Sommaire de l'article

Aude A., en 2e année de Médecine à Besançon nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2018 – 2019, Médecine : 205 / Pharmacie : 71 / Maïeutique : 26 / Odontologie : 24

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

BAC S Spé Maths – Mention TB

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

Primante

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

Médecine : 33/900 / Odontologie : 1/188 – Classement général S1 : 66/1184

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

Bon niveau (16 de moyenne) – J’étais très assidue.

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

J’habitais seule en résidence CROUS à Besançon.

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

Environ 20 minutes en tram.

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

J’ai trouvé mes repères très facilement. A Besançon, la fac n’est pas très grande et tout est bien indiqué.
Le premier jour, allez repérer les différents amphis : à Besançon, il y en un grand et deux petits par exemple. Essayez de comprendre la répartition des salles, ça aide pour les ED et les salles de tutorat. Sinon, suivez les autres, ça fonctionne aussi haha. Ensuite, vous pourrez chercher les toilettes, les salles de travail, la cafèt’…
La bibliothèque et le RU ne sont en général pas très loin, c’est important !

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

Absolument pas ! Ça ne m’a tout simplement jamais traversé l’esprit haha !
En fait, je ne connaissais personne en année sup pour me conseiller et les quelques cours papiers que j’avais récupéré ne me disaient rien… C’est très dur d’apprendre quand on n’a pas d’explications ou quand les cours ne sont pas les siens. Et je ne regrette pas du tout !
J’ai commencé à fond à la rentrée, pas avant. Le risque, c’est de mal comprendre une information et de vous fatiguer avant le début de l’année !

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Comme beaucoup, j’ai fait une pause en PACES. Mais attention, j’ai des amis qui s’en sont très bien sortis avec une activité physique ! J’ai vécu différemment mes deux semestres :

Au S1, je n’ai absolument rien fait : j’avais peur de laisser mes cours sur le côté et je n’en avais tout simplement pas envie. Je ne voyais pas trop comment je pouvais combiner le sport et la fac. Avec le recul, je sais que j’aurais pu me dégager du temps pour ça mais j’étais stressée. Le plus important : écoutez-vous ! On culpabilise vite pour un rien en PACES.

Au S2 par contre, j’en ai ressenti le besoin : les résultats du S1 m’ont rassurés, le beau temps arrivait et je décrochais beaucoup plus rapidement de mes cours. Je me trouvais essoufflée au moindre effort alors j’ai repris tout doucement : 4 fois par semaine – du lundi au jeudi – je faisais environ 30 minutes de renforcement dans ma chambre. C’était amplement suffisant pour moi : haltères, lests, élastiques, tapis, baskets… il en faut peu pour faire de bonnes séances !

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Là encore, c’était pas très dynamique mais rassurez-vous, c’est pour tout le monde pareil. J’ai été fêter les anniversaires de mes amis (peut-être 3 ou 4 fois) : je travaillais bien avant et ensuite je profitais du moment, je ne me fixais pas d’heure limite pour rentrer mais je me forçais à être debout à 10h le lendemain. J’ai été plusieurs fois au restaurant avec mes parents le week-end et plus rarement en semaine avec des amis. Ce sont des moments importants pour ne pas devenir fou haha !
Dîtes-vous bien que vous êtes humains et que c’est normal de sortir et de se reposer : Vous avez un repas de famille ce week-end ? Votre voisin d’amphi en aura peut-être un la semaine d’après ! Vous êtes aller au cinéma avec votre copain/copine hier soir ? Vous n’êtes pas le/la seul(e) !
Ce que j’aimais particulièrement c’était regarder un épisode d’une de mes séries en mangeant, surtout le soir ! C’était mon petit moment de détente de la journée. Le dimanche aussi, quand je rentrais de chez mes parents, j’avais toujours un peu le moral dans les chaussettes alors je regardais un film ou un reportage pour me reposer avant de recommencer la semaine.

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Non. Et en avoir ne joue pas sur vos chances de réussite en PACES.

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

J’ai besoin de 8h de sommeil.
Au S1, je dormais donc de 22h30 à 6h30. Je faisais vraiment attention à respecter ça. On ne le dira jamais assez : le sommeil c’est important.
Au S2, j’ai changé de résidence CROUS, j’étais plus proche de la fac alors je me levais à 7h, je me couchais entre 23h et minuit.

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

Encore une fois, chacun son rythme.
Au S1, je travaillais 10h par jour en comptant les 4h de cours du matin, parfois 12. Le vendredi, comme je rentrais chez mes parents, c’était un peu moins. Et le week-end, j’essayais de travailler 8h.
Au S2, c’était très aléatoire : je pouvais travailler 6h comme 8, 10 ou 12. J’étais très fatiguée et avec le beau temps et les gens qui sortent, j’avais plus de mal à me motiver et à me concentrer.
Quand vous relisez 3 fois une phrase sans la comprendre, faites une pause.

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

En cours, le but est d’être attentif et de surligner les premières infos importantes. J’avais un code couleur qui m’aidait à séparer les différents types d’informations. Je notais aussi dans un petit agenda type semainier l’ordre des cours (par exemple : UE1/UE2/UE3) que j’avais eu le matin et je complétais avec les cours/QCM que je devais revoir/faire : c’est simple mais ça me permettait de voir en rentrant ce que j’avais à faire. Je surlignais en vert quand c’était fait et en rouge quand ça ne l’était pas, je ne surlignais pas quand c’était incomplet. Comme ça je pouvais avoir une vue d’ensemble de ma semaine quand arrivait le week-end.

Avant toute chose, je commençais par faire le plan de mon cours, ou de la partie de cours vue. Rien de plus simple : je prenais une feuille blanche et j’écrivais la matière, l’item, le numéro du chapitre et le nom du prof. Ensuite je reprenais mon cours pour en écrire le plan. Comme ça, je pouvais apprendre partie par partie et mettre en évidence celle(s) qui me posai(en)t problème. C’est du temps de gagné d’avoir un cours structuré et de savoir dans quel ordre les informations sont données.

Ensuite, je lisais à voix haute encore et encore chaque paragraphe jusqu’à ce que tout me semble logique. L’avantage de lire à voix haute, c’est qu’on remarque tout de suite quand quelque chose n’est pas compris. Je ne récitais pas par cœur, je relisais jusqu’à pouvoir expliquer à quelqu’un avec mes mots le contenu de la partie.

Un chapitre n’est pas toujours terminé en une matinée mais vu en 3 fois par exemple. Dans ce cas, je reprenais à chaque fois depuis le début avant de rajouter la partie manquante. Certes, quand il faut reprendre les 3/4 du chapitre avant de compléter avec le quart restant, c’est très long mais c’est très efficace. Le fait de reprendre à chaque fois depuis le début permet de lire le cours un grand nombre de fois ! De cette façon, j’avais toujours en tête l’ensemble du cours.

Après, il s’agit de relire les cours au fur et à mesure du semestre. La méthode des J est très célèbre mais elle me paraît contraignante. J’avais donc une méthode toute simple :
– Lundi : jour de l’UE1
– Mardi : jour de l’UE2
– Mercredi : jour de l’UE3
– Jeudi : jour de l’UE4 (Je rentre chez mes parents le vendredi)
Pendant deux heures, je reprenais les chapitres du plus ancien au plus récent et j’y passais le temps que j’avais besoin. Pour les matières à calculs, je faisais des QCM ou des ED. Ainsi, je faisais mes tours à mon rythme. Si j’étais trop fatiguée ou que je n’avais pas terminé les cours du jour (la priorité!), je relisais juste les plans ou faisais quelques QCM. Le samedi et dimanche matin je revoyais tous les cours de la semaine et le dimanche après-midi je refaisais les interros du tutorat, les ED et j’ajoutais quelques QCM.

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

UE1 : Pour chaque chapitre où c’était nécessaire, je prenais une feuille blanche et recopiais les réactions à connaître ou les cycles. Une fois que je connaissais bien le chapitre, je n’avais plus qu’à relire ces fiches ! Si vous avez une mémoire visuelle, c’est parfait ! C’est tellement plus simple d’avoir le cycle de Krebs sur une feuille blanche avec des couleurs différentes pour les enzymes, les réactifs et les produits par exemple !

UE2 / UE5 / UE6 : J’utilisais des post-it. Certains chiffres et détails sont importants. Il y a parfois quelques listes à connaître. Je recopiais sur un post-it la liste et le collais à l’endroit correspondant du cours : au moment de le relire, j’essayais de réciter ce qu’il y avait sur le post-it.

UE3 : Les fiches de formules sont indispensables (a début au moins) : ça permet d’avoir toutes les formules importantes à portée de main et de les relire rapidement.

UE4 : A Besançon, nous avons le droit d’avoir nos cours avec nous au concours. Pour ne pas emporter avec moi mon classeur, j’ai simplement fait des fiches de formules et d’utilisation des tables de tests statistiques.

UE7 : Rien. Il faut tout connaître en SHS !

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

J’ai toujours travaillé seule. Je peux aller à mon rythme, faire des pauses quand je veux. Mais, si j’avais des questions, je ne me privais pas d’envoyer un message à des amis.

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

J’ai tenté d’aller à la bibliothèque en début d’année. Elle était toujours pleine, je ne me sentais pas à ma place. Tout le monde bosse sur le même truc que vous et dans le même but que vous. En fait, ça me stressait et j’étais la plupart du temps déconcentrée. J’y suis donc allée 3 fois la semaine de la rentrée avant de rester chez moi définitivement.
Je sais que pour certains, travailler à la BU permet de rester motivé, alors essayez !
Chez moi je me sentais plus à l’aise pour lire à haute voix, manger, marcher un peu, etc…

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

J’étais uniquement au tutorat. Les prépas ça coûte cher et ça demande du temps. Je n’aurais pas pu gérer les deux.
Le tutorat a été amplement suffisant pour moi : c’est gratuit, les tuteurs sont extrêmement dévoués et sont toujours à l’écoute. Deux fois par semaine, nous avions des interros sur deux matières différentes et le choix du créneau (lundi ou mardi pour la première et jeudi ou vendredi pour la seconde). Il y avait aussi des permanences pour poser ses questions et des séances spéciales sur une matière en particulier (des séances pour la chimie orga, d’autres pour les tests statistiques ou encore pour l’UE3 et l’UE7). Au tutorat, aucune pression, personne ne regarde si vous êtes là ou pas, vous êtes libres de ne pas rendre votre feuille, d’assister ou pas à la correction, etc…
Je pense que le tutorat suffit quand on est autonome, bien organisé et que l’on sait se motiver à travailler seul. Au contraire, si vous avez besoin d’être cadré, d’avoir des séances fixes et des cours déjà rédigés, la prépa peut vous être utile.

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

Alors oui, j’étais bien classée aux colles du tutorat. Les premières séances, pas d’inquiétude ! C’est normal d’être un peu loin du NC.
Petit à petit, j’ai commencé à améliorer mes classements jusqu’à me maintenir dans le NC ! Bien sûr, cela dépend aussi des matières : en UE3 j’ai dû y être une seule fois haha !
Les classements sont un bon moyen de se repérer, ils ont été particulièrement représentatifs pour moi (15 places d’écart à chaque fois entre les partiels blancs et les concours).
Attention cependant à ne pas se concentrer que là-dessus : un bon classement fait très plaisir mais il arrive aussi d’être déçu…
Ne révisez pas que pour les colles, soyez constants dans vos révisions.

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

Pour moi, il y a le vrai retard et le faux retard haha.
Le vrai retard : vous allez vous coucher sans avoir ouvert la totalité de vos cours du jour.
Le faux retard : vous avez survolés certains chapitres, quelques uns ne sont pas totalement compris.
Je n’ai jamais eu de vrai retard : je m’efforçais chaque jour de terminer la journée en ayant relu l’intégralité des cours. Si jamais vous avez du retard, vous pouvez toujours profiter du week-end pour y remédier.
Pour le faux retard par contre, c’était souvent et c’est normal ! On ne peut pas tout apprendre par cœur en un après-midi ! Les relectures sont justement là pour ça !

Quel était votre rythme de travail ?

Mon rythme était soutenu. Il faut essayer de rester concentré et pour ça les pauses sont importantes.
Le matin, j’allais à la fac, ça permet de voir du monde, d’entendre le cours une première fois et d’intégrer les premières informations.
L’après-midi, je reprenais les cours dans l’ordre, avec 5 minutes de pause entre chacun. Je prenais une pause un peu plus longue pour goûter.

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

J’étais altruiste. La compétition c’est avec soi-même.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

Deux sentiments différents au S1 et au S2.
Au S1 : stressée et peu confiante mais arrivée au concours plutôt décontractée, je savais que j’avais tout donné et que mes partiels blancs étaient bons.
Au S2 : décontractée, j’avais confiance en mon travail, j’étais plus fatiguée, je voulais que l’année se termine mais je continuais de faire des efforts. Par contre, arrivée au concours, j’étais fin stressée ! Je me disais que c’était déterminant, que je ne pouvais pas tout gâcher, etc !

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

Tout dépend du cours haha. Certains sont très intéressants, d’autres moins. Dans l’ensemble, j’étais concentrée mais je m’autorisais à parler avec mes amies parce que c’est le moment de la journée où on peut poser des questions, savoir comment vont les autres…

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

J’avais récupéré les cours sur ordinateur et tout imprimé avant la rentrée. Quand les cours ne changeaient pas, il me suffisait de surligner directement le cours, quand il changeait, je prenais l’ordinateur. Je n’ai pas acheté de dictaphone, utilisez la fonction de votre téléphone. Prenez aussi des photos des diapos si vous avez besoin !

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

Les annales, c’est indispensable ! A Besançon malheureusement, seules les annales du tutorat sont disponibles, les profs ne les publient pas. Mais si vous les avez, profitez !
S’entraîner et encore s’entraîner c’est la clé ! Pour les exercices, ça permet d’acquérir des automatismes et pour les autres matières, ça permet de repérer les questions souvent posées, les détails souvent demandés, etc…

Comment était organisée votre journée ?

7h00 : Réveil
7h45 : Arrivée à la fac
8h00 : Début des cours
12h – 13h/14h : Repas
13h /14h – 20h : ED + Révisions avec une pause pour le goûter vers 17h
20h : Douche + Repas
21h – 22h30 : Révisions
22h30 : Dodo

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

Ecoutez-vous. Vous êtes fatigués ? Dormez. Vous avez besoin d’une pause ? Prenez-là. Vous avez envie de bouger ? Faites du sport. Vous voulez aller fêter l’anniversaire de votre ami(e)? Allez-y.
Vous avez un copain/une copine ? Prenez du temps pour elle/lui. Vous voulez rentrez chez vos parents tous les week-ends ? Faites-le. C’est super important. Au premier semestre, j’avais beaucoup de mal à lâcher mes cours, je ne m’accordais aucune grasse-matinée alors que j’en avais besoin. Au deuxième, tous les dimanches, je coupais mon réveil et mes résultats n’étaient pas moins bons ! Faites ce qui est le mieux pour vous et ne vous comparez jamais aux autres.

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

Je ne pense pas avoir de recette miracle pour réussir mais j’ai relu mes cours un nombre incalculable de fois. Je n’attendais pas les révisions pour faire mes tours de relecture. Et puis surtout, je n’ai fait aucune impasse, vraiment aucune. Et ne pas apprendre bêtement, mais comprendre, c’est la clé.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

C’était dur, j’étais très exigeante envers moi-même et avec le recul, je pense que j’aurais pu m’accorder plus de temps libre. Je pleurais souvent et me sentais seule, c’est pour ça qu’il faut s’avoir bien s’entourer et que vous pouvez faire appel à votre famille ! En fait, ce n’est pas la quantité de travail qui est terrible, c’est plutôt les conditions qu’il faut accepter : un concours avec un NC, des étudiants qui veulent la même chose que vous… La PACES est une année très (très) fatigante mais qu’est-ce qu’on est fier quand on réussit ! Rien que pour ça, elle en valait la peine.

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

Ce site, je l’ai découvert en septembre, en cherchant des témoignages. C’est tellement agréable de lire tous ces commentaires : on est tous différents et il y a autant de façons de travailler que d’étudiants ! C’est très rassurant et motivant ! Chaque jour, avant de dormir, j’en lisais quelques uns. C’est un bon moyen de peaufiner sa méthode d’apprentissage.

1 COMMENTAIRE

  1. Merci pour tes conseils. Je trouvais la méthode des j trop contraignante et je n’avais pas d’autres alternatives mais grâce à ton témoignage j’ai trouvé ma méthode !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here