Sommaire de l'article

Hortense B, en 2ème année de Médecine à Paris VII nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2017 – 2018, Médecine : 337

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

Doublante

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

Médecine : 184 / Pharma : 87

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

Plutôt bonne au lycée, je travaillais assez sérieusement

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

J’ai fait ma 1ère PACES dans un foyer et la 2ème dans une chambre seule

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

35 min

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

La première année, j’allais très peu à la fac car ma prépa et mon foyer étaient assez loin de Bichat. La deuxième, j’y étais beaucoup plus régulièrement, que ça soit pour les cours ou les TD. J’y ai vite trouvé mes repères et aller en cours m’a permis de conserver un rythme qui n’est pas forcément évident à trouver seule tout au long de l’année.

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

Je n’ai pas travaillé personnellement l’été précédant ma 1ère PACES mais ai fait une pré-rentrée dans une prépa. Pour la 2ème PACES, j’ai repris quelques cours de chimie organique durant l’été car je l’avais à peine vue en primant mais c’est tout ! Sinon j’ai vraiment profité de mon été entre mes deux PACES pour voir des amis, ma famille, etc. Et j’ai fait la pré-rentrée du tutorat qui m’a bien aidée à me remettre dans le bain – cela m’a permis d’acquérir quelques bons réflexes, notamment en physique et biostatistiques, qui sont des matières demandant rapidité et entraînement.

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Durant mes deux PACES, j’essayais d’aller courir de temps en temps, surtout en doublante où j’y allais jusqu’à une fois par semaine (parfois juste 20 minutes mais cela me permettait de souffler !). A défaut, je me promenais souvent le weekend et essayais de marcher régulièrement.

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Lors de mon S1 de primante j’ai eu beaucoup de mal à prendre un rythme sérieux. Je sortais assez souvent et faisais beaucoup de pauses, parfois de plusieurs heures : balades, cafés, … Au S2, j’ai gardé quelques sorties mais plus rares.
En doublant au S1, je m’accordais à peu près une sortie par semaine, par exemple le vendredi ou le samedi soir. Et au S2, je sortais moins car j’avais peur de lever le pied mais comme le semestre est plus long, je m’accordais de plus longues pauses : déjeuner avec une amie, coup de téléphone, petit achat pour me récompenser d’un concours blanc réussi (parfois on a besoin de motivations concrètes !).

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Parmi les frères et soeurs de mes grand-parents, 3 sont médecins et 1 est dentiste, mais parmi la génération de mes parents et la mienne, je suis la seule à m’être lancée dans des études médicales.

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

En théorie 8h, en pratique cela se rapprochait plutôt de 7h, surtout au 1er semestre. Au S2, je m’octroyais souvent de plus longues nuits, 8h voire 9h. Quand je dormais moins ou que j’étais fatiguée, et souvent au S2, je faisais une petite sieste de 20 minutes pour me sentir d’attaque pour l’après-midi.

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

En primante, je travaillais de 8h30 à 21h environ avec plus ou moins de pauses au milieu, mais trop souvent sans être assez efficace. J’ai vraiment trouvé ma méthode de travail au S2, où je travaillais autant mais en étant plus organisée.
En doublante, j’allais en cours le matin puis aux TD lorsqu’il y en avait l’après-midi, et après je rentrais à ma chambre pour travailler, souvent de 13h30 à 21h voire 22h (et encore une fois sans oublier de faire une ou deux petites pauses entre).

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

J’ai pas mal entendu parler de la méthode des J, où l’on note pour chaque cours la date de son apprentissage, et qui permet de revoir le même cours le lendemain, puis 3 jours après, une semaine après, etc. J’avoue que j’avais du mal à la mettre en pratique de manière régulière car on se retrouve souvent avec beaucoup de cours à revoir en même temps. Cependant, j’essayais de planifier ma semaine au maximum en prenant en compte chaque cours qui avait lieu à la fac la même semaine.
J’avais un agenda sur lequel je notais déjà l’emploi du temps de la fac, et j’essayais de revoir dans l’après-midi les cours auxquels nous avions assistés le matin-même en amphi. Je prenais quelques notes en amphi et j’annotais mes polys du tuto, en essayant de repérer les points importants soulignés par le prof – certains profs sont clairs sur ce qu’ils attendent au concours !
Quand je revoyais mes cours, je lisais attentivement chaque sous-partie puis j’essayais de me redonner mentalement les mots-clés et les idées principales. Cela me prenait environ 2 ou 3 heures par cours. Je revoyais le cours 1 ou 2 jours après puis gardais un espace d’une demi-heure/ trois quarts d’heure pour le revoir quelques jour après, quand un créneau se libérait dans mon agenda.
Le weekend, je rattrapai les cours que je n’avais pas eu le temps de bien voir en semaine.

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

J’ai fait quelques fiches, notamment en histologie et en biochimie au S1 et en anatomie au S2. En histologie, je dessinais sur des feuilles blanches des cellules avec leurs différentes caractéristiques, et m’appuyais sur les couleurs pour m’aider à retenir leurs traits principaux. De même en biochimie, j’utilisais beaucoup les couleurs pour faire ressortir les étapes-clés dans le métabolisme par exemple.
En anatomie au S2, j’ai refait quelques schémas sur les cours qui me posaient problème et je les gardais sous la main pour les revoir « vite fait, bien fait ».
Sinon, je me fiais la plupart du temps aux polys du tutorat et à ceux de ma prépa, et si je voyais que certaines infos paraissaient nettement moins importantes, je passais un peu plus rapidement dessus, me laissant l’occasion de revenir dessus une fois le coeur du sujet compris et retenu.

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

En primante j’étais dans une prépa où nous avions la chance de pouvoir travailler facilement en groupe donc j’en profitais pour poser des questions aux autres étudiants.
En doublante, j’ai changé de prépa pour me rapprocher de la fac et travaillais plus seule, sauf quelques fois où je m’installais avec une ou deux personnes à la bibliothèque. Par contre, j’ai passé une grosse partie de mes révisions avec des amis en PACES et un peu avec une amie en prépa.

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Pendant la période de cours à la fac, je travaillais à la bibliothèque de la fac de temps en temps, surtout quand je savais que j’aurais du mal à ma concentrer chez moi. Mais la plupart du temps, je rentrais travailler chez moi, et m’installais à mon bureau armée de café et du maximum de volonté que je pouvais avoir !
Pendant les révisions, et au moins un weekend sur deux, j’ai profité du fait que mes parents habitent en banlieue parisienne pour rentrer à la maison et changer un peu d’air. Par contre je n’étais pas forcément aussi efficace chez moi, mais comme le moral compte aussi énormément en PACES, je pense que le fait d’avoir une famille compréhensive et du soutien de leur part m’a beaucoup aidée !

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

Durant mes deux PACES, j’étais inscrite à la fois au tutorat et dans une prépa privée. Je pouvais ainsi participer à de nombreux concours blancs, ce qui est indispensable car réussir sa PACES nécessite non seulement un apprentissage régulier mais aussi beaucoup d’entraînement. Et à la fois le tuto et la prépa fournissent beaucoup de conseils de méthodologie qui peuvent s’avérer très utiles !
En doublante, j’allais aussi au tutorat pour faire le contre-poids avec ma prépa, où nous étions classés seulement entre doublants. Aussi, cela me permettait d’avoir une vision plutôt large des différentes questions susceptibles de tomber au concours.
Par ailleurs, la prépa comme le tuto fournissaient des fiches de cours de qualité que j’utilisais comme supports pour apprendre les cours.
Enfin, je recommande chaudement la pré-rentrée du tutorat, qui donne un bon aperçu du contenu des premières semaines de cours de la PACES.

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

Au tutorat, j’étais plutôt bien classée en général, sans battre tous les records, avec parfois des surprises – bonnes ou mauvaises, il m’arrivait de faire des tops 20 comme de ne pas être classée du tout.
A la prépa, pareil ! Nous étions notés sur 350 environ et en moyenne j’arrivais dans les 100-150 premiers. Mais je tiens à dire que parfois les classements ne sont pas tout à fait représentatifs, ils varient aussi bien selon la nature du concours blanc, que notre niveau de fatigue ou d’attention lors de l’examen… Par exemple lors du dernier concours blanc général à la prépa, j’étais très stressée au moment des résultats car j’étais classée à peu près 220 et que c’était décevant par rapport à d’habitude, et pourtant j’ai été classée 252 au S1… Après coup, je me suis rendue compte que j’étais épuisée à ce moment-là et que je devais reprendre quelques points pendant les révisions qui m’ont servis au concours.
Au passage, je corrigeais chaque concours blanc avec attention et cela m’a vraiment permis de progresser. J’apprenais beaucoup de mes erreurs et je notais les corrections soit sur feuille, soit dans de petits carnets d’erreurs.

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

En primante j’avais beaucoup de retard, notamment au S1. Cela me stressait et je me voilais la face en me disant que tout le monde était dans le même bateau (ce qui est quand même vrai même si certains sont plus organisés et réguliers que d’autres!). Je suis arrivée 987 et cela m’a motivée pour me plonger vraiment dans mes cours au S2 ; cela a payé puisque je suis arrivée 546 au S2. J’étais toujours en retard mais j’étais plus régulière dans mon apprentissage et évitais ainsi de grosses vagues de stress. Encore loin du numerus clausus, cela m’a encouragée à redoubler, car j’étais hésitante à la fin du S1.
En doublante, j’ai fait attention à m’organiser davantage. J’essayais de répartir sur chaque semaine l’apprentissage des cours de la même semaine et ainsi j’évitais de prendre du retard. Cela m’est quand même arrivé d’en avoir, notamment au S2, auquel cas je gardais des créneaux pour revoir les cours que je n’avais pas eu le temps de voir lors des révisions.

Quel était votre rythme de travail ?

En doublante, j’ai vraiment assimilé le fait qu’on ne peut travailler sans être reposé. En primante, j’avais tendance à empiéter sur mon temps de sommeil lorsque j’avais pris de longues pauses par exemple, ce qui ne contribue pas à être efficace le lendemain. Lors de ma 2ème PACES, j’essayais d’avoir un rythme régulier ; dans mes horaires comme dans mon alimentation ou mes sorties.
Le secret de la réussite réside aussi dans un certain équilibre de vie et je crois qu’il est important de savoir écouter son corps ! Je n’ai jamais autant pris conscience de mes limites qu’en PACES, car j’ai plusieurs fois expérimenté la fatigue, le découragement, voire l’épuisement, mais j’ai également ressenti la pugnacité, la fierté ou encore la volonté de me réaliser à travers mon travail.

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

Je n’ai jamais eu l’esprit très compétitif, par contre j’aime me dépasser et je faisais très attention à ma progression dans chaque matière. Je travaillais parfois avec des gens de niveaux différents et cela me permettait aussi de faire le point sur ce que j’étais capable ou non de faire, d’expliquer, … Je considère que réussir la PACES est une entreprise personnelle, mais ce n’est pas pour autant qu’elle interdit des échanges et de l’entraide entre les étudiants. Après, à chacun de s’adapter et de faire en fonction de ses affinités !

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

En primante, il m’arrivait d’avoir des vagues de stress, surtout au S1 où j’avais du mal à m’accoutumer au rythme de la PACES. Au S2, sachant que j’allais redoubler, j’étais plus détendue.
En doublante, j’étais plutôt confiante dans mon travail mais avais tout de même du mal à me « séparer  » de mon stress, surtout au moment des concours blancs généraux. Encore une fois, il s’agit d’un équilibre à trouver, entre un stress bon pour la motivation et un stress paralysant et rendant totalement inefficace.
Quand je me sentais trop angoissée, je n’hésitais pas à faire une pause pour marcher et ainsi évacuer mon stress ou retrouver un ami pour me changer les idées.

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

En cours, j’essayais d’être attentive mais ce n’était pas toujours évident ! Il faut essayer d’y aller en étant curieux de découvrir des choses et d’approfondir ses connaissances.

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

La plupart du temps, je venais en cours avec le support papier fourni par le tutorat en début d’année. J’ajoutais des notes et de la couleur pour faire ressortir les points importants soulevés par les profs. Sinon j’ai essayé l’ordinateur mais hormis pour les cours d’éthique ou de psycho où je notais des explications des profs, je préférais le papier (plus simple à utiliser pour les schémas !).

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

Oui bien sûr ! Je m’en servais dans toutes les matières, et tout particulièrement pour les matières « à réflexion » : physique, biostatistiques, biophysique, … estimant qu’elles étaient un réel support lors des révisions. Il y a des questions qui reviennent chaque année donc c’est toujours quelques points de gagnés en amont. Dans certaines matières – je pense notamment à l’UE2 de cette année – le concours peut revêtir une forme différente de celle de l’année précédente, donc il faut aussi se préparer à ne pas être confronté à des énoncés similaires. D’où l’importance d’effectuer des concours blancs et de voir les cours dans leur globalité.

Comment était organisée votre journée ?

entre 7h30 et 7h55: lever / douche (pour bien se réveiller) / petit-déj (pour bien se concentrer en cours)
8h30 : début des cours à la fac : 4h avec une pause café au milieu
12h30-13h30 : déjeuner
13h30-13h45: sieste
13h45-16h30 : travail
16h30-17h : pause goûter
17h-19h30 : travail
19h30-20h15 : dîner
20h15-21h30 : travail – souvent des qcm ou des exercices le soir

Je ne suivais pas rigoureusement cet emploi du temps mais c’est un bon aperçu du schéma d’organisation de mes journées en tant que doublante

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

Ne pas repousser au lendemain ce que l’on peut faire aujourd’hui ! Commencer à travailler dès la rentrée car le retard s’accumule vite et on peut rapidement être submergé car les cours sont denses et nombreux. Croire en soi, ne pas trop se comparer aux autres car chacun a ses méthodes de travail et personne ne vous connaît mieux que vous-même, sans pour autant refuser de se confronter à ses échecs, qui sont parfois douloureux mais instructifs. Et ne rien faire à moitié mais se donner à fond pour ne pas avoir de regrets par la suite, et penser à la finalité de son travail !!

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

Mon investissement : j’ai choisi de quitter mon foyer et ma prépa où j’étais primante et où j’avais des amis chers, pour une chambre et une prépa moins personnelle, afin de me concentrer exclusivement sur ma PACES. L’endurance et le soutien de mes proches qui m’ont encouragée à de multiples reprises. Et bien sûr ma volonté de devenir docteur, de pouvoir soigner, car c’est un projet que je couve depuis très longtemps !

(Doublant uniquement) Qu’est ce qui a contribué selon vous, à votre redoublement ? Quels enseignements en avez-vous tiré pour in fine, réussir ?

Mon retard à me mettre au travail lors de mon premier S1 ! Quand j’y repense, j’avais du mal à ne pas être cadrée comme au lycée mais devoir travailler plus. Je pense que je manquais de maturité et que la deuxième année m’a permis de comprendre que l’on n’a rien sans rien.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

Dure ! Aussi bien pour moi que pour mon entourage, qui m’a vraiment aidée et portée tout au long de ces deux années. Mais j’ai acquis de bonnes méthodes de travail, et j’ai le sentiment d’avoir franchi la première étape d’une longue histoire …
C’est une année riche aussi sur le plan humain car elle apprend à se serrer les coudes et à nouer des liens avec d’autres étudiants qui vivent le même quotidien, ainsi qu’à maîtriser ses émotions qui peuvent être exacerbées par la routine de la PACES. J’ai appris à me connaître mieux, à respecter mes limites et gérer mieux mon stress en le relativisant par exemple.

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

Le site m’a aidée grâce aux conseils prodigués par les étudiants passés par la PACES, qui m’ont aidée à améliorer mon organisation !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here