Sommaire de l'article

Jade, en 2e année de Médecine à Rennes nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2017 – 2018, Médecine : 220

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

Bac scientifique mention assez bien.

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

Doublante.

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

Médecine : 126

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

Assidue.

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

Chez mes parents.

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

Environ 35 minutes en voiture.

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

Oui, et très rapidement grâce aux portes ouvertes que j’avais pu faire l’année de ma terminale. D’autant plus que le tutorat proposait une visite du campus lors des premiers jours de l’année pour que l’on puisse se familiariser avec les lieux !

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

Avant mon année de primante, non pour la simple et bonne raison que je n’avais aucun support de cours et que je ne connaissais personne en médecine ! Avant mon année de doublante, ma décision fut la même : j’avais vraiment envie de profiter de mon été pour pouvoir repartir à fond dans les révisions dès septembre, alors hors de question de me fatiguer à revoir mes cours avant la rentrée ahah ! Comme on l’entend très souvent, « la PACES c’est un marathon », alors il vaut mieux être reposé avant de le débuter ! En revanche, j’avais quand même travaillé sur mon organisation et ma méthode, en réfléchissant à ce que je pouvais améliorer pour mon année de doublante, c’était donc plus un travail mental.

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Non, je ne suis pas une très grande sportive.

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Je faisais environ une heure de pause tout les midis (le temps de rentrer chez moi, de manger et de temps en temps faire un petit peu de piano) et je m’octroyais une pause tous les vendredis soirs pour vraiment souffler et penser à autre chose. En général, c’était une pause très chill, sous un plaid devant une série ou un film ahah ! Ainsi, je repartais toujours gonflée à bloc dès le samedi matin. Les pauses sont vraiment essentielles en PACES, il ne faut pas en abuser, certes, mais penser à autre chose que les cours et, le stress du concours, c’est vraiment primordial pour rester sain d’esprit et rester motivé sur le long terme.

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Non !

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

8 heures obligatoires !

Je le répète souvent aux étudiants que je parraine cette année, le sommeil c’est ESSENTIEL. Si on ne dort pas assez, on ne peut pas être efficace le lendemain, on ne suit pas bien en cours, on apprend mal ses chapitres, et ça vous fait basculer dans une sorte de cercle vicieux : « je dors mal, je travaille mal, donc je me couche plus tard pour rattraper ce que je n’ai pas eu le temps de faire aujourd’hui donc je dors encore moins » etc, etc. Garder une certaine qualité de vie (bien dormir, bien manger…) c’est important pour tenir dans le temps et ça vous assure un apprentissage de qualité (et dormir suffisamment consolide toutes les connaissances que vous avez acquises dans une journée!).

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

En semaine, 6 à 8 heures (sans compter les cours). Le week-end et en révisions je tournais globalement autour de 12-13 heures de révisions par jour (mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, ça passe vraiment très vite et c’est un rythme et une habitude à prendre !).

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

(Pour tout ce qui est méthode/organisation, je ne parlerais que de mon année de doublante)

En semaine :
L’après-midi je révisais premièrement les cours du matin. J’apprenais par coeur, en récitant à voix haute et en refaisant des schémas-synthèses jusqu’à ce que le cours soit maîtrisé. Je surlignais toutes les informations importantes. Une fois ceci fait, je mettais mes cours de côté et je révisais mes cours de la veille (donc si on était mardi après-midi, je révisais les cours du mardi matin et les cours du lundi matin et si on était lundi après-midi, je révisais les cours du lundi matin et les cours du vendredi matin). En plus de cela, s’il me restait un petit peu de temps, je resurvolais mes cours du matin même avant de dormir, pour que les connaissances restent structurées dans mon esprit.

Le week-end :
Le samedi, je révisais tous les cours de la semaine et le dimanche les cours de la semaine précédente. Cette organisation me permettait d’arriver en révisions de concours blanc ou de concours en ayant vu déjà 4 fois chaque chapitre (je prends l’exemple d’un chapitre : je le révise l’après-midi après avoir eu le cours en amphi le matin, je le révise le lendemain, le samedi, puis le dimanche de la semaine d’après). Ça peut paraître intense comme organisation, et ce serait mentir que de vous dire que ça ne l’était pas, mais j’avais pris cette habitude et je me sentais beaucoup plus à l’aise avec mes cours par la suite.

Ma méthode de travail pour les QCM (car ça fait partie intégrante de l’apprentissage) :
Je me gardais tous les samedis soirs une plage horaire de 3-4 heures environ pour ne faire que des QCM ! L’idéal c’est d’en faire le plus possible !!! Petite astuce : quand vous corrigez vos QCM, essayez de vous faire un petit carnet avec toutes vos erreurs (que ce soit pour les matières à par coeur ou pour les matières à calculs, cela fonctionne pour les deux !). J’aimais beaucoup apprendre mes erreurs QCM, je les revoyais par exemple les veilles de concours blanc, de concours, le matin du concours aussi, ça m’évitait de faire des erreurs stupides le jour J sous l’effet du stress. Ça a un côté très rassurant je trouve.
– En période de cours, je ne faisais « que » les colles du tutorat, nous avions ce que l’on appelle les « conférences classées » ce sont toutes les conférences des années précédentes du tutorat classées par matière et par chapitre. Le samedi soir je refaisais donc toutes les conférences classées (ou du moins j’essayais, ça dépendait du temps que j’avais) des cours que j’avais eu la semaine.
– En période de révisions de concours blanc, là je faisais un ou deux tours de TOUTES les annales de concours blanc !
– En période de concours : je refaisais TOUTES LES ANNALES de concours cette fois. Je m’arrangeais pour qu’une ou deux semaines avant le départ en révisions j’ai déjà fait un petit survolage des annales de toutes les matières, pour que mes révisions soient plus concrètes (ex : vous faites une erreur en QCM, vous arrivez en révisions, vous révisez le chapitre concerné et vous vous dites « ah oui c’est vrai l’autre jour je me suis trompée sur cette partie », et là vous stockez bien mieux l’information).
Conclusion -> Les erreurs sont utiles et font partie de l’apprentissage.

Autre petite astuce : il n’est pas rare (dans des cours de 50 pages ça arrive bien au moins une fois ahah) d’avoir des difficultés à mémoriser certaines informations. Ce que je faisais pour ce genre de choses, c’est que j’imaginais la phrase dont j’avais du mal à me souvenir, en QCM. Comme ça j’arrivais beaucoup mieux à m’en rappeler, et si jamais un QCM tombait sur cette notion, et bien c’était comme si je l’avais déjà fait !

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Oui beaucoup, je trouve ça essentiel pour retenir, que ce soit des fiches ou des synthèses de cours. Ça peut paraître stupide pour certaines personnes car « en PACES, on doit tout savoir » mais faire des petites fiches de ce dont vous avez du mal à vous souvenir, je ne trouve pas que ce soit une perte de temps. Personnellement, ça me rassurait de me dire que s’il venait à me manquer du temps, j’aurais la possibilité de revoir les points un petit peu difficiles, par exemple la veille du concours ou le matin même. Du coup, j’en faisais quasiment pour toutes les matières, pour les matières à calculs c’était plutôt des fiches formules, pour l’anatomie des fiches avec des schémas, la physiologie des définitions…

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

Seule, chez moi.

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Chez moi car j’ai besoin de réciter à voix haute. Bien sûr, les jours où j’avais tutorat j’étais obligée de rester à la BU mais je me sentais bien moins efficace.

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

Ce que je recommande ? Le TUTORAT. Il ne faut pas en faire une généralité, c’est très fac-dépendant, mais à Rennes le tutorat offre tout ce que pourrait offrir une prépa, mais gratuitement ! On a la possibilité d’avoir une conférence un soir par semaine, on a des concours blancs qui sont très représentatifs, on a des tuteurs et des parrains/marraines qui sont très investis…

Les conférences duraient environ 2h30, 1h où vous faites vos QCM individuellement et puis 1h30 où vous avez la correction avec les tuteurs (qui ont été sélectionnés grâce à leur classement au concours dans la matière qu’ils « enseignent »). Pendant la correction, vous avez l’opportunité de poser vos questions donc c’est vraiment utile d’y aller. Pour les concours blancs, on en avait trois d’organisés dans l’année : un « mini » concours blanc début octobre pour voir comment on se situe déjà dans la promo au bout d’un mois, voir si on est bien parti et si notre méthode est correcte ou non, puis un gros concours blanc de mi-semestre au S1 et au S2. Étant donné que la majorité des étudiants y participent, ils sont vraiment très représentatifs. Bien sûr, les classements que l’on a aux CCB ne sont pas figés, il y a toujours possibilité d’évoluer et de faire des remontées dans le classement (attention à ne pas se reposer sur ses lauriers après de bons résultats d’ailleurs car ça peut vous coûter très cher en places au vrai concours) mais globalement , en doublante, j’ai eu quasi les mêmes classements aux CCB et aux CC.

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

Nous n’étions pas classés aux colles mais nous étions classés du coup aux concours blancs. En primante, j’ai fait d’assez grande remontée entre les CCB et CC surtout au S1. En doublante, comme dit plus haut, j’ai eu à peu près les mêmes classements aux CCB et aux CC donc j’étais dans le numérus :
(En primante :
S1 = CCB : 850 pour 675 au S1
S2 = CCB : 570 pour 615 en classement neutre et 570 environ en classement médecine au CC)
En doublante :
S1 = CCB : 119 pour 131 au CC
S2 = CCB : 120 pour 77 en classement neutre et 126 en classement médecine au CC)

En revanche, je n’avais pas toujours de très bonnes notes en colles (elles étaient d’ailleurs plutôt moyennes en général). Je ne me stressais pas trop avec ça car les conférences nous servent justement à cibler nos difficultés, nos incompréhensions… Et il ne faut pas trop se fier à ce que vous en entendrez des autres étudiants en colle, car certaines personnes révisent exprès pour les conférences. Personnellement je ne révisais jamais pour une colle car je préférais avant tout être à jour dans mes cours et dans mon planning de révisions.

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

En primante oui beaucoup, j’essayais du faire du mieux que je pouvais pour le rattraper ! En doublante, je ne pense pas avoir eu beaucoup de retard et quand j’en avais je faisais en sorte de le rattraper très, très vite. Ça arrivait surtout en période de révisions (surtout au S2 !) me concernant, car j’avais tendance à faire des plannings beaucoup trop remplis pour ce qu’il était humainement possible de faire ahah. Mais j’essayais de ne pas trop paniquer, de me calmer, de rattraper mon retard le lendemain et dans le pire des cas, je ré-ajustais mon planning !

Quel était votre rythme de travail ?

Intense ? C’est la définition de le PACES !

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

J’étais plutôt altruiste. À Rennes, nous disposions d’un « forum » où nous pouvions poser nos questions et où nous pouvions répondre aux questions d’autres étudiants. Dès que je le pouvais, j’essayais d’aider les gens. Par contre, le jour du concours, je ne pensais à personne d’autre que moi même, je me mettais dans ma bulle et j’essayais (je dis bien « essayais » car en pratique c’est dur à mettre en oeuvre) de ne pas penser aux 1300 autres étudiants qui voulaient tous également défendre leur place dans le numérus car sinon, là, je paniquais. Le jour du concours, il faut vraiment se centrer sur soi, vous avez un ou deux jours pour faire vos preuves, alors pas le temps de penser à autre chose !

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

Très stressée mais c’est dans ma nature de l’être. C’était très dur surtout en doublante, car je me mettais énormément la pression pour réussir, j’avais vraiment peur d’échouer d’autant plus qu’en doublant « c’est la dernière chance ». J’avais vraiment très peur de passer à côté de mon rêve.

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

J’étais concentrée, après il est vrai qu’il est dur de rester pleinement concentrée pendant les cours de maths ou de physique, mais il faut résister à la tentation de papoter avec ses amis !

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

Sur ordinateur car je n’écris pas très vite à la main. Qui plus est, je n’aurais pas trouvé ça très agréable d’apprendre avec des notes écrites à la main. J’utilisais mon téléphone en tant que dictaphone également, j’enregistrais TOUS les cours, et si jamais je sentais que je loupais une information importante, je notais la minute à laquelle je devais revenir le midi avant de commencer à apprendre, pour être sure d’avoir un cours complet.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

Bien sûr ! C’EST PRIMORDIAL !
(Explication plus haut)

Comment était organisée votre journée ?

En semaine :
6h15-30 : lever
7h -7h45 : trajet en voiture
8h-12h15 : cours en amphi
12h30-13h30 : trajet/repas/petite pause
13h30-16h : révisions
16h-16h30 : pause goûter + douche
16h30-19h00 : révisions
19h00-19h30 : repas
19h30-22h : révisions (+/- qq QCM)
22h : au lit.

Le week-end ou en révisions :
8h00 : lever
8h30-12h30 : révisions
12h30-13h30 : repas devant un épisode de série en général
13h30-16h : révisions
16h-16h30 : pause goûter
16h30-19h00 : révisions
19h00-19h30 : repas
19h30-23h : révisions (soirée QCM le samedi de 19h30 à 23h)

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

Premièrement, de garder une certaine hygiène de vie : bien manger, bien dormir et garder des contacts (surtout quand vous vivez seuls) avec ses amis et sa famille. C’est toujours bien d’avoir quelqu’un à qui pouvoir parler quand on a des baisses de motivation. Entourez vous de gens qui vont vous motiver à avancer et qui ne vous tireront pas vers le bas ! Avec le tutorat, vous avez aussi la possibilité d’avoir un parrain ou une marraine et ça peut être un soutien moral intéressant quand on étudie en PACES.

Concernant la méthode de travail, il n’y a pas de méthode miracle, seul vous pourrez trouver la votre et une méthode se construit tout au long de l’année. Vous ne l’aurez pas dès la première semaine, mais ce n’est pas grave ! Je l’ai peaufinée jusqu’à la fin de ma deuxième PACES et je l’adapte chaque jour encore aujourd’hui. N’oubliez pas de bien vous entraînez, les révisions sont primordiales, mais les QCM vont vous permettre de voir si vous maîtrisez vraiment vos cours et si vous êtes capables de restituer vos connaissances, et sont un support indispensable : vous ne perdrez pas de temps à en faire, cela contribuera à votre réussite ! Quand vous saturez, pensez à faire une pause, vous n’allez pas perdre 100 places parce que vous faites une pause de 15 minutes ! Au contraire, les pauses vont vous aérer l’esprit et vous serez d’autant plus efficace (mais n’en abusez pas non plus!).

Enfin, mon conseil le plus important, c’est de ne jamais perdre espoir et de rester motivé tout au long de l’année. La motivation est l’une des clés de la réussite. Si vous êtes déterminés à avoir votre PACES, que vous ne vous voyez pas faire autre chose que médecine, alors foncez, vous êtes au bon endroit et vous ne le regretterez PAS. Si vous rêvez de devenir médecin, alors battez-vous pour le devenir, prouvez à tout le monde que vous méritez votre place dans le numérus. Si j’avais à refaire un choix, je referais le même sans hésiter une seule seconde, car aujourd’hui je me sens vraiment passionnée par mes études, et la médecine c’est tellement enrichissant ! N’abandonnez jamais ! Gardez toujours votre but à l’esprit, ça donne du sens à ce pourquoi vous travaillez autant.

Pour les doublants :
Je sais que ce n’est pas évident d’avoir à redoubler, on se demande si ça vaut la peine de refaire encore 9 mois sans vraiment savoir si on réussira… Mais peu importe ce que l’on a pu vous dire, peu importe votre classement en primant, si vous voulez vraiment médecine, donnez vous les moyens d’y parvenir. En primante, comme dit plus haut je n’étais pas forcément très bien classée et d’après les statistiques, en ayant ce classement là et une mention assez bien, mes chances de passer en deuxième année n’étaient pas très très élevées. Pourtant je suis là aujourd’hui parce que j’ai toujours été déterminée et parce que je me suis donnée à fond. Alors croyez en vous, écoutez votre coeur, si vous vous en sentez capable faites le, le jeu en vaut la chandelle.

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

Ma motivation, ma détermination. De plus, j’étais très organisée, je faisais toujours beaucoup de planning de révisions (même en semaine) ce qui me permettait de savoir quoi réviser, quand, pourquoi ce chapitre là tel jour plutôt qu’un autre. Cela me paraissait essentiel pour ne pas crouler sous toute la quantité de travail que l’on a.

(Doublant uniquement) Qu’est ce qui a contribué selon vous, à votre redoublement ? Quels enseignements en avez-vous tiré pour in fine, réussir ?

Le manque d’organisation, je ne travaillais pas assez efficacement, je ne faisais pas forcément de pauses en primante, que j’ai appris à faire en doublante. Je pensais aussi beaucoup aux autres candidats et je me comparais, du coup ça me faisait pas mal paniquer en tant que primante. J’ai fait un travail sur moi même en doublante, et je suis devenue très méthodique.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

Intense dans le boulot, intense émotionnellement, dure… mais tellement ENRICHISSANTE. On dit souvent que l’on ne peut pas se faire d’amies en PACES, mais je m’en suis pourtant faites, dont certaines avec qui je suis encore en contact aujourd’hui. Donc vous travaillez dur certes, mais vous faites plein de belles rencontres, vous avez des professeurs (médecins pour la majorité) vraiment impressionnants et passionnants, les cours sont intéressants… On parle très souvent des mauvais moments en PACES, mais il faut pas oublier qu’il y en a également de très bons ! Je n’oublierais jamais certains moments passés en amphi, les chants des doublants, les blagues des étudiants et des professeurs, mes premiers cours d’anatomie, les colles du tutorat qui sont aussi plutôt sympas (ça permet de sortir un peu de sa grotte)… C’est une année que j’ai haïe et adoré en même temps. La PACES est une expérience riche, et unique, qui fait gagner en maturité et je suis vraiment heureuse d’avoir eu l’opportunité de la vivre.

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

J’adore ! En PACES, je lisais beaucoup les témoignages, ça me remontait le moral et ça me reboostait ! :D

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here