Sommaire de l'article

Isabelle Z, en 2ème année de Médecine à Paris VI nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2017 – 2018, Numerus clausus de médecine : 323

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

Bac S spé maths, mention très bien

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

Primante

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

J’ai passé le concours médecine uniquement. J’étais 334e au S1 et 161e en classement général de médecine. Je me suis aussi inscrite en odonto et maïeutique mais je n’ai pas passé les UE spé.

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

Plutôt bonne élève mais en travaillant, j’étais très scolaire et c’est pour cette raison que j’avais des bonnes notes car je n’avais pas de facilités !

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

J’habitais chez mes parents, je pense pas que j’aurais eu la force de m’occuper seule de moi-même en plus d’être en PACES cette année haha !

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

50 à 55 min en métro avec plusieurs changements de ligne

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

Alors oui, la fac est vraiment devenue ma seconde maison ! En PACES à P6, on a juste besoin de connaître les amphis, les salles d’EDs, la BU, et tout se trouve facilement !

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

J’ai décidé de prendre la pré-rentrée Médisup l’été vers mi-août.
Je savais que beaucoup de personnes la prenaient et je ne voulais pas être pénalisée par rapport aux autres pour le concours, donc j’ai fait le mouton…
Mais j’ai entendu dire que la pré-rentrée du tutorat était aussi très bien !

Pendant la pré-rentrée, on a l’occasion d’échanger avec un référent en 2e année. Il nous donne tous ses conseils personnels pour réussir, mais aussi toutes les modalités du concours, les différentes matières et leurs particularités/difficultés.

Cette pré-rentrée m’a énormément aidée, je la trouve vraiment indispensable (à la prépa ou au tutorat) car c’est important de savoir à quoi s’attendre et de prendre de l’avance pour le premier semestre qui est relativement court.
Grâce à ça, j’ai pu aborder le semestre avec beaucoup de sérénité, et je ne pense pas que j’aurais pu réussir sans.

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Alors déjà je faisais rien avant, j’allais pas commencer cette année !
Mais je pense que ça peut être cool de continuer ses loisirs, même en PACES, histoire de lâcher prise au moins une fois par semaine !

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Malheureusement non, cette année je suis vraiment pas sortie et j’ai pas fait grand chose, je l’avoue.
Je sortais encore un peu en pré-rentrée, mais au cours de l’année au total j’ai dû sortir deux fois au premier semestre et une fois au second…
Ça me stressait de faire autre chose et en plus, j’avais vraiment du mal à me remettre à travailler après…
Je préférais consacrer du temps pour dormir plus longtemps ou juste rien faire plutôt que de sortir.

Si vous avez des loisirs et que vous ressentez le besoin de les continuer, faites-le, c’est pas parce que vous êtes en PACES que vous avez pas le droit de profiter !

Moi perso j’ai toujours été plutôt solitaire, donc les sorties ne m’ont pas tant manquées que ça ! Je ressentais pas le besoin de voir mes potes toutes les semaines donc ça m’allait très bien.

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Pas du tout !
J’avais juste ma grande soeur qui a un an de plus que moi qui était doublante en PACES à Paris V la même année, donc on galérait ensemble, c’était assez drôle haha !

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

Alors en théorie j’essayais de dormir au moins 7h, mais je pense que je tournais vers 6h à certains moments.
Après j’étais vraiment très crevée par moments et je savais que je dormais pas assez (MAIS JE LE REGRETTE BEAUCOUP !!!), donc je compensais en faisant des siestes à la BU ou chez moi.

Le sommeil c’est super important les gars, négligez pas ça ! C’est limite la première chose qu’on nous dit quand on rentre en PACES, on vous le dira tout le temps mais jamais assez !
Minimum 7h de sommeil, c’est la base, et des grasses-mat, des siestes en supplément.
Vous verrez, à la BU tout le monde fait des siestes donc ayez pas honte ! ;)

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

Je fais partie de ces gens qui se sont vraiment mis à travailler beaucoup très tôt, en fin de pré-rentrée j’atteignais parfois 10h par jour. Mais clairement, ce que j’ai fait n’est pas indispensable pour réussir, mon but était vraiment de prendre le plus d’avance possible !

Pendant l’année, je travaillais entre 11 et 12h par jour. En période de révisions je faisais le même nombre d’heures, je n’augmentais pas mon temps de travail.

Bien sûr, la première fois où j’ai taffé 8h j’ai cru que mon cerveau allait exploser, mais faut y aller progressivement et augmenter les heures au fur et à mesure. Ça fait très peur de voir des chiffres pareils, je me souviens que j’ai complètement paniqué quand on m’a dit ça.
Mais vous inquiétez pas, quand vous êtes dedans, vous comptez même plus et vous vous habituez, ça devient la routine. ;)

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

J’ai utilisé la méthode des J.
Elle consiste à prendre son agenda et à noter quand revoir un cours à des intervalles de jours précis : J0 (le jour où le cours a été donné par le prof), J1, J3, J7, J12, J20, J30.
J0 était le jour où je me contentais juste de surligner et d’apprendre le cours en surface, et c’était pendant J1 que je m’attardais plus dessus pour apprendre en profondeur avec ma mémoire visuelle (les couleurs des stabilos m’aidaient vraiment haha !).
Je la conseille à tous ceux qui, comme moi, ne sont pas vraiment organisés de base, elle peut être utile pour installer un bon rythme dès le début. Grâce à cette méthode, on se pose même plus la question pour savoir quoi travailler chaque jour, et c’était très bien pour moi qui se sais pas faire de choix !
Cette méthode me permettait aussi de compter le nombre de fois où je revoyais un cours.

Toutefois, cette méthode présente beaucoup d’inconvénients et il faut la remanier à sa sauce !
Aux deux semestres, je n’ai pas réussi à la tenir plus d’un mois. Il faut savoir choisir ses priorités parmi les différents cours qui finissent par s’accumuler : ça m’est déjà arrivé de regrouper en une seule fois 3 J pour un cours (J3, J7 et J12) !
Parfois il est plus stratégique de sauter des J pour les cours faciles, et peut-être d’en rajouter pour les cours complexes mais ça se fait au feeling et en fonction des facilités de chacun.
Il faut savoir les gérer ces J au lieu de les faire bêtement quand l’agenda le dit (impossible de tous les faire de toute façon).
Je priorisais les J0, J1 aux J20 pour pas prendre de retard. En général moi je commençais à me sentir à l’aise avec un cours vers J12 (voire J7 ou J20 en fonction de si j’ai sauté un J/si le cours est dur/facile), c’est-à-dire après l’avoir repris 4-5 fois.
C’est méga stressant de voir votre agenda rempli parce que vous savez dès le début de la journée que vous pouvez pas faire tous les J, mais je ne trouvais pas d’autre solution car j’avais besoin de savoir exactement quoi faire dans la journée sans trop me poser de questions.

Sinon, perso, je revoyais TOUJOURS les cours où j’avais des lacunes en priorité, aux heures où je me sentais au max de mon efficacité (c’était le matin), je passais beaucoup de temps dessus.

En général, j’essayais de faire en sorte qu’un mot clé dans le cours soit toujours surligné de la même couleur, ça m’aidait dans mon apprentissage. Je prenais des post-its pour essayer de simplifier certaines notions du cours en y dessinant des schémas, ou pour condenser des longues pages de cours afin que ce soit plus clair dans ma tête.

Même si dans l’urgence ça m’est dejà arrivé d’apprendre par coeur des réponses d’annales ou des phrases toutes faites, j’essayais quand même de TOUT COMPRENDRE.

Faites des QCMs à fond fond fond !!!
Moi j’avoue que de ce côté là j’ai eu des regrets parce que je n’en ai pas fait assez, et je me retrouvais en panique à une semaine du concours à devoir finir les annales ! (Cette semaine où je faisais beaucoup d’annales sauvait vraiment mon cul au concours, parce que dans certaines matières faut limite les connaître par coeur..).
En faisant des annales, je complètais aussi mon cahier d’erreurs. Perso histoire que mon cahier d’erreurs fasse pas 10 millions de pages (c’est plus pratique quand comme moi on le lit entre les épreuves le jour J), je ne le consacrais presque qu’aux annales, et pas aux QCMs du tutorat par exemple.
Ça prend beaucoup de temps le cahier d’erreurs, je voulais donc noter les erreurs les plus importantes.

Pour les matières à réflexion, j’avais tendance à les faire le soir (UE3.1, Chimie G et O au S1 et UE4, UE3.2 au S2).
Comme à P6 on a droit à certaines épreuves de rapporter des documents, je prenais un lutin pour y mettre tous les cours et plein de post-its pour mettre en évidence des astuces pour aller plus vite, ou des formules importantes.
Il faut vraiment s’approprier son lutin et le personnaliser pour aller vite le jour du concours, ne pas perdre du temps pour retrouver des définitions du cours ou des formules.

Moi c’est vrai que j’avais tendance à négliger les matières à réflexion (oui, à une semaine du concours, je ne connaissais toujours pas toutes mes formules de chimie, ne suivez pas mon exemple…).
En pré-rentrée, j’en ai fait énormément et ça m’a vraiment aidée.
Je savais pourtant que c’était vraiment ce qui faisait la différence et que c’était très classant de bien les travailler, mais j’avais tendance à privilégier le par coeur où il faut être plus régulier.
Du coup j’en faisais peut-être 2 fois par semaine, et plus dans les moments de stress où je réalisais que j’étais pas au point.

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Alors je fichais les formules de chimie G, la chimie O et l’UEP (indispensable pour moi, je ne revisais quasi que sur mes fiches).
En biochimie j’ai aussi réalisé mes propres schémas pour le chapitre du métabolisme glucido-lipidique (accrochez vous pour ce cours il est ultra chaud).

Pour autres matières, en pré-rentrée j’ai fait des fiches sur les rappels de cours du prof avec schémas résumant ce qui tombait souvent au concours, et elles m’ont aidées en révisions.
Mais sinon plus de tout le temps d’en faire pendant l’année pour le par coeur.
En général je résumais ou simplifiais certaines notions compliquées du cours avec des post-its que je collais sur mon chapitre, c’est tout.
Ou sinon parfois, je réécrivais le plan du cours avec les titres pour que ce soit plus clair dans ma tête.

C’est important de pas tout ficher (moi je faisais que ça en terminale..) parce qu’on a vraiment pas le temps, je conseille plus de surligner les notions importantes et d’essayer d’apprendre ses cours en profondeur et dans les détails, tout en ciblant ce qui peut tomber en QCMs au concours.

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

Je parlais vraiment à personne au début haha, donc j’ai vraiment tardé à me faire des potes.
J’ai rencontré une fille avec qui je travaillais souvent à la BU de la fac au début du S1. C’était super sympa d’avoir une présence.
Elle m’a aussi vachement aidée pour trouver mon organisation personnelle, et je pense pas que je me serais autant avancée et que j’aurais fini le programme sans elle. Donc vraiment si vous rencontrez des gens qui vous tirent vers le haut, c’est top !

Fin S1 et tout le S2, elle a arrêté de venir donc je travaillais seule, je mangeais seule tous les jours.
C’est vraiment déprimant de passer tout son temps tout seul à la BU (surtout quand les gens à votre table ont tout le temps des potes qui viennent les voir et que pour vous ya personne haha).
Je me suis fait des autres potes bien sûr, mais ils travaillaient tout le temps chez eux ou à une autre bibliothèque parce qu’ils détestaient celle de la fac..
Donc c’était un peu triste mais bon j’ai survécu.

Vraiment, il ne faut pas s’isoler parce qu’on se sent facilement seul en PACES.

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Comme dit plus haut, je taffais à la BU de ma fac. J’y étais de 9h à 18-19h, puis je rentrais chez moi pour dîner et travailler encore 2h.
Perso je n’ai aucune capacité de concentration chez moi, je suis souvent plus tentée de traîner sur mon portable ou dans mon lit, de chercher à manger… Donc la bibliothèque s’imposait !

Comme j’ai travaillé seule en majorité cette année (parce que mes potes aimaient pas la BU de la fac, pas parce que j’ai pas de potes hein ! x)), c’était plutôt rassurant de voir souvent les têtes des gens qui viennent tous les jours.
On voit aussi des 3e-4e années et c’est boostant de voir qu’après la PACES, il y a une suite !

Par contre la BU de la fac était à 50-55 min de chez moi, donc quasi 2h de trajet « perdues » tous les jours pour y aller.. J’avoue que pour le coup, ça m’a vraiment stressée mais je n’ai jamais autant bien travaillé ailleurs, donc je pense que je rentabilisais bien les 2h.
Mais je le recommande pas forcément pour les autres, avec le recul je me dis que j’étais vraiment malade haha.
Ça empiétait vraiment sur ma forme et me causait de la fatigue parce que je voulais à tout prix rattraper ces heures, donc je rallongeais mes journées, quitte à puiser sur mes heures de sommeil (CHOSE À NE JAMAIS FAIRE, LE SOMMEIL EST PRIMORDIAL POUR BIEN TRAVAILLER).
Je culpabilisais toujours parce que quand je voyais que je travaillais 11h par jour, je me disais que sans ces 2h j’aurais pu en faire 13… Du coup je ne prenais pas beaucoup de pauses pour compenser, et parfois je révisais dans les transports.

Donc travailler à la BU m’a vraiment rajouté un stress supplémentaire.
C’est mieux de trouver une bibliothèque plus proche de votre logement si vous êtes loins de la fac comme moi.

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

J’ai fait les deux au S1, et juste la prépa au S2.
Je conseille de faire le tutorat à fond au début du S1 car c’est important de se familiariser avec une grille de concours, et de faire les épreuves en temps réel.
À la prépa au S1, il n’y a que deux concours blancs généraux, et le premier arrive super tard en plus (vers novembre). Donc c’est vraiment important de compléter avec le tutorat qui commence les concours vers octobre !
En plus, les épreuves en temps limité sont plutôt une bonne opportunité de vérifier qu’on connaît bien son lutin d’UE3.1.

Par contre les QCMs et les corrections peuvent être parfois douteux, donc à ne pas prendre autant au sérieux que les concours de médisup (si on est inscrit), et passer peut être moins de temps pour la correction.
En effet, à la prépa, j’ai toujours eu à peu près des classements similaires et représentatifs tout au long de semestre.
Ce n’était pas du tout le cas au tutorat où mes classements pouvaient être très variables car les QCMs sur lesquels on nous interrogeait étaient parfois pas hyper représentatifs du concours.

La prépa donne aussi des supports de cours de qualité. Toutefois, on peut les recevoir plus de 10 jours, voire 2 semaines après le cours du prof, ce qui peut faire prendre un retard assez considérable si on les attend avant d’apprendre. En procédant ainsi, le programme n’est pas finissable.

Je pense que quand on a pas de prépa, il faut se consacrer entièrement au tutorat et essayer de faire quasi tous les concours.
Mais si on en a une, essayer de concilier les deux peut fait perdre beaucoup de temps et je pense qu’on peut donc se permettre de pas aller à tous les concours du tutorat.
Perso j’ai arrêté d’y aller apres le premier concours médisup au S1, car je commençais à galérer à rester à jour.

Au S2, j’ai stoppé le tutorat parce que je savais comment se déroulait le concours, et que je ne ressentais pas le besoin d’y aller. Je commençais à me connaître apres un semestre, et je trouvais que le tutorat ne m’était plus vraiment indispensable.
Il y avait 3 concours blancs généraux à la prépa au S2 et je trouvais que ça suffisait si je les prenais vraiment au sérieux en faisant bien toutes les corrections.

Donc je recommande les deux, c’est très utile, mais il faut savoir choisir à quels concours aller en fonction de ses lacunes et de son profil, et ne pas se forcer à tout faire.
Mais même si la prépa m’a beaucoup aidée, elle est pas indispensable : on peut aller aux EDs et au tutorat à la place et ça le fait.
Si les gens sont passés, c’est parce qu’ils ont travaillé, pas parce qu’ils ont payé une prépa.

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

À la prépa j’étais plutôt bien classée, j’ai toujours eu à peu près les mêmes classements sur l’année (entre 50e et 80e sur à peu près 800).
Je faisais partie des gens qui ne révisaient jamais les concours blancs par peur de prendre du retard/de perdre mon avance. Et je préférais aussi avoir un classement « à la baisse » histoire d’être sûre que je ferais mieux au vrai concours.

Au tutorat, j’ai toujours été classée en UE3.1, mais mes classements variaient pas mal en UE1 et UE2 et je n’étais parfois pas classée.

Mais honnêtement, ok les classements c’est important, mais faut pas oublier que tout se joue le jour J.
Malheureusement, ya des gens qui perdent leurs moyens et qui foirent, d’autres qui prennent vraiment au sérieux que le vrai concours et qui se révèlent etc…
Donc ne désespérez pas si vous êtes déçus de vos résultats du tutorat/de la prépa !

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

Je n’ai jamais eu de retard, même au S1. Sauf peut-être la dernière semaine de cours avant les révisions où je me laissais jusqu’à dimanche pour bien apprendre les cours donnés entre lundi et jeudi.
A P6 en primant, on vous dira la liste des impasses que vous pourrez faire : la BDD, un membre en UE5 etc.. parce que le S1 est réputé pour avoir un programme infinissable.
Cependant, je peux vous assurer qu’en vous avançant dès septembre, en travaillant correctement dès le début, c’est possible de le terminer (j’avais tout fait sauf les EDs de BDD qui sont bien evidemment tombés !).

Mais il faut vraiment s’organiser, surtout avec l’UE5 qui a un programme très dense. Cette matière commence mi-octobre. Au début vous avez 1 cours par semaine, ce qui est gérable, mais vous terminez le semestre avec 3 cours par semaine ce qui est très chaud. C’est l’UE5 qui fait prendre du retard en général.

Moi, dès que les cours d’UE5 ont commencé à la fac, j’avais déjà presque fini l’anat G qui correspond à presque la moitié des points du concours et du programme de l’UE.
Dès que je voyais que je commençais à perdre mon avance, je stressais et je faisais tout pour essayer de la conserver.
Donc en vous avançant et en vous organisant, c’est POSSIBLE ! Lâchez rien !

Sinon, voulant toujours rester à jour dans les cours sans dépendre des supports de la prépa qui arrivaient longtemps après, je m’étais procurée les fiches de cours en PDF de l’année précédente.
Je ne voulais pas changer de support (en commençant à apprendre sur les tuts par exemple), car cela aurait perturbé ma mémoire visuelle.
Je conseille de faire ça aux P1 qui ont médisup ou pas, c’est un super bon investissement ! Honnêtement, j’ai limite plus taffé sur ça que sur les fiches de cours que me donnait médisup haha !
Je vérifiais bien sûr que le cours était le même avant de l’apprendre, puis je changeais dès que je recevais les nouveaux supports ou annotais les nouveautés.

Quel était votre rythme de travail ?

Je suivais le rythme de la fac en essayant d’être à jour, de ne jamais prendre de retard.

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

Altruiste, j’essayais d’aider des potes et en retour certains m’aidaient.
Mais j’avais aussi un peu l’esprit de compétition parce que je voulais vraiment être classée. Ça ne m’empêchait pas pour autant d’être là pour les autres et je n’essayais pas d’écraser les gens pour autant.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

Oula mdr stressée, surtout au S1. J’avais l’impression que je jouais ma vie à ce concours parce que je m’étais vraiment donnée l’objectif de réussir en un an.
J’avais tout le temps peur que tout mon travail ne suffise pas pour passer en médecine.
Pour vous dire à quel point, j’osais même pas regarder mes classements toute seule, je demandais toujours à des gens de regarder à ma place haha !

Je passais aussi mon temps à me comparer aux autres (le truc à surtout pas faire…). Quand je voyais des gens prendre le même cours que moi et mettre 2 fois moins de temps à le revoir, je stressais.
En plus au S1 on a pas trop de repères sur son niveau, même si on a les classements des concours blancs, parce que le vrai concours n’est pas passé.
Donc c’est vraiment un semestre très stressant quand on est primant.

Par contre au S2, comme on commence à connaître la PACES et qu’on a ses résultats du S1, ça va mieux parce qu’on voit à peu près où on en est.
Au S2, j’ai arrêté de me comparer aux autres, et ça a beaucoup joué dans mon moral. Quand je voyais que je devais passer 5h sur un cours, je passais 5h dessus sans hésiter : je ne me souciais plus du temps pris par le voisin de la BU pour l’apprendre.
C’est pour ça que personnellement, j’ai mieux vécu mon deuxième semestre.

Comme je l’ai dit plus haut, moi j’avais aussi beaucoup de trajet pour aller à la BU. Du coup je stressais sur la quantité de travail que je fournissais et je me disais toujours que je pouvais travailler plus, je ne me laissais que très peu de pauses…(ce qui est absurde puisque la qualité doit primer sur la quantité).
Une partie du stress que j’ai eu a aussi dû venir du fait que je dormais pas assez, DONC DORMEZ.

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

Ça dépendait des jours haha, mais quand même plutôt dispersée.
C’est pour ça que j’ai arrêté d’aller aux EDs et en cours. Ça m’arrivait parfois dans le semestre de regarder depuis mon ordi quelques cours en vitesse x2 (plus c’était rapide, plus j’arrivais à rester concentrée).

À la prépa, je me contentais de recopier bêtement la correction des QCMs, au moins je me disais que je perdais pas trop mon temps parce que je notais tout et que ça me servirait pour la suite. (Mais médisup, j’avoue que je voyais plus ça comme une pause hebdomadaire où je pouvais me permettre de pas travailler haha)

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

Je n’allais pas en cours, comme dit plus haut, vu que j’avais les fiches de cours de l’année dernière et que j’étais à la prépa. Les quelques fois où je suis allée en amphi, je prenais le polys et j’annotais les propos du prof à l’oral, je colorais quelques schémas, surlignais des mots importants.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

Oui bien sûr, mais je me mettais à les faire bien trop tard… Donc j’étais en stress la dernière semaine à devoir toutes les refaire haha !
Faut vraiment les faire et les refaire pour les connaître, et ce dès qu’on commence à apprendre un cours.
Les annales sont vraiment indispensables, elles orientent l’apprentissage vers des notions de cours qui tombent souvent au concours (en soi c’est impossible d’apprendre tous les détails de tous les cours..).
Il faut vraiment les connaître PAR COEUR dans certaines matières comme l’UE5, l’UECS1 et la Physio.
Dans les matières à réflexion ça aide aussi vachement parce que le raisonnement à suivre est souvent le même (chimie G et O, UEP, UE4…).

Comment était organisée votre journée ?

Je me levais à 7h45, et je partais de chez moi après avoir petit-déjeuné, vers 8h05 environ, pour aller à la BU.
Je travaillais à la BU de 9h a 13-14h, puis je me laissais 30 min pour manger.
Ensuite je reprenais jusqu’à 18-19h avec parfois une sieste l’aprem.
Puis 1h-1h30 de pause le temps de rentrer chez moi puis de dîner.
Et je travaillais pendant encore 2-3h le soir jusqu’à 22h30-23h.
Je me couchais vers minuit-1h.

En PACES c’est super important d’avoir une journée type et de la répéter toute l’année !
Se lever et se coucher à la même heure, ça vous fait vraiment rentrer dans un cercle vertueux bénéfique pour votre travail !

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

Donnez vous à fond, c’est carrément faisable.
Et surtout ne vous comparez pas aux autres, concentrez-vous sur vous-même. Le but c’est pas de majorer et d’avoir 20 partout, c’est de passer !
Moi aussi avant d’y être, quand je voyais « 10h de travail par jour » je paniquais (alors que je taffais 11-12h haha), et je comprenais rien quand j’entendais parler de « methode de travail ».
Mais vous allez voir, cette année vous allez vous surpasser, moi j’aurais jamais cru pouvoir faire tout ça au début, mais pourtant j’y suis arrivée !

Allez une petite citation pour la suite (que j’ai trouvée dans un gâteau de la chance au début de l’année) :
« Le secret du succès ? Arrêtez les voeux pieux et entrez en action. »

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

Mon travail, ma motivation.
Alors non, je ne me voyais pas déjà médecin avec ma blouse blanche, mais je savais que je voulais avoir ma PACES et passer en médecine.
Donc j’ai tout donné, j’ai rien lâché, et ça a payé.
Je n’ai jamais été satisfaite d’une journée de travail à 100%, je voulais toujours me dépasser. Et quand j’apprenais mes classements, je me disais toujours que je pouvais faire mieux !
Le plus dur est vraiment de tenir sur la durée, on a tous desespéré, déprimé au mois de novembre et on a tous su se surpasser… Tout le monde arrive motivé au mois de septembre, mais seuls certains réussiront à tenir jusqu’au bout ! Je pense que mon endurance a été ma force cette année, et j’avoue que j’en suis très fière.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

J’avoue que c’était dur psychologiquement de se battre tous les jours contre sa flemme, tous les jours de taire la petite voix intérieure qui dit, avant de travailler : « au pire, t’es pas à un jour près… »
Mais c’était surtout dur à la période des résultats ou j’ai juste eu l’impression qu’on collait un numéro sur le travail que j’avais fourni au S1… (et qui n’était pas à la hauteur de mes espérances).
J’ai fini hors du numérus clausus parce que j’ai eu 5 en UE3.1, alors qu’aux concours blancs j’etais toujours classée en ayant entre 10 et 12…
Je le voyais vraiment comme de la malchance (matière où la moitié des réponses sont mises au pif par les candidats haha…), et je trouvais que ça reflètait ni les classements que j’avais eus à la prépa, ni le travail que j’avais donné.
J’étais pas non plus fan de ce système de concours ou la grande majorité des gens n’ont rien à la fin…

Mais si c’était à refaire, je le referais !
Cette année a été très enrichissante, et après avoir réussi, vous vous sentirez très fiers.
Je pense pas que c’était la pire année de ma vie, j’ai appris beaucoup de choses et fait de jolies rencontres.

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

Il est top ! Ça m’a pas mal aidée pendant ma PACES.
Je lisais les témoignages quand j’étais en terminale pour savoir à quoi m’attendre, mais je ne les comprenais pas.
Après mon S1, pendant les vacances, je les ai relus et j’ai enfin compris !
Je rêvais d’écrire mon témoignage un jour si je réussissais ! ;)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here