Anaïs P., en 2ème année de Médecine à Bordeaux nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2016 – 2017, 340

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

Bac S, spé SVT, mention très bien

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

Doublante

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

Uniquement médecine, en primante : 1er quad = 1265, 2nd quad = 752, et en doublante : 1er quad = 382, 2nd quad = 273

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

Plutôt assidue, j’avais plus ou moins une certaine « méthode de travail » mais je me reposais encore beaucoup sur mes capacités, particulièrement dans les matières littéraires

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

Toute seule en appart

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

Environ 10 minutes à pied

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

Honnêtement oui, la fac de médecine de Bordeaux n’est pas immense, plutôt bien faite et bien indiquée. Il m’a fallu une petite semaine pour repérer les différents amphis et salles d’ED, mais après aucun problème, et au pire du pire, on pouvait toujours demander à d’autres étudiants.

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

En primante, pas du tout ! On m’avait passé les cours, mais je ne savais pas du tout par quoi commencer, tout me semblait si « flou », sans avoir eu le cours physique en amphi, donc j’ai préféré en profiter à fond et je le recommande vivement, en primant pour moi cela ne sert strictement à rien si ce n’est se faire peur et perdre du temps que l’on pourrait consacrer à s’amuser. Croyez-moi, la rentrée arrive bien assez tôt ! La semaine de pré-rentrée du tutorat était largement suffisante pour commencer à se mettre dans le bain.

En doublante par contre, dès mi-juin après les résultats, j’ai ultra bien rangé tous mes cours, j’ai fait le tri dans tout pour que tout soit absolument carré, j’ai acheté des classeurs avec une couleur par matière, j’ai vraiment tout mis en ordre et jeter les choses inutiles.

En juillet, j’ai ensuite essayé de travailler l’UE 3, ma bête noire, en refaisant des fiches au propre et en m’entraînant sur les calculs, j’ai aussi essayé de lire quelques chapitres d’anat, mais j’ai vite abandonné. Je crois maintenant que c’était plus pour me rassurer qu’autre chose, je ne pense pas que cela ait fait une différence sur mon travail dans l’année par la suite. Je ne suis pas vraiment sûre que ce soit utile, en tout cas ce qui est certain, c’est que si vous voulez travailler, bosser le plus léger possible, n’abusez pas et ne vous bourrez pas le crâne, c’est inutile. D’ailleurs, lors de mon année de doublante, tous les cours d’UE 3 ont changé, mes fiches se sont donc avérées complètement inutiles…

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Initialement, n’étant pas une grande sportive, pas du tout ! Mais à la fin du premier semestre de primante j’ai commencé à aller nager, chose que j’ai poursuivie tout le second semestre : j’allais nager 45 minutes tous les samedis matins. En doublante par contre, j’ai très vite abandonné parce qu’ayant un copain, je ne m’accordais qu’une seule pause dans le mois, c’est-à-dire un week-end avec lui, alors en ajoutant la piscine, cela aurait fait beaucoup trop de perte de temps.

Je ne le regrette pas, mais j’avoue que ça m’a vraiment manqué, surtout au second semestre, d’ailleurs à la fin, aux dernières révisions, j’allais faire du vélo 30 minutes tous les jours, et oui, même pendant les révisions ! Et clairement, ça m’a sauvée.

Essayez vraiment de conserver une activité physique qui vous corresponde (moi par exemple je n’aimais pas du tout courir, d’où la natation) mais qui puisse s’adapter aux contraintes de la PACES, et pour les non sportifs comme moi, trouvez-vous une petite activité physique par semaine, je pense que c’est très important à la fois pour le moral et l’hygiène de vie.

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

Comme je l’ai déjà dit, en doublante, uniquement mon copain que je voyais environ une fois par mois sur un week-end, cela dit même quand il était là, j’essayais de travailler 6 à 8h par jour, on sortait alors le soir (restau ou ciné ou les deux), ou on restait à l’appart mais on regardait un film. En dehors de ça, rien d’autre en doublante, mais en primante par contre, je regardais une série tous les samedis soirs avec ma mère (en plus de la piscine, ce qui réduisait pas mal d’heures de travail, d’où la suppression en doublante..).

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Absolument pas, simplement ma mère qui travaille dans le milieu médical comme elle est infirmière, mais ma volonté de faire médecine n’avait rien à voir avec elle.

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

Au GRAND MINIMUM 8h ! Et j’en avais ABSOLUMENT besoin. Je sais que cela revient dans tous les témoignages, mais ce n’est pas du tout un mythe : le sommeil en PACES, c’est vraiment primordial, il ne faut surtout pas se négliger. Si vous êtes un grand dormeur comme moi, ne supprimez pas vos heures de sommeil que vous pensez « en plus » !

Organisez toujours votre emploi du temps de telle sorte à ne surtout pas avoir à prendre sur votre temps de sommeil. Je complétais également dans la journée avec des mini siestes de 20 minutes, beaucoup en primante mais moins en doublante, d’ailleurs peut-être à tort.

On ne le dira jamais assez, une hygiène de vie stricte en PACES c’est très important, et ça passe tout d’abord par le respect des heures de sommeil ! Enfin, n’oubliez pas que pour un adulte normal, la durée optimale de sommeil par nuit est de 8h.

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

Environ 9h, c’était mon nombre d’heures optimal. Je parle en doublante, parce qu’en primante, j’avais du mal à évaluer ce genre de choses, d’ailleurs je calculais plus mon nombre d’heures, que ma qualité de travail, ce qui est parfaitement stupide, encore un énorme mythe de la PACES. Je n’ai jamais fait 14h de travail, au grand jamais, même pendant les révisions. En doublante, je me suis rendue compte que 9h était mon temps optimal pour une journée sans cours, que ce soit une journée de révisions ou un samedi normal.

Lorsque j’avais cours, le nombre d’heures augmentait, mais c’était moins lourd, puisque les cours en amphi, le tutorat ou les ED ne peuvent pas être véritablement considérés comme du travail perso, c’est vraiment différent, c’était une sorte de « pause » presque, tout en travaillant quand même bien sûr. Je ne saurai pas estimer mon temps de travail quand j’avais cours, mais je sais que je pouvais facilement atteindre les 12h.

Je sais que ça peut sembler complètement paradoxal, mais c’était ma meilleure façon de travailler, et visiblement ça a fonctionné !
La seule chose à retenir est de toujours privilégier la QUALITE à la QUANTITE.

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

Tout retaper à l’ordi. Absolument tous les cours, sans aucune exception. Je retapais tout tout tout, quel que soit la qualité du diaporama, même s’il y avait tout écrit dessus noir sur blanc, même s’il était clair et bien présenté, peu importe.

Il me fallait absolument tout retaper avec ma mise en page qui m’était bien particulière, mes en-têtes mes couleurs, ma police, ma taille, etc etc etc. Je suis extrêmement maniaque sur mes cours, j’y ai passé un temps fou, pleins de gens autour de moi me disaient d’ailleurs que j’avais tort, mais ce n’est pas vrai du tout ! C’est eux qui avaient tort, car c’est ma méthode qui m’est propre, et qui marche pour moi. Je l’ai découverte et améliorée au fil de ces 2 ans, mais la base est restée la même.

Le fait de retaper (à la base au lycée, je ré-écrivais tout à la main mais en PACES c’est juste impossible, enfin pour moi c’était beaucoup trop, donc j’ai troqué mes stylos contre l’ordi) et de mettre en page m’aidait à retenir : je tapais un paragraphe, puis je le relisais, pour souligner, mettre en gras, etc tout ce qui me semblait le plus important.

C’était une lecture faite par mon cerveau qui permettait vraiment de faire le tri dans les informations, de classifier quelque part l’importance des données que l’on nous apportait. En anat, comme nous avions des polys, effectivement là de tout retaper aurait été une grosse perte de temps, donc je surlignais tout avec un code couleur et je coloriais tous mes schémas.

Ce qui était essentiel pour moi, c’est d’avoir quelque chose de très visuel, avec des méthodes très codifiées, pour habituer mon cerveau à voir toujours le même format de cours, il fallait que mes cours soient presque des « chef-d’oeuvre » (j’exagère mais c’est le principe), qu’ils soient vraiment agréables et beaux à voir, pour que je puisse bien les apprendre.

Il y avait parfois des matières où je ne faisais qu’exclusivement des fiches manuscrites (typiquement l’UE 4, c’est-à-dire les stats), mais la majeure partie du temps c’était à l’ordi.

Après cette grosse étape de dégrossissage, pour revoir et revoir les cours, ma méthode, vu que la simple lecture m’était insuffisante, c’était de le lire à voix haute, et de l’expliquer (au mur bien souvent) avec mes mots, comme si j’étais devant une salle entière d’étudiants, pour le rendre clair. Je partais du principe qu’à partir du moment où j’étais capable de le ré-expliquer avec des mots plus simples, de faire des liens avec d’autres notions vues dans d’autres matières, alors c’est que j’avais compris et donc que je retenais.

Je travaillais également beaucoup à l’ardoise, pour les calculs, ou pour prendre des notes en relisant sur les choses sur lesquelles je butais.

Dernière chose : le gros gros gros mythe que l’on vous dira sur la PACES, c’est qu’il suffit d’apprendre bêtement. ENTIEREMENT FAUX DE CHEZ FAUX ! C’est d’ailleurs ce qui a fait la différence entre mon année de primante et de doublante : le cerveau retient mille fois mieux quelque chose qu’il a pris le temps de comprendre, qu’apprendre quelque chose bêtement sans y mettre du sens derrière, ce qui vous obligera à y repasser bien plus de fois que si vous aviez tout d’abord « perdu » du temps à le comprendre, au final = GAIN DE TEMPS et on sait qu’en PACES, le temps c’est précieux (et même en anat, il y a des choses à comprendre..).

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Oui absolument, je suis très fiches, j’en faisais déjà beaucoup au lycée sur des bristol, mais en PACES, j’ai abandonné ce format, il me plaisait beaucoup moins, j’avais pas toujours envie d’écrire à la main. Si je faisais des fiches à la main c’était sur des bristol format A4, et c’était exclusivement pour l’UE 4 ou la chimie orga. J’ai bien sûr fait pleins de fiches chrono pour l’embryologie, etc etc.

Donc mes fiches c’était une moitié à la main, et une moitié à l’ordi. Pour l’ordi, j’essayais, quel que soit le cours, de réduire à un format maximum de 2 pages : là aussi, gros mythe, en PACES, faut savoir tout sur tout sur tout. En passant de primant à doublant, on arrive à faire le tri entre ce qui tombera à quasi coup sûr et ce qui ne tombera quasiment sûrement jamais. Encore une fois, je misais tout sur le visuel !

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

Toujours toute seule, je n’arrivais pas du tout à travailler en groupe, j’avais toujours envie de discuter, pour compenser quand j’étais seule à l’appart.

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Toujours chez moi aussi, je n’ai jamais trop aimé la BU, je préférais être le plus à l’aise possible, assise comme je voulais, dans mon lit si je voulais, en pyjama si je voulais, pouvoir manger quand j’avais envie etc etc etc.

De plus, la plupart du temps, la majeure partie du temps même, je travaille en musique, et je préfère pouvoir la mettre librement en fond sonore qu’avec les écouteurs. Et surtout, les gens qui travaillent à la BU m’angoissent, j’ai toujours l’impression de faire moins bien, d’être observée et jugée, ou de pas travailler assez ! (Paranoïa bonjour)

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

Au tutorat les 2 ans, et JE RECOMMANDE SURTOUT LE TUTORAT ++++
Evidemment premièrement, j’ai choisi le tutorat pour l’aspect financier. Ensuite, parce que le tutorat de Bordeaux est le meilleur de France. Et quand le choix a été fait, je n’ai jamais regretté au contraire. Les tuteurs m’ont énormément aidée et soutenue, certains sont devenus de véritables amis, je n’aurais jamais pu réussir sans eux et leur soutien !

Ils font un travail exceptionnel, et enfin, les colles du tutorat sont plus représentatives de ce qui peut tomber au concours (pas toujours certes mais quand même) parce que ce sont les profs eux-mêmes qui les relisent, pour la plupart.

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

En primante pas du tout, j’étais complètement dans les choux, au 1er quad toujours dans les plus de 1000 et au 2nd quad, j’étais au mieux 700 et quelques mais jamais plus. En doublante par contre, au 1er quad, j’étais toujours dans les 500 premiers et au 2nd quad, dans les 200 premiers.

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

En primante, au 1er quad principalement, j’en avais beaucoup mais je ne le réalisais pas. On m’avait tellement dit que pour les primants la différence se faisait aux révisions, que j’étais persuadée que ce n’était pas grave et que je rattraperais tout aux révisions.
Donc je me berçais vraiment d’illusions puisque je suis arrivée au concours avec certains cours que j’avais à peine du lire une seule fois (mais malgré tout, j’avais au moins lu chaque cours 1 fois, et pour la majorité, bien plus, heureusement).

Au 2nd quad, j’étais beaucoup plus à jour par contre, et le retard que j’avais, je savais exactement quand le rattraper (par exemple, on a fait la bioch métabo en janvier, et je ne l’ai apprise qu’en mars car je savais qu’on avait pas cours pendant une semaine). Pendant les révisions, j’ai appris pour la 1ère fois beaucoup moins de cours, d’où ma progression bien sûr. Mais globalement en primante, je conservais un retard assez conséquent quand même, malgré l’amélioration du 2nd quad.

En doublante par contre, j’en avais vraiment peu, et là pareil, ce que j’avais, je m’étais fixée des jours pour le rattraper. Et je me suis accordée au premier quad, le premier week-end des révisions pour tout rattraper, ce qui ne m’a pas handicapée pour le concours du tout.

Au 2nd quad, je l’ai accumulé (c’était un retard relatif quand même il n’était pas énorme) les 2 premiers mois comme les cours s’enchaînaient beaucoup, mais vu que les 2 derniers mois on avait presque plus cours, là en revanche le retard était largement rattrapé pour les révisions, et les cours vus vraiment au moins 3 fois chacun avant les révisions.

Quel était votre rythme de travail ?

C’était un rythme soutenu, certes, mais je le sais, moins que beaucoup d’autres étudiants en PACES, car j’ai du mal à bosser un temps très long, je préfère travailler moins mais mieux. Ce qui a fait ma force je pense, c’est surtout ma régularité dans mon rythme, je n’ai jamais passé un jour de PACES sans travailler, même si ce n’était que 2 ou 4h (et c’était rare, je faisais très souvent un nombre d’heures stable) !

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

Je ne suis pas du tout quelqu’un de compétitif au contraire, et j’ai tendance à donner facilement mes cours quand on me le demande, ce qui est, triste à dire, une mauvaise idée… J’ai été dans la compétition uniquement le dernier semestre de doublante, comme je n’étais pas dans le numerus, je n’avais pas à conserver ma place mais à la prendre à quelqu’un, on est donc obligés d’être compétitif dans ce cas-là. Mais cela n’a jamais été de la compétition méchante.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

En primante, étonnamment, très très calme, alors qu’il y aurait mille raisons de stresser (nouvelle ville, l’appart, quitter mes parents pour la première fois, etc.) et que j’étais à la base quelqu’un de très anxieux, sujette très régulièrement à des crises d’angoisse.

En doublante, par contre, excessivement stressée, mais ce fut quand même un stress positif qui me poussait vers l’avant, même si le deuxième quad a été très dur mentalement pour moi comme je n’étais pas dans le numerus (et que j’étais persuadée d’y être comme j’avais un très bon classement au CCB).

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

Ouh la la la.. Très très dispersée. Je n’arrivais à écouter que les cours qui m’intéressaient et où le prof était captivant (nombre restreint à cause de l’absence de captivité donc). Le pire était en primante évidemment, en doublante un peu moins mais guère mieux. J’avoue avoir eu de la chance que cela ne me pénalise pas.

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

Sur ordinateur uniquement, début primante j’utilisais le dictaphone que j’ai très vite abandonné, j’arrivais à taper suffisamment vite pour réussir à taper le moindre détail, et la ré-écoute des passages manquants me prenait trop de temps. Comme j’avais déjà les cours, il y en avait peu qui changeait et ceux qui changeaient la plupart du temps avaient tout sur le diapo donc aucun problème.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

ABSOLUMENT OBLIGATOIRE ET INDISPENSABLE ! J’en ai fait quel que soit mon niveau, primante ou doublante, et évidemment je les ai multipliées en doublante à l’extrême, je connaissais celles d’anat par coeur, et c’est hyper important d’en faire un nombre très très important parce que certaines matières ne tombent QUE sur les annales, et pour celles à calcul par exemple, c’est un entraînement réellement primordial. Donc les annales, c’est juste capital.

Comment était organisée votre journée ?

Journée de cours normale (en admettant être du matin) :
Lever : 7h15 (mais réveil à 6h50) JAMAIS AU GRAND JAMAIS je n’ai travaillé avant d’aller en cours le matin !
8h30-12h45 : Cours en amphi
13h – 14h : Repas devant une série (Astuce : Je re-regardais des séries que je connaissais déjà pour ne pas avoir envie d’enchaîner 3 saisons sur 3 jours..)
14h-20h : Boulot perso, entrecoupé par des pauses aussi souvent que nécessaire, souvent environ 2 x 20 minutes.
20h – 21h : Douche, repas devant une série
21h-22h30 : Boulot
22h30-22h45 : Lecture, Facebook, etc etc etc pour m’aérer l’esprit avant de dormir
22h45 : Dodo

Pour une journée de révisions la même avec 8h30 (ou 8h) – 12h45 (pause à 11h ou 11h30), et 14h – 20h (pause à 16h environ et 19h) et enfin 21h30 – 22h30.

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

Une citation de Grey’s anatomy qui m’a un peu servi de mantra pendant 2 ans résume parfaitement ce qu’un étudiant en PACES doit se répéter constamment, je vous l’offre :

 » Un chirurgien doit toujours être prêt à échouer. Et en neurochirurgie, avec les grosses tumeurs, on perd plus de batailles qu’on en gagne. La clé pourtant, qu’on gagne ou qu’on perde, est de ne jamais lâcher. La seule façon de lâcher est de ne pas se battre. Alors on se bat, jusqu’à ne plus pouvoir le faire.
Relevez la tête, entrez dans l’arène, et affrontez l’ennemi. Battez-vous jusqu’à ne plus pouvoir le faire. Ne renoncez jamais. N’abandonnez jamais.  »

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

Ma volonté et ma détermination : à aucun moment, même lorsque j’ai fini 1265 au premier semestre de primante je n’ai cessé d’y croire. Absolument jamais. J’ai toujours gardé en moi l’espoir d’y arriver et la volonté de réussir, et c’est ce qui m’a sauvée. Bien plus que n’importe quelle capacité intellectuelle.

(Doublant uniquement) Qu’est ce qui a contribué selon vous, à votre redoublement ? Quels enseignements en avez-vous tiré pour in fine, réussir ?

Un énorme problème de méthode : au premier semestre de primante, j’ai écouté tout le monde sauf moi. On me disait de faire comme ci ou comme ça, que ce que je faisais était une perte de temps, qu’il fallait que j’apprenne en lisant uniquement et pas autrement. La différence s’est faite le jour où j’ai compris qu’il n’y avait que MA méthode qui marcherait pour MOI. En doublante, je n’ai écouté que mon intuition, je suis restée très organisée et j’ai essayé de comprendre avant d’apprendre.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

Magnifique. Extrêmement difficile, l’enfer sur Terre, l’envie de crever tous les 2 jours, se sentir gros, moche et con. Mais au final, lutter pour un objectif sublime : être médecin (ou dentiste, ou sage-femme, etc.), sauver des vies. Alors magnifique, parce que réussir à garder une volonté pareille pour réussir c’est admirable. Donc bravo d’être là, les gars, si vous me lisez et que vous en avez marre, n’abandonnez rien, jamais ! Si j’ai pu le faire, vous pouvez le faire, c’est certain.
Magnifique enfin car on apprend tellement sur soi que cela en est déroutant. Je ne regrette absolument rien.

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

Excellent pour se remonter le moral, je lisais les témoignages entre 2 cours pour trouver des profils similaires au mien et me rassurer.

14
2017-08-13T17:39:15+00:00 13 août 2017|Categories: Bordeaux, Doublant, Les témoignages, Médecine|0 commentaire