Sommaire de l'article

Jo C, en 2ème année de Médecine à Grenoble nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2016 – 2017, 190

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

Scientifique. Spé svt. Mention bien

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

Doublant

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

Médecine (84), Pharmacie (dans les 40)

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

J’étais un assez bon élève mais sans plus. Je ne foutais pas grand chose avant la PACES.

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

Chez mes parents (un grand + si on habite pas trop loin à mon avis).

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

25 min en voiture.

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

Les lieux de formation sont bien indiqués avec des plans, des adresses etc… et puis au début on suit un peu la foule et on s’y fait rapidement. Et puis à Grenoble, il faut rarement être rarement être à la fac.

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

En bizuth non j’avais bien profité de l’été et de mes amis, ce que je ne regrette absolument pas. Je déconseille tous les stages de pré-rentrée hors de prix et clairement inutiles.

Par contre en carré, j’ai commencé a réviser deux semaines avant la rentrée.

Honnêtement, la paces c’est long et fatiguant, reposez-vous et essayez de ne pas y penser pendant l’été. Par contre ce que vous pouvez faire genre 1 semaine avant la rentrée c’est de regarder des conseils d’autres étudiants, de méthodologie etc… Pour les carrés c’est différent on peut prendre un peu d’avance efficacement mais ne vous y prenez pas trop tôt non plus (2 semaines ça suffit largement).

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

En bizuth je n’ai pas eu le temps.
En carré j’ai essayé d’aller courrir deux fois par semaines, ce que j’ai fait jusqu’en Novembre puis le froid m’a découragé. Ça fait du bien parfois juste de prendre l’air pour s’aérer la tête, à vous de voir mais je vous déconseille de vous inscrire dans un club de sport où vous avez des compétitions etc.. car trop chronophage.

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Autant le sport n’était pas une nécéssité pour moi, mais les sorties c’était primordial. J’ai commencé en bizuth en m’isolant, je travaillais beaucoup trop puis au bout de deux mois j’ai vite compris que j’avais besoin de voir mes amis et de faire autre chose de temps en temps que de réviser.

Je sortais donc le vendredi soir et le samedi soir à part si le week end était trop chargé (je choississais un jour). J’essayais de ne pas trop boire et de ne pas rentrer tard pour être en forme le lendemain. J’ai fait quelques grosses soirées, mais à éviter parce que c’est dur de s’y remettre ensuite, pour les grosses occasions (anniversaires etc…), organisez-vous à l’avance pour essayer de ne pas prendre de retard.

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Absoulument pas.

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

En bizuth 7h et en carré 10h. À ce niveau on n’est pas tous égaux et moi j’ai beaucoup besoin de dormir pour être en forme. Vous pouvez essayer de trouver le nombre d’heures que vous avez besoin avant la rentrée.

Ce qui est sûr et qui est l’un des piliers en PACES, c’est que le sommeil c’est la baaaaaase. Au lycée, on se rend pas forcément compte, si on dort mal, on va être fatigué en cours, un peu flemmard mais cela n’aura quasiment pas d’impact.

Alors qu’en PACES, chaque journée est tellement importante et intense que la concentration est primordiale et si on est fatigué on galère vraiment à se concentrer et à retenir les informations et on peut vite tomber dans un cercle vicieux (je travaille pour rattraper ma journée perdue donc je dors moins, donc je suis fatigué le lendemain etc…). Donc surtout, ne sacrifiez jamais votre sommeil.

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

En bizuth je devais tourner autour des 11h par jour, mais je n’étais pas très efficace car fatigué (voir au dessus).
En carré je bossais en moyenne 7h, mais j’étais beaucoup plus efficace.
Mais ne vous arrêtez pas sur le nombre d’heures, ça ne veut rien dire, là encore on est tous inégaux. Ayez des objectifs de quantité et de qualité(++) d’apprentissage plutôt que de temps de travail.

Ps : ces valeurs ne valent pas pour les révisions (rajoutez environ deux heures).

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

Je n’avais pas réellement de méthode en bizuth donc je vais surtout parler de mon année de carrée.

À Grenoble les cours sont sur dvd et la corpo étudiante met à disposition les cours rédigés qui sont indispensables et plutôt accessibles (prix) comparés aux organismes privés.

Je commençais donc ma semaine en surlignant mes cours et en essayant de tout comprendre, en rajoutant des notes etc.. ensuite pendant la deuxième partie de la semaine je relisais mes cours en essayant de retenir le maximum. Le week-end, je révisais mes tutos de la semaine qui arrivait.

J’ai tenté la méthode des J. Elle est très efficace, mais seulement sur une courte période. Elle peut permettre de bien commencer l’année quand on sait pas s’organiser mais elle n’est clairement pas tenable sur toute l’année (pour plus d’infos faites des recherches de cette méthode sur un moteur de recherche).

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Quasiment pas. Les seules fiches que j’ai faites concernées les formules de physique pour les relire la veille du concours car j’avais du mal à toutes les retenir (il y en a vraiment beaucoup). De toute façon en paces tout peut tomber et doit être appris donc les fiches ne sont pas très adaptés pour ce concours.

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

Le plus souvent seul chez moi. Les jours de tutos j’allais à la BU l’aprèm avec quelques potes. Je préfèrerais souvent être seul car moins distrait, mais c’est vrai que travailler avec des gens parfois me permetter de voir du monde et de ne pas déprimer. Durant les révisions ou je ne sortais plus de chez moi je pétais vraiment un cable vers la fin. La BU peut être aussi un bon endroit pour réviser car tout le monde travaille et je trouve que ça pousse à faire de même. Mais après c’est comme tout, cela dépend des personnes, à vous de voir…

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Voir au dessus.

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

À grenoble, le tutorat est organisé par les profs, donc tout le monde y est inscrit de base, et cela est totalement gratuit. Les questions y sont forcément réprésentatives du concours (les profs qui posent les questions sont les mêmes qui posent celles du concours) et les classement aussi car la très grande majorité de la promo y participe. Les tutorats sont vraiment indispensables à Grenoble (n’en ratez aucun).

Étant donnée la très bonne organisation de ses tutorats et de son système de dvd et donc de ses cours rédigès disponibles, la faculté de Grenoble permet vraiment de ne pas prendre de prépa. Je n’en ai pas pris durant mes deux années et je ne regrette pas.

Les retours des gens inscrits en prépa sont de plus en plus mauvais et je pense que les autres facs devraient suivre l’exemple de Grenoble à ce niveau là parce que je sais que ce n’est pas le cas de partout en France. Franchement gardez votre argent si vous êtes grenoblois et faites vivre la corpo de la faculté qui fait un travail exceptionnel et qui met à disposition rédigés, diapos, fiches de cours (je ne sais pas ce qu’elles valent), annales… etc

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

J’ai toujours eu des classements de tutorats très proches de ceux que j’ai eu au concours. Donc moyen en bizuth (dans les 400-500) et plutôt bons en carré (moins de 100). Après les tutorats ne sont pas une fatalité, je connais des gens qui n’étaient pas très bien classés et qui ont fait de grosses remontées durant les révisons. Le plus important est de jouer le jeu, d’y aller en ayant révisé et de ne pas tricher ou réviser le jour même.

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

Je n’ai jamais eu de retard même en bizuth. Si jamais je voyais qu’une semaine allait être un peu limite je travaillais plus pour éviter de prendre du retard. Il faut toujours être à jour sinon un cercle vicieux peut vite s’installer.

Quel était votre rythme de travail ?

Bizuth je commencé à 8h et je finissais à 21h avec des pauses pour manger.
Carré je commençais à 10h, je mangeais à 12h puis reprenais à 13h30 pour finir à 18h30.

Si vous êtes plutôt matinal commencez tôt et essayez de vous garder la soirée pour décompresser, regarder une série/un film etc…

En carré j’avais une meilleure endurance de concentration vu que j’étais en forme donc je faisais pas de pauses ou alors très courtes durant l’aprem. Mais en bizuth j’avais besoin de faire des pauses. Il faut surtout pas hésiter à s’arrêter quand on voit que ça veut plus rentrer pour mieux reprendre après. On a tendance à culpabiliser alors que c’est ce qu’il y a de mieux à faire.

Les jours où j’étais un peu plus fatigué il m’arrivait de faire des micro-siestes de 20 min (juste après un bon café) pendant la pause de midi, ça remet vraiment d’aplomb. Aussi parfois la BU je faisais des sortes de « siestes », oú je posais ma tête dans mes bras et je fermais les yeux sans m’endormir pendant 5 min et je sais pas si c’était psychologique mais j’arrivais beaucoup mieux à me concentrer après ( et n’ayez pas peur qu’on vous regarde bizarre, beaucoup de gens font ça :p)

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

Je n’ai jamais vu les autres comme des concurrents, j’aidais les gens avec plaisir quand on me posait une question ou on me demandait un conseil. Je pense que c’est important de ne pas se mettre en mode requin surtout qu’on est dans un cursus destiné à des métiers plutôt altruistes. Mais cela n’empêche pas d’être en compétition avec soi-même, essayer de se dépasser, une fois j’ai entendu cette phrase que je trouve très vraie : « notre plus grand ennemi en PACES c’est nous-même ».

Le jour du concours à Alpexpo (concours qui n’existera plus à Grenoble à ce que je sais), j’y allais en mode conquérant mais c’était plutôt sain et ça me permettait de tourner le stress que j’avais en motivation et en concentration.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

J’ai accordé une grande importance à ce concours parce que je voulais vraiment être medecin, c’était un peu comme un rêve, mais cela ne m’a pas empêcher de relativiser et de prendre du recul sur ce que je faisais et éviter de me mettre dans des sales état quand j’avais une boîte en tutos ou quoi.

Après de base je suis pas quelqu’un qui stresse facilement mais il faut toujours se dire que ce n’est que des études, que tout le monde est dans la même galère et avoir confiance en soi. Stresser ne servira à rien, c’est pour ça qu’il faut essayer de se déconnecter de cette bulle de la PACES, sortir et éviter d’en parler. Après il est normal d’avoir des périodes un peu plus stressantes notamment à l’approche du concours et le jour J, il faut essayer de se servir de ce stress comme motivation (stress positif).

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

À Grenoble, on ne va que rarement à la fac. Les cours en amphis ne sont pas indispensables et donc j’avais du mal à y être concentré, j’y allais même plus à partir de mon deuxieme semestre de bizuth et pendant toute mon année carré.

Par contre en tutorat, on était en petits groupes et les tuteurs sont des étudiants en deuxième année, il y a une meilleur ambiance et je trouvais ça très pédagogique parce que parfois un étudiant explique mieux qu’un prof car il est passé par là il y a un an. Donc en tutorats j’étais attentif, surtout quand j’avais faux.

Après quand je bossais mes cours j’étais souvent distrait par n’importe quoi (facebook, portable etc…) quand j’étais bizuth et j’ai vraiment reussi à bien me concentrer en carré, je ne saurais pas dire pour quoi, surement une meilleure organisation ( je me mettais vraiment en mode « révision » et je coupais tout)

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

Cours rédigés par la corpo étudiante (aesg). J’avais juste à surligner.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

En bizuth, j’ai pas beaucoup pris le temps pour les faire ce qui a été une grosse erreur. En carré j’en ai fait beacuoup. Il faut trouver le juste milieu car des fois il vaut mieux prendre le temps de bien connaître son cours avant de faire des annales.

Mais il faut vraiment se les procurer (corpo ou prépa), mais il faut savoir qu’il y a pas mal d’erreurs dans les corrections (que ça soit celle des prepas ou de la corpo) même si ça reste largement satisfaisant. Gardez plutôt les annales pour les révisions.

Comment était organisée votre journée ?

Voir plus haut.

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

Croyez en vous et ne baissez jamais les bras. Dormez bien, faites des pauses, continuez de sortir (dans la limite du raisonnable) et gardez une bonne hygiène de vie. Servez vous de l’experience de ceux qui sont passés avant vous et n’hésitez pas à leur poser des question, la fac organise un système de parrainage gratuit, inscrivez-vous). Travaillez vraiment sur votre concentration, c’est grâce à ça que vous apprendrez efficacement.

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

En paces, on est beaucoup d’inscrits pour peu de places. Ce qui fera la différence je pense c’est la motivation et l’intérêt que l’on porte à la reussite de ce concours. Peu importe les notes que vous aviez au lycée, pour reussir la PACES, il faut vraiment avoir envie de faire les métiers qui attendent derrière. Si c’est un choix par défaut, vous ne tiendrez pas. Ce qui vous fera lever tout les jours pendant neuf mois et passer vos journées la tête dans les cours c’est cette motivation qui vous poussera à vous dépasser, à rebondir après un échec ou un coup de mou.

(Doublant uniquement) Qu’est ce qui a contribué selon vous, à votre redoublement ? Quels enseignements en avez-vous tiré pour in fine, réussir ?

J’ai commencé la PACES très motivé et j’ai voulu tellement bien faire que j’ai mal fait. Je travallais beaucoup trop, j’apprenais tout par coeur bêtement et j’ai pas su remettre en question ma méthode de travail. Je suis arrivais à la fin de l’année très fatigué, à la limite du burn-out. Ça nous rend vite fou de voir qu’on donne tant pour des résultats insuffisants.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

La PACES vous le savez surement déjà, c’est dur, on vous a pas menti, mais il faut l’avoir vécu pour savoir à quel point ca devient omniprésent dans notre vie, on y pense tout le temps, notre vie est entre parenthès pendant un ou deux ans et tourne autour de ce concours. Vous aurez des moments de déprime, de remise en questions voir de pleur.

Mais au final quand j’en fais le bilan je me rend compte qu’elle est tellement enrichissante sur le plan intellectuel et personnel, ça apprend à se connaître, à se dépasser, et les cours pour la plupart sont vraiment passionants. Même si j’avais raté, j’aurais jamais regretté d’avoir fait ce choix. Je vous souhaite de reussir et de connaître cette joie immense de reussir cette pu…. de PACES

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

Je trouve l’idée des témoignages très bonne pour voir ce qui nous attend et essayer de plannifier sa méthode etc… J’ai pas mal lu de temoignages sur le site avant ma p1, en espérant publier le mien un jour. Voila j’y suis, je vous passe le flambeau :).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here