Eloïse P, en 2ème année de Médecine à Paris XII nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2016 – 2017, 175 en médecine

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

BAC S, spécialité ISN (informatique et sciences du numériques), mention très bien

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

Doublante

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

Médecine : 33 / Maïeutique : 8 / Odontologie : 15 / Pharmacie : 27 / Kiné : 28

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

J’ai toujours été très sérieuse et assez organisée dans mon travail.

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

J’habitais en colocation dans un appartement, mais je rentrais chaque week-end chez mes parents.

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

5 minutes en voiture

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

Ma fac possède une antenne à Torcy dans le 77, qui accueille 150 étudiants. Par conséquent, c’était très petit et plutôt convivial, tout le monde se connaissait au moins de vue. Difficile de ne pas trouver ses repères facilement dans un tel contexte.

De plus, le stage de pré-rentrée organisé par le tutorat de ma fac m’avait permis de connaitre la FAC dès le mois d’aout. En septembre, je me sentais déjà un peu chez moi !

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

Avant ma première PACES, pas du tout. J’avais lu beaucoup de témoignages conseillant de ne pas le faire. Mais j’avais fait un stage de pré-rentrée organisé par le tutorat de ma fac.
Cependant, à cette période, je n’avais pas encore d’appartement et les trajets étaient très longs jusqu’à chez mes parents. Je n’avais donc pas le temps de revoir les cours que j’avais eus au tutorat dans la journée, ce qui ne m’a pas permis de progresser beaucoup au cours de cette pré-rentrée.

En revanche, entre mes deux PACES, je me suis remise au travail un mois avant, mais “tranquillement”. Je prenais des demi-journées pour revoir des cours qui m’avaient posé problème l’année précédente, et j’essayais de prendre de l’avance pour commencer l’année confortablement (et ne pas prendre de retard au cours du semestre :P ).
Avec du recul, je me dis que j’aurais peut-être du me reposer un peu plus longtemps, deux ans de PACES c’est long !
J’ai également refait le stage de pré rentée du tutorat, pour me remettre dans le bain, et cette fois ci, ça m’a beaucoup apportée.

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Au cours de ma première PACES, je faisais de la danse le samedi matin pendant une heure et demi. Je trouve qu’il est très important de s’aérer la tête pendant la PACES. Mais le souci c’est que j’avais beaucoup de mal à le faire.

Aller au cours de danse me prenait beaucoup de temps (le temps de me préparer, les trajets pour y aller…). J’avais tendance à beaucoup culpabiliser quand j’y allais ce qui me rendait moins efficace pour le reste de la journée.

C’est pourquoi j’ai arrêté la danse au cours de ma deuxième P1. CEPENDANT, je conseille vivement aux futurs PACES de se trouver une activité qui leur permette de se vider la tête. Même 30 minutes de course, ça peut vraiment être bénéfique.

Au cours de ma deuxième PACES, je n’ai pas pratiqué d’activité physique régulière, mais je sentais qu’il me manquait quelque chose, donc n’hésitez pas. Essayez surtout de prévoir des pauses consacrées à votre sport, dans votre emploi du temps. Ca vous permettra de ne pas culpabiliser !

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Mes loisirs consistaient surtout à regarder des séries. Chaque midi et chaque soir je regardais un épisode pendant que je mangeais et ça me faisait beaucoup de bien. Je regardais aussi souvent des vidéos sur Youtube. Ensuite, chaque Samedi soir, je le passais devant la télé avec ma famille, et de temps à autre on allait au restaurant, ou ce genre de choses.

Je me suis accordée quelques soirées avec des amies (mais rares, et prévues à l’avance pour m’organiser dans mon travail). Je me suis également gardée environ deux après-midi par semestre pour voir de la famille, ou tout simplement pour prendre l’air.

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Non, pas du tout.

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

J’essayais toujours de me garder environ 7H30 pour dormir, je suis une dormeuse ! Si je n’avais pas mes heures de sommeil, je le sentais dès le matin et c’était l’inefficacité assurée pour toute la journée. Je m’accordais aussi toujours 20 minutes de sieste après manger l’après-midi, et après je me sentais beaucoup mieux !

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

Cela dépendait, mais ça tournait toujours entre 8 et 12 heures. Les 8 heures, c’était surtout le Week-end, les 12 heures, plutôt, la semaine. Bon, il m’est arrivée d’atteindre les 13 heures de travail juste avant le concours, mais c’était surtout pour me rassurer !

Je pense que tout le monde le dit tout le temps mais il faut vraiment privilégier la qualité à la quantité ! Il m’est arrivée de travailler seulement 4 ou 5 heures parce que je sentais que j’étais complètement inefficace. Dans ce cas, il faut se vider un peu la tête et s’y remettre à fond le lendemain.

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

Pour commencer, chaque dimanche soir je préparais le planning de ma semaine.

J’apprenais mes cours vraiment par coeur (pour les matières où c’est nécéssaire bien sur). Je les récitais à voix haute, j’ai toujours appris mes cours de cette manière.

J’utilisais un petit peu la méthode des J mais à ma manière.

Le premier jour (le jour du cours en général, même si j’allais très peu en cours), j’apprenais mon cours, et j’essayais vraiment de le réciter intégralement. Cependant, le premier jour, c’est impossible de tout connaitre, et le lendemain on a l’impression de n’avoir pas retenu grand chose, c’est NORMAL.
Donc le lendemain, je réapprenais ce cours, et une fois de plus je le récitais, et c’était nettement mieux que la veille.

Ensuite j’attendais deux jours, je n’ouvrais pas le cours mais j’essayais de le réciter intégralement. En général, je n’y arrivais pas totalement, donc j’ouvrais le cours et je le revoyais en insistant sur les points que j’avais oubliés. La méthode des J consiste ensuite à attendre 4 jours avant de revoir le cours. Il m’arrivait d’attendre moins. J’ai une bonne mémoire sur la longue durée mais pour ça, il faut que j’ai vraiment appris parfaitement le cours au début. C’est à dire qu’une fois que je connais très bien un cours, je sais que je pourrais attendre longtemps avant de le revoir sans l’oublier.

Donc une fois que j’avais revu le cours environ 4 fois, je le connaissais vraiment bien en général et c’est là que je commençais à faire les annales. Et d’ailleurs je faisais les annales avant d’avoir revu le cours, je trouve que c’est beaucoup plus utile, ça permet de solliciter la mémoire à long terme, et non la mémoire à court terme. On sait tous que c’est plus facile de faire les annales juste après avoir revu un cours, mais ça ne se passera pas comme ça le jour du concours, donc autant s’entrainer dès maintenant !

Pour les matières à calcul, j’essayais de refaire les exercices le plus souvent possible ( au moins une fois par jour, ou une fois tous les deux jours) jusqu’à ce que ça devienne un automatisme.

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Non, ou très peu. Ca m’est arrivé d’en faire, notamment en chimie organique, pour avoir les réactions les plus importantes en évidence. En biochimie, j’avais aussi fait moi même un grand schéma qui récapitulait toutes les réactions métaboliques. En biostatistiques et biophysique j’avais aussi réécrit les formules dans un carnet.
D’ailleurs, j’utilisais souvent un carnet dans lequel je notais les détails de cours que j’avais tendance à oublier, et je le relisais régulièrement et surtout avant le concours 8

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

J’ai essentiellement travaillé seule, mais il m’est arrivé de travailler avec une personne, on se posait des questions sur des détails de cours.

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Je travaillais majoritairement chez moi pour ne déranger personne dans la mesure où je parle quand je révise. Cependant, quand j’en avais marre d’être enfermée, j’allais à la BU, ça me permettait de voir du monde, et voir les autres travailler me remotivait à fond.

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

J’ai fait les deux (mais j’allais au tuto quand j’avais le temps). Le tutorat de ma fac est réputé pour préparer de bons concours blancs, et leur pré-rentrée est vraiment efficace quand on la met à profit !

Cependant, j’ai également fait une prépa, et dire qu’elle ne m’a rien apporté serait mentir. Les professeurs expliquent très bien, ça m’a permis de comprendre comment résoudre des exercices que je n’aurais jamais réussi à comprendre seule. En plus de cela, la prépa fournit des fiches de cours actualisées chaque année et qui sont vraiment très pratiques pour réviser efficacement. Honnêtement, je la recommande (mais il faut bien se renseigner sur la prépa qu’on choisit, certaines sont mieux que d’autres !). Malheureusement, il est vrai que c’est onéreux mais je trouve que ça vaut vraiment le coût.

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

En primante, au premier semestre, pas vraiment, j’étais moyenne, et c’est globalement ce qui s’est produit au vrai concours. Cependant au deuxième semestre, mes résultats au tutorat, et à la prépa ont énormément progressé, et une fois de plus, ça s’est révélé être la même chose au vrai concours.
En doublante, j’ai toujours été très bien classée.

Je conseille vraiment de faire un maximum de concours blanc, c’est souvent très représentatif ! Cependant, il ne faut pas se laisser déstabiliser par un concours blanc raté. Quand j’étais primante, j’avais toujours des résultats très moyens en UE6, et le jour du concours j’ai fini dans le top 10 ! C’est important de s’entrainer, mais il ne faut pas baisser les bras si les résultats ne sont pas parfaits du premier coup !

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

En primante, au premier semestre, oui énormément. Et le souci c’est justement que je n’ai pas réussi à le gérer. Au deuxième semestre, j’en ai eu aussi mais beaucoup moins, et j’apprenais petit à petit à le gérer.

En doublante au premier semestre je n’ai pas eu de retard. En revanche, au deuxième semestre j’ai commencé à en avoir. Au début j’ai paniqué, mais finalement j’ai réussi à m’en sortir en donnant le maximum de moi même. Je m’étais donnée un objectif : il fallait que je finisse le programme 15 jours avant pour réviser, et c’est ce que j’ai réussi à faire.

Le retard c’est NORMAAAAL, et je sais que c’est difficile à gérer, mais je me suis vraiment donnée mes propres buts, et c’est comme ça que j’ai réussi à m’en sortir. J’estime qu’il vaut mieux avoir du retard et connaitre parfaitement les cours que l’on a déjà appris, plutôt que tout apprendre sur le tas et ne rien retenir parce qu’on bâcle par peur d’avoir du retard.

Quel était votre rythme de travail ?

J’avais un rythme de travail intense mais régulier. J’avais lu une phrase sur le blog d’un étudiant en médecine qui disait : “c’est la motivation qui m’a fait commencer, mais c’est l’habitude qui m’a fait continuer”. C’est exactement l’esprit à avoir en PACES.

Je savais qu’à telle heure je devais me lever, qu’à telle heure je devais manger, dormir, réviser, faire des pauses… Mon corps s’est habitué à ce rythme qui était intense, certes, mais régulier, et je crois que c’est le plus important au final. “La PACES c’est un marathon, pas un sprint”.
Je connaissais mes limites, et si je sentais que j’en pouvais plus, je dormais !

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

Je dirais entre les deux. J’avais l’esprit de compétition mais pas dans un mauvais sens. Quand mes classements n’étaient pas à la hauteur de mes espérances, je me disais qu’il fallait que je donne tout pour encore remonter, et dépasser les meilleurs, mais jamais je n’aurais fait quelque chose pour déstabiliser qui que ce soit. Si un étudiant venait me poser une question sur quelque chose qu’il n’avait pas compris, je lui expliquais, je savais qu’en retour il ferait la même chose. Puis comme je l’ai dit, on était que 150 dans ma fac, donc ça créait très facilement des liens.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

J’étais très stressée, mais c’est dans ma nature. J’ai craqué plus d’une fois mais j’ai été très soutenue par mon entourage, et ça m’a permis de croire en moi un peu plus chaque jour. Ca m’a permis de continuer avec l’espoir que j’allais réussir.

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

J’allais très peu en cours théorique, mais j’étais très concentrée quand j’y allais. Je prenais les cours sur mon PC, et je les relisais directement après. La PACES a un programme très dense, il n’y a pas une seule minute à perdre, donc inutile d’aller en cours pour être dispersé, il y a les pauses pour ça ;)

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

Je les prenais exclusivement sur ordinateur, je suis trop lente pour les prendre sur papier. Mais comme je l’ai dit, je travaillais beaucoup sur les supports de ma prépa, ou sur les polys de la fac. Je prenais surtout des notes pour rester concentrée pendant le cours, et ne pas penser à autre chose.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

Oui absolument, c’est indispensable. Cependant, trop d’étudiants ont tendance à penser que c’est suffisant mais c’est une grosse erreur. D’ailleurs au cours de mon année de doublante, les professeurs ont beaucoup changé le concours et l’aspect des questions. C’est pourquoi, il faut s’entrainer sur les annales certes, mais ne pas s’y limiter. Il faut être vraiment exhaustif sur l’apprentissage des cours.

De plus, comme je l’ai dit plus haut, je ne conseille pas de faire les annales juste après avoir révisé un cours, mais plutôt juste avant de le revoir. Cela permet de faire travailler la mémoire à long terme et de voir où on en est ! Si vous réussissez parfaitement les annales avant de réviser un cours, c’est que vous le connaissez plutôt bien et qu’il faudra surtout insister sur les petits détails qui vous échappent.

Comment était organisée votre journée ?

7h00 : Réveil
7H00-7H30 : petit déjeuner + douche
7H30-12H30 : Révisions ou cours (selon les jours, mais rare que j’aille en cours )
12H30-13H30 : DEJEUNER et sieste
13H30-16H30 : Révisions
16H30-17H00 : Pause Goûter
17H00-20H00 : Révisions
20H00-21H00: Dîner
21H-22h30 : Révisions
22H30-23H00 : Repos puis DODO

Ensuite, je découpais ma journée de révision pour les organiser selon les matières et les coefficients. Par exemple, au premier semestre, je faisais le matin de l’UE2 (les 3/4 de la matinée ) et de l’UE3 (le quart restant). L’après midi je faisais de l’UE1 et le soir après manger de l’UE4 (biostatistiques).

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

Premièrement, il faut que vous repensiez à chaque fois à ce qui vous a poussé à venir en PACES. Parfois, il est vrai que c’est dur, on a envie d’exploser, mais la volonté d’exercer la profession de vos rêves doit vous permettre de dépasser ça.
Essayez d’être bien entouré, ne restez qu’avec des personnes qui veulent votre réussite et qui vous tireront vers le haut.
Soyez régulier, organisez vous le mieux que vous pouvez.
Faites des pauses pour ne pas trop craquer.
Ne laissez pas les autres vous déstabiliser, ceux qui se vantent le plus ne sont pas ceux qui réussissent.
Et surtout, croyez en vous. J’étais tellement sure parfois que je n’y arriverais pas (ça nous est tous arrivé, c’est absolument normal), et j’ai finalement réussi. Tout le monde avec de la motivation et beaucoup de travail peut le faire.

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

Je crois que c’était tout simplement ma “rage” de réussir. Je n’ai jamais lâché, j’avais un rêve, je voulais pas le laisser filer. Beaucoup d’étudiants baissent les bras alors qu’ils avaient les capacités d’y arriver. Je ne voulais rien regretter, donc j’ai préféré tout donner.

Je crois aussi que ma régularité a joué beaucoup. J’ai essayé de réviser les matières équitablement tout en prenant en compte les coefficients. Celui qui gère à fond une matière à petit coefficient mais qui ne réussit pas le reste ne parviendra pas à dépasser les autres, c’est pourquoi il faut être vigilant ( je ne dis pas non plus de faire l’impasse sur les petits coeffs, mais d’insister beaucoup sur les gros).

(Doublant uniquement) Qu’est ce qui a contribué selon vous, à votre redoublement ? Quels enseignements en avez-vous tiré pour in fine, réussir ?

J’ai mis énormément de temps à trouver ma méthode de travail au premier semestre de mon année de primante. Cependant, dès le deuxième semestre, j’ai appris de mes erreurs et j’ai transformé tout ce qui n’allait pas pour créer une méthode qui fonctionnait. J’ai appris comment gérer mon retard, et mon stress également.
Quand j’étais primante, j’ai eu tendance à essayer de tout apprendre mais en faisant l’impasse sur trop de détails. Je ne revoyais pas mes cours assez régulièrement et petit à petit toutes les connaissances sortaient de ma tête et j’étais complètement déstabilisée le jour du concours.

J’ai appris alors comment apprendre un cours efficacement pour pouvoir le revoir régulièrement et rapidement, sans faire l’impasse sur aucun détail.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

C’était une année vraiment difficile, beaucoup de stress, beaucoup de fatigue. Malgré tout, je sais qu’elle a été enrichissante et qu’elle m’a fait beaucoup mûrir. Le jour des résultats, quand on voit que c’est réussi, on se dit que ça valait AMPLEMENT le coup, et que toutes les concessions et les efforts qu’on a pu faire n’ont pas servi à rien !

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

C’est un très bon site. J’y suis allée régulièrement quand j’avais des baisses de morale ou des crises de panique, parce que j’arrivais à m’identifier à beaucoup de témoignages. Je me disais que toutes ces personnes qui avaient réussi avaient elles aussi connu des moments difficiles.Il fallait donc que je reprenne du poil de la bête pour réussir à mon tour !

20

Ajouter cet article aux favoris !

2017-07-09T16:52:06+00:00 9 juillet 2017|Categories: Doublant, Les témoignages, Médecine, Paris 12|1 commentaire
  • douk

    c’est quoi le mieux l’antenne de torcy ou directement la fac?

Télécharge gratuitement 15 fiches des tuteurs de notre tutorat !
On te les envoie par mail :