Sommaire de l'article

Eva G, en 2ème année de Paramédical à Grenoble nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2017 – 2018, Numérus Clausus Médecine 195 et Numérus Clausus Kiné 40

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

Bac Scientifique, spécialité Physique-Chimie, mention Bien

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

Doublante

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

Concours Médecine (202) et Concours Kiné (14)

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

Bon niveau (14 de moyenne), assidue, sérieuse.

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

J’habitais seule, en chambre universitaire.

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

15 minutes en tram

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

Oui, la fac de Médecine de Grenoble n’est pas immense. De plus on a un emploi du temps sur internet précisant le jour, le lieux et l’heure de nos cours en amphi (SEPI) ou en salle de tutorat. Et puis ce sont souvent les mêmes amphis, les mêmes salles où l’on se rend donc en deux, trois semaines on s’habitue vite aux différentes structures.

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

Durant ma première année je n’avais pas encore les cours donc je n’ai pas pu les réviser en avance, et puis je crois que je n’y ai même pas songé ! On m’avait conseillé de lire un livre sur l’histologie mais je n’ai pas eu le courage de m’y plonger.

Pour ce qui est de ma deuxième année j’ai essayé de réviser l’HBDD et la Biocellulaire en Août car ce sont les matières ayant le plus gros coefficient du premier semestre. Cependant je n’arrivais pas à me concentrer efficacement, je n’arrivais pas à trouver de réelle motivation.

J’ai donc très vite abandonné (au bout du deuxième ou troisième jour). Je pense qu’il est vraiment important de profiter des vacances scolaires jusqu’au bout et que ce n’est pas la peine de commencer à se mettre dans l’esprit concours avant l’heure, vous aurez bien le temps de vous y imprégner (les trois premières semaines sont assez « tranquilles » pour vous laisser le temps de vous mettre dans le rythme). C’est une année éprouvante, les « pauses » sont essentielles donc je vous conseille fortement de profiter de vos vacances scolaires jusqu’au bout, que ce soient les vacances d’été ou celles de Noël !

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Il faut savoir qu’avant d’entrer en PACES je pratiquais la Boxe en compétition.
Durant ma première année il m’était impensable de laisser de côté mon sport, ma passion pendant cette année. Déjà parce que dans ma tête je savais que j’allais réussir en deux ans et pas dès ma première année donc arrêter un an la boxe c’est dur mais deux c’est inimaginable, mais aussi parce que j’étais dans une période de ma carrière sportive où j’étais au summum de ma motivation, je n’avais qu’une envie c’était de m’entraîner encore et encore pour devenir la meilleure ! Bref, vous l’aurez compris je m’entraînais deux fois par semaine et je continuais les compétitions. Cependant cela n’a pas été une bonne idée car je n’étais ni à fond dans la boxe ni à fond dans ma PACES. Résultat : j’ai échoué dans l’un comme dans l’autre.

Cela m’a permis de prendre conscience durant ma deuxième année que dans la vie il faut avoir des priorités. Pour moi c’était d’avoir mon concours pour pouvoir exercer un métier qui me plaît vraiment. Et puis un an c’est quoi après tout ? Je me disais qu’une fois que j’aurai mon concours je pourrais faire de la boxe autant que je voudrais ! Je m’entraînais donc une fois par semaine (sans compétition), histoire de me sortir la tête de mes cours et de voir du monde, d’autres personnes que des étudiants en PACES.

Je trouve ça vraiment important d’avoir une activité en-dehors de la PACES. Bien sûr cela doit rester raisonnable. Moi j’y allais de 19h à 21h30 le lundi ou le mercredi en fonction de mon « emploi du temps ».
Si vous n’êtes pas inscrit dans un club sportif, rien ne vous empêche d’aller courir de temps en temps 30min quand vous n’arrivez plus à vous concentrer ou quand vous êtes en période « craquage », ça ne prend pas beaucoup de temps et vous revenez plus frai, plus concentré je peux vous l’assurer ! Si vous n’êtes pas fan de sport, vous avez peut-être une autre activité comme la musique ? Ou alors, moi par exemple, j’avais une amie croyante qui allait à l’Église le dimanche matin.

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

A part la boxe une fois par semaine je n’avais pas vraiment de loisirs.. Il m’arrivait d’aller manger le soir avec des amies du lycée, soit chez moi, soit chez elles, ou alors au restaurant. Il m’arrivait aussi d’aller au cinéma avec mon copain le vendredi soir de temps en temps quand je rentrais chez moi en Ardèche.

En effet, j’essayais de rester un week-end sur deux à Grenoble pour travailler efficacement mais j’appréciais vraiment rentrer chez moi le week-end, retrouver ma famille, voir mon copain…

D’ailleurs beaucoup disent que la PACES n’est pas compatible avec les histoires d’amour mais je vous affirme que c’est bien compatible ! Pour la petite histoire mon copain faisait ses études dans une autre ville, à Valence. On se voyait pas beaucoup, toutes les deux à trois semaines le week-end. Alors même si ça n’a pas été toujours facile, notre histoire a tenu et s’est plutôt bien déroulée !

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Non, pas que je connaisse en tout cas.

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

Je dormais environs 8h par nuit. Je me couchais vers 23h-23h30 et je me levais vers 7h30.

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

Je commençais à travailler à 8h jusqu’à 12h. Au début je faisais 15min de pause vers 10h puis à force je n’en faisais plus du tout, mais cela dépend de vous ! Si vous en avez besoin faites une pause, c’est essentiel ! Car si vous vous forcez à travailler sans vous arrêter, vous serez inefficace !

Je reprenais ensuite à 13h30 jusqu’à 19h avec une pause de 30 minutes dans l’après-midi. Je reprenais ensuite de 19h30 à 21h (sauf le jour de mon entrainement de boxe où du coup j’arrêtais de travailler à 19h). Je travaillais donc en moyenne 10h par jour.
Rappelez-vous, ce qui compte ce n’est pas combien d’heures vous travaillez mais avec quelle efficacité vous travaillez !

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

Dans mon cas, j’ai payé une classe préparatoire à côté de la fac durant ma seconde année de PACES. J’avais donc des « fiches de synthèses » très complètes ! Je commençais d’abord par surligner mes cours avec des fluos. Je n’avais pas spécialement de code couleur, je faisais selon mes envies, pour moi l’essentiel était de rendre mes fiches belles pour me donner envie de les apprendre !

A Grenoble, les cours sont sur DVD. Personnellement, je l’avais déjà visionné durant ma première année et maintenant que nous sommes passé en contrôle continu je ne trouvais pas le temps de le regarder à nouveau. Certains y arrivaient, et regardaient le DVD tout en surlignant leurs fiches.

Pour ce qui est de l’apprentissage, j’ai toujours tout appris par cœur depuis l’école primaire donc j’ai continué dans cette lancée. Je lisais trois phrases puis je les récitais. Ainsi de suite, jusqu’à finir par apprendre ma fiche complètement. J’apprenais en tout deux cours, donc deux fiches, par semaine. Parfois j’avais le temps de faire un deuxième tour, surtout en début d’année où l’on n’a pas beaucoup de cours..

Comme je l’ai dit précédemment, à Grenoble nous sommes passés cette année en contrôle continu (CCI). Il s’agit donc d’une mémoire sur le court terme plutôt que sur le long terme comme l’on retrouve en concours traditionnel. Je révisais donc les cours du CCI les jours précédant celui-ci et je faisais des annales pendant toute la journée de la veille, pour mettre toutes les chances de mon côté !

A Grenoble il y a ce qu’on appelle les SEPI, ce sont des cours en amphithéâtre pendant lesquels les profs répondent à nos questions. La première année je les ai presque tous faits mais cette année, toujours pareil le temps était compté alors j’ai fait seulement ceux qui me paraissaient importants !

Enfin il y a le système de tutorat à la fac, il s’agit de QCM d’entrainements organisés par la fac qui permettent de s’évaluer et d’avoir une idée sur notre classement. Le mieux est de trouver le temps pour réviser les tutorats afin d’avoir une note la plus représentative possible mais si vous n’arrivez pas à tout réviser ce n’est pas grave ! Il faut savoir que ce classement n’est pas très représentatif !
Ce qui m’a beaucoup aidé c’est d’organiser mon propre emploi du temps. Chaque jour je me disais ce que je devais faire le lendemain. Le jour J je me « chronométrais » mentalement, c’est à dire que je me disais que en 15 minutes je devais avoir fini d’apprendre une page par exemple ou que dans 4h je devais finir d’avoir appris le cours complet. Voilà je me fixais des petits objectifs qui me permettaient de me motiver pour me concentrer au maximum et de ne pas prendre de retard !

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Au tout début de ma première année en PACES je faisais mes propres fiches synthèses des cours en regardant le DVD. A ne surtout pas faire à Grenoble ! Perte de temps ! Je m’explique, vous n’aurez pas le temps de faire vos fiches PUIS de les apprendre.
Cependant je faisais des fiches synthèse « ERREURS » par matière où j’écrivais toutes les erreurs que je faisais en tutorat ou quand je faisais des annales. Je les relisais la veille ou juste avant le CCI.
Je faisais également des fiches « FORMULES », en physique-chimie notamment.

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

Tous les matins je travaillais seule, dans ma chambre. Le midi je rejoignais une amie à moi, également en PACES, pour manger avec elle et on travaillait tous les après-midi ensemble, excepté les après-midi où on avait cours en classe préparatoire (nous n’avions pas pris la même prépa).

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Comme je l’ai dit précédemment, le matin je travaillais dans ma chambre. Les après-midi je travaillais soit à la bibliothèque, soit chez mon amie avec qui je travaillais. J’essayais de changer de lieux chaque jour pour ne pas saturer, car au bout d’un moment on peut plus trop se voir en peinture les lieux où l’on travaille trop souvent. J’allais par exemple à la bibliothèque Science le lundi après-midi puis chez mon amie le mardi puis à la bibliothèque Lettre le mercredi…etc

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

Le tutorat à Grenoble c’est l’entrainement sous forme de QCM proposé par la fac. Il est ESSENTIEL, voir INDISPENSABLE d’y aller. Je n’en ai loupé aucun, même si parfois je ne connaissais pas bien mon cours et que je me tapais des « boîtes ». Lors de la correction, les secondes années vous expliquent en détails comment il fallait raisonner. C’est à ce moment-là que vous pouvez poser vos questions, c’est super important !
Durant ma première année j’avais cotisé à l’AESG, l’association des étudiants de deuxième et troisième année de médecine qui proposait des supports rédigés pour pouvoir réviser et ne pas perdre de temps à faire mes propres fiches synthèses. Je me suis vite aperçu que les supports étaient insuffisants, incomplets. Peut-être s’amélioreront-ils dans les prochaines années mais l’an dernier ils n’égalisaient pas les prépa dans ce qui est du contenu de leurs supports. Toutefois ils m’ont permis d’apprendre un maximum de choses qui m’ont beaucoup servi pour cette seconde année de PACES.

J’ai donc payé une prépa privée durant ma seconde année de PACES pour être sûre de ne rien regretter, pour me dire que j’aurais tout essayé si jamais j’échouais. Bien que ce soit très cher, les cours et les fiches qu’ils proposent sont vraiment de qualité et je ne regrette absolument pas mon choix !

Alors voilà, je recommande de prendre une prépa car vous verrez très vite que la grande majorité des étudiants en PACES ont une prépa. Grenoble promue l’égalité avec les cours sur DVD, cependant on se rapproche plus de l’égalité en payant une prépa qu’en tentant de faire ses fiches tout en regardant le DVD.. Après, je connais des personnes qui ont réussi sans prépa ! Je serais donc tenter de vous recommander de commencer sans prépa pour voir si vous vous débrouillez bien au tutorat puis si vous voyez que ça ne marche pas fort, je vous conseille fortement de prendre une prépa pour ne pas risquer de vous faire éliminer dès octobre !

Pour finir, la fac propose un système de parrainage. Un deuxième année est désigné pour parrainer des premières années et je vous conseille de vous y inscrire ! Ma marraine m’a beaucoup aidé. Elle m’a refilé quelques conseils, astuces pour mieux apprendre, et m’a même remonté le moral quand il était au plus bas !

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

Personnellement, je n’étais pas très bien classée aux colles du tutorat de la fac, c’est à dire que j’étais TRES RAREMENT dans le numerus, voir parfois j’étais même très loin. Comme je le disais, le classement n’est pas très représentatif.. J’étais par exemple classée dans les 700 dans les premières colles et je suis arrivée 194 au premier classement en octobre..
Pour ce qui est des colles de la prépa, ce n’est également pas très représentatif car nous sommes environs 400 dans ma prépa alors que nous sommes 1500 inscrits en PACES..

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

Je ne me rappelle pas avoir déjà pris du retard. Dès le début il faut arriver à s’organiser, se faire son emploi du temps et à la respecter c’est très important ! Toutefois si vous prenez un peu de retard, ne cherchez surtout pas à le rattraper, vous ne ferez qu’empirer les choses ! Arrêtez là ou vous en êtes et commencez ce que vous aviez prévu de commencer !

Quel était votre rythme de travail ?

Je l’ai déjà détaillé plus haut. Je me levais à 7h30, je commençais de travailler à 8h jusqu’à midi. Je reprenais à 13h30 jusqu’à 19h puis de 19h30 à 21h.
J’avais un rythme plutôt soutenu. Dès que j’enfilais mes boules kies j’étais dans ma bulle, concentrée je me récitais mes cours. La pause de 30 minutes de l’après-midi m’aidait à me motiver, je me disais qu’il fallait que je sois à fond jusqu’à la pause. Pendant cette pause j’allais le plus souvent dehors avec mon amie, on prenait l’air et on essayer de parler d’autre chose que de la médecine. Ensuite on reprenait l’apprentissage, de nouveau motivées.

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

J’ai toujours eu un peu l’esprit compétition, autant en sport qu’en cours. Je me suis toujours comparée aux autres. Je me fixais des objectifs : au collège je voulais 17 de moyenne, au lycée c’était 14, cette année c’était d’avoir le concours, et pour ça je visais le 20 à chaque CCI ! Bien évidemment je n’ai pas eu 20 mais je trouvais important de viser le maximum pour y arriver !

Cependant je n’étais pas égoïste et si on me posait des questions je répondais correctement. Je ne suis pas pour le fait de dénigrer les autres ou de répondre quelque chose de faux à quelqu’un qui me pose une question. Au contraire je trouvais que ça m’aidait à retenir quand j’expliquais un item. C’est aussi pour faire un métier altruiste que l’on tente ce concours !

Par contre il est vrai que parfois je me laisser submergée par cet esprit concours et j’en venais à me comparer à mon amie avec qui je travaillais.. Heureusement elle savait trouver les mots. Ce serait bête de gâcher une amitié pour une différence de notes..Je pense qu’il faut plutôt voir le concours comme un dépassement de soi. Viser le meilleur de soi, la meilleure note et pas forcément avoir plus que lui ou elle.

On m’a souvent dit qu’en PACES les doublants étaient méchants et faisaient tout pour que les primants ne réussisent pas. A Grenoble je n’ai jamais ressenti cet état d’esprit. Il y a même une page FACEBOOK PACES où les P1 posent leurs questions et où les P2 répondent du mieux qu’ils peuvent. Il arrive souvent que ce sont d’autres P1 qui répondent. On s’entraide, on ne se crache pas dessus.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

Je suis de nature très stressée. Durant ma première année je ne ressentais pas de stress car je pense que dans ma tête c’était clair, j’allais redoubler.

Ma seconde année a été remplie de stress intense, notamment durant le second semestre. Je pense que c’est l’effet « prise de conscience », c’est notre dernière chance, on n’a pas le droit à l’erreur. J’avais une énorme pression.

Déjà je ne pensais pas être bien classée au premier semestre (191) car j’ai souvent douté de moi. Quand j’ai réalisé que je pouvais réussir j’ai vraiment commencé à paniquer et à chaque CCI je pleurais quand je me rendais compte que j’avais fait deux-trois erreurs car j’avais l’impression que mon classement allait chuté.. Mais je suis là, on survit, croyez en vous !

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

Alors j’avoue que quand j’allais en SEPI j’étais plutôt dispersée avec mon amie. Je ne sais pas pourquoi mais je n’arrivais pas à me concentrer plus de deux minutes. Je vous conseille quand même de vous concentrer quand vous y aller, c’est quand même bête d’y aller pendant 4h et de ne pas écouter, autant que ça serve !

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

Sur papier.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

Les annales sont ESSENTIELLES.
Durant ma première année c’est ce qui m’a manqué. J’apprenais bêtement mes cours mais je ne faisais pas d’annales. Je ne comprennais pas pourquoi je n’y arrivais pas.

Cette année j’ai fait autant d’annales que je pouvais, je remontais parfois jusqu’à 2010 ! Connaître le cours c’est la base, mais vous ne pouvez pas réussir si vous ne vous entraînez pas à répondre aux QCM, il y a beaucoup de pièges, et parfois des méthodes à appliquer, notamment en maths/biostat/physique/chimie.

Comment était organisée votre journée ?

J’ai déjà répondu à cette questions plus haut.

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

Profitez de vos temps de pauses (vacances scolaires, Noël) pour vous ressourcer. Parfois vous penserez que vous n’y arriverez jamais, après tout pourquoi vous et pas les autres ? Mais je vous retourne la question : et pourquoi pas vous ? Gardez espoir, ne baissez jamais les bras ! Restez motivés.

Pensez à ce pourquoi vous faites ça. Ce n’est que 9 mois de votre vie, ça passe tellement vite croyez-moi ! Et je peux vous jurez que ça en vaut la peine !

Aujourd’hui, réussir ce concours est ma plus grande fierté, faites en sorte que ce soit la votre ! Ah oui, n’oubliez pas que le sommeil est primordial. Il m’est arrivé plusieurs fois de me détester parce que je me suis couchée tard et le lendemain matin j’étais inefficace.. comme je vous l’ai dit précédemment : le nombre d’heures de travail n’est pas important, l’efficacité l’est !
Mots-clés : motivation, organisation, sommeil, efficacité

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

Je pense que j’ai réussi en partie parce que j’étais très bien organisée dès le début, je n’ai pas pris de retard. J’étais motivée, il était hors de question que j’échoue cette année alors que j’avais arrêté la boxe, ma passion. Je ne voulais pas avoir fait tous ces sacrifices pour au final « échouer ». Mais ce qui a énormément contribuer à ma réussite ce sont mes proches qui me soutenaient. Mes parents me faisaient mes courses, me préparaient mon alimentation et étaient très compatissants.

Mais surtout mon amie avec qui je travaillais tous les jours. Sans elle, je ne serais jamais arrivée jusqu’ici, je pense même que j’aurais arrêté à l’issu du premier semestre de ma première année. Tout dépend de comment vous êtes mais de travailler à deux ça aide vraiment ! Je suis pourtant de nature solitaire mais de voir que vous n’êtes pas seuls dans cette « galère » vous rassure et vous motive. Quand l’un baisse les bras, l’autre est là pour le remotiver !

(Doublant uniquement) Qu’est ce qui a contribué selon vous, à votre redoublement ? Quels enseignements en avez-vous tiré pour in fine, réussir ?

Lors de ma première année je n’ai quasiment ouvert aucune annale, alors que sans entraînement je pense réellement qu’il est impossible de réussir. Je pense que c’est la grosse raison pour laquelle j’ai redoublé. Cette année j’ai donc consacré une journée complète à chaque matière pour faire des annales, et ça m’a vraiment aidé.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

C’est une année (voire deux dans mon cas) très éprouvante(s), pleine(s) d’émotions, de stress, INTENSE. Mais j’en garde que de bons souvenirs au final malgré les nombreuses fois où je détestais ma vie. Que vous réussissiez ou non vous verrez que vous serez vraiment fiers(es) et heureux(ses) d’avoir été jusqu’au bout. Cette année vous apprend beaucoup de choses, autant humaines que scolairement.

D’abord vous réapprendrez à apprécier les moments de pauses, où vous n’avez pas à regarder l’heure pour voir si vous êtes dans les temps, où vous n’avez pas à dire « euh désolé je dois aller travailler », même faire la vaisselle ou ramasser le linge devient une partie de plaisir (si si je vous jure!). Puis vous serez fiers d’avoir appris toutes ces choses en si peu de temps ! Et vous apprécierez les vacances scolaires comme jamais vous les aviez appréciées !

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

Je trouve ce site très intéressant et utile !

Moi-même je lisais les nombreux témoignages et je me retrouvais (ou pas du tout) dans les différents témoignages. Ce que je trouve super c’est que chacun décrit son année et ses méthodes de travail et on s’aperçoit que personne ne vit cette année de la même façon (même si certains points se retrouvent). Cela permet aux différents PACES d’avoir différents avis et d’organiser leur propre année de travail.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here