Actuellement, dans quelle filière êtes-vous et en quelle année ?
Dentaire 5ème année

Quelle fac, quelle année ?
UPF (Tahiti), 2009

Votre bac ? Votre spécialité ? Votre mention ?
Bac S, spé SVT, mention B

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?
doublante

Quel(s) concours avez vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?
médecine-donto-maieutique 16ème

Votre niveau au lycée ? Etiez vous assidu ou dilettante ?
Bon niveau, très assidue

Lors de votre PACES, habitiez vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?
Chez mes parents

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?
15min en voiture

Avez vous trouvé vos repères facilement à la fac ?
Oui

Avez vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?
Pas du tout! Je pense encore aujourd’hui que c’est une erreur de se mettre autant de pression avant le début des festivités. Quelle idée !

Pratiquiez vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?
Non (loin de là!. En y repensant, je me dis que c’est dommage.

Aviez vous des loisirs ? Des sorties ?
Pas de loisirs et très très peu de sorties (ça se compte sur les doigts d’une main et ça comprend noël et le jour de l’an ).
J’avoue être sortie en boite quelques semaines avant le concours, et ça m’a sacrément décontractée. Le tout est de savoir doser et se remettre en selle immédiatement pour travailler. Mais je le déconseille pour les maniaco-stressés qui ont tendance à s’auto-flageller pour très peu.

Aviez vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?
Non

Combien d’heures de sommeil aviez vous par nuit ?
Entre 5 et 6h, c’était difficile et éprouvant !

On ne le redira jamais assez mais une bonne nuit de sommeil est INDISPENSABLE.
J’avais l’habitude de me dire « que j’aurai le temps de dormir après mes études » et que « j’étais jeune donc je pouvais encaisser la fatigue », mais c’était stupide.

Il n’y a rien de pire que de se réveiller déjà fatigué; déjà parce qu’on se sent mal, mais aussi parce qu’on perd ÉNORMÉMENT en efficacité, et on n’intègre moins bien les cours appris les jours précédents, ce qui oblige à revoir des cours normalement acquis.

Combien d’heures travailliez vous par jour ?
Pendant la semaine, environ 12h: dès que je rentrais des cours (généralement vers midi) jusqu’à 1h du matin.
Le weekend, je travaillais un peu plus, de 8h jusqu’à minuit, mais « à la cool », histoire de bosser sans stress.
En période de révision c’était debout à 6h au plus tard et travail jusqu’à 1h. J’ai également fait pas mal de nuits blanches (je suis beaucoup plus efficace la nuit). Un gros risque, mais avec l’adrénaline, le stress et la persévérance, on est capable de faire à peu près tout et n’importe quoi!

Mes journées s’articulaient autour de mes révisions et du concours.
Un rythme de dingue quand j’y repense…

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?(Soyez le plus précis)
Méthode archi-stricte mais vraiment efficace:
-tous les jours je révisais les cours de la journée et les cours de la veille.
-le samedi je revoyais tous les cours de la semaine.
-le samedi fin d’aprem/soirée et le dimanche je revoyais des cours pris au hasard ou en fonction de mes envies.

+ anatomie tous les jours !!! J’avais un prof qui avait l’habitude de dire que l’anatomie devait être apprise 7 fois avant de pouvoir être acquise… La plus grosse partie de mes cours d’anat se déroulait au second semestre, mais j’avais commencé à l’apprendre dès début septembre.

–> Pas de secret, il faut EXERCER SA MÉMOIRE.

J’avais toujours un dicta sous la main, c’est une excellente sécurité, donc je vous conseille de bien investir dans votre dicta quitte à mettre le prix, mais vous en remercierez le ciel.

Ensuite, il faut ciblez sa méthode d’apprentissage. Perso, j’ai une excellent mémoire auditive et une bonne mémoire photographique; alors pour apprendre un cours, je le lisais à haute voix, et je le répétais jusqu’à ce que ça rentre. Pour l’anatomie, je mettais des schémas partout sur les murs de ma chambre, je suis même allée jusqu’à plastifier les plus difficiles pour les accrocher dans ma douche …

Faisiez vous des fiches ? Si oui comment ?
Non, c’est une PERTE DE TEMPS, de toute façon il faut tout apprendre, la sélection aux épreuves se fait sur le détail, donc synthétiser le cours ne sert à rien.
Rien de mieux que de s’arnacher d’une bonne poignée de stabilos de toutes les couleurs!

Avez vous travaillé seul(e) ? En groupe ?
Seule. J’ai besoin de mon confort, même encore pour mes révisions aujourd’hui. Je préfère être chez moi, devant mon grand bureau, un coussin dans le dos, un peu de musique de fond (ça détend), et tous mes cours à proximité.
Mais je crois que c’est vraiment propre à chacun. Certains disent qu’ils ont peur de trop se distraire en étant seuls chez eux (télé etc.), pour moi ce n’était pas le cas.

Travailliez vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?
Non. J’y allais pour prendre des bouquins ou faire des photocopies, mais rien de plus.

Etiez vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?
Pas de fac privée parce qu’il n’y en avait pas.

Les tutorats (ce que nous appelions ED) étaient obligatoires, et étaient utiles dans le sens où on se mettait en conditions « examens » et on faisait des annales.
Mais les profs étant déjà repartis en France, les tutorats étaient dirigés par une seule et même personne qui, même si très compétente, ne pouvait pas répondre à toutes nos questions. Donc nous n’avions aucune aide supplémentaire, personne n’était en position pour nous ré-éxpliquer des éléments du cours.

(pour infos, à tahiti, les profs assurant les cours sont les profs de bordeaux; ils viennent un par un, chacun pendant 2 semaines pour faire tout leur programme d’un coup)

Etiez vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?
On ne faisait pas de classement, donc aucune idée !

Aviez du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez vous ?
ça m’est arrivée oui. ça arrive à tout le monde.
On ne peut pas être au taquet tous les jours de l’année, et certains cours prennent plus de temps de révisions que d’autres.
Mais ça ne m’a jamais fait paniquer, puisque je ne me suis jamais imposée de planning de révisions; je travaillais sérieusement mais je choisissais les cours à revoir au gré de mes envies de la journée (moins de contraintes, mieux on se porte!).
Et si je devais dormir un peu moins pour bosser un peu plus un cours, ou sacrifier mon heure de repas, je le faisais. Pas de bénéfice sans sacrifice !

Quel était votre rythme de travail ?
Très intense (j’ai fait peur à mes parents). Ma vie était en mode « stop », je vivais pour mon concours. Mon futur s’arrêtait au jours des résultats, je ne voyais rien au delà.

Dans quel état d’esprit étiez vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?
Pendant l’année, assez détendue mais ultra-concentrée; pas d’esprit de compétition, c’était pas du tout la mentalité de l’amphi de toute façon. Et je n’ai jamais refusé mon aide à un de mes camarades.

Avoir l’esprit de compétition, c’est bien dans la vie de tous les jours ; mais pendant la P1? C’est une année particulièrement difficile et exigeante, alors je crois que ça n’apporte rien. La pression est déjà là, le concours pèse de tout son poids dès septembre, alors se rajouter une contrainte supplémentaire, c’est un risque que j’ai préféré ne pas prendre.

Par contre persévérance, je dis oui. Je dis même incontournable!

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?
Comme je l’ai dit plus haut, j’étais assez détendue dans l’année, mais je me suis découverte très stressée à l’approche/pendant les exams!

Bien sûr, j’ai eu des périodes de « déprime », à me dire que j’étais nulle, que j’allais finir à bosser à carrefour (j’ai un grand respect pour les hôtesses d’accueil), des périodes de « coups de pression » à me dire que je jouais ma vie, que si je prenais trop de temps pour manger c’était du temps de perdu pour réviser et donc une place de perdue dans le classement…

Mais ça fait partie de l’expérience de la P1! Donc culpabiliser, oui, ça booste et ça permet de rester concentré, mais il faut que ça reste contrôlé!

Dites-vous que tout le monde est dans le même cas; ce que vous vivez, ce que vous ressentez, ce que vous pensez, tout le monde le vit, le ressent et le pense aussi. En quelque sorte, vous n’êtes pas seuls, même si vous l’êtes… (option philo!!)

Quelle attitude aviez vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?
Très concentrée, je me débrouillais pour avoir une place dans les 2 premiers rangs, et je buvais les paroles des profs. Je notais tout.
Nous étions un petit amphi, donc l’ambiance était agréable, il n’y avait pas de bruit, pas de doublant qui essayait de déranger les primants… C’était un contexte très studieux qui nous incitait tous à rester sérieux (la concurrence était rude!)

D’ailleurs les profs débarquaient de Bordeaux super stressés, et ils repartaient le sourire aux lèvres et l’esprit zen en nous remerciant d’avoir été aussi sympas. J’ai eu beaucoup de chance de vivre ma P1 dans ce contexte.

Comment preniez vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?
Sur papier et au dicta pour la sécurité.
Le soir je réécoutais des passages des cours si j’avais un blanc.

Vous serviez vous des annales pour réviser ?
Bien sûr ! Les annales, c’est LA clef, ça vous permet de voir ce que les profs attendent de vous, comment sont construits les QCM et comment éviter les pièges, bref, ça guide votre façon de réviser !

D’ailleurs attention au titre de QCM: « cocher les réponses fausses », ça peut vous tuer votre année ce genre de piège.

Comment était organisée votre journée ?
-lever à 5h45
-arrivée à l’amphi à 6h15 pour réservez les places
-petit dèj ultra-vitaminé et caféiné en attendant le début des cours (le thermos de café, l’outil magique du XXè siècle!)
-cours à 7h
-fin des cours à midi (ou 17h si tutorat/ED l’après-midi)
-révisions de 13h à 1h
-coucher à 1h (je préparais mon sac de cours le soir et je sortais mes vêtements pour le lendemain)

Je mangeais devant mes cours (de toute façon y’avait rien de bien à la télé).

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?
La P1, c’est une année bordeline. On découvre de quoi on est capable et jusqu’où on est prêt à aller pour obtenir son bout de viande. ça sera l’une des expériences les plus traumatisantes de votre vie d’étudiant, mais surtout l’une des plus enrichissantes.

-Déjà, dites-vous que vous avez le droit de craquer; tout le monde craque. Un coup de blues, ça existe, et c’est pas la fin du monde. Il faut juste apprendre à se ressaisir!
Si vous flanchez au moindre pépin, à la moindre fatigue, si vous avez du mal à remonter la pente, alors ces études ne sont pas faites pour vous (c’est dur mais c’est comme ça malheureusement). La P1, ce n’est que le commencement, ça sera encore plus dur après en médecine (un peu moins en dentaire je l’avoue).

-Il faut trouver sa propre méthode de travail; c’est bien de se renseigner pour voir comment les autres travaillent, mais recopier un comportement n’est pas forcément bénéfique. Il faut que ça vous plaise, que vous ayez cette impression de travail accompli à la fin de la journée.

-Une bonne santé physique est importante puisqu’elle va influencer sur votre mental ; donc il faut bien dormir et bien manger (++++++++++)
J’ai très peu dormi, et ça m’a porté préjudice. Mais je n’écoutais personne à cette époque même quand on me tenait le discours que je tiens aujourd’hui. Le manque de sommeil m’a complètement achevé et il m’a rendue parfois très agressive. J’ai mis beaucoup de temps à me remettre de cette année.
J’ai eu une alimentation riche en poisson pendant la P1, et je n’hésitais pas à manger des féculents le soir avant les épreuves. Garder la ligne, en P1, on s’en tape !!!

-Attention à vos yeux !!! Mine de rien, on se fusille la vue en P1!
Attention aussi à votre dos, on se flingue très vite les cervicales et les lombaires.

-Les médicaments et autres boosters de mémoire : c’est bien, et c’est vrai que ça fonctionne (notamment sur la concentration et le temps de travail fourni) même si ça a tendance parfois à accélérer le rythme cardiaque. Perso j’ai bu aussi énormément de café et je me suis tué l’estomac (donc je déconseille vivement l’overdose de caféine!)

-N’hésitez pas à questionner vos profs, à leur ennoyer des mails etc. Il n’y a pas de question stupide et ils sont là pour ça !!!

-C’est une année de bachotage, donc pour apprendre, il n’y a pas de miracle, il faut revoir encore et encore et encore le même cours. Ce qui marche bien aussi, c’est d’écrire le plan de chaque cours sur une feuille, et pour vous tester, vous reprenez ce plan et vous essayer de recrachez les éléments importants du cours. C’est très efficace!

-Les stabilos sont tes meilleurs amis, surtout pour les mémoires photographiques.

-Les moments de détente, vous en avez le DROIT. Vous n’êtes pas des robots sur-humains, et un ciné ou un verre avec un ami ne vont pas vous tuer (et je sais qu’on croit justement le contraire…). En fait, je conseille vivement le moment de détente parce que ça permet de prendre de la distance par rapport au concours et de voir les choses sous un autre angle.

-Aucune impasse. C’est un risque qui peut couter très très cher (donc ne faites pas de pronostic sur les épreuves)

-Un élément de motivation ? Votre weekend d’intégration quand vous arriverez en deuxième année, et toutes les soirée étudiantes qui suivront. C’est peu être dur médecine, mais y’a de sacrées récompenses!

Je vous souhaite à tous un très bon courage pour cette année!

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?
Beaucoup de sérieux, une quantité astronomique de travail, un brin de chance, une cool-attitude bien dosée, une armée de stabilos et un gros nounours pour les coups de blues.

Pour terminer, comment avez vous trouvé cette première année des études de santé ?
Je ne la referai pas, mais j’y repense avec un regard attendrissant.

Que pensez vous du site www.reussirmapaces.fr ?
Une excellente initiative! Un grand bravo à celui/celle à l’origine de ce projet! J’aurais aimé avoir ça quand je passais ma P1.

11