méthodes d’études, de l’ADN, des protéines et tout ce qui va avec MAIS, c’est un peu plus médical qu’au premier semestre car on vous montre des applications concrètes à toutes sortes de maladies (maladies du sang avec les drépanocytoses/thalassémies, maladies génétiques, thérapie génique ou comment modifier l’ADN d’un patient à l’aide d’un virus pour le soigner jusqu’à la fin de ses jours) ce genre de trucs ! vraiment super intéressant mais comme au semestre 1 il vous faudra vous entraîner régulièrement, avec des sujets types concours, des groupes de travail et des TD.

Autre difficulté, il y a 12 questions en moyenne le jour du concours, à plier en 30 minutes ce qui peut être très impressionnant quand on est un peu lent comme moi à la base lol
Donc en gros : s’entraîner à aller vite, à analyser correctement les techniques et les figures, à mémoriser le temps de 30 minutes toutes les informations données par les énoncés, etc

Chaud mais faisable si on s’implique beaucoup et qu’on va en cours ( et les profs sont plutôt excellents donc tant mieux pour vous! )

Voilà pour les matières, que vous apprendrez à connaître bien assez tôt ! Toutes ont leurs qualités et leurs défauts, mais je pense que toutes peuvent être appréciables si on est patient, qu’on se bat et qu’on prend sur soi pour les maîtriser du mieux possible pour le concours!

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

J’ai fait des fiches de formules surtout au premier semestre, et d’autres qui récapitulaient des cours mais celles ci étaient vraiment exceptionnelles, plus pour avoir une vue d’ensemble et regrouper des informations sur une seule page qu’autre chose!

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

Ca m’est arrivé de rejoindre des gens à la bibliothèque, surtout en primante où j’y allais souvent, mais en doublante j’ai largement préféré taffer chez moi, vu que mes cours étaient l’après midi c’était parfait, je pouvait travailler la matinée au calme sans me presser ou attraper un train, et j’étais plus détendue et concentrée.

Donc voilà je pense que ça dépend vraiment du contexte, beaucoup d’autres gens travaillent majoritairement à la BU, là encore chacun ses gouts

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Comme je l’ai dit, en primante c’était bibli, ça m’arrivait de rester jusqu’à pas d’heures, faire la fermeture à 22h et rentrer à 23h tout ça (#BSGVie) mais je me suis vite aperçue que c’était plus pour avoir bonne conscience qu’autre chose lol en plus ça me fatiguait de fouuuu , donc j’ai privilégié le travail chez moi ensuite

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

Je n’ai pas pris de prépa ni en primante ni en doublante, car je préférais organiser mon temps de travail moi même et ne pas avoir d’obligations d’assister aux ED de prépa en plus de ceux de la fac, et surtout parce que j’avais confiance en notre tutorat qui nous pondait régulièrement des sujets de grande qualité en général (4 concours blancs par semestre dans toutes les matières !!! c’est une chance )

Par contre je pense que ça n’a malheureusement pas suffit pour certaines matières où l’entraînement avec des sujets types concours était vraiment primordial pour progresser genre UE1, UE3, maths… mais ça je l’ai compris un peu trop tard, du coup en doublante j’ai récupéré d’anciens concours blancs à une ex-P1, (c’était des c+ pour ceux qui connaissent), et je m’entrainais dessus à mon rythme ce qui m’a bien aidé pour ces matières, mais selon moi pas du tout indispensable pour d’autres matières où le tutorat suffisait largement (genre ICM, anatomie, UE2, physiologie…)

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

Extrêmement bancal et irrégulier, en primante j’étais dans les minors au début lol vraiment ça m’a fait très mal, mais au fur et à mesure j’ai grimpé dans les classements, sans toutefois être classée dans le numérus, sauf au deuxième semestre où mes performances étaient bien meilleures qu’au premier, avec quand même des difficultés en spé médecine, anatomie, maths… donc très variable

En doublante c’était globalement beaucoup mieux, j’étais quasiment toujours classée avec quand même des accidents qui m’ont fait très peur (hum chimie organique) (hum physique) mais qui m’ont boosté pour les travailler à fond ce qui a payé le jour du concours.

En résumé je pense qu’à P5 la qualité du tutorat fait qu’il est vraiment essentiel voire indispensable de s’y rendre pour évaluer son niveau « du moment » et ne pas avoir de mauvaises surprises le jour du concours, surtout que la moitié de la promo y va donc on peut se fier aux classements. Il faut juste garder en tête que ce sont des concours blancs et donc qu’une progression est toujours, toujours possible jusqu’au dernier moment avant les vraies épreuves ! tout comme une régression d’ailleurs, raison pour laquelle il ne faut jamais jamais jamais se relâcher

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

J’essayais de minimiser au maximum le retard que je pouvais avoir en relisant le soir même ou alors le lendemain matin les cours que j’avais eu dans la journée, ce qui me faisait une première lecture et qui m’aidait à comprendre/mémoriser les futures lectures, mais ça c’était surtout pour les matières où il fallait maitriser son cours sur le bout des doigts. Pour le reste c’était exercices, concours blancs très régulièrement comme j’en ai déjà parlé plus haut

Donc je n’avais que peu de retard ce qui m’a permis de tout de suite m’entraîner pendant la période de révisions, revoir ce qui m’avait posé problème etc au lieu de rattraper les cours que je n’avais pas eu le temps de travailler pendant le semestre, ce qui je pense m’aurait fait perdre un temps d’entraînement précieux

Quel était votre rythme de travail ?

En doublante j’étais en section 1 sur le site de l’Observatoire au Luxembourg, où les cours avaient lieux l’après-midi de 13h30 à 18h30 (classiquement 3 cours de 1h30, parfois moins!) et les ED le matin de 8h45 à 12h (UE1, UE3 et biologie cellulaire au premier semestre surtout, au deuxième semestre il n’y a que 3 ED de spé médecine) Du coup, les jours où il n’y avait pas ED je travaillais chez moi, je revoyais les cours de la veille, je faisais mes heures quotidiennes de physique, important pour ne pas perdre la main, je revoyais des cours de chimie ou alors je préparais les ED qui allaient arriver dans la semaine, je fonctionnais par priorité en général, en passant un peu plus de temps sur les matières qui me posaient problème mais sans non plus négliger les autres.

Après j’allais en cours, au premier semestre j’en ai manqué quelques uns mais peu, j’avais besoin de ré-entendre les explications c’était primordial pour moi, surtout que les professeurs étaient bons pour la plupart donc autant en profiter.

Le soir quand je rentrait je travaillais encore un peu, je revoyais les cours qui venaient d’avoir lieu ou je faisais des ED (parfois je préférais les faire à la dernière minute la veille pour qu’ils soient super frais dans ma tête le lendemain matin, genre en physique) mais je ne restais jamais tard, j’arrêtais vers 21h ou 22h grannnd max et là j’allais manger, douche, détente sur snap, twitter etc, c’était mes moments de reconnexion avec le monde quoi mdr, puis je me couchais plus ou moins tard selon la fatigue

Au deuxième semestre c’était pareil avec les ED en moins, donc c’était quasiment que des relectures de cours, je tenais une liste des cours qui avaient lieu en amphi, que je complétais chaque jour, et je mettais des croix quand j’en relisais un tel ou un tel. Je gardais aussi du temps pour les matières de réflexion, genre les maths que je ne négligeais plus comme en primante, et que je faisais le matin en général, et la spé médecine où je préparais les quelques ED le soir, et des concours blancs le matin en général.

Au premier comme au deuxième semestre il y avait aussi les concours blancs du tutorat environ 2 samedis par mois, pour qu’au final il y en ait eu 4 par UE à la fin du semestre. Je crois que je n’en ai manqué quasiment aucun, ni en primante ni en doublante, comme ça je pouvais cibler tout de suite ce qui n’allait pas et le retravailler direct au cours du weekend et des jours suivants

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

Alors je vais être honnête lol en primante j’avais tellement entendu parlé de cette ambiance concours que j’étais en mode sauvagerie, clairement je regardais les autres comme des concurrents uniquement, bref heureusement je me suis vite rendu compte que c’était archi con et que ça servait à R.

Donc j’ai cessé de m’occuper des résultats des autres et je me suis vraiment focalisée sur mes performances à moi, c’était à moi de progresser si je voulais réussir, tout simplement !
Avec mes quelques potes de la fac on s’entraidait, s’échangeait des ED, des notes de cours, explications, etc mais j’évitais de le faire avec les autres quand même, faut pas pousser lol

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

Détendue en général, avec des coups de pression quand les résultats des concours blancs n’étaient pas bons, et le jour du vrai concours bien sûr, où j’ai quand même tout fait pour essayer de me tranquilliser l’esprit malgré le stress

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

Primante comme doublante super concentrée. Pas le temps de niaiser !!

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

en primante j’ai été obligée de taper tous mes cours d’histologie à l’ordinateur ce qui, je l’avoue, m’a fait perdre du temps, mais sinon pour les autres matières c’était à la main, je préférais. En doublante je faisais des espèces de feuilles A4 avec les explications des « points chauds » de certains cours bien mis en évidence avec titres, sous parties soulignées etc, sans non plus écrire mot à mot ce que disaient les profs, c’était mieux d’écouter et de capter le maximum de choses en temps réel, avant de rentrer et revoir tout ça au calme avec ces quelques notes

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

Bien sûr ! la base! Par contre primante comme doublante je ne les ai pas touchées avant les révisions. Je pense que c’est l’outil le plus précieux pour une ultime progression, une ultime Remontada, l’outil le plus réaliste de ce qui nous attend au concours, donc je les ai gardées pour les dernières semaines pour peaufiner certaines méthodes, techniques, détails de cours, et bien cerner le « style » et l’état d’esprit des profs pour être au taquet le jour J, même si certains profs sont malgré tout un peu imprévisibles malheureusement

Comment était organisée votre journée ?

Je crois que j’en ai déjà parlé pour la question « rythme de travail » !

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

Alors je pense que beaucoup de futurs paces ont énormément de questions en tête, que ce soit sur le concours ou juste l’organisation de la fac, sachez que vous comprendrez tout le moment venu, et que faire une pré-rentrée est super pour comprendre les « petits détails techniques » sur l’organisation des cours, les horaires, se mettre dans l’ambiance etc donc n’hésitez pas à en faire une (celle du tutorat, ou d’une prépa si vous en prenez une)

Ensuite, je pense que malgré cette soif de réponses il ne faut pas prendre à la lettre ce que les gens (ex-P1 ou autres) vous diront sur cette filière, car chacun en vit sa propre expérience, malgré la difficulté c’est une année qui n’a pas que des défauts et que, je l’espère, vous apprendrez à apprécier à sa juste valeur, malgré les claques des concours blancs, les quelques moments de découragement, le plus important c’est de garder en tête les raisons qui vous ont motivé à faire cette filière, ce seront votre meilleur moteur pour continuer et garder le rythme!

soyez sûrs de vous avant de faire la paces, si vous avez un objectif clair, alors lancez vous, mais ne la faites pas par dépit ou parce que quelqu’un vous y a forcé, renseignez vous sur les débouchées, les perspectives de carrière, pour avoir une vraie motivation à la clé ! sans ça ce sera compliqué de garder le rythme je pense donc c’est à vous de voir ! soyez honnêtes avec vous-mêmes, face à la difficulté ne faites pas preuve de mauvaise foi et admettez vos faiblesses, c’est comme ça que vous pourrez travailler dessus et peut être même finir par totalement les éradiquer (croyez moi quand on commence par des classements de minors et qu’on finit dans le top 100 c’est vraiment le meilleur sentiment !! ) voilà ce que je voulais vous dire par dessus tout

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

eh bah justement le fait que je savais exactement ce que je voulais, malgré mes lacunes du début, je savais que je voulais faire médecine et rien d’autre, donc ça m’a vraiment donné la rage de vaincre quoi haha, c’était mon carburant au quotidien, m’imaginer dans un hôpital, peut être même dans un bloc, c’était le meilleur moteur pour taffer vraiment. Aussi le fait qu’en doublante j’ai fait de gros efforts pour mettre mon orgueil de côté et cibler tout de suite ce qui m’avais fait foiré le concours en primante, pour pouvoir retravailler tout ça le plus tôt possible (en gardant un peu de vacances d’été quand même !) et arriver à les maîtriser en temps et en heure pour ma deuxième tentative. D’où l’importance de ne jamais rien prendre pour acquis, car c’est selon moi le pire piège, qui conduit bien souvent au relâchement et donc aux gros écroulements dans les classements :(

(Doublant uniquement) Qu’est ce qui a contribué selon vous, à votre redoublement ? Quels enseignements en avez-vous tiré pour in fine, réussir ?

comme je l’ai dit plus haut, le fait que je n’aie pas réussi à m’adapter suffisamment tôt à certaines matières exigeantes, qui demandaient une bonne organisation et beaucoup de lucidité pour détecter les points où je pouvait m’améliorer. Au final je me suis laissée dépassée et je n’ai pu que « sauver les meubles »le jour du concours du premier semestre, loin d’être au top de mes performances. Mais je ne regrette pas, au moins j’ai pu en tirer quelques leçons qui me serviront pour les années à venir !!

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

Exigeante, souvent fatigante, mais malgré tout passionnante !
On en ressort endurci, peu importe la filière qu’on choisit au final, et je pense qu’avec le recul les mauvais moments de déprime, découragement, pression suite à de mauvais résultats, finissent par s’effacer pour faire place aux meilleurs, ceux où on comprend enfin quelque chose, où on est enfin récompensé pour tout le taff fourni durant une, deux ou trois années acharnées ! Alors respirez un coup, concentrez vous, et charbonnez fort !!!

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

c’est un bon site pour voir un peu à quoi il faut s’attendre ( et que je saignais déjà en terminale haha) mais encore une fois gardez du recul face à tous ces témoignages, car personne ne fonctionne de la même façon, mieux vaux vivre les choses par soi même !!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here