Sommaire de l'article

Alexandre L, en 2ème année de Médecine à Tours nous parle de son parcours et du vécu de sa PACES

Quelle année était votre PACES, quel était son numerus clausus ?

2016 – 2017, 255 en médecine

Votre bac, votre spécialité et votre mention ?

Bac S spé Physique, mention Très Bien

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?

Primant !

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?

Concours médecine seulement, classé 100ème

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?

J’étais un élève assidu avec de bons résultats

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?

J’habitais seul, à quelques minutes de la fac!

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?

Moins de 5min à vélo

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?

À Tours le bâtiment pour les PACES est séparé du reste de la Fac. Il comporte 2 amphis de 400 places et d’autres salles plus petites. Il est donc très facile de s’y repérer, d’autant plus que si vous faites la pré-rentrée proposée par le tutorat, une visite du bâtiment est organisée. Comme il n’y a que 2 amphis, aucune chance de se perdre, quant aux petites salles (type classe de lycée) elles ne sont utilisées par les PACES que lors des ED (enseignements dirigés) organisés par la fac ou le tutorat.

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?

Je n’ai pas travaillé les cours l’été avant la rentrée en PACES pour plusieurs raisons :
-La plus évidente, je n’avais pas ces cours ! Je ne connaissais personne à la fac qui aurait pu me prêter ses cours, et ils ne sont bien surs pas disponibles sur internet (quoique peut être en vente sur le bon coin mais je ne pense pas que ce soit une dépense intelligente)
-Même si j’avais ces cours, les travailler aurait été inutile et inefficace selon moi : lorsqu’on est seul chez soi (pendant les vacances en plus) on est pas du tout dans les conditions qu’on retrouve pendant l’année. On ne réalise pas encore les enjeux que l’année représente comme on est pas dedans, donc on a pas la pression ni la motivation de se plonger à fond dans ses cours !

Alors pourquoi ne pas simplement les survoler si on ne les bosse pas à fond ? Parce que passer son été à « survoler » de tels cours serait inefficace, tout simplement parce que les cours sont difficiles et denses ! Vous n’en retiendriez que quelques détails, et encore retenir est un grand mot car sachant que vous ne disposeriez pas encore de la régularité nécessaire, ces notions seraient vite oubliées !
-La dernière raison est que j’avais décidé de m’inscrire à la pré-rentrée proposée par le tutorat : c’est selon moi une alternative bien plus bénéfique que de passer son été à « travailler » des cours seul chez soi.
=> LA PRÉ RENTRÉE : elle dure 2 semaines, fin août. Les cours sont dispensés par les tuteurs, qui ont donc déjà assisté à ces cours et qui sont donc aptes à les expliquer. La pré-rentrée regroupe environ 500 personnes je crois, cela met donc doucement dans le bain de l’année (même si elle a lieu dans la « vraie » fac, vous serez donc séparés par groupe de 30-35 dans des salles ou des petits amphis et pas 500 tous ensemble). Vous aurez 2 journées de colles qui vous permettront de commencer à vous familiariser avec le mode d’évaluation de la PACES. Le but n’étant pas d’être bien classé mais de simplement comprendre le fonctionnement et les astuces relatives aux QCM dans les différentes matières.

En bref la pré rentrée sert seulement à vous familiariser au rythme de la PACES (comment organiser vos journées), à essayer différentes méthodes de prises de notes (ordinateur, à la main, dictaphone ou non…), à mettre en place des méthodes de travail, et tout cela sans stress car vos classements n’ont aucun impact sur votre année. C’est donc une période « test » dont il faut profiter un max.

Pour conclure, je crois qu’il faut reserver l’énergie dédiée au vrai travail des cours lors de l’année en elle même et pas avant (que ce soit pendant les vacances ou lors de la pré-rentrée) pour mettre toutes les chances de votre côté, et profitez plutôt de vos vacances pour vous reposer tout en préparant progressivement votre année (trouver une méthode de travail, trouver une technique de prises de notes, éplucher les forums de témoignage sur le net…).

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?

Je n’ai pas pratiqué beaucoup d’activité lors du premier semestre, mais plus lors du second, j’allais à la piscine 1 heure 2 fois par semaine. Je pense qu’une activité est nécessaire, qu’elle soit physique ou non. Il est important de savoir sortir de ses cours de temps en temps, tout en restant raisonnables dans ces temps de relaxation.

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?

J’allais parfois au cinéma le samedi soir après une ballade dans l’après midi, autrement jamais de sorties dans la semaine. Je m’étais fixé un planning assez chargé en semaine que j’essayais de respecter un maximum, donc les sorties étaient bannies, mais le week-end n’était pas compris dans mon planning de révisions. Je me fixais donc des objectifs à atteindre les week-end tout en réservant un temps de détente.
Sinon je mangeais tous les midis et tous les soirs devant une série, ce qui était aussi un moment de détente.

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?

Non, seulement ma mère qui est en 2ème année d’études d’infirmière.

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?

Je dormais environ 7h par nuit voire un peu moins. J’aimais me lever tôt pour réviser en périodes de révision pour bosser, et je me couchais assez tard donc mes nuit étaient plutôt courtes. Par rapport au sommeil on lit partout qu’il est essentiel et qu’il est indispensable d’y faire attention pour réussir sa PACES, ce qui est vrai, mais je pense surtout que tout dépend de son rythme personnel.
Selon que vous décidiez d’aller en cours le matin ou l’après midi, que vous soyez capables ou non de travailler tôt le matin ou jusqu’à tard le soir, tout dépend de vous et il faut donc bien vous connaître pour cela. Je pense qu’il est judicieux d’essayer différents rythmes et de trouver ce qui vous correspond le mieux (dès le début de l’année pour ne pas perdre de temps !).
J’avais aussi besoin de faire une sieste de 15min juste après manger pour ne pas m’endormir sur mes cours l’après midi.

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?

Je travaillais environ 6h par jour en semaine, pour ce qui est du travail personnel chez moi, auquel on peut ajouter 4h de cours, plus les colles et les ED 2 fois par semaine.
Les week-end, c’était 8h environ le samedi et un peu plus le dimanche. Et en période de révisions, ça allait parfois jusqu’à 10h.
Néanmoins je pense que le nombre d’heure de travail ne veut pas dire grand chose. Tout d’abord parce que je ne chronométrais pas mon temps de travail, et surtout parce que ce qui importe le plus n’est pas tant le nombre d’heure que la façon dont vous exploitez ces heures. Chacun a besoin de plus ou moins de temps pour apprendre un cours, il faut donc savoir bien utiliser sont temps, c’est à dire être un maximum efficace, et vraiment TRAVAILLER. C’est bien de travailler 10h de suite, mais si on ne fait que lire ses cours de façon distraite, c’est inutile.

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?

Pour l’apprentissage, j’avais décidé de suivre la méthode des J, quoi qu’un peu modifiée. Cette méthode repose en fait simplement sur une révision régulière des cours, à intervalles de temps précis. Je vais expliquer tout ça en détail.
Le jour où vous avez un nouveau cours, la première chose à faire est de faire votre « J0 », c’est à dire le relire, le comprendre au mieux, surligner, mettre en page si c’est sur ordinateur, compléter les trous, poser des questions sur le forum du tutorat s’il y a des incompréhensions… et enfin mettre une référence sur votre cours (Ex : bioch001 pour votre tout premier cours de biochimie…). Lorsque cela est fait pour tous les cours de la journée, notez dans votre agenda 3 jours après le jour même la référence de ces cours, puis faites de même à J7, puis J15, J30, J60… Les intervalles sont à décider par vous même, mais le mieux est d’espacer progressivement les révision pour ne pas être surchargé, et je préférais ne pas compter les week-end dans mes jours de révisions pour me donner de la flexibilité (si un J15 tombait sur un samedi ou un dimanche, je le décalais au lundi par exemple).

=>AVANTAGES : cette méthode vous permet de travailler de façon organisée car vous savez exactement quel cours revoir pour un jour donné ; vous révisez de façon efficace car vous revoyez régulièrement vos cours, ce qui est la clé pour les retenir au mieux ; elle vous permet d’avoir une vision globale de votre progression dans vos révisions si vous tenez un tableau excel avec le nom de chaque cours et le nombre de révisions associé ; je la trouve vraiment excellente car elle donne l’impression d’avoir des « devoirs à faire », ce qui peut être très utile lorsqu’on sort du lycée car la fac est assez déroutante sur ce plan, on nous donne des tonnes de cours, mais après on nous laisse nous débrouiller seul avec ! La méthode des J nous impose donc un planning assez strict mais néanmoins rassurant car on sait qu’on a toujours quelque chose à faire (si on la suit bien).

=>INCONVÉNIENTS : plus on avance dans le semestre, plus les cours s’accumulent, et on se retrouve donc parfois avec des dizaines de cours à revoir dans une journée, qui s’ajoutent aux cours de la journée auquel il faut assister, à la relecture des cours du jour même, aux entrainements (colles, exos…), éventuels ED… ce qui peut être assez insoutenable. On peut alors décaler les cours qu’on a déjà beaucoup vu sur le week-end, mais on ne fait que décaler le problème.

=>ALTERNATIVE : lorsque le nombre de cours à réviser devenait trop important et que je ne pouvais pas respecter mon agenda (c’est à dire vers fin octobre, sachant que les cours commençaient le 6 septembre, je n’étais capable de respecter mes revisions que pendant un mois et demi à peu près!), je changeais de méthode. Je faisais une liste de tous mes cours par matière sur une feuille blanche, et je faisais une barre à chaque fois que je le revoyais. Cela permet également d’avoir une vue d’ensemble, mais nécessite de bien s’organiser pour ne pas délaisser de cours. Cela est aussi utile lorsqu’on approche des périodes de révisions car lorsqu’on est plus qu’à 3 semaines du concours, faire les « J » devient inutile car les intervalles sont trop serrés. Il ne reste donc plus qu’à revoir les cours le plus possible jusqu’au concours.

On entend souvent parler du par coeur en PACES, personnellement je suis incapable d’apprendre un cours par coeur, et ça ne m’a pas empêché de réussir. Il suffit de relire ses cours régulièrement, de les comprendre, de savoir les expliquer et de réussir les colles pour s’en sortir. Le par coeur n’est absolument pas indispensable.

Mais seulement revoir ses cours ne suffit pas. Il faut aussi s’entraîner, beaucoup. C’est à ça que servent les colles organisées 2 fois par semaine par le tutorat, mais il faut aussi faire des QCM et des exercices chez soi pour savoir si l’on maîtrise bien ses cours et pour acquérir les automatismes. Il est conseillé de refaire les colles, je ne l’ai pas fait personnellement, car cela prend beaucoup de temps si l’on veut que ce soit efficace (relire la correction), et parce que faire des QCM que l’on a déjà fait peut être très lassant. Le tutorat fournit donc pour varier beaucoup de polycopiés d’exercices et des colles supplémentaires, et met en vente à la fin du semestre les annales (TRÈS TRÈS IMPORTANTES).

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?

Je ne faisais des fiches que pour les formules ou les notions que je n’arrivais pas à retenir.

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?

Je travaillais toujours seul, j’étais inefficace le peu de fois où j’ai tenté de travailler en groupe.

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?

Je travaillais presque exclusivement chez moi. J’ai testé la BU pendant une semaine et cela ne m’a pas plu du tout, je suis trop facilement distrait par le passage des étudiants qui entrent et sortent, même si l’endroit est très silencieux. Néanmoins le bâtiment des PACES à Tours dispose de salles de travail qui sont extrêmement silencieuses, que je conseillerais plus volontiers que la BU.
BU qui est en plus bondée à l’approche des concours… Travailler chez soi peut être bénéfique si l’on parle à haute voix pour travailler ou si l’on a besoin de se déplacer… Mais on peut également facilement s’égarer à cause de distractions en tout genre (internet, manger…). Il faut donc quoi qu’il en soit une bonne capacité de concentration. L’avantage de la BU est qu’il y a une ambiance de travail qui force à bosser, ce qui est bien si vous avez besoin d’être stimulé.

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?

J’étais au tutorat de la fac de Tours, et je le recommande vivement pour plusieurs raisons :
-Le prix : l’inscription coûte 50€ pour l’année, avec l’inscriptions aux deux concours blanc incluse, plus 10€ pour la pré rentrée je crois, ce qui est vraiment peu vu la qualité des services proposées.
-La qualité : le tutorat de Tours est réputé en France pour sa grande qualité
-Les services : le tutorat organise des colles 2 fois par semaine, donne des polycopiés de cours (pas pour tous les cours) de grande qualité ainsi que des polycopiés d’exercices, organise des Enseignements Dirigés pour revenir sur des cours difficiles, et organise les concours blancs une semaine avant les concours.

-Les tuteurs : les tuteurs sont là sur la base du volontariat, et sont sélectionnés. Ils sont donc pour la plupart pédagogues, et sont tous extrêmement à l’écoute, présents, et très avenants. Ils sont passés par la PACES avant vous donc sont mieux placés que n’importe qui pour répondre à vos questions et vous conseiller.
-Le forum : le forum du tutorat est très actif, les tuteurs répondent aux questions dans des délais très réduits ce qui est utile lorsqu’un détail d’un cours n’a pas été compris. On peut également demander directement aux profs sur le site de la Fac mais la réponse de la part du professeur n’est pas garantie.

Je recommande donc le tutorat à 100% !! Et concernant la prépa privée, je ne peux pas trop en parler sachant que je n’y étais pas, mais d’après les dires d’amis qui y étaient, l’ambiance est très portée sur la compétition, ce qui pet être un avantage si vous avez besoin d’être stimulé pour donner le meilleur de vous même. Néanmoins le prix peut être un frein (plus de 2000€ pour l’année, varie selon la prépa), et même si les services peuvent être un peu mieux qu’au tutorat, je pense qu’il est important de se souvenir que ce n’est pas la prépa qui travaille pour vous, donc quoi qu’on choisisse, c’est la motivation personnelle qui fera la différence et pas la somme d’argent investie.

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?

Oui plutôt bien classé, au premier semestre j’étais en moyenne dans les 160 (sur 1000 élèves), un peu moins bien au second, 190 (sur 878 élèves).
Les classements aux colles sont un bon moyen de garder la motivation et le moral mais il ne faut pas oublier que les colles ne sont pas le concours, et que tout ce qui importe c’est le concours !
On peut parfois être agréablement surpris par les résultats du concours dans une matière alors que les classements pour cette matière lors des colles n’étaient pas géniaux (même si la plupart du temps les résultats entre colles et concours coïncident).

Pour vous donner une idée, au premier semestre (avec les coefficients pour médecine), je suis arrivé 207ème au concours blanc et 53ème au vrai concours, et pour le second, 97ème au concours blanc et 100ème au vrai concours. Donc quoi qu’on dise, les résultats concordent quand même !
En bref ne pas trop se fier aux classement des colles ou même du concours blanc, chacun a une méthode de travail différente qui se reflète immédiatement sur le classement, mais encore une fois, le plus important est le long terme : certains révisent juste avant une colle pour avoir un bon classement, mais au final si les révisions ne sont pas régulières c’est tout simplement inutile.

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?

Comme expliqué dans le paragraphe sur la méthode de travail, au bout d’un moment dans le semestre les cours s’accumulent et il est impératif de changer de méthode pour pouvoir s’en sortir. Il faut surtout garder à l’esprit qu’aucun cours ne doit être mis de côté, tous les cours doivent avoir été revus au moins une fois arrivés au concours.

Quel était votre rythme de travail ?

Mon rythme de travail était intensif, et surtout, le plus important, régulier. Il faut savoir trouver un rythme auquel on est adapté (ne pas s’épuiser des heures en s’endormant sur ses cours), le garder pendant tout le semestre, et redoubler d’efforts lorsque la période de révisions arrive. Il est inutile de tout donner dès la première semaine de cours et de tout lâcher ensuite.
Je rendais visite à ma faille un week-end sur deux, et je travaillais peu quand je rentrais, donc je me sentais un peu coupable, mais c’était aussi un temps où je me ressourçait, donc même si on bosse moins ce n’est pas à négliger.

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?

J’étais plutôt dans un état d’esprit altruiste, je pense que la compétition n’apporte pas grand chose en PACES. Il faut à mon avis travailler pour soi et non pour écraser les autres. Bien sur c’est un concours donc tout le monde n’y arrivera pas, mais ce n’est pas pour ça qu’il faut chercher à détruire ses concurrents.

J’avais un groupe d’amis avec qui on s’échangeait parfois les cours, sans attendre quoi que ce soit en retour. Je pense qu’il est aussi important d’avoir autour de soi des gens à qui faire confiance, même s’il peut être difficile de se faire des amis comme la compétition est rude.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?

J’étais plutôt décontracté, avec parfois quelques coups de blues, surtout vers la fin du deuxième semestre. J’avais eu un très bon classement lors du premier et j’étais donc assez confiant, mais j’ai trouvé le second plus difficile, plus long et épuisant. Vers la fin j’ai donc sérieusement douté de ma réussite, mais je n’ai jamais baissé les bras !
Lors des concours j’étais assez décontracté, la boule au ventre un peu quand même, mais je me disais que j’avais fait mon maximum pendant le semestre donc que tout devrait bien se passer. De plus j’étai assis à côté d’un mec super sympa avec qui on discutait bien entre les épreuves, ça aide à détendre un peu !

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?

J’étais très concentré en cours théorique, et c’est selon moi essentiel. Certains font l’erreur d’arriver en cours avec un cours déjà écrit (donné par un élève d’une année supérieure ou par un doublant) et sont donc très distraits en cours. Arriver chez soi avec un cours déjà complet mais auquel on a rien écouté requiert beaucoup plus de temps pour comprendre les notions et assimiler ce cours, être attentif est donc un gain de temps considérable.

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?

Je prenais mes cours sur papier parce que j’étais plus à l’aise que sur ordinateur. Je trouve ça plus rassurant de pouvoir annoter quelque chose dans une marge, et la mise en page sera selon moi beaucoup plus personnelle et plus rapide sur papier. J’ai fait l’expérience de prendre un cours déjà complet sur ordi qu’on m’avait passé et de le compléter « en direct » avec ce que le prof disait, et ce fut une catastrophe… Chacun a sa propre façon de prendre en note et surtout de comprendre le cours du prof, donc se baser sur les notes de quelqu’un d’autre est assez dangereux à mon avis.

Quant au dictaphone, je n’en ai pas utilisé au premier semestre car on m’avait dit qu’il était facile de tomber dans le piège de tout réécouter arrivé chez soi et donc de perdre beaucoup de temps. Néanmoins je m’en suis servi au second, en prenant bien soin de noter la minute du moment où je perdais le fil ou bien quand je ne comprenais pas une phrase que le prof avait dit, ce qui me permettait de compléter rapidement mon cours arrivé chez moi.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?

Les annales sont fondamentales pour la réussite. À Tours elles sont mises en vente à la fin du semestre, vers Novembre pour le premier et fin Avril pour le second je crois, et elles sont vraiment le meilleur moyen pour savoir à quoi s’attendre lors du concours ! Je les étalais sur tous les jours jusqu’au concours, pour avoir le temps de toutes les faire, en gardant les plus récentes (donc celles qui seront vraisemblablement le plus proche du concours) pour la fin, pour avoir fraîchement à l’esprit le type de QCM attendus.

Pour certaines matières, comme la chimie organique, faire les annales est tout simplement indispensable pour réussir l’épreuve. Les QCM changent peu d’une année à l’autre, donc lorsqu’on a fait et refait les annales, on a des automatismes qui nous permettent de gagner un temps précieux lors du concours, et cela vaut pour à peu près toutes les matières.
Les annales permettent aussi de mesurer sa progression lors des révisions, savoir quelles matières et quels cours sont bien maîtrisés ou non.

Comment était organisée votre journée ?

Au premier semestre, j’allais plutôt en cours l’après midi :
-Lever à 6h/6h30
-Je commençais à bosser vers 7h/7h30 jusqu’à 11h30
-Je préparais à manger et mangeais jusqu’à 12h15 devant une série, puis sieste de 15min
-Départ à la fac à 12h30/40, pour un cours qui démarrait à 13h00 (j’aimais arriver en avance pour relire mes cours dans l’amphi)
-Cours jusqu’à 17h
-Si je n’avais pas de colles, je prenais une pause de 1 heure en rentrant
-Je me remets à bosser à 18h jusqu’à 20h
-Je mange pendant une heure devant une série
-Je rebosse jusqu’à 22h/23H parfois

Au second semestre, j’y allais plutôt le matin
-Debout à 6h30
-Départ à la fac à 7h30 pour un cours qui démarre à 8h (c’est bondé devant les portes le matin, et elles ouvrent à 7h30 donc quand j’arrivais il n’y avait plus la foule)
-Cours de 8 à 12
-Retour chez moi, je mange et dors, jusqu’à 14h
-Je bossais jusqu’à 17h, puis pause de 1h et re-travail jusqu’à 20h
-Repas de 1h puis re-travail jusqu’à 22h/23h parfois.

En période de révision je passais mes journées enfermé, avec des pauses de 1h qui ponctuaient la journée de travail.
Et bien sur il faut ajouter à cet emploi du temps les colles deux fois par semaine (le lundi à 18h30 et le mercredi à 17h30 pour moi), les ED organisés par la fac (les horaires varient selon les groupe dans lequel vous êtes, et il y en a à peu près toutes les deux semaines) et les ED du tutorat (un peu plus rares, parfois le samedi matin).

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?

Mes conseils ne sont pas très originaux : bossez à fond, prenez des pauses, et soyez motivés ! Et surtout dites vous que passer primant c’est possible! D’autres l’ont fait, donc pourquoi pas vous! Bien sur redoubler n’est pas une fatalité, au contraire c’est une chance, mais je pense qu’il faut tout donner dès le premier essai, après ça passe ou non, mais au moins on ne peut pas regretter.

Donnez vous des objectifs à atteindre pour entretenir votre motivation, faites en sorte de vous souvenir tous les jours pourquoi vous vous donnez tant de mal, et pensez à ce qui vous attend après. J’avais dans mon appart des post-it P2 accrochés un peu partout, pour ne pas oublier mon objectif immédiat : passer en P2! Je m’étais aussi fait une liste de projets qui me tenaient à coeur après la PACES si je réussissais (devenir tuteur, faire des stages à l’étranger…) pour me pousser à tout donner.

Ne vous laissez pas intimider par ce que peuvent dire les autres étudiants autour de vous, si vous avez votre propre méthode, votre propre façon de fonctionner et que ça marche pour vous, s’encombrer l’esprit avec ce que font les autres est inutile.

Gardez contact avec vos amis du lycée, avec votre famille, et faites en sorte de vous entourer de gens qui vous soutiennent. Ça sonne un peu égoïste mais ça aide énormément de savoir que vous avez derrière vous une famille ou des amis qui croient en votre réussite. Mais il faut avant tout que VOUS croyiez en vous car personne n’aura cette année à votre place !

N’hésitez pas à demander de l’aide à des gens qui sont déjà passés par cette année éprouvante (tuteurs!!) quand votre moral baisse. Je me souviens à quel point une simple conversation avec un tuteur pouvait me motiver à fond et me redonner envie de travailler quand ça n’allait pas! C’est aussi pour ça que je conseille vivement de prendre un parrain si vous en avez la possibilité. À Tours c’est l’ACT (Association des Carabins de Tours) qui gère ça, et si vous êtes chanceux vous aurez un(e) super parrain/marraine qui vous soutiendra à fond et avec qui vous deviendrez amis !

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?

Je pense l’avoir déjà dit plus haut, une motivation à toute épreuve, un entourage encouragent, un travail régulier, un rythme de vie sain, et surement de la chance parce qu’il y en a forcément une part je pense. Tout peut arriver !
Je me suis aussi énormément informé sur la PACES et les différentes méthodes de travail lors de l’été qui précédait la rentrée (en allant sur tous les blogs qui existent concernant la PACES, dont réussirmapaces.fr bien sur!). En arrivant en cours j’ai donc pu m’organiser rapidement et efficacement et donc prendre un rythme de travail optimal dès le début de l’année.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?

Cette année n’a pas été un supplice comme on peut l’entendre parfois. Ce fut une année difficile bien sur, mais quand on la vit, et qu’on sait pourquoi on veut réussir, je pense qu’on arrive bien à gérer la quantité de travail, sans qu’elle paraisse insurmontable. Quand à ce que l’on peut tirer de cette année de PACES, je ne sais pas si elle nous fait « grandir », mais en tout cas on apprend à gérer des grosses quantités d’information, à les apprendre et à les réutiliser, et grâce à ça on prend confiance en soi. C’est top !

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?

C’est un site super sur lequel j’ai passée beauuuuucoup de temps à lire des témoignages pendant l’été juste avant ma PACES. Merci beaucoup !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here