Hugo D, en 2ème année de Médecine à Paris V nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2016 – 2017, Médecine : 348 places

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

Bac S, Spé SVT, Mention Très Bien

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

Primant

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

Médecine uniquement : 210e

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

Bon, plutôt assidu

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

Tout seul, dans un studio

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

Mes parents habitant trop loin, j’ai pris une chambre qui se trouvait à 8mn à pied de la fac !

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

Oui, très facilement. Certes, cela change beaucoup par rapport au lycée mais je me suis vite habitué à la fac, notamment grâce aux conseils avisés des de certains doublants. Il ne faut surtout pas hésiter à leur poser des questions !

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

Oui et non.

Oui parce que j’ai fait un stage de prérentrée avec une prépa privée.
Non parce qu’entre le bac et le stage de prérentrée je n’ai rien fait à part profiter de mes vacances et me reposer en vue de l’année difficile à venir.

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Initialement j’avais prévu de courir toutes les semaines mais je n’ai pas tenu cette résolution.

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Oui et plutôt nombreuses paradoxalement.

Tout d’abord je ne travaillais pas le dimanche. C’était une règle que je m’étais fixée et que j’ai tenue toute l’année et je crois que ça a été l’une des meilleures décisions de ma P1.
Pourquoi ? Parce que premièrement ça me permettait de profiter de ma famille que je ne voyais pas en semaine, de totalement me changer les idées par rapport à l’ambiance médecine, de me reposer et surtout ce vrai break hebdomadaire était un moyen pour moi de repartir à bloc le lundi et ce, toute la semaine durant.

Je voyais mes amis ou ma petite amie les samedis soirs et étant passionné de foot, j’allais régulièrement regarder les matchs de ligue des champion le mardi et le mercredi au bar avec des amis.

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Oui beaucoup : grand-père médecin généraliste, autre grand père chirurgien dentiste, grand mère pharmacienne, tante anesthésiste, oncle dermatologue et parents travaillant tous deux dans l’industrie pharmaceutique.

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

Là aussi je m’étais fixé une règle de conduite à tenir. J’ai toujours su que je suis quelqu’un qui ai besoin de beaucoup de sommeil, d’autant plus quand je travaille et mets tout mon corps à contribution. Je dormais entre 8 et 9h toutes les nuits.

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

Je travaillais environ 11h par jour, heures en cours à la fac comprises.

Journée type : 8h-12 : Travail avec 15mn de pause au milieu
12h-13h : Pause déjeuner
13h-16h : Travail
16h-16h30 : Pause goûter
16h30 – 19h30 : Travail
19h30-20h30 : Diner
20h30 – 22h : Travail

Total de ce programme type : 11h15
Evidemment variable en fonction des jours et du planning universitaire.

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

Question difficile je trouve.
Tout d’abord il faut savoir que la faculté dans laquelle je suis est réputée pour être « une fac de réflexion/scientifique/de raisonnement ». On avait donc peu de par coeur notamment au premier semestre où on en avait quasiment pas.

Ensuite les méthodes de par coeur sont très variables d’un étudiant à l’autre et sont très personnelles. Ce qui fonctionnera pour un individu A ne marchera peut être pas du tout pour un individu B et inversement. Il faut donc trouver SA PROPRE METHODE d’apprentissage.
En ce qui me concerne je lisais un paragraphe puis le récitais dans ma tête en fermant les yeux jusqu’à ce que ce soit parfait. SI je ne réussissais pas à me concentrer je récitais à l’écrit. Puis je revoyais ce cours le lendemain et enfin plusieurs jours plus tard pour que l’apprentissage s’encre progressivement dans ma mémoire à long terme.

Enfin avec 3 amis ( nous étions donc 4 ) : 1 doublant et 3 primants, nous avons constitué une « sous kholle » et nous nous réunissions 2 fois 2h par semaine pour réciter des cours que nous avions eu à la fac au moins une semaine avant.

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Non je ne faisais pas de fiches. Je n’en ai jamais fait de ma scolarité car je n’en trouvais aucune utilité.

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

Les deux à la fois.
Je travaillais beaucoup seul : c’est à dire que pendant toutes les plages de travail ( décrites dans ma journée type ) j’étais dans ma bulle avec mes bouchons d’oreille mais à la même table ou dans la même pièce que mes amis ce qui était très motivant ! En plus ça permettait de rire et de penser à autre chose pendant les pauses, ce qui est primordial.

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Ni l’un ni l’autre. Je n’aimais pas la BU car trop bruyante, surpeuplée et les horaires n’étaient pas assez larges. Alors souvent mes amis et moi allions travailler dans une bibliothèque municipale proche de la faculté.

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

J’étais dans une prépa privée ET au tutorat. La prépa privée pour les fiches de cours essentiellement et le tutorat pour son travail exemplaire lors de concours blancs quasi-hebdomadaire. J’en profite donc pour remercier et souligner la qualité du tutorat de Paris Descartes, le C2P1.

Je pense que la prépa privée est un réel plus non négligeable mais le tutorat a aussi (et de plus en plus avec le temps) des outils intéressants à ne pas négliger.

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

Oui, j’ai quasiment tous été classé ( dans le numérus ) lors des concours blancs.

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

Au premier semestre oui, car les difficiles matières de réflexion à P5 demandent beaucoup de temps à être assimilées et de nombreux exercices devant être faits pour s’entraîner. J’essayais de garder mon calme et de me dire que c’était normal, que les révisions me permettraient de rattraper ça, ce qui fut le cas. Il ne faut surtout pas paniquer.

Au deuxième semestre, non. Les matières étant plus centrées sur du par coeur, je m’efforçais à connaître tous les cours de la semaines ayant eu lieu à la fac avant le début de la semaine suivante.

Quel était votre rythme de travail ?

Déjà répondu plus haut.

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

Encore une fois je dirais les deux en même temps.

D’un côté il est clair que j’étais là pour gagner et qu’il me paraissait inconcevable de redoubler. Je voulais coute que coute l’avoir en un an. Mais d’un autre côté je n’ai jamais refusé de répondre à une question que me posait un autre étudiant, même un inconnu.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

Etonnement, j’étais vraiment décontracté, sur de moi. Je pense que c’est l’état d’esprit dans lequel il faut être pour ne pas se laisser envahir par le doute.
J’ai seulement été stressé les veilles de concours !

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

Pour être tout à fait honnête j’étais assez dispersé donc je n’y suis vraiment pas beaucoup allé pour ne pas perdre mon temps. Je dirais qu’il est important de rester lucide et de ne pas se mentir à soi même.
Je savais que je n’arrivais pas à me concentrer et à être efficace en cours, alors j’ai décidé de ne plus y aller ou presque pour ne pas me faire croire que je travaillais alors que c’était faux.

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

A vrai dire je ne prenais pas de cours. J’apprenais directement sur les fiches de la prépa privée.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

Oui énormément. A mon avis c’est un support primordial pour s’entraîner la semaine juste avant les concours et les annales permettent une progression assez incroyable.

Comment était organisée votre journée ?

Déjà répondu plus haut.

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

– Respectez votre corps
– Soyez toujours honnête avec vous même
– Trouvez des gens sérieux avec qui travailler
– Soyez les meilleurs.

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

Je pense que ma motivation et mon envie ont été des moteurs incroyables qui m’ont permis de tenir un rythme de travail et une structure de vie très rigoureux et qui m’ont permis, même dans les moments difficiles, de continuer à me battre.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

En réalité je l’ai vraiment bien vécue. Beaucoup diront que c’est une année horrible mais je n’ai vraiment pas eu ce ressenti là. Alors oui, il y a plus fun (la P2 par exemple), mais avec des amis sur qui compter et avec qui travailler et une bonne hygiène de vie, cette année n’est pas si horrible que cela !

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

Je ne le connaissais pas avant aujourd’hui mais il a l’air très enrichissant.