Carl R, en 2ème année de Médecine à Reims nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2017 – 2018, 207 places en médecine, 70 en pharmacie, 27 en maïeutique, 35 en odontologie

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

J’ai eu un bac S, spécialité mathématiques, mention bien.

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

Primant

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

Je me suis inscrit en médecine et pharmacie, mais je n’ai pas fait les TDs et ne suis pas allé au concours de pharmacie. Je suis arrivé 25ème en médecine et 12ème en pharmacie (sans le reclassement).

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

J’étais assez dilettant, les cours ne m’interessaient pas donc je n’étais pas motivé pour travailler (j’ai commencé à réviser le bac 1 semaine avant), mais j’avais quelques facilités.

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

J’habitais chez mes parents, ce qui est plus pratique pour le soutient émotionnel mais aussi pour les corvées.

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

Environ 35 minutes

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

Je dirais que non, dès le premier jour dans l’amphi le monde présent (environ 500 personnes pour un amphi et il y en a 3) m’a fait peur, de plus le cours me semblait impossible à comprendre.
C’est une atmosphère complétement différente du lycée où nous sommes encadrés, avec des devoirs et des professeurs derrière nous.
La PACES c’est comme si d’un coup on était lâché dans une fosse aux lions avec pour seul arme notre esprit et notre capacité de supporter la douleur.
En effet il faut pouvoir intégrer un maximum de connaissances en un minimum de temps, tout en supportant la pression.
De plus je n’ai commencé à aller à la BU qu’environ 1,5 mois après le début de la PACES, j’avais très peu de repères (tout comme mes amis).

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

Oui, j’ai fait un stage de pré-rentrée dans une prépa privée de deux semaines avant la rentrée.
L’objectif était de m’adapter le plus rapidement possible au rythme et surtout de trouver MA méthode de travail, tout en commençant à être dans cet esprit de compétition, qui selon moi est motivant (mais ne doit pas non plus être une obsession).

Maintenant et après réflexion je dirais que ce type de pré-rentrée peut être utile pour beaucoup car selon moi le désavantage d’un primant face à un doublant est son temps d’adaptation et son temps pour trouver sa méthode, mais je ne crois pas qu’elle m’ait été d’une grande aide, effectivement ça me permettait de connaître certains cours avant même qu’ils soient faits en fac, et le temps libre était alors utilisé pour me « reposer sur mes lauriers ».
Alors je dirais qu’il faut faire attention, et se connaître pour savoir si vraiment elle est nécessaire pour vous.

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Oui, le premier mois je faisais du tennis une heure par semaine. Puis pour les deux derniers mois du semestre 1 j’allais à la salle de sport une heure par semaine. Enfin au second semestre je faisais du badminton avec mes amis deux heures par semaine (en une fois).
Je vous recommande fortement de pratiquer une activité sportive durant l’année, elle vous permettre de relâcher la pression, voire d’externaliser la « rage » que vous ressentez vis à vis de la PACES dans un but social et glorifiant pour vous-même, bref vous aider à tenir le coup.

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Le 1er semestre je ne sortais pas, et le 2ème je ne suis sorti qu’une fois le soir avec des amis.
Néanmoins il est d’après moi important que vous vous accordiez des moments de détente, soit en sortant (une fois par mois voir une fois tout les deux semaines grand max), soit en vous arrêtant de travailler assez tôt chaque soir pour ne rien faire, mais attention je déconseille fortement de faire les deux.

Pour ma part à partir de 21h le soir je ne travaillais plus et regardais des séries ou des films jusque minuit voire plus, mais il faut que vous ayez conscience du nombre d’heures de travail dont vous avez besoin et de votre temps de sommeil optimal (c’est-à-dire ce qui vous permettra d’être en forme pour la journée suivante).

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Absolument pas, ma famille n’a aucun « contact » avec le milieu médical.

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

Environ 6h30-7h, comme je l’ai dit plus haut, le sommeil est extrêmement important. Vous n’êtes pas une machine, ne sacrifiez pas votre sommeil pour travailler (ou même regarder des séries par exemple). Mieux vaut que vous vous reposiez plutôt que de commencer à apprendre un cours à 23h que de toutes façons vous ne retiendrez pas.
Évidemment, certains préfèrent travailler la nuit ou ont des rythmes décalés, c’est à vous de voir, tant que vous dormez suffisamment.
Cependant, je me sentais toujours fatigué le matin et avais du mal à me lever.

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

4h le matin (pour assister aux cours pendant les deux premiers mois, puis à la BU ensuite quand je n’y allais plus), et 6-7h l’après-midi/soir.
Ce qui fait un total de 10 à 11 heures par jour environ.
Je tiens à préciser que je ne faisais jamais de pause, donc ce temps peut augmenter si vous ne pouvez enchaîner des heures de travail à la suite.
Rappelez-vous d’une chose malgré tout : ce n’est pas la quantité qui compte mais la qualité de votre travail, il vaut mieux travailler dix heures à fond plutôt que 13h en étant sur son portable par exemple.

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

En général je lisais une première fois le cours, puis je le lisais jusqu’à le connaître parfaitement et ensuite je le relisais le jour suivant et le jour d’après puis je faisais les annales le troisième ou quatrième jour, c’est assez basique.
Cependant cela peut varier selon les matières : pour les biostatistiques ou la physique je lisais le cours et passait directement aux QCMs car c’est l’entraînement qui est très important.
Concernant la SHS j’apprenais le cours mot pour mot : d’abord un paragraphe puis l’autre (tout en récitant à voix haute au fur et à mesure), ce qui me prenait environ une journée par cour et je le revoyais le lendemain et le surlendemain.
Il est donc important d’adapter sa méthode de travail selon les matières, c’est assez complexe de généraliser.

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Non pas du tout, je considère que c’est une perte de temps (dans mon cas), étant donné que j’avais déjà les fiches de la prépa privée et qu’elles contenaient tout ce qu’il faut connaître, donc inutile de synthétiser ce qui est déjà synthétisé par rapport au cours du professeur.

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

Au premier semestre surtout seul, puis au deuxième toujours en groupe (mis à part pour la SHS où j’avais besoin de réciter à voie haute). Je n’étais pas plus efficace en groupe mais le fait de voir mes amis me motivait et m’aidait à tenir le coup, c’est extrêmement important de garder une « vie sociale » si on peut appeler ça comme ça.

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Le matin toujours à la BU (Bibliothèque Universitaire) à partir du moment où je n’allais plus en cours, et l’après midi j’y allais mais je partais souvent aléatoirement quand j’en avais marre : ça pouvait être 14h comme 19h. De plus ça aide à garder un rythme assez soutenu, plutôt que de rester enfermé chez soi où la dépression guette.

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

Je me suis inscrit au tutorat de ma faculté mais le déconseille fortement, et également dans une prépa privée. C’est selon moi indispensable dans ma fac pour réussir sa PACES, ou du moins il est indispensable de se procurer les fiches de cours de la prépa.
Sans quoi on se retrouve défavoriser par rapport aux 80% qui en font une, c’est un énorme facteur de réussite, ce qui est bien malheureux d’après moi.

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

Oui, presque toujours dans les 100 premiers (voire 50) au semestre 1, et dans les 20 à 10 premiers au semestre 2.
Ces colles sont indispensables pour s’entraîner et se situer par rapport aux autres.

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

Non, c’est assez étonnant mais je n’ai jamais vraiment eu de retard dans mes cours (3-4 fois dans l’année mais je l’ai rattrapé en quelques jours).
Le peu de fois où ça m’est arrivé, il me suffisait de travailler un peu plus le soir, mais c’est tout.
Mais si vous avez du retard, il est inutile de déprimer parce que c’est (presque) toujours rattrapable !

Quel était votre rythme de travail ?

Très soutenu, je ne faisais jamais de pause donc j’enchaînais les heures, ce qui était assez fatiguant, mais comme j’étais vraiment intéressé par les cours, je ne voyais jamais le temps passer.
Mes seules pauses (très importantes) étaient le déjeune, le dîner, et l’arrêt de travail le soir à partir de 21h.
Sinon j’ai déjà dit plus haut combien de temps je travaillais.

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

Comme je l’ai dit précédemment, la compétition me motivait énormément, elle permet un dépassement de soi.
Néanmoins je me décrirais comme altruiste : je n’hésitais jamais à aider quelqu’un (c’est très important parce que ça permet de revoir un point que vous considérez acquis et de le revoir), ou à prêter mes cours par moment.
Comme je dis souvent, il vaut mieux se faire réussir que de faire échouer les autres.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

J’étais très stressé pour tout : que ce soit pour les colles de la prépa ou la peur d’oublier ce que j’avais appris. Et plus le concours approchait plus mon stress grandissait, et le pire était pendant la semaine de révision avant chacun des deux concours, le stress était presque insoutenable.
Il faut se dire dans ces moments que ça va passer et ne pas se lamenter sur son sort et ainsi perdre du temps.

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

Quelque fois très concentré pour prendre le cours, mais dans la grande majorité des cas très dispersé, je n’écoutais jamais rien (ce qui peut être préjudiciable), et préférais discuter avec mes amis.
Mais je recommande de ne pas faire comme moi ! (Même si c’est important de décompresser).

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

Sur ordinateur, c’est bien plus rapide et plus efficace, et en parallèle j’utilisais mon dictaphone (principalement pour les cours d’anatomie) afin de réécouter ce que j’avais manqué. Toujours pour l’anatomie il vaut mieux trouver un binôme : l’un qui prend les schémas et l’autre le cours, parce que le prof parle tout en dessinant.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

Oui bien sûr, c’est fondamental non seulement pour s’entraîner mais aussi pour apprendre un cours et le revoir !
Il est impossible de répondre à tout les QCMs du concours sans se servir des annales, en plus c’est « détendant » le soir quand vous n’avez plus d’énergie pour apprendre.

Comment était organisée votre journée ?

4h de cours le matin (ou 4h de travail à la BU), puis je prenais une pause déjeuner d’environ 1h voire 1h30, je reprends à 13h30 et travaille 6h (jusque 19h30).
Je mange ensuite jusque 20h et travaille 1h (jusque 21h). C’est assez fatiguant mais on s’y fait, à tel point qu’au bout de 2-3 mois on a même plus l’impression de travailler : c’est une routine.
A partir de 21h je me détendais en regardant des films ou des séries principalement, mais il m’arrivait aussi de lire.

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

Dormez bien (c’est vital), mangez bien aussi (faites vous plaisir, d’autant plus que le sucre stimule les capacités cognitives lorsque vous travaillez, mais attention beaucoup prennent du poids à cause du stress), faites du sport (au minimum 1h par semaine, c’est suffisant).
Arrivez motivé et surtout RESTEZ LE !!
Souvenez-vous que la déprime n’apporte rien de bon, à part une perte de temps et plus de déprime (faites comme moi et mangez des cochonneries vous serez plus joyeux ;).

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

J’ai travaillé les matières souvent délaissées par les autres étudiants : physique, mathématiques, biostatistiques etc. ainsi que les matières à petit coefficient (biologie moléculaire…).
C’est important de faire la différence sur ces matières, parce que les autres sont souvent réussies par la plupart et ne permettent pas de vous démarquer.
En bref : je visais la meilleure note pour toutes les matières, quelle qu’elle soit !
Et j’ai réussi à rester motiver et à ne pas craque grâce à mes amis surtout, c’est très important.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

C’est une année très enrichissante : j’ai rencontré plein de personnes, je me suis épanoui et j’ai pu tester mes limites.
Il ne faut pas voir cette année comme une année de sacrifice, mais plutôt être conscient de la chance que l’on a de faire de genre d’études.
Peu importe votre mention au bac, l’idée (souvent faussée) que vous avez de vous-même ou de vos aptitudes, vos moyens financiers, si vous êtes suffisamment motivés vous pouvez réussir !!
Pour ma part, je crois que cette année « scolaire » a été la meilleure jusque là, même si je pense être démenti par beaucoup sur ce point !

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

C’est un excellent site qui m’a beaucoup aidé, non seulement pour me faire une première idée de la PACES en terminale (afin d’être sûr de vouloir faire cette année difficile), mais aussi pour me motiver, notamment au travers des témoignages de ceux ayant réussi.
C’est une véritable aide qu’il ne faut pas hésiter à exploiter !