Elen G., en 2ème année de Paramédical à Brest nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2016 – 2017, Kiné : 52 places

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

Bac scientifique, spé physique-chimie, mention bien

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

Doublante

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

En primante j’ai bossé pour redoubler. En doublante j’ai bossé pour kiné (je suis arrivée 80/307 pour les résultats provisoires et 21ème/52 après résultats définitifs)

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

Plutôt assidue mais seulement dans les matières scientifiques, et encore… Je m’y mettais 3 jours avant les devoirs.

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

J’habitais toute seule dans mon appartement (vu que j’étais à 180km de chez mes parents!)

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

J’y allais en voiture et je mettais environ 10 min. Cela dépendait de la circulation, mais je pense que le mieux c’est de pouvoir aller à pied à la fac ou en vélo

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

En primante :
J’ai été voir quelques jours avant la rentrée où se situait la fac, histoire de ne pas être paumée le 1er jour. Les repères géographiques, ça allait.
Par contre, trouver rapidement ses repères au niveau du travail… Ca a été dur. Je suis rentrée le premier jour de mon cours de biologie, je ne comprenais rien à ce qui était écrit, je ne savais pas par quel bout commencer pour l’apprendre.
Quelques jours après ça allait quand même mieux, je pense que c’est le changement de rythme et le fait de vivre toute seule qui a été dur à encaisser.

En doublante :
J’ai eu du mal à me remettre dans mes cours, surtout que je savais déjà ce qu’il m’attendait alors je voulais pas commencer trop vite pour ne pas être essoufflée dès le mois d’octobre. Mais on aborde l’année vraiment différemment, on a déjà découvert le système de la fac et tout ça alors c’est un gros avantage !

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

NON !
J’ai jeté un coup d’oeil aux cours, histoire de voir ce qu’il m’attendait, mais je ne comprenais absolument rien, ça aurait été une perte de temps et d’énergie inutile.
Dans ma fac, le tutorat fait une pré-rentrée depuis peu, sur 4 jours juste avant la rentrée, pour découvrir un peu le programme et tout. Ca peut-être pas mal pour ne pas être perdu à la rentrée comme je l’ai été, mais sinon il faut profiter de son été à fond, ce sont vos derniers moments de liberté avant longtemps !!!

En doublante, j’ai refait mes cours pendant l’été mais jamais je n’ai essayé de les ré-apprendre en avance, ça m’aurait démoralisée avant la rentrée.

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Non, mais grosse erreur …

Je faisais du basket avant ma paces, et j’ai tout arrêté pour me consacrer à mes cours (Pendant mes 2 paces j’ai du aller courir 2 ou 3 fois …).

Je pense que si vous avez l’habitude de faire du sport, il ne faut surtout pas perdre cette habitude.
Peut-être pas en continuant à faire du sport co parce que ça prend beaucoup de temps (j’y passais environ 9h/10h par semaine ce qui représente énormément de travail en paces), mais allez courir de temps en temps, faites de la corde à sauter, allez nager…

Bref, dépensez-vous ! Ca libère et en plus ça permet une meilleure oxygénation du cerveau et donc vous serez plus apte à réfléchir après ;)

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Je ne suis quasiment pas sortie, que ça soit en primante ou en doublante.

Je m’autorisais de temps en temps à aller au resto ou aller boire un verre avec mes amis mais en général à 23h30 grand maximum j’étais couchée.
Pareil que pour le sport, mes « sorties » se comptent sur les doigts… d’une main. Et j’étais d’attaque pour me remettre à bosser le lendemain matin ! Pas de temps à perdre :)

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Un médecin mais je ne la connais pas. Sinon, mon cousin est kiné.

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

Alors le sommeil c’est primordial !! Je suis une grosse dormeuse et je peux être encore fatiguée après une nuit de 10h. En paces, j’essayais d’avoir des nuits d’au minimum 8h;

Je préfère me coucher tôt et me lever tôt pour travailler parce que je n’arrive pas à travailler le soir, donc des fois à 21h30 j’étais au lit et à 6h j’étais débout.

C’est vraiment à vous de trouver votre rythme, n’écoutez pas ceux qui disent qu’ils ont travaillé jusqu’à 2h du matin et qu’ils n’ont dormi que 3h. Soit tant mieux pour eux, ils n’ont pas besoin de beaucoup de sommeil, soit ils foncent droit dans le mur et en octobre ils seront sur les rotules.

Mais en tous les cas il faut que vous soyez reposés pour bien travailler. Si vous vous endormez sur vos cours : allez faire une sieste, 20 minutes suffisent pour vous redonner de l’énergie. Il vaut mieux « perdre » 20 minutes pour se rebooster plutôt que de passer 2h sur la même page ;)

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

Je dirais environ 10h, quand je n’avais pas cours.

Le planning était à peu près le suivant :
• 7h – 12h (puis déjeuner)
• 13h – 16h (puis pause gouter)
• 16h30 – 19h (puis dîner)
• 20h – 21h

Vous remarquerez que les horaires ne correspondent pas avec les 10h que j’ai mis, parce que je considère qu’on n’est pas efficace tout le temps, et que ça variait selon mon niveau de fatigue et de motivation.
Certains soirs, je m’arrêtais à 19h parce que j’étais beaucoup trop fatiguée pour reprendre après.
Certains matins, je commençaient plus tôt que 7h (Pendant mes révisions par exemple je me levais à 5h)

Sinon, quand j’avais cours le matin (de 8h jusqu’à 12h ou 13h) : je rentrais, je mangeais tranquillement, je faisais une sieste et je me mettais au travail comme dans le planning que j’ai mis précédemment.

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

Voir, revoir et rerevoir le cours, très souvent !!

Il faut être très régulier, en général je ne laissais pas un cours 2 semaines sans être revu. Le mieux pour moi c’est de tenir une fiche où vous faites une croix dès que vous avez vu le cours avec la date. C’est dur de s’y tenir, mais au final vous pouvez voir à chaque instant où vous en êtes. Sinon j’avais un agenda et je notais qu’à telle date je devais revoir tel cours.

Au début j’ai essayé de faire la méthode des J+0, J+3, J+10 (vous pouvez la trouver sur internet) mais je trouve ça beaucoup trop contraignant. Au départ ça va mais quand les cours s’accumulent ça devient beaucoup trop bordélique.

Si j’avais des difficultés à apprendre un cours qui nécessite du par coeur (comme la biologie par exemple), je coupais mes chapitres en plusieurs blocs, je n’essayais pas de tout apprendre d’un coup parce que je savais que j’allais m’embrouiller.

Par contre, une chose essentielle (pour moi), c’est de commencer à apprendre le cours le jour où vous l’avez vu. C’est encore frais dans votre tête alors ça permet d’apprendre le gros du sujet. Bien sur, les détails vous les apprendrez au fur et à mesure.

Concernant les détails justement, n’hésitez pas à surligner mais INTELLIGEMMENT !
C’est à dire:
• Avec un code couleur qui vous est propre
• Vous n’avez PAS besoin de tout surligner (comme je l’ai fait en primante…) : Des fois sur une page j’avais juste un mot de surligner parce que c’était un détail que je n’arrivais pas à retenir, parfois sur certaines pages il n’y avait rien du tout… Au début vous êtes tout contents parce qu’il y a des couleurs dans tous les sens mais quand vous revoyez le cours après c’est insupportable à relire. Utilisez vos stabilo avec parcimonie :)

Autre détail important, pour l’anatomie : Ca ne sert à rien d’apprendre par coeur.
Bien sur que vous devrez apprendre, vous n’y échapperez pas. Mais avant, il faut COMPRENDRE.

En soit c’est pas compliqué de retenir un détail (par exemple la terminaison d’un muscle), mais les détails s’accumulent et il faut tout retenir, alors c’est indispensable de réfléchir dans cette matière.
Exemple : le biceps brachial s’insère sur la face postérieure de la tubérosité bicipitale du radius. Si vous apprenez bêtement comme ça, en QCM vous pouvez vous faire piéger très vite si le prof remplace par « face antérieure » par exemple.
Pensez TOUJOURS à l’ACTION du muscle, vous verrez plus tard que ce biceps ne s’insère pas sur la face postérieure pour rien, tout est question de logique et les insertions sont liées aux rôles du muscle…

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

• En biochimie, j’avais énormément de fiches que ça soit pour les acides aminés ou les lipides. C’est très pratique, et en général dans cette UE c’était souvent la fiche tableau qui revenait.

• En biologie, je ne faisais pas de fiche parce que de toute façon il faut tout connaître dans les moindres détails…

• En biophysique, je faisais des fiches formules par chapitre

• En biostat…….. je tentais de faire des fiches formules et/ou tableau mais je n’aimais pas du tout cette matière, alors en général mes fiches c’était une feuille où je notais les QCM d’annales où je m’étais plantée, et j’apprenais ça parce que les questions retombent souvent ^^ (mais j’ai eu 6 alors faut peut-être pas prendre ce conseil en compte)

• En physiologie, j’ai fait quelques fiches tableaux ou des schémas pour bien comprendre les mécanismes (par exemple pour la transmission neuromusculaire)

• En anatomie : J’avais quelques tableaux pour mettre en lien des groupes de muscles mais en général j’avais tout ce qu’il fallait dans mes cours (textes + schémas). Par contre en neuroanat là j’avais pas mal de fiches.

De manière générale:
• Ne vous encombrez pas trop avec les fiches, ça prend du temps et quelques fois elles ne vous serviront à rien
• Oubliez les fiches bristols et faites vos fiches sur des feuilles A4 blanches (je les faisais à l’ordi pour ma part parce que je trouve ça beaucoup plus propre)

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

J’ai testé quelques fois de travailler avec une amie à la BU, sans succès. J’étais bien mieux chez moi, avec mon plaid sur le dos et mon thé posé à côté !

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Voir réponse précédente :)
Je suis allée 2/3 fois à la BU mais c’était vraiment quand j’arrivais pas à me concentrer chez moi.

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

J’étais au tutorat, je n’ai jamais songé à aller dans une prépa privée. Déjà parce que je suis contre cette sélection par l’argent, et que je connaissais de nombreuses personnes qui avaient réussi en se contentant du tutorat.

Je suis très satisfaite du tutorat, les colles étaient vraiment bien faites et surtout, de manière générale, les tuteurs étaient super volontaires et présents pour nous.

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

Nous n’avions pas de classement aux colles du tutorat, seulement au concours blanc. Mais je ne rendais jamais mes copies pour ne pas être classée parce que j’avais peur que ça ajoute du stress supplémentaire.

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

En primante oui, j’avais du retard, c’est inévitable!

En doublante, je n’avais quasiment jamais de retard et au pire si j’en avais c’était un chapitre ou deux.

Dans tous les cas, avoir du retard est plutôt normal en paces, au mieux vous êtes à jour mais ceux qui disent qu’ils ont de l’avance disent souvent ça pour bluffer…

Quel était votre rythme de travail ?

La tête dans le guidon. Malheureusement je n’ai pas su faire assez de pause pour mieux repartir quand ça n’allait pas trop.
Mes journées se suivaient et se ressemblaient (normal en paces me direz vous) mais j’aurais pu me motiver autrement en me prenant une demie-journée de pause de temps en temps par exemple.

Ne commencez pas trop rapidement en faisant des journées de 13h de travail : « Qui veut voyager loin ménage sa monture » ! Vous l’avez déjà surement entendu mais la paces n’est pas un sprint mais un marathon, il faut tenir sur la durée !

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

Je considère que j’étais plutôt altruiste mais malheureusement dans un tel concours, la compétition s’installe un peu partout. Ajoutez ça à la fatigue et aux baisses de moral, et vous vous retrouvez avec des prises de tête avec les personnes qui étaient censé être vos amis.

En tous les cas, ne laissez jamais la compétition prendre le dessus. Rappelez vous que vous êtes là pour vous battre contre les autres certes, mais dans un groupe d’amis vous vous devez de rester toujours sincère, sinon ça se retournera contre vous à un moment ou à un autre. Vous êtes là pour accéder à des études qui vous apprennent le respect et l’altruisme, n’oubliez surtout pas vos valeurs.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

En primante j’étais constamment stressée et sur les nerfs, prête à pleurer d’une seconde à l’autre ! J’ai même passé une journée entière à pleurer sur mon lit devant mon cours de biologie …

En doublante, j’étais plus décontractée même si j’avais des montées de stress de temps en temps, c’est inévitable et c’est même indispensable de stresser, ça fait avancer !

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

Alors là… ça dépendait des cours !

De manière générale j’étais plutôt concentrée. Mais certains jours on était à bout et on avait besoin de rire et de discuter alors on ne s’en privait pas. Les cours en amphi étaient pour moi les seuls moments de détente parce que je ne mangeais jamais au RU, donc c’était le seul moment où je voyais mes amis.

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

Toujours sur l’ordi !
J’ai testé à la main mais c’est clairement trop galère. Ca dépend de ce que vous préférez mais je savais qu’au moins avec l’ordi ça serait propre.

Pour compléter mes cours, j’utilisais quelques fois le dictaphone et s’il me manquait des infos je notais le temps sur mon cours et comme ça le soir je réécoutais que les moments qu’il me manquait.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

Oui, c’est indispensable !
Je ne commençais pas trop tôt à faire les annales, en général je commençais 3 semaines avant les révisions. Ca permettait de voir les points faibles et de repérer les questions qui tombent souvent.

Mais s’il y a bien une chose à ne pas zapper ce sont les annales.

Comment était organisée votre journée ?

Rien d’original, en général je me levais vers 6h ou 6h30 selon ma fatigue. Je commençais à bosser vers 7h jusqu’à 12h, soit en faisant les cours de l’après midi de la veille soit en suivant mon planning de cours à revoir. Ensuite vers 12h j’allais manger (des fois même plus tôt parce qu’à partir du moment où j’ai faim je n’arrive pu à travailler!)

Je regardais de temps en temps des séries pendant que je mangeais, mais j’avais l’impression que ça me prenait trop de temps alors en doublante je ne l’ai plus trop fait.
Si j’avais le temps j’allais faire une petite sieste, et je reprenais le travail vers 13h.

16h, l’heure du goûter tant attendu ! C’était pour moi vraiment dur de me remettre à travailler après manger alors il fallait vraiment que je coupe mon apres midi
Je reprenais vers 16h30 jusqu’à 19h.

19h j’allais manger, et c’est là que ça se compliquait. Soit le soir j’étais super motivée je bossais trop bien (ce qui n’arrivait pas souvent), soit j’étais complètement HS et j’arrêtais de bosser. J’essayais quand même de me faire violence, donc en général je gardais la biostat pour le soir parce qu’il fallait bien s’y coller à un moment (mais j’aurais peut-être du faire autrement, notamment en bossant une matière qui me plaisait)

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

• Apprenez à relativiser, vous jouez votre futur métier mais en aucun cas vous ne jouez votre vie. Prenez cette paces comme un défi contre vous même, mais ne repoussez pas trop vos limites au risque de clairement péter un cable.

• Restez vous même et n’oubliez pas qui vous êtes. J’ai assez mal vécu ma paces dans le sens où j’avais l’impression d’être une moins que rien. Je me sentais nulle et j’ai perdu beaucoup de confiance en moi. Mais ce n’est pas vous le problème, c’est la paces !

• Ne venez jamais en paces si votre seule motivation est l’argent. Avant de toucher un beau salaire, il va falloir faire des sacrifices et si vous n’avez pas les qualités humaines pour ça, vous lâcherez bien avant

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

C’est bizarre mais je n’ai pas l’impression d’être de ceux qui ont réussi. Je suis consciente que je vais enfin pouvoir réaliser mon rêve et faire des projets pour mon avenir, mais j’avais tellement peu confiance en moi que je n’ai pas encore réalisé que j’ai réussi, que j’ai validé cette paces !

Mais selon moi, c’est en grande partie grâce à mes parents. Ils ont toujours été très présents pour moi, ça a été dur parfois car j’avais l’impression que même eux ne me comprenaient pas, mais au final ils n’ont jamais cessé de me soutenir. Sans eux je pense que j’aurais très vite tout abandonné.

Je me suis constamment dit  » Ca serait dommage d’arrêter maintenant  » …

(Doublant uniquement) Qu’est ce qui a contribué selon vous, à votre redoublement ? Quels enseignements en avez-vous tiré pour in fine, réussir ?

Je pense que mes longues journées de déprime en primante m’ont porté préjudice et m’ont gâché quelques journées de travail.
J’aurais du me faire plus confiance, et me dire que je n’étais pas plus bête qu’un autre

Alors en doublante, dès que j’avais une baisse de moral, je me répétais que j’en étais capable et que je ne pouvais pas laisser filer mon rêve.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

Mes deux années ont été éprouvantes. Mais quand je regarde en arrière, je suis fière de ce que j’ai fait, du travail que j’ai fourni.

Ca représente beaucoup de sacrifices, que ça soit par rapport à ses proches mais aussi par rapport à soi.
Mais je vous assure que quand votre travail est récompensé, vous ne regrettez pas du tout ces sacrifices.

Cela permet de réaliser que la vie est trop courte pour se prendre la tête pour des choses inutiles, vous apprenez à aimer les choses simples comme aller se balader au bord de la mer, et surtout vous apprenez beaucoup sur vous même. N’ayez pas peur de vous lancer, dans tous les cas vous en ressortirez avec une belle leçon de vie. Et en cas d’échec, relativisez: « La chute n’est pas un échec. L’échec, c’est de rester là où on est tombé ».

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

Ce site est génial et j’y ai passé beaucoup de temps à lire les différents témoignages que ça soit avant ma paces pour me motiver ou pendant ma paces pour me REmotiver !