Actuellement, dans quelle filière êtes-vous et en quelle année ?
Médecine 2ème année

Quelle fac, quelle année ?
Paris 6

Votre bac ? Votre spécialité ? Votre mention ?
Bac S, spé maths, mentionTB

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?
doublante

Quel(s) concours avez vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?
3ème au classement général, 4ème en médecine et en pharma, 2ème en kiné

Votre niveau au lycée ? Etiez vous assidu ou dilettante ?
c’était matière-dépendant mais on a dire que j’étais globalement assidue

Lors de votre PACES, habitiez vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?
Chez mes parents

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?
20 minutes à pied (ça aurait été 10 minutes en métro si j’avais pas tenu à m’oxigéner rien que 2 x 20 min par jour)

Avez vous trouvé vos repères facilement à la fac ?
Pas du tout!
Je ne connaissais personne véritablement à la fac (seulement une amie d’une amie, mais en plus on n’avait pas du tout les mêmes horraires donc j’avais du mal à la voir surtout au début, après un peu plus et heureusement car elle a été un soutien inestimable pour moi au S2 de mon année de primant), en fait au lycée j’étais à La Baule (en sport études c’est pour ça) du coup les gens de mon lycée qui ont fait médecine étaient à Nantes. J’ai mis aussi trèèèèès longtemps à savoir ce qu’étais la corpo (j’ai honte maintenant…). En gros je me sentais complètement paumée (je l’étais d’ailleurs, en mode la fille complètement à côté de la plaque), j’avais l’impression d’étouffer dès le début avec les gens qui racontaient leurs exploits dans telle ou telle matière (avec du recul même s’il y’en a, ils ne sont pas si nombreux mais je n’entendais qu’eux)

Avez vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?
J’ai fait une prérentrée de 3 semaines en primant et de 2 semaines en doublant. Autant j’ai trouvé celle en doublant utile mais pas celle en primant car cela donne je trouve un mauvais aperçu de ce qu’on attend de nous pour le concours, du coup j’ai entamé l’année avec une très mauvaise méthode de travail qui avait pourtant très bien marché avec le rythme de la prérentrée. En doublant par contre ça a l’avantage de nous mettre dans le bain dès le jour de la rentrée (ce qui est loin d’être aussi facile en doublant qu’en primant, sachant ce qui nous attend)
Dans ce témoinage, je vais essayer de détailler mes méthodes en doublant mais aussi les erreurs que j’ai faites en primant parce qu’autant y’a plein de façon de réussir, autant y’a des erreurs qui ne pardonnent pas pour le concours

Pratiquiez vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?
Aucune, (je crois que je suis allée courrir pas plus de 2 fois en primant et pas une seule fois en doublant), par contre je prenais jamais l’ascensseur (oui oui même quand j’avais cours au 6ème étage c’était les escaliers).
J’étais pas mal bornée et je n’avais aucun recul mais je me dit que ça m’aurait fait le plus rand bien (je dis pas que je regrette hein, j’ai eu ce que je voulais, mais c’est pas parce que j’ai réussi en doublant que j’ai trouvé la solution pour réussir; je pense même que la réussite à ce concours passe par une interminable remise en question de ses méthodes, aussi j’essaye de faire synthétique mais j’étais loin d’avoir une méthode, elle était sans cesse en train d’évoluer)

Aviez vous des loisirs ? Des sorties ?
En primant j’ai du aller que 3 fois au cinéma dans toute l’année le vendredi soir et rien d’autre (ce qui est une grosse erreur ne faites surtout pas ça! C’est pas par compassion qu’on vous dit qu’il faut se vider la tête de temps à autre, c’est vraiment parce que c’est nécessaire pour pouvoir fournir un travail de qualité)
En doublant je prenais mon « week-end » le samedi soir(j’appelais ça comme ça mais en fait c’était juste ma soirée à partir de 8-9h) et j’allais soit au resto soit au ciné (voire les deux mais c’était rare), je suis allée une fois aux 20 ans d’une amie à moi et aux 50 ans de ma maman mais pas d’autre soirée de l’année. Du coup le samedi était ma journée « cool » avec le tutorat le matin, mon autocorrection l’aprem et un vrai break le soir (du coup j’avais pas cette sensation d’être dans un tunnel interminable comme en primant, où le bout correspond au jour du concours; j’avais des petits tunnels qui ne duraient qu’une semaine et c’est tellement plus encourageant quand on voit le bout! D’ailleurs je devenais en général de plus en plus efficace quand ça s’approchait, du coup j’étais parfois tentée de ne pas faire ma pause pour continuer sur ma lancée mais il ne faut surtout pas faire ça parce qu’une fois ça passe mais la fois suivante on perd tous les bénéf
ices!)

Pour la pause,l’avantage du cinéma c’est que ça vide la tête (si le film est assez bien normalement on arrive à ne pas penser aux cours, et puis de toute façon il fait tout noir donc on est pas tentés de jetter un oeuil à nos polys… du coup c’est aussi à priviliégier par rapport aux DVDs)

Aviez vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?
J’ai mes grand parents paternels et ma tante qui sont médecins, mais ma grand mère a plutôt essayer de me dissuader de m’engager dans cette voie (bon maintenant elle est contente hein, elle ne me parle plus que de médecine avec le sourire jusqu’aux oreilles)

Combien d’heures de sommeil aviez vous par nuit ?
En primant j’ai fait l’erreur de négliger complètement ce point: 7h le premier mois; 6h le deuxième; 5h le troisième jusqu’au premier concours(j’étais tellement fatiguée que mes yeux se mettaient toujours à loucher tout seuls, je vous raconte pas après ça à quel point mon travail était rentable…En plus ça a eu pour conséquences de me faire décaler mes réponses en physique). Pendant mon deuxième semestre de primant je devais être autour de 6h de sommeil, mais c’était toujours pas suffisant, je m’endormais assez souvent en cours et il m’arrivait même de m’endormir debout en allant à la fac ( en gros j’avais des moment d’absence puis je me mettais à vasciller et c’est ça qui me réveillait)
En doublant j’essayais de ne pas passer en dessous de 6h30 de sommeil (et 7h pendant les révisions) et je faisait systématiquement une sieste de 20 min en général en début d’après midi (il m’est même une ou deux fois arrivé d’en faire une deuxième) et ça que je soi chez moi ou à la BU (attention aux marques de spirales sur la joue!!!). Je doit dire que ça change absolument tout, après ça j’avais vraiment les idées claires et je travaillais bien mieux. (bon ça m’est parfois arrivée de dépasser les 20 min mais c’est pas pour autant la fin du monde, même si j’en étais persuadé à ce moment là)

Combien d’heures travailliez vous par jour ?
En primant c’était 16h/jour de travail souvent inéfficace (en comptant les cours les jours où il y’avait cours, sinon à peu près autant les jours où il n’y avait pas cours) ; en doublant c’était plutôt 10-12h/jour de travail mais mon travail était beaucoup plus rentable même si il faut pas rêver j’étais pas tous les jours super productive, y’a des jours avec et des jours sans et ça c’est vrai pour tout le monde même si certains prétendent le contraire); il m’est même arrivé deux ou trois fois de ne faire que 6h dans la journée parce que si c’est pour lire tout l’après midi la même phrase sans qu’elle n’arrive au cerveau ça vaut pas le coup…)

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?(Soyez le plus précis)
Alors en doublant (pour le coup ce que je faisais en primant n’est pas très intéressant, et en plus je me souviens plus) pour les matières à réflexion je n’allais pas en cours parce qu’écouter un prof lire des formules avec des exposants et tout c’est juste inaudible, pour moi ces matières s’apprennent avec les diapos d’un côté, une feuille et un stylo de l’autre. Je refaisais des démonstrations des formules, ayant le droit au diapos le jours du concours en physique il ne faut pas connaître les formules mais les comprendre, savoir dans quels cas elles s’appliquent, si on ne sait pas d’où elles viennent et ce qu’elle signifient concrètement il est difficile de les exploiter le jour J.

Je trouvais même que savoir les démontrer était plus important que ‘exercer sur les annales mais après ça dépend des gens… En chimie aussi je redémontrais toutes les formules (d’ailleurs le jours du concours ça m’a été bien utile, avec les stress je me serais embrouillée
autrement).
En chimie O j’ai de la chance parce que pour moi c’est complètement instinctif et les mécanismes me semblent évidents du coup je n’ai eu à lire qu’une fois le poly et au concours c’était torché en deux temps trois mouvements.

En biochimie je faisais plein de schémas globaux parce que je pense que c’est super important d’avoir une vue d’ensemble pour voir que finalement tout est lié.
Ayant une très mauvaise mémoire auditive et aussi pour retenir les gros pavés de texte bien compacte, j’ai essayé de transformer tous les polys de l’UE2 (sauf la biocell) en schémas (mais quand je dis tout c’est vraiment chaque notion devait apparaitre sur mes schémas parce que c’est avec eux que j’ai tout appris dans ces matières, après les quelques phrases qui ne pouvaient pas être représentées je les écrivais en très gros à côté du schéma); en biocell et surtout en anat je regardais en général plusieurs fois le cours histoire d’avoir en même temps les diapos et les commentaires du prof (je ne retenais pas vraiment les commentaires mais ça me permettais de comprendre les diapos et d’attirer mon attention sur les informations visulelles imporantes, ma mémoire visuelle étant la seule sur laquelle je peux compter; et je peux dire que le cours du membre inf je me suis passée le cours en boucle mais ça a porté ses fruits).

Au deuxiàme semeste je fonctionnais à peu près de la même façon (Biophy et biostats comme les matières à réflexion, l’UE6 plus ou moins comme la biocell, la physio comme la biochimie, il n’y que l’UE7 où j’essayait de réciter le poly sous toutes les formes mais de toute façon j’ai pas eu une super note dans cette matière, que je déteste d’ailleurs et je loupe jamais une occasion de le dire; pour l’UE6 je suis restée concentrée sur les diapos et j’ai fait des fiches/remise en forme du cours lorsque les diapos ne comportaient chacune qu’un bout de phrase parce qu’il y en a un certain nombre comme ça mine de rien)

Et surtout je ne me faisais AUCUN PLANNING, je voyais ça comme une contrainte et il y en a suffisamment en P1 je trouve. J’ai essayé au tout début d’en faire mais ça fait que j’ai envie de tout faire sauf la matière prévue; et puis on ne peux pas choisir combien de temps on va mettre à retenir un cours, ça dépend trop du contexte. Une chose est certaine, c’est qu’en P1 on n’a pas le temps de baccler donc si il faut passer du temps sur un cours alors soit, mais il était hors de question pour moi d’avoir « mal » vu quinze chapitres

Faisiez vous des fiches ? Si oui comment ?
on va dire que je prenais quelques notes en apprenant surtout si j’avais du mal à me concentrer; ou alors des fiches pour mettre toutes les informations dispersées dans les diapos en une seule pour voir les liens entre les diapos mais comme de toute façon il faut tout savoir il ne faut pas trop trier les informations, d’où l’intérêt limité des fiches je trouve

Avez vous travaillé seul(e) ? En groupe ?
Tout seule, j’ai besoin de ça pour me concentrer, mais par contre j’ai aidé plusieurs personnes de mon groupe d’ED mais j’appelle pas ça travailler parce que ça ne m’apportais pas grand chose… J’avais aussi mon portable systématiquement éteint pour ne pas être dérangée, en fait je ne l’allumais que pour changer l’heure du réveil, et j’ai du passer une dizaine d’appels maximum dans l’année à des amis du lycée, chaque week end je prévoyais d’appeller quelqu’un mais j’y renonçais très souvent faute de temps

Travailliez vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?
En primant j’ai bossé tout l’année à la BU de la pitié même si je detestais cet endroit mais comme j’avais lu pas mal de témoinages de gens qui disaient avoir réussi en bossant toute l’année à la BU j’ai bêtement copié, comme quoi il est super important de faire le tri dans ce qu’on vous dit sur nos méthodes et prendre que ce qui vous correspond, même si c’est assez difficile à faire j’en convient.

En doubant je n’y ai plus une seule fois remis les pieds, j’ai alterné entre d’autres biblis (plus éclairées avec la lumière extérieure et qui donnent moins l’impression d’être dans un four)et un peu chez moi surtout à l’approche des partiels pour avoir tous mes polys à portée de main ce qui me premettais de vérifier tout de suite si j’avais un doute dans un chapitre.

Etiez vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?
En primant j’ai pris une prépa privé, ce que je ne recommande pas à tous (c’est bénéfique pour certaines personnes je l’admet, mais une minorité, en général c’est bien pour les gens qui ont une très bonne mémoire donc qui n’ont pas le retard monumental qu’ont les autres; et qui ont surtout besoin de s’exercer dans les matières à reflexion. Pour les autres c’est juste qu’en P1 on n’a absolument pas le temps.
Ca peut être aussi un moyen de se discipliner pour ceux qui auraient besoin de personnes pour les pousser au travail, mais bon si on arrive pas en médecine avec une volonté en acier pour réussir c’est mal parti). Ca n’est pas que leurs sujets ne sont pas bons, au contraire, mais ça prend juste un temps enorme, et ce temps est utilisé à recopier des corrections d’ED que l’on a de toute façon pas eu le temps de préparer, dans une salle surchauffée, donc mieux vaut utiliser ce temps à réviser.

Le tutorat par contre je lui dois tout. Certains sujets étaient relus par les profs eux-mêmes, ça rassure sur la fiabilité. L’autre avantage c’est que ça ne prend pas trop de temps vu qu’en général les biblis ouvrent tard le samedi, et qu’on a dirrectement les corrections en échange de notre grille quand on la rend à la fin de l’épreuve. La qualité des sujets et peut être légèrement moindre que celle des prépas, et encore…
En tout cas ils sont très bien faits et c’est une occasion de s’entrainer comme au vrai concours (c’est indispensable, comme on est en QCM il y a des stratégies propres à ce format de concours qu’il faut trouver et avec lesquels il faut se familiariser; et puis il faut savoir par quelle matière commencer pour chaque UE pour attaquer efficacement son sujet le jour J et ne pas perdre de temps. Il est donc indispensable du coup de s’être entrainé un certain nombre de fois avant) et en plus il n’y a qu’au tutorat où les classements sont
significatifs (les classements des prépas n’étant presque qu’entre primants).

Etiez vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?
J’ai eu de très bons classements à la prérentrée de primant parce que ma méthode collait parfaitement avec le rythme de la prérentrée, à savoir apprendre très très bien une quantité pas énorme d’informations (on n’immagine pas alors qu’on aurra chaque jour des cours trois fois plus denses du coup si on part avec l’idée de tout savoir avant de passer au cours suivant on est vite largué).
Après pendant l’année j’avais de très bons classements dans les matières à réflexion mais pas dans les matières à par coeur ayant un retard monumental; la moyenne de ça faisait que j’étais en général quand même classée autour des 5% car finalement à part de rares cas personne n’est excellent dans les deux.

En doublant j’allais au tutorat tous les samedis matins (sauf le premier mais c’était pour ma JAPD) et j’ai eu des hauts et des bas dans mes places mais tout en étant à chaque fois classée. En fait on a trop souvent l’impression avant d’arriver en P1 qu’une personne a un certain niveau et que les classement sont quelque chose de relativement figé mais en fait pas du tout ça dépend enormément du contexte, il suffit d’un très petit relachement ou d’une semaine où l’on est particulièrement fatigué et hop ça se ressent directement dans les classements donc l’important c’est de savoir l’interpréter et de trouver quels facteurs ont joué sur ce classement. En fait en P1 il faut toujours remettre en cause sa faon d’apprendre, de s’organiser, et ce sont ces classement qui permettent le mieux de juger si une façon de faire a été efficace ou non; et si une semaine a été bonne il ne faut pas s’en contenter vu qu’il y a toujours les autres qui eux se remettent en question et progressent.
Moi ça m’a permis en doblant d’être toujours mieux classée que la fois précédente, et c’était jamais assez (sauf une ou deux fois ou j’étais première, auquel cas j’étais toujours autant sous pression pour ne pas me faire trop doubler)

Aviez du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez vous ?
Oui, en primant comme en doublant je suis arrivée au concours en ayant fait des impasses (je n’ai par exemple pas une seule fois ouvert le cours sur les arcs branchiaux en embryo, j’aurrai pu le faire la dernière semaine mais j’ai préféré revoir des cours que j’avais vus plusieurs fois et oubliés c’était plus rentable dans mon cas), comme je l’ai dit plus haut je préfère maîtriser trois cours qu’en avoir bacclé 15, mon choix a donc été de privilégier la qualité mais d’autres ont parfaitement réussi en pariant sur le fait de ne faire aucune impasse…

Quel était votre rythme de travail ?
J’ai pas mal décrit mon rythme plus haut, mais en gros, au premier semestre j’allais à la fac pour les cours des matières à par coeur et pour les ED sauf ceux de biochimie (qui sont trop éloignés de ce qui est demandé au concours, mieux vaut s’entrainer avec les QCM des annales qui sont d’ailleurs susceptibles de retomber d’une année sur l’autre) par contre j’allais à tous les autres ED même ceux de biophysique, matière pour laquelle je n’avais aucune difficulté, mais je cherchais juste à acquérir des automatismes, du coup au concours j’ai fini la biophy en 5 minutes et ça m’a laissé plus de temps pour la partie physique qui est en général assez longue.

Sinon soit je bossais chez moi soit dans une bibli si possible sans P1. Et je suis allée au tutorat tous les samedis matin, l’atmosphère détendue dans les amphis (mais studieuse quand même) était ma bouffée d’oxygène de la semaine. Le samedi après midi je commençais par refaire le sujet du matin même
avant de regarder la correction parce qu’en général je trouvais par moi même un certain nombre de fautes liées sans doute au temps assez court des épreuves ou au stress… Comme dit plus haut le samedi soir je sortais et le dimanche matin, grâce matinée (jusqu’à 9h en fait mais oui on peut dire que c’en est une).

Après dans ma façon d’apprendre ce que je trouvais hyper important c’était de faire les liens entre les chapitres et même entre différentes matières; par exemple pour retenir quelles parties de l’intestin sont péritonisées je suis même allée me renseigner sur l’oranogénèse de l’intestin même si c’était pas au proramme d’embryo.

Mon mot d’ordre était de comprendre un maximum de chose plutôt qu’apprendre même si au moment ou je le faisait j’avais vraiment l’impression de perdre du temps (ça a le double avantage de retenir plus longtemps et de rendre le cours nettement plus intéressant)
Au deuxième semestre je regardais les cours de chez moi le matin (pour gagner 20 min de sommeil) et j’allais ensuite à la bibli en mangeant un sandwich sur le trajet pour ne pas perdre de temps

Dans quel état d’esprit étiez vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?
En primant je reardais tout le monde comme des adversaires (même si je disait jamais non quand on me demandait de l’aide) et puis je m’imaginais face au classements, dès que je m’écroulais de fatigue je me reboustais en me disant que si j’étais la première recalée je m’en voudrai toute ma vie de n’avoir pas revu cette partie du poly.

Du coup c’était un peu une spirale infernale, et aujourd’hui si je m’en veux de quelque chose c’est de ne pas avoir assez dormi en primant c’est probablement un des raisons qui m’a fait décaler dans mes cases de QCM (enfin de toute façon j’étais plus lucide du tout pour la dernière épreuve et c’est d’autant plus frustrant que je ne l’ai pas loupé à rand chose la première fois)

En doublant j’étais trop absorbée dans mes polys pour penser aux autres (d’ailleurs j’étais aussi trop absorbée et trop stressée pour ressentir que j’avais faim mais ne faites pas comme moi à manger trois morceaux sous prétextes que de toute façon vous n’avez pas faim et que ça prend du temps, résultat autant en primant j’ai pris 6 kilos, autant en doublant j’en ai perdu 16 et mes parents ont du me ramasser à la petite cuillère tellement j’étais affaiblie, ça aurait vraiment pu me couter ma P1…)

En fait la seule chose qui pouvait me faire sortir de ma bulle c’était les gens à la bibli qui faisaient tourner leurs stylos rien ne pouvais plus m’irriter, du coup j’ai pu être désagréable avec certains, les pauvres, mais il y a certaines fois où j’ai rien osé dire mais surtout il faut pas hésiter parce que ça vous évite de perdre votre après midi à refouler votre envie de le leur arracher des mains pour leur enfoncer dans les yeux (oui je sais j’avais des envies destructrices assez horribles mais heureusement ça m’est passé en arrivant en P2 même si je suis toujours autant irritée par les stylos qui tournent)

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?
Trèèèèèèèèèèèèèèès srtessée sauf quand j’arrivais à m’enfermer dans ma bulle, le problème est que je prenais aussi pas mal du stress d’une amie à moi qui étais dans mon groupe en primant et avec qui je continuais à aller en ED et au tutorat le samedi…

Quelle attitude aviez vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?
En primant, assez somnolente même si je faisais tout pour garder les yeux ouverte (limite si parfois je ne maintenais pas mes paupières ouvertes avec les doigts, je devais avoir l’air bête mais en plus ça marchait pas trop)

En doublant soit j’écoutais quand j’arrivais à être suffisamment attentive, en me concentrant bien sur les informations des diapos que le prof montrait avec le curseur, et quand j’arrivais pas à me concentrer ou que les diapos n’étaient pas très illustratives je prenais des notes, en fait je prenais juste ce que j’étais sure de ne pas savoir déjà pour que ce soit les premières choses que j’apprenne; et le fait de faire le tri et de me demander si je savais ce que le prof disait m’aidait à me concentrer

Comment preniez vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?
Je prenais quelques notes sur le poly mais pas trop parce que de toute façon je regardais les vidéos du cours pour certaines matières et pour les autres le poly était très complet.

D’ailleurs pour l’anat apprendre sur les notes écrites qui sont vendues ici ou là ça a été un horreur pour moi en primant (d’autant que ces notes ne sont pas très illustrées), l’avantage de reregarder une vidéo c’est que c’est moins fatiguant et plus interactif donc personnellement je trouve que ça captive plus (c’était en fait les matières que je faisaient quand je n’arrivais plus à faire quoi que ce soit d’autre; après je complétais juste avec le netter,un atlas d’anatomie)

Vous serviez vous des annales pour réviser ?
Assez peu au S1, les sujets du tutorat étant fidèles au format du concours je n’ai pas ressenti le besoin de m’exercer plus, j’ai juste fait une ou deux annales en anat, en histo et en BDR la dernière semaine pour me rassurer (même si en fait j’étais pas rassurée du tout même si je les réussissaient plutôt bien…)
Au S2 on a plus de temps (et pourtant j’ai quand même réussi à faire deux impasses, et ce que j’appelle impasse c’est genre pas du tout vu je sait pas comment j’ai fait là) et surtout on est quand même bien fatigués à ce stade de l’année donc les annales permettent plus ou moins de faire des « pauses » entre deux gros chapitres

Comment était organisée votre journée ?
Je l’ai déja pas mal décrite,
Au S1 je me levais à 7h40 pour aller en amphi les jours où j’avais ED ou cours le matin (sauf le mardi où il y avait physique et chimie, cours auxquels je n’assistais pas, du coup je me levais pour être à la bibli à 9h, en fait j’arrivais plutôt à la bibli vers 9h30-10h la ponctualité ça n’a jamais été mon fort-_-)J’étais en cours jusqu’à 12h45 et si je n’avais rien l’aprem j’allais à la bibli en mangeant mon sandwich sur le trajet, j’y allais en général à pieds même si ça me prenait environ une demi heure mais j’avais un réel besoin de rêvassez du coup je m’accordais ce petit créneau (d’ailleurs à trop rêvasser ça m’a valu de faire des jolies taches des tomate ou de mayo sur mon écharpe mais de tout façon en P1 on s’en fiche pas mal).

Par contre lorsqu’il faisait trop froid ou qu’il pleuvait je prenais le bus ( en P1 rien ne me faisait plus peur que tomber malade, j’étais même tout le temps surcouverte, d’ailleurs je suis devenue super frileuse mais bon). Je faisais en général assez vite ma sieste de 20 min pour bien attaquer (et aussi parce que j’étais assez rapidement crevée), puis je voyais en général le cours précédent puis le cours du jour même pour les deux matières du matin (je finissais pas souvent du coup mais je trouve ça plus facile d’apprendre un nouveau cours quand on le replace dans son contexte, ou quand on peut le comparer avec un autre cours construit pareil).
En général les biblis où j’allais fermaient à 20h donc je rentrais en bus cette fois, un poly à la main, j’arrivais chez moi à 20h30 pour le diner et je ne me remettais au boulot que vers 21h15 jusqu’à 1h00-1h30. C’est en général le soir que je regardais les vidéos de cours. Le mardi et le vendredi je me réveillais vers 8h30-9h pour directement filer à la bibli
Le samedi, après le tuto j’allais pareil à la bibli, et le dimanche je préférais rester chez moi par peur d’attraper froid en faisant la queue dehors pour entrer dans une bibli

Au S2, comme je regardais les cours chez moi je me levais à 8h00 et parfois à 8h20 auquel cas je mangeais de vant l’ordi, je mettais assez souvent pauses pour pouvoir bien assimiler, bien regarder une diapo que le prof aurait passée assez vite, du coup je finissait pas à des heures fixes. L’aprem c’était tout comme au S1. Au S2 je n’ai par contre pas reardé les cour de SHS parce que je savais que ça allait me faire déprimer et je préférais garder les idées claires pour déja bien voir les autres matières (d’ailleurs j’avais vu juste, dès que j’ai commencé la SHS un mois avant le concours j’ai eu l’occasion de faire une jolie dépression, j’étais complètement parano et pour le coup ma bulle avait complètement éclaté… Bref j’aime cette matière)

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?
Surtout il faut essayer de garder un bonne hygième de vie, faire au mieux pour avoir le moins de retard possible et surout toujours y croire parce c’est l’espoir de réussir qui nous permet de tenir. Il faut se battre jusqu’au bout (se battre contre soi-même plus que contre les autres, on est tous limités à un moment ou un autre par des contraintes personnelles et on a l’impression que tout va bien pour les autres mais ce n’est pas le cas. Sauf en cas de vraiment gros pépin, ceux qui réussissent sont ceux qui certes ont bossé sans compter mais ce sont aussi ceux qui ont fait du mieux qu’ils pouvaient avec ce qu’ils ont parce que, que ce soit juste ou non, de toute façon on ne peut pas faire plus que notre mieux à nous, bon je sait pas si c’est très clair ce que je viens de dire^^).
Quand je dis jusqu’au bout c’est qu’en fait pendant les tout derniers jours certains se disent que tout est joué, et rangent leur polys pour être dans de meilleurs conditions; alors qu’on peut faire des merveilles en mémorisation si on est vraiment hyper concentrés.

Au final le mot d’ordre est vraiment RENTABILISER son temps, ce qui ne veut pas dire travailler H24 mais trouver le meilleur équilibre entre sommeil, travail, distraction, rêverie… (et c’est sans doute la chose la plus difficile à trouver, on est trop souvent attirés par le travail)
Aussi, rentabiliser son temps ça peut être par exemple ne pas aller en cours ou à la prépa pour avoir plus de temps pour réviser (chose qui m’aurait paru impensable en arrivant en P1) ou au contraire y aller parce que le prof explique vraiment trop bien, délaisser (un peu) une matière au profit d’une autre, préparer un ED ou au contraire ne pas perdre de temps à le préparer (mais souvent c’est mieux de les préparer quand même)

Surtout n’hésitez pas à venir chercher aussi du soutien auprès des P2!!! (et il faut arrêter d’attendre que votre entourage vous comprenne complètement ce que vous vivez et accepter leur soutien malgré cela. Pour résumer les idées que vous recevez des autres doivent être les idées positives; ne retenez que celles là, les idées néatives n’en valent pas la peine)

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?
Pour moi je suis certaine que les révisions de dernière minute ont été très rentables, on se trouve des aptitudes insoupçonnées à engloutire une très grosse quantité d’informations les 3-4 derniers jours sans doute grace au petit coup d’adrénaline (elles partiront à peine le concours terminé mais ça on s’en fiche pas mal, dumoins pour le moment).
Le fait de travailler seule m’a aussi permis de bien rester concentrée sur mes objectifs , mais il faut être endurci parce que les personnes très sensibes risquent de craquer… Et je ne sait pas par quel miracle mais en doublant j’avais les idées hyper claires face au sujet (ce qui ne m’a pas empêché de faire des fautes trèèèèèèès bêtes mais ça c’est le cas de tout le monde indépendamment du classement)

Pour terminer, comment avez vous trouvé cette première année des études de santé ?
Dure, frustrante, interminable, mais même si c’est cher payé la suite en vaut vraiment le coup (et puis c’est quand même une année enrichissante pendant laquelle on apprend mieux que nulle part ailleurs à s’organiser même si c’est facile à dire après coup, c’est vrai qu’on s’en passerait bien)
BON COURRAGE!!!

Que pensez vous du site www.reussirmapaces.fr ?
Un site qui je pense est très utile pour tout futur P1 qui veut entamer l’année sans avoir l’impression d’être jetté dans la cage aux lions…

20