Sommaire de l'article

Eléa B, en 2e année de Pharmacie à Nice nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2017 – 2018, 268

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

Bac Scientifique, spécialité SVT, mention Bien

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

Doublante

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

Pharmacie, 12 ème

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

Plutôt assidue, je devais travailler un peu plus que les autres pour les matières scientifiques, j’avais entre 12 et 13 de moyenne à chaque trimestre

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

J’ai habité seule pendant ma première PACES, et en doublante je me suis installé en colocation. Mais je rentrais chaque week-end chez mes parents qui habitaient à 1h30 de train de Nice

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

Pendant ma première PACES j’étais à 5min de la faculté, en doublante j’étais a 20minutes en tramway

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

On avait cours uniquement le matin de 8h à 12h, toujours dans le même amphithéâtre alors c’était pas dur de trouver des « repères » à la fac. C’était plus compliqué de se retrouver devant des profs qui ne vous regardent même pas, à qui on ne pouvait pas poser de questions.

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

Pendant ma première PACES j’ai fais la pré-rentrée du tutorat, mi-aout, j’assistais au cours des tuteurs mais je les revoyais que très peu après ce qui ne m’a pas du tout aidé au final. C’était aussi parce que c’était la première fois que je quittai mon « chez-moi », alors j’ai eu du mal à vivre seule. La déprime …

Pendant mon année de doublante j’ai pris une prépa. J’ai commencé à travailler le 1er aout, environ 7 à 8h au debut puis de + en + en approchant de la rentrée.

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Non je n’ai pas fais de sport durant ces deux année. Je n’avais pas le temps, et puis je culpabilisais si j’en prenais …

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

En première année de PACES je n’avais pas de rythme très organisé, je sortais de temps en temps parfois trop peut-être…

En doublante, j’avais un concours blanc toutes les 3 semaines le samedi matin, du coup je prenais ce week-end là pour sortir, me reposer, voir mes amies..

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Non, personne n’exerce dans le médical dans ma famille proche

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

Entre 7 et 8h de sommeil par nuit, parfois moins.
Ca raccourcissait au fur et à mesure que l’on se rapprochait de la date du concours…

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

En primante je n’avais pas de rythme et la preuve, ça ne m’a pas aidé. Je préfère parler de mon année de doublante.
Je me levais à 7h, douche, petit dej rapide et je débutais ma journée à 7h30. Pause à midi pendant 1h à 1h30 devant la série « Friends » (sur TMC, obligé pour decompresser avec les blagues de Joey!)
Je reprenais à 13h pour m’arrêter a 20h, pause repas puis je reprenais a 21h jusqu’a 23h.
Environ 13h par jour, donc

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

Alors je préfère ici aussi parler de ma deuxième paces.

J’avais un planning, du lundi au dimanche, avec les cours à voir dans la journée. Pas d’horaires précises, pas de temps chronométré, juste les cours que j’avais à voir dans la journée et je prenais le temps qu’il me fallait pour le faire. J’avais environ 8 à 9 cous à voir. A nice, les deuxièmes années de médecine vont en cours à notre place, tapent les cours à l’ordinateur et nous allons les chercher chaque semaine , le mardi à la reprographie. Donc j’avais en tout environ 8 à 9 ronéos dans la journée à voir. Ainsi, mon planning voyait le programme ENTIER du semestre 1 en deux semaines. Toutes les deux semaines j’avais vu le programme. ( » la répétion est à la base de l’apprentissage », d’après mon prof de biologie cellulaire!).
Comment j’apprenais les ronéos : je lisais une première fois, je surlignais au fluo. Ensuite je l’apprenais, page par page, parfois avec le diapo du prof en parallèle pour voir sur quels items il insistait. Je répétais à haute voix, et à la fin je faisais des QCM, pour voir si j’avais bien vu mon cours.

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Non, très rarement. J’avais déjà les ronéos et les cours de la prépa, alors faire des fiches c’était pour moi une perte de temps. Absolument tout est à savoir, alors ça servait à rien de réduire, mais c’est mon avis! Par contre, j’avais un petit cahier avec des mots-clés notés que j’oubliai souvent. Je le revoyais avant les séances qcm du tutorat, ou les concours blanc.

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

Je n’ai pas travaillé en groupe, parce que je répétais mes cours à voix haute ! Donc pas de BU, pas de travail en groupe chez une amie… Je n’arrivais pas à travailler avec de la musique, ou des personnes qui parlaient autour…

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Uniquement chez moi. Dans mon appartement à Nice, j’étais seule tous les jours, dans ma bulle.

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

Je faisais les deux !
Le tutorat proposait des séances QCM le mardi soir, avec toute la fac ou presque. Indispensable ! Tout d’abord parce que c’est représentatif, même s’il faut prendre les résultats avec distance (plus difficile à dire qu’a faire, je sais…), et parce que les professeurs relisaient et corrigeaient les qcm des tuteurs (et parfois s’en inspirait !). C’était juste un soir par semaine, alors ça ne prenit pas trop de temps.
J’ai également eu une prépa privé, à 500mètre de mon appartement. Nous avions une classe avec seulement des doublants, donc nous avions moins de cours que les primants, uniquement des matières qui posaient problème ou les questions étaient nombreuses. C’était comme un cours particulier, alors j’y allais, c’était environ 2 à 4h par semaine. Indispensable aussi… Et puis leurs concours blancs toutes les trois semaines, le samedi.

Personnellement je recommande la prépa privé pour ceux qui ont besoin de motivation et qui sont timides. Face aux profs de fac on se sent seuls. Le lycée c’est fini, les profs avec qui on discute à la récré aussi… La prépa ce n’est pas une pompe à fric, ni une école pour les nuls. La mienne était très attentive à nos demandes, on pouvait communiquer avec nos profs par sms, on était coaché par des deuxièmes années…

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

J’étais dans la « moyenne » haha! C’est difficile de se situer, disont qu’a Nice j’étais environ 200ème sur 1000 personnes au tutorat, et dans les 70 premiers sur 300 à la prépa privé.

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

Non je n’avais pas de retard. J’ai débuté les revisions le 1er aout, j’avais vu deux fois le programme avant la rentrée, j’ai conservé mon avance puisque mon planning me faisait des « tours de programme » toutes les deux semaine.
Au second semestre j’en ai eu vers le milieu du semestre, parce que je n’avais pris que deux semaines d’avance, et je l’ai perdu par fatigue… Mais je l’ai récupéré et j’ai passé mon concours sans la fameuse culpabilité du retard…

Quel était votre rythme de travail ?

Je bossais tous les jours (ha bon?) de 8h à 22h. Je prenais mon samedi après-midi+dimanche le weekend où j’avais concours blanc le samedi matin. C’était très répétitif, mais le temps est passé vite grace à ça !
Je parle encore de mon année de doublante. En primante je n’avais pas de rythme, pas de planning. C’était une année « brouillon » qui ne vous aidera pas si je la raconte…

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

Un peu des deux!
Disons que je « n’aidais » pas les autres à réussir. En faite, le tutorat de nice dispose d’un forum ou de très très nombreuses questions sont posés par les p1. Et assez souvent, ceux sont des paces eux meme qui répondent aux questions. Je ne faisais pas ca. Mon esprit competition s’arrêtait la.
J’étais dans ma bulle, le monde s’es arrêté deux ans pour moi. J’allais en cours avec mes deux amies, on ne se lâchait pas, on ne parlait pas à grand monde…On ne calculait pas les autres étudiants, mais on les enfonçait pas non plus…

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

J’étais stressé puissance 1000 les deux années, mais la deuxième année était pire, puisque c’est la dernière chance…

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

Dispersée, c’est pour cela que je ne suis pas allé en cours une seule fois en doublante. J’y étais, évidement, en primante. Parce que c’est le début, parce que les parents demandent, parce qu’on fait comme tous les autres. Mais si vous n’êtes pas concentré, ce n’est pas la peine. Nous perdez 4h de travail chaque jours c’est impensable !! Si vous n’arrivez pas à vous souvenir correctement du cours en rentrant c’est que c’était inutile. Je préférais être chez moi, à apprendre le cours en une heure plutôt qu’écouter le prof pendant 2h sans avoir retenu la moitié… de toute manière les propos du profs étaient tous retranscrit dans les ronéos, alors à quoi bon…

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

Je ne prenais pas les cours puisque je n’y allait pas! Les ronéos étaient sur papiers

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

Oui, à deux semaines du concours je faisais les annales des 6 années précédentes. C’est essentiel pour savoir ce que les profs veulent que vous sachiez…

Comment était organisée votre journée ?

7h : réveil, 7h30 : début du travail (le cours + les qcm associé), 12h : pause repas, 13h : reprise du travail, 17h : pause de 15minutes pour gouter, bouger, appeler, dormir… 17h15 : reprise, 20h : repas, 21h : reprise du travail, 22h30 : douche, appels, sms, livre, dodo…
C’est des horaires que je donne comme ça, mais c’est le schéma que j’avais. Je n’arrêtais pas à midi pile, si je n’avais pas fini je continuais, je conservais mon heure de pause à midi quand même. Ca variait en fonction des cours, du moral…

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

Si vous êtes surs que c’est votre voie, donnez vous en entier dedans. Donnez votre cerveau, littéralement, à vos cours. Si vous doutez, prenez un papier, et notez vos motivations. J’avais une liste assez longue au fur et a mesure du semestre. Quand ça n’allait pas, je la lisais, et ça allait un peu mieux. Soyez sur de vous, vous n’êtes pas plus bêtes que les autres. Pourquoi pas vous ? Votre travail payera. Comptez sur vous meme, mais comptez sur les autres aussi : appelez votre famille, vos amies, votre petit(e) ami(e). Accordez vous une journée par mois pour les voir, pour vous ressourcer.
Personne n’a réussit sans de donner tout entier dans ce calvaire, tout le monde travaille c’est vrai, mais tout le monde n’est pas efficace comme vous. Demandez de l’aide aux anciens, prenez note de leurs conseils. Ne vous tuez pas au travail, soyez dans votre bulle c’est tout.
Votre vie sociale sera réduite, c’est vrai, mais c’est bénéfique je vous assure. Vous ouvrirez les yeux sur ce qui est essentiel. Vous serez étonnés de ceux qui prennent de vos nouvelles. Ne soyez pas déçus de ceux qui n’en prennent pas. Ca fait le tri, ça fait du bien.

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

Je ne pense pas avoir des conseils exceptionnels à vous donner. Soyez surs de vous, soyez fiers de ce que vous faites. C’est ce que je me suis répété toute l’année.
Ce qui m’a fait réussir ? Il y a beaucoup de facteurs qui entrent en jeu. Il y a la prépa, il y a l’avance que j’ai pris durant l’été. Mais je crois que c’est le soutien que j’ai reçu qui m’a aidé. Ma famille, qui m’a appelé chaque jours, qui m’a préparé des repas pour la semaine, qui me faisais les courses avant le concours pour que je ne sorte pas. Il m’envoyait des sms, des phrases de motivation.
Enfin, il y a mon copain. Aujourd’hui cela fait 3ans et demi que nous sommes ensemble et il m’a soutenu deux ans, sans relâche. Des sms, des appels, des facetime, il se contentait de deux soirées dans la semaine, mais il est resté. Je ne pense pas que j’aurai réussi à croire en moi s’il n’avait pas été la.

(Doublant uniquement) Qu’est ce qui a contribué selon vous, à votre redoublement ? Quels enseignements en avez-vous tiré pour in fine, réussir ?

Je n’ai pas pris assez d’avance en primante. J’ai perdu beaucoup de temps dans les transports. J’ai beaucoup pleuré aussi, parce que j’étais loin de ma famille et de mon copain. C’est la nouveauté. Pour tous ceux qui sont tristes de quitter leur coton familial, vous partez avec une « entorse » par rapport aux autres, c’est vrai. Mais ça va venir, vous y arriverez. Je n’aurai jamais cru y arriver, quand je me suis retrouvé seule dans mon appartement. Et pourtant aujourd’hui je vis à Marseille, avec mon copain. Ne lachez pas votre objectif des yeux, c’est la destination finale qui vous attend.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

Je ne la souhaite à personne. Les cours ne me plaisaient pas tous. J’étais frustré de ne pas avoir des années étudiantes comme les autres. J’étais en manque de ma famille, de mon copain. Constamment déprimé sauf le samedi des concours blanc où je pouvais enfin me détendre. C’est pas une année facile, ça été les deux pires années que j’ai vécu. Mais la bulle+la famille+objectif c’était ma clé. Trouvez la votre, et soyez surs de vous !
Répétez : « je serai pharmacien/médecin/dentiste/sage-femme/kiné c’est sur ! Deuxième année, j’arrive !! »

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

Très sympa comme concept! J’ai lu des témoignages pendant mes deux années, j’ai noté quelques idées de méthode. J’avais envie de partager mon vécu. Faites en ce que vous voulez, vraiment. Chacun sa méthode.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here