Sommaire de l'article

Emilie K, en 2e année de Pharmacie à Paris 11 nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2018 – 2019, 160

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

Bac S mention très bien, spécialité SVT

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

primante

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

Je n’ai passé que pharmacie. Je suis classée 5eme en pharma et dans les 50 premiers en neutre, j’ai fait une bonne progression entre les deux semestres puisque j’ai gagné 60 places

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

Assidue, j’ai toujours tout fait pour avoir les meilleures notes possibles. Je travaillais donc beaucoup mais pas non plus h24. J’avais environ15 de moyenne tout mon lycée.

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

chez mes parents

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

20 min à pied

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

Oui, assez facilement, dans le sens où il n’y a pas besoin de 50000 repères en PACES.

Cette année se résume à aller en amphi, en TD dans des salles types salles de classe et rentrer chez soi.
Donc le plus « choquant » je dirais est de rentrer dans un amphi pour la première fois mais on s’y habitue, sachant qu’en plus il y a de moins en moins de monde qui va en cours, donc c’est de moins en moins agité etc.
L’autre point difficile est que les profs n’ont pas trop de lien avec vous, contrairement au lycée, si vous les croisez ils savent pas que vous existez, c’est un peu perturbant mais pareil, il faut s’y habituer !
La vie étudiante n’existe pas, du coup vous connaissez peu de lieux du campus à part la scola, la cantine ou la BU…

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

NON ! Surtout pas !!!
Ps : je ne parle pas de la pré rentrée, qui elle me semble utile pour démarrer tout en douceur. Sans elle, la rentrée aurait fait mal.

J’ai un avis tranché sur le travail l’été mais je vous explique ma théorie :
Si vous voulez apprendre un cours de PACES hors du cadre du concours, c’est-à-dire avant d’etre vraiment dans le bain (soit à partir de la rentrée, pré rentrée) vous aurez bcp de mal à retenir, car votre cerveau ne sera pas branché pour travailler. L’été le concours est loin…Donc vous allez faire beaucoup d’effort pour au final n’apprendre que pas grand-chose.

En tout cas si vous apprenez pendant l’été, ne forcez pas sur le rythme, ça serait une grosse erreur.
Selon moi avec un bon rythme, il est vraiment possible de tout apprendre le temps d’un semestre donc rien ne sert de prendre beaucoup d’avance, à part s’epuiser.

Cependant ça peut servir à certains pour se rassurer ou pour ceux qui ont des difficultés et ont besoin de pré requis, mais ne vous prenez pas la tete et ne culpabilisez pas si vous ne vous etes pas avancés, ce n’est pas primordial !!
Et si jamais vous voulez vraiment travailler l’été, je pense que c’est mieux de faire les matieres a reflexion (physique, stats…) car la reflexion ne se perd pas trop contrairement aux infos apprises par cœur.

Bref profitez de l’été et arrivez frais et determinés !!

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

J’allais à la piscine tous les dimanche (ou 3 dimanche sur 4 plutot).
La piscine ce n’est pas le sport le plus pratique (enfin son avantage reste le fait qu’on peut y aller peu importe la meteo) mais ça change les idées, en plus votre shampoing est compris dans le temps consacré à votre activité physique, c’est pas cool ça ?
Vraiment, vous n’avez pas d’excuse pour ne pas faire de sport, faites en un au moins une heure par semaine, choisissez en un « vrai » c’est-à-dire ne vous dites pas je ferai des abdos dans ma chambre ou j’irai courir autour de mon pâté de maison quad j’en aurais envie, car là vous etes surs de ne pas le faire…
Il faut vous donner un lieu et un créneau horaire pour etre sur d’etre un minimum régulier !!

Selon moi, votre réussite n’est pas determinée par un temps de travail mais par un équilibre entre travail et aération de l’esprit. Si vous vous enfermez chez vous ok vous allez travailler mais ça sera moins efficace. Ça serait donc dommage de gacher tout votre investissement car vous refusez de recharger les batteries de temps en temps !

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Je n’allais pas en soirée etc. mais je pouvais sortir de temps en temps pour aller faire des trucs necessaires (rdv médical) ou plus superflus comme aller au magasin de bricolage.
Je n’avais pas de « loisir » à part consulter mon tel, je n’avais pas trop le temps de m’investir dans le dessin ou autre car ca prend bien plus de temps qu’une seance de sport si on veut faire ca bien…
Sinon le soir après le repas je ne travaillais pas, en général j’allais sur Youtube, c’est une routine que j’avais pris avant et j’ai pu garder ce temps . Il y a beaucoup de trucs inintéressants sur Youtube mais ca change les idées et ca rappelle qu’il n’y a pas que la PACES dans la vie.

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Non

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

Je me couchais à 23h (j’etais au lit à cette heure, je me preparais avant) et je me levais à 8h15 (puis je tranais un peu)ou plus tot si il y avait un ED ou cours le matin…
En PACES je mettais du temps à m’endormir donc je restais endormie environ 8h par nuit.

Je pense qu’il ne faut vraiment pas négliger le sommeil ! Et prenez en compte le temps d’endormissement, c’est celui la qui compte.

De facon générale vous ne pouvez pas dire qu’une heure de travail contre une heure de sommeil est rentable, même si vous en avez l’impression car l’heure de sommeil n’est pas concrète par rapport à celle de travail… Le sommeil est PRIMORDIAL !

Pour ma part je ne supportais pas travailler le soir et je n’en ai pas eu la nécessité mais si vous travaillez bien tard le soir, faites le évidemment. Cependant ce n’est pas une raison pour travailler jusqu’à 3h du mat. Arrêtez-vous à heure fixe, et gardez vous du temps avant de vous coucher… au fait, faites ce qui est le mieux par rapport à votre fatigue mentale, quitte à ne pas travailler aussi tard que vous l’aurez voulu, tant pis. Préservez vous.

Sinon même sans travailler avant de dormir, je rêvais souvent de cours : je les recitais mais au fait ça n’avait aucun sens. C’est pénible surtout au réveil.

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

Lorsqu’il y avait cours l’apres midi je travaillais 3 h le matin de 9h30 à 12h30 et une heure le soir à 19h.
Si il n’y avait pas de cours, je travaillais maximum de 10h à 13h puis de 14h30 à 17h puis de 17h30 à 20h soit 8h en tout.

Si j’avais travaillé 7h j’estimais que j’avais « assez » travaillé, après j’étais plus ou moins satisfaite de ma journée selon si j’avais appris beaucoup de choses ou non.
Selon moi, travailler moins de 10h est largement suffisant, à partir du moment où vous etes reguliers.
Vaut mieux travailler 6h tous les jours et efficacement que travailler 12h par jour à en saturer tous les 3 jours. L’année ne se joue pas qu’au temps de travail, sinon ça se saurait.

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

1/ j’allais en cours :
Je prenais en note les informations importantes tout en les structurant (je m’aidais des diapos mais j’essayais de ne pas les recopier betement). Je n’allais pas noter les details si je ne les comprenais pas du tout du tout, si je n’avais pas le temps ou si le prof a dit qu’il n’interrogerait pas sur telle chose.
Au final mes notes (sur papier) me prenaient en moyenne 3 feuilles.

2/ chez moi je soulignais les titres et les parties pour que la structure du cours soit plus claire.
A ce moment là j’avais conscience de la taille du cours, de ce qu’il contenait, et de quelques infos que j’ai pu retenir en direct pendant le cours.
Selon la matière je fichais le soir ou bien je faisais des QCMs en répondant avec ma prise de note. Cela peut paraître bizarre mais c’est un bon moyen de prendre connaissance de ce que contient le cours et de savoir par où on peut nous questionner.

3/ lorsque le cours du tutorat était en ligne, je le lisais entierement et je pouvais le modifier sur Word pour reformuler des paragraphes à ma façon. A partir de ce cours je completais mes notes ou mes fiches, ou alors j’imprimais si c’était un cours massif.

4/ ensuite le cours était connu au fur et à mesure grace aux concours blancs, enseignements dirigés, relectures, etc. Si il y avait des notions qui s’apprenaient bêtement (comme la structure des 22 acides aminés, une liste de pesticides ou d’animaux venimeux), je les recitais en tant que telles, régulièrement.

5/ en periode de revision je ne laissais plus passer aucune lacune, j’apprenais tout (sauf les détails clairement superflus).

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Pour les fiches, je fonctionnais par matières.

En chimie, biochimie et médicament, je faisais des recap sur feuille blanche (une feuille recto verso par cours) que je surlignais. Je faisais en sorte que ça soit aéré et sympa à regarder, je mettais pas trop de phrases, plutôt toutes les données importantes. Ensuite je révisais quasiment qu’avec ça puisqu’il y avait l’essentiel (que je complétais au fur et à mesure si il me manquait une info).

En santé/société/humanité, je résumais tous mes cours sur un carnet petit format. J’utilisais 3 pages (un recto verso + un recto) par cours en moyenne. J’écrivais assez serré mais l’essentiel logeait bien. Il faut faire l’effort de condenser, prendre les mots clés. Cette matiere se reduit bien car il y a beaucoup de « blabla » (enfin ça dépend des cours). Apres je completais dès que je revoyais le cours.

Pour les matieres calculatoires, j’avais un cahier à formules, où j’essayais de preciser les unités et dans quel contexte on applique. C’est pénible à faire mais ça facilite la vie d’avoir toutes les formules au meme endroit.

Pour l’anatomie et la biologie, j’ai considere que c’était trop long de tout ficher, je voyais direct avec le cours du tutorat, imprimé ou pas.

Il m’arrivait souvent en période de revision de prendre des feuilles et de noter les infos que je ne savais pas ou les subtilités. Mais je ne les réutilisais pas par la suite.

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

Je travaillais seule la plupart du temps. Pour moi c’est difficile de travailler en groupe car personne n’avance au meme rythme.
Cela dit ça peut etre intéressant d’organiser des petites séances de temps et temps, par skype ou chez quelqu’un, ça permet de passer un bon moment tout en travaillant.

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Chez moi.
Je n’arrive pas à travailler à la BU, chez moi j’ai mon esprit beaucoup plus apte à raisonner… Du coup j’allais à la BU uniquement si j’avais un trou entre deux cours.

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

Je n’étais qu’au tutorat :
Depuis l’inscription sur Parcoursup j’ai decide de ne pas prendre de prépa, mais pas pour des raisons d’argent. Je me disais juste que ça allait etre (pour moi) plus contraignant qu’autre chose, je voulais éviter les trajets suplementaires et choisir ce que j’allais reviser, ne pas me voir imposer un TD sur tel chapitre, sachant que ceux de la fac m’ont suffit.
J’ai tenté et finalement j’ai gagné.

Après, je ne peux pas recommander de ne pas en prendre, mais dites-vous juste que si reussir primant sans prepa est rare, c’est simplement parce que réussir primant est rare, et ne pas avoir de prepa est rare aussi. Pas parce que c’est impossible.

Le tutorat (de ma fac en tout cas) m’apportait des cours, des concours blancs, des QCMS, des reponses aux question bref tout ce qu’il me faut.

Ce qui m’a manqué cependant, ce sont les cours imprimés.
Je devais reflechir avant d’imprimer quoi que ce soit car j’imprimais avec ma petite imprimante. C’était beaucoup de perte de temps (je reduisais le fichier pour pas user l’encre, l’imprimante beuguait souvent etc), mais ce confort en moins m’a forcé à aller moi-même vers les cours. La fiche ne venait pas à moi, c’est moi qui la construisais dans ma tete entre site du tutorat, prise de note, et documents que j’avais imprimé. Le fait de faire cet effort m’a été très benefique.

Au second semestre, j’avais les pdfs de l’année d’avant d’une prepa, mais ça m’a surtout servi pour les annales, je preferais rester sur les cours du tutorat, plus vivants selon moi. Les tuteurs aimaient bien ajouter des blagues ou des petits commentaires par ci par la et c’est tres illustré.

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

Oui en general. J’etais a la porte du numerus clausus au premier semestre puis dans le numerus voire souvent dans les 50 premiers au second.
Les classements aux colles ne sont pas identiques à ceux du concours, vous pouvez etre moyen classés et reussir si vous ne lachez pas !

Mais par exemple si vous etes particulierement mal classés dans une matiere, il ne faut pas se dire que c’est qu’un concours blanc et que donc ce n’est pas representatif. Il faut se poser des questions sur sa méthode pour la matiere en question !

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

Pas vraiment car je ne voyais pas les cours un par un a fond pendant des heures.
Je voyais tout un petit peu tres souvent, donc je n’avais pas trop de cours « en attente ».
Si j’avais des tonnes de gros cours la meme semaine, au lieu d’etre a jour le week end je l’étais une semaine plus tard. Je rattrapais toujours assez vite. Je ne me suis pas sentie submergée par les cours qui défilent.

Quel était votre rythme de travail ?

Régulier (il y avait quand meme des jours qui n’étaient pas du tout efficaces, rassurez vous) mais pas trop chargé.

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

Esprit competition.
Je voulais avoir les meilleurs classements possibles, un bon classement signifiait que j’étais dans la bonne voie donc je pouvais continuer mon rythme, un classement moins bon me donnait la rage.
Au deuxieme semestre alors là j’etais plus qu’à fond, je visais 20 et major à chaque fois, cela n’a pas été atteint rassurez-vous !

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

Les deux. A la fois j’avais la confiance, à la fois l’approche du concours est inévitablement stressante.
Mais je n’étais pas stressée au point de ne pas pouvoir utiliser toutes mes capacités, sauf une semaine où j’ai eu un gros blocage, comme ça sans prevenir, mais ça arrive à tous le monde

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

J’étais plutôt devant et concentrée pour toujours bien prendre en note mais les cours étaient des moments pas si désagréables que ça.

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

Sur papier au stylo plume. Comme j’ai toujours fait. Le stylo plume, c’est propre et ça glisse tout seul !! Et avec une prise de note à la main, le cerveau memorise mieux ( en théorie).

Je n’enregistrais rien, en sachant que les details seraient disponibles par le tuto. C’est une perte de temps de réécouter. Le detail que dit le prof vite fait tout bas ne tombe jamais (enfin presque), n’allez donc pas à la chasse aux mini détails, c’est tres peu rentable car ça a tres peu de chance de tomber.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

Si j’y avais acces oui.
Plutôt apres le cours pour situer le genre de questions puis avant le concours pour apprendre « par cœur » ce qu’attend le prof dans ses questions types.
Les annales sont vraiment un bon verificateur. Mais attention, ce n’est pas suffisant, il y a toujours des nouvelles questions et des surprises peu importe le chapitre.

Comment était organisée votre journée ?

Vraiment variable, en effet je n’avais pas de planning sauf en periode de revision, je prevoyais surtout de tete et je voyais en fonction de ce que le tutorat avait sorti comme cours ou banque.
Je n’avais pas de reflexe comme toujours commencer par une matiere, toujours voir le cours fait il y a exactement une semaine, chaque jour était different.

Sinon comme je l’ai dit précedemment, je me levais, mangeais et couchais à heures régulieres.

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

-Ne pas y aller tête baissée et aérer son l’esprit

-Bien corriger les colles, pour ma part j’ai énormément appris de mes erreurs, c’est comme ça que j’ai affiné beaucoup de mes connaissances.

-Prendre ce qu’on vous donne (qcm, annales…), tout entrainement est bénéfique.

-Choisir au feeling : si vous avez envie de réviser ça, faites le (même si il faudra tout voir a un moment ou a un autre)

-Ne pas faire d’impasse. Si par exemple il y a une partie hard de physique que personne révise, si vous vous faites l’effort de le faire quand meme (sans aller dans la perte de temps), vous gagnerez beaucoup de points sur les autres. Le mieux est d’etre en capacité minimale de repondre à tous les items. Si vous savez d’office que vous ne saurez pas faire la moitié du sujet, c’est vous mettre dos au mur. Et les petits coeffs peuvent vraiment changer de quelques dixièmes de points votre moyenne générale, donc les négligez pas trop.

-SURTOUT = ne pas s’attarder sur les details, du moins au debut, apprenez l’essentiel puis les détails viendront apres avec l’entrainement et le temps.
Il faut surtout etre flexible sur ces connaissances et ne pas apprendre un enchainement d’infos sans être capable de les séparer ou de les lier.
Prenez du recul sur votre cours, si vous apprenez un paragraphe, demandez vous à quelle sous partie, quelle partie, quel cours il appartient, pour ne pas vous noyer dans le texte.

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

J’étais objective sur mes connaissances, je savais ce que je connaissais ou non, je faisais tout le temps des bilans dans ma tete.
Si je connaissais bien un cours je ne me mettais pas à le re travailler en detail. Au contraire si j’avais un gros doute sur une notion ou un trou, j’allais directement ou rapidement chercher la reponse, meme si j’avais revu ce cours peu de temps avant.
Le tout est d’essayer de faire ce qui permet d’apprendre des choses : si tu sais que tu ne vas rien apprendre en revoyant telle chose, ne le fait pas ; si tu sais que tu ne connais pas telle chose, fais tout pour savoir cette chose.

Lorsque je commençais une tache, je finissais (pas forcement en une fois, mais si par exemple j’avais décidé de ficher joliment toute la partie sur le génome, je m’y tenais et je résumais tout du début à la fin, comme ça au moins j’avais tout).

Je diversifiais beaucoup : J’essayais de toujours varier les taches (revoir des EDs, revoir les diapos du prof, faire des banques, reciter une partie, un cours, un ensemble de cours etc.) et si il me restait 15 min avant de manger par exemple je prenais un classeur de la matiere que je voulais puis je relisais au pif. J’essayais de faire plusieurs matieres le meme jour, mais pas forcement toutes.

Enfin, je suis allée a presque tous les cours, je ne sais pas si c’est ça qui a fait la différence mais surement en partie !

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

Cette année n’était pas comme je l’imaginais :

-Plus intéressante que prévu, les cours sont certes pointus mais ça reste des notions concretes. On prend conscience de la complexité atomistique et moléculaire du vivant, on apprend comment est organisé notre corps, on apprend les bases d’un peu de tout (génétique, droit, botanique, institutions de santé, et anecdotes en tout genre…).
Maintenant je comprend le journal du 20h mieux que mes parents et je peux savoir si telle fleur est plus évoluée qu’une autre !! Genial non ?

-Moins aliénante que je pensais : il n’y a pas autant de détails betes meme si il y en a, c’est juste que ce sont des notions tellement précises (le fonctionnement cellulaire par exemple) qu’on est obligé de passer par des détails pour comprendre.
Sans détails le cours se résumerait à un cours de SVT du lycée…
Mais je n’ai pas eu à apprendre de trucs vraiment inutiles comme des tableaux de valeurs ou des suites de molécules imprononçables. Toute notion avait un contexte censé.

-Au final, c’est une année extrêmement enrichissante mais rageante quand on se rend compte que les 3 jours de concours determinent notre vie (professionnelle).
Meme si c’est vrai que le concours est surtout surtout determiné par le travail en amont, on est l’abris de rien jusqu’à la fin. Alors ne lachez rien et prevoyez de rester un minimum en forme dans le long terme !!

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

Je ne le connais que par les témoignages mais je trouve cette idée vraiment sympa de faire participer tout le monde. Je me suis toujours dit que je posterai le mien au moment venu !!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here