Etre malade et en PACES c’est possible … !!!

Bonjour tout le monde moi c’est Camille et je suis actuellement en PACES.
Mon « témoignage » a pour but de vous montrer qu’être en PACES et malade ce n’est pas antinomique…   Alors tout d’abord un bref retour sur mon « parcours » jusqu’à aujourd’hui pour que vous compreniez bien.

Je suis ce que l’on appelle une très grande prématurée (lorsque ma mère a accouché elle était enceinte de 25 sa (pour vous situer une grossesse « normale » en dure 41)). Je passe sur les détails un peu trop personnels mais en gros j’en garde quelques séquelles, qui sont pour ma part uniquement motrices et situées du côté gauche de mon corps (un peu de vocabulaire médical on appelle ça une hémiparésie séquellaire).
Ce sont principalement des difficultés d’utilisation de mon bras gauche ou bien encore des problèmes au niveau de mes tendons. Et tout cela nécessite une prise en charge médicale régulière.
Pour ma part c’est de l’ordre d’un rendez-vous chez le kiné par semaine plus un rendez-vous pour des injections de médicaments à l’hôpital tous les trois moins avec de temps en temps un ou deux autres rendez-vous chez divers spécialistes.
En plus de ça je prends de manière quotidienne des médicaments, plus ou moins bien tolérés…   J’imagine déjà certains se dire que je suis folle d’être allée en PACES et que c’est peine perdue.
Et bien non et c’est pour cela que j’écris cet article.En effet je suis (n’ayons pas peur des mots il faut apprendre à les assumer) ce que l’on appelle une personne en situation de handicap bien que pour moi je sois une personne lambda.

Et avoir un handicap vous ouvre à la fac tout pleins d’aides et d’aménagements divers que dont je vais maintenant vous parler.   Déjà, sachez que chaque fac possède un service de médecine universitaire mais aussi un service appelé « handiversité ».
Et ce sont ces deux services qui aident les étudiants possédant un handicap (le terme handicap englobe aussi bien les problèmes physiques que les troubles dys ou bien tout autre problème de santé).   Chacun de ces services possèdent un rôle spécifique mais vous présenter aux deux est nécessaire.

En effet, le service de médecine universitaire va s’occuper des aménagements de votre concours et handiversité des aménagements de vos études. Ces aménagements sont divers. Il y a possibilité d’obtenir une majoration du temps des épreuves de concours, l’accès à des salles de repos tant le jour du concours que pendant votre année universitaire. Ce sont, pour ma part, les aménagements dont je vais bénéficier mais je sais qu’il est également possible d’en avoir d’autres tel que des sièges spéciaux si vous avez des problèmes de dos par exemple et bien d’autres choses en fonction de vos facultés.

Une fois la PACES validée sachez que des aménagements de stage pourront être mis en place par ces deux services. Un conseil important : si vous êtes en situation de handicap n’attendez pas la rentrée universitaire pour contacter ces différents services !

Enfin, sachez que certaines facultés proposent ce que l’on appelle un tutorat handicap qui diffère du tutorat classique par le fait que vous disposez d’un encadrement plus personnel avec des groupes beaucoup plus réduits, parfois même des tuteurs référents etc

Maintenant que je vous ai expliqué tout cela je vais venir à ce qui est à mon sens la partie la plus importante de mon « témoignage ».   En effet je vais maintenant vous parler mental, motivation, mais également avantages (si si c’est possible) et je vais également vous dire de faire abstraction des autres. Commençons par le début…

La PACES est, quoi que vous entendrez, un marathon et non un sprint et il faut tenir la distance. La réussite en PACES c’est principalement du mental. Et le mental si vous êtes malades, vous n’en manquez pas ! Vous avez même surement une volonté à soulever des montagnes et cela fera la différence avec certains !

Quant à ceux qui s’inquiètent car à causes de divers rendez-vous vous ne pourrez pas travailler H24 comme certains vous le diront ne craignez rien ! Car en PACES il faut aussi savoir se reposer et parler peut être important aussi … Et devinez quoi J : Un rendez-vous médical vous permet d’un de faire un break et de deux de parler de cette année avec quelqu’un dont écouter c’est le métier… Et enfin la partie pour moi la plus importante qui a été et est toujours dure à appliquer !

N’écoutez pas toutes ces personnes qui immanquablement vous diront qu’avoir des aménagements en PACES c’est du favoritisme, c’est dégelasse et ça ne devrait pas exister. Car il n’en est rien de cela et au fond de vous vous le savez ! Oui vous avez peut-être plus de temps le jour du concours mais c’est et je vous cite là un PU que j’adore « une rétribution de la société à un quotidien qui n’est pas toujours rose mais également un droit fondamental sur l’égalité des chances qui se doit d’être appliqué ».

Les gens qui critiquent sont des gens qui ne savent pas ce que vous vivez, ce que vous avez traversé et les efforts que cela vous coûte au quotidien. Alors n’en tenez pas compte et pensez à vous avant tout.   Si je n’avais qu’un seul message à vous laisser de cet article ce serait le suivant : faites ces démarches quoi que les autres vous disent, quoi que cela vous coûte (moralement je parle car entamer des démarches de reconnaissance de handicap quand on se sent bien ce n’est jamais facile), laissez couler ce que disent les autres et surtout CROYEZ EN VOUS car vous avez toutes les capacités pour réussir.

Et pour finir je dirai que si vous avez, comme c’est mon cas, toujours voulu entamer des études de santé foncez vous en êtes capable et vous avez toutes les chances de réussir, comme n’importe qui d’autre.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaires

Article rédigé par Camille Billet