Actuellement, dans quelle filière êtes-vous et en quelle année ?
Médecine 2ème année

Quelle fac, quelle année, quel numerus clausus ?
Fac : Amiens, Année universitaire : 2015-2016, NC médecine : 200

Votre bac ? Votre spécialité ? Votre mention ?
BAC S, spé SVT, mention TB

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?
Primant.

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?
J’ai passé le concours médecine où je suis arrivé 23ème.

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?
Au lycée j’étais plutôt assidu et j’avais déjà pris l’habitude de travailler efficacement.

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?
Pendant cette année, j’étais en colocation avec une amie.

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?
J’étais assez proche de la fac donc je mettais environ 5 minutes lorsque j’y allais en voiture, et un peu plus quand je prenais le bus (10 – 15 min). Parfois j’y allais aussi à pied (20 – 25 min).

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?
Dans l’ensemble oui, sauf les premiers jours, le temps de s’adapter aux nouveaux locaux, aux nouveaux cours, etc… Certains de mes amis étaient également en PACES avec moi donc je n’étais pas seul.

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?
Je n’ai pas travaillé les cours pendant les vacances d’été. J’ai préféré en profiter et bien me reposer.

Par contre, j’ai quand même fait une pré-rentrée avec une prépa privée deux semaines avant la rentrée officielle pour commencer à me mettre « doucement » dans le bain (c’était déjà pas mal intense pour un début ^^) et prendre un peu d’avance sur certaines notions qui allaient être abordées au cours du premier semestre.

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?
Oui bien-sûr, j’ai continué à faire du sport.
Le sport, c’est une véritable passion pour moi, j’en fais depuis que je suis tout petit donc il m’était tout simplement impossible d’arrêter…

Au lycée, j’avais le temps d’en faire presque tous les jours mais je savais qu’en rentrant en PACES, je serai contraint de restreindre mes entrainements par manque de temps. J’ai donc décidé de continuer l’athlétisme dans mon club, à raison de deux fois par semaine : le vendredi soir et le dimanche matin (2h environ à chaque séance).
Je profitais donc du week-end pour rentrer chez mes parents et pouvoir aller à mes entrainements, mais j’ai quand même mis les compétitions entre parenthèses car ça prenait énormément de temps…

Par contre, quand je rentrais sur Amiens la semaine, je ne faisais pas grand chose en activité physique, mis à part un peu de renforcement musculaire le soir, surtout pour me vider la tête après une grosse journée de boulot 😛

Tout ça pour dire que garder une activité physique est primordial pour ne pas pêter les plombs, à condition bien-sûr qu’elle ne prenne pas tout votre temps et que vous sachiez vous organiser.
Il ne faut pas croire que faire du sport pendant cette année est une perte de temps pour travailler, bien au contraire, ça permet de se vider la tête, de lâcher un peu les cours le temps d’un instant pour repartir de plus belle après une bonne douche 😉

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?
Mis à part le sport comme je l’ai dit plus haut, je ne faisais pas grand chose d’autre à côté.

J’aimais bien traîner un peu sur Internet, écouter de la musique, etc… Les choses ordinaires que tout le monde fait en fait ^^
Concernant les sorties et les soirées, je m’étais imposé de ne pas en faire. Je savais que cette année allait être une année de sacrifice donc je m’étais préparé moralement 😛

Au final, j’ai quand même fait deux ou trois sorties mais sans excès et ça m’a fait du bien 🙂

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?
Mis à part un oncle kiné, il n’y a personne.

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?
Mes heures de sommeil étaient assez aléatoires. Je suis plutôt du genre à me coucher tard et à avoir du mal à émerger le matin.

Je dirais que ça tournait entre 6h et 8h de sommeil en moyenne. Les jours où je me sentais vraiment fatigué, j’allais me coucher plus tôt mais sinon, je m’endormais relativement tard.

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?
Très honnêtement, je ne comptais pas mes heures de travail. Je rentrais de cours, je mangeais et je me mettais à bosser jusqu’au dîner, puis encore après avant d’aller me coucher.
Je ne me disais pas « bon aujourd’hui je bosse 10h », mais je me faisais un mini planning journalier avec tout ce que je devais faire dans la journée et j’essayais de le respecter 🙂
Mais je vous rassure, je faisais quand même quelques pauses entre deux ! 😀 Très important aussi les pauses ! 😉

Ce n’était pas tous les jours facile de s’imposer un tel rythme mais je pense que c’est la meilleure des solutions. Dès le début, j’ai pris une certaine routine et à la fin, ça devenait mécanique de bosser toute la journée.

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?(Soyez le plus précis)
Alors tout d’abord, je n’attendais pas cent sept ans pour commencer à apprendre les nouveaux cours.
Dès que j’avais vu un cours le matin (à Amiens, on a cours le matin pendant 4h tous les jours, sauf le jeudi où c’est l’après-midi), je l’apprenais le jour même ou le lendemain grand maximum. Sinon, on commence à prendre du retard et le retard en PACES, c’est notre pire ennemi ! Donc autant le retarder au maximum (pas fait exprès pour le jeu de mot ^^).

Concernant ma façon d’apprendre, la voici :

1) Je lisais le cours une première fois en entier sans m’arrêter pour savoir de quoi ça parle et m’en imprégner le plus possbile, mais sans m’attarder sur les détails.

2) Je commençais ensuite l’apprentissage à proprement dit, parties par parties, paragraphes par paragraphes. Je n’apprenais pas mon cours au mot près comme une poésie mais je lisais et relisais encore et encore les mêmes phrases d’un même paragraphe jusqu’à ce que je le sache, avant de passer au suivant.
Parfois, il m’arrivait aussi de réécrire le cours sur une feuille blanche ou sur un tableau, mais je ne le faisais pas systématiquement.

3) Une fois le cours entier terminé, je le relisais complètement une dernière fois en essayant cette fois-ci de bien retenir les détails.

Mais le plus important, ce n’est pas le temps que vous allez passer à apprendre un cours sur une journée, mais le nombre de fois que vous le reverrez pendant le semestre. La clé pour retenir un cours sur le long terme et dans le détail, c’est de le revoir autant de fois que possible, ne serait-ce que le relire. La mémoire fonctionne par un mécanisme de répétition donc plus vous relirez votre cours, plus vous le retiendrez 😉

Ca peut paraitre très rébarbatif comme méthode, et ça l’ai, mais ça en vaut la peine. Vous verrez qu’au fur et à mesure, vous lirez votre cours et tout semblera couler de source lorsque vous verrez défiler les lignes 😉

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?
J’ai dû faire deux ou trois fiches afin d’éclaircir certains points de cours et notamment rassembler pas mal d’infos dans un même tableau pour faciliter l’apprentissage, mais sinon, je ne suis pas un adepte des fiches. Etant donné qu’en PACES, chaque mot à son importance et que TOUT peut tomber au concours, faire des fiches n’était pas la meilleure solution pour moi, surtout si elles étaient synthétiques.
Après, si ce sont des fiches qui n’enlèvent pas d’informations mais qui les réorganisent de manière à faciliter l’apprentissage, je pense que ça peut aider ceux qui ont une mémoire visuelle (comme moi ^^).

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?
J’ai toujours travaillé seul car je me trouve moins efficace lorsque je travaille avec quelqu’un. J’aime bien m’organiser moi même et ne pas dépendre des autres pour bosser. J’avançais à mon rythme, je faisais des pauses quand bon me semblait, etc… J’ai toujours fonctionné comme ça 🙂

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?
Je travaillais toujours chez moi sur mon bureau. J’aimais bien avoir toutes mes affaires à disposition, aussi bien les cours que l’ordi, le téléphone, la nourriture (oui je suis très gourmand ! :P), etc…

Chez moi, je me sentais plus tranquille pour bosser en silence, si j’avais envie de parler à voix haute pour me réciter un cours ou encore me déplacer dans toute la maison pour apprendre, je pouvais le faire, alors qu’à la BU, c’est plus compliqué de faire tout ça 😛

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?
Je me suis inscrits dans une prépa privée dans laquelle j’ai fait ma pré-rentrée.
Plusieurs connaissances m’avaient conseillé d’en prendre une, et ça ne pouvait que m’aider durant cette année. Je suis allé aux portes ouvertes et je me suis bien renseigné pour être sûr de mon choix.
Effectivement, la prépa m’a beaucoup aidé et je leur dois beaucoup. On avait des séances de 4h chaque semaine, de nombreux concours blancs classés et corrigés, et surtout les fiches de cours réactualisées chaque année, claires, précises et exhaustives dans chaque UE.

Je recommande donc une prépa pour ceux qui en ont les moyens. Je sais que ça coûte très cher mais c’est vraiment une aide supplémentaire et un avantage certain.
Sinon, j’ai quand même effectué les concours blancs organisés par le tutorat (qui est gratuit à Amiens !!) et ça m’a permis de me situer par rapport à d’autres étudiants qui n’étaient pas dans la prépa.

Malheureusement, comme vous le savez, la PACES se sanctionne par un concours TRES sélectif. Tous les étudiants sont inscrits soit dans une prépa, soit au tutorat, soit dans une conférence, ou même les trois en même temps (ce que je ne conseille cependant pas ^^). Donc pour ne pas partir avec un handicap dès le départ, je pense qu’il est nécessaire de choisir une de ces possibilités pour mettre toutes les chances de votre côté 😉

Mais attention, la prépa et le tutorat sont une aide, et ce n’est pas forcément gage de réussite à coup sûr.
Quoi qu’il en soit, que vous choisissiez l’un ou l’autre, ou même les deux, il n’y a pas de secret : pour réussir, il faudra travailler 😉

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?
Oui, j’ai toujours eu de bons classements aux concours blancs, que ce soit ceux de la prépa ou ceux du tutorat.
Du coup, ça me motivait à chaque fois davantage car je me disais que si j’étais capable d’avoir de bons classements aux concours blancs, je devais aussi pouvoir le faire le jour J 😀

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?
Oui, bien évidemment, j’ai eu du retard dans mes cours, aussi bien au premier qu’au second semestre.
Je pense que le retard en PACES, c’est inévitable. Beaucoup vous le diront !

Cependant, il est toujours possible de limiter ce retard.

Pour ma part, comme je l’ai dis plus haut, je n’attendais pas des jours avant d’apprendre les nouveaux cours. Je les apprenais le jour même ou au plus tard le lendemain si j’avais d’autres choses importantes à faire.

Mais même de cette manière, les cours commencent à s’accumuler et on a vite l’impression d’être débordé…
Je vous dirais bien de ne pas stresser au regard de tout ce que vous avez encore à apprendre, et qu’il faut garder son calme et son organisation, mais moi même je n’y arrivais pas toujours. ^^

Quoi qu’il en soit, si vous êtes bien organisez, vous finirez par le rattraper ce retard et vous serez prêts le jour du concours, croyez-moi 😉

Pour ma part, quand j’ai commencé à avoir du retard (à peu près 1 mois et demi après avoir repris les cours), j’ai essayé de le rattraper le week-end mais en ne laissant cependant pas de côté les cours que j’avais déjà appris 😛
Ca a bien marché mais au bout d’un moment, ça ne suffisait plus.

Dans ce cas, pas de panique, dites vous bien que c’est pareil pour tout le monde et que vous n’êtes pas le seul à avoir du retard. Gardez votre rythme et votre sang-froid, et surtout, ne bâclez pas votre apprentissage sous prétexte que vous avez encore beaucoup de cours à voir. Selon moi en PACES, il vaut mieux privilégier la qualité que la quantité.

Personnellement, je suis arrivé aux semaines de révisions avec quelques cours non appris, notamment ceux qui arrivent à la fin du semestre car le rythme s’accélère, vous avez de plus en plus de connaissances à assimiler.
J’ai donc réservé les deux premiers jours de ces révisions pour apprendre tous les cours que je n’avais pas eu le temps de découvrir, avant d’entamer à proprement parlé les révisions.

Je n’ai pas eu le temps de tout rattraper en deux jours, alors chaque jour, et plus précisément le soir, je me réservais une heure ou deux à l’apprentissage des derniers cours. Et le jour J, j’étais enfin à jour ! 😀

Donc retenez bien que le retard, ça fait parti de la PACES, vous n’êtes absolument pas le seul à en avoir. Alors NO STRESS, gardez le rythme, ne changez pas vos habitudes à cause de ça, gardez le contrôle, restez motivés et tout ira bien. 😉

Quel était votre rythme de travail ?
Je m’imposais un rythme assez soutenu !
Le matin avant de commencer ma journée, je listais sur un post-it tout ce que je devais faire pendant la journée (cours à apprendre, cours à revoir, QCM à faire, etc..). Parfois, je faisais aussi un planning à la semaine.

Je ne comptais pas mes heures de travail (j’ai envie de dire « quand on aime, on ne compte pas », mais je n’irai pas jusque là quand même :D).

Quand j’allais en cours le matin, je rentrais chez moi pour manger et je m’y mettais juste après, en général vers 14h. Et je bossais jusqu’au dîner, en prenant le temps de faire des pauses et de goûter bien entendu 🙂 Je ne m’imposais pas d’horaires particuliers en disant « de telle heure à telle heure je fais ça » car je ne voulais pas me stresser avec des plages horaires à respecter à la minute près… Je préférais avancer à mon rythme et si j’avais besoin de prendre 4h pour apprendre un cours, et bien je les prenais. Idem pour les pauses, je ne me disais pas « je prends un quart d’heure de pause à telle heure » mais j’en faisais quand j’en sentais le besoin et que je voyais que je n’étais plus productif.

Encore une fois, c’est dans la même idée de privilégier la qualité à la quantité.

Cependant, bien trop souvent, je faisais des plannings à rallonge et j’avais rarement le temps de faire tout ce que j’avais prévu. Et ça, ça me stressait… Donc si je peux vous donner un conseil, c’est de réaliser des plannings réalistes et faisables sur la journée pour éviter toute panique soudaine inutile ^^
Et aussi être flexible sur ce que vous vous imposez. Par exemple, ne pas hésiter à remettre un cours au lendemain si il est tard et que vous êtes fatigués ou moins productifs. 🙂

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?
Ni l’un ni l’autre, et un peu des deux à la fois 😀

C’est vrai que j’avais un esprit plutôt compétitif car tout d’abord j’adore la compétition, et puis aussi parce que la PACES, c’est un concours où il faut être le meilleur donc forcément, c’était un challenge pour moi, une sorte de défi. J’avais toujours envie de faire mieux que la dernière fois, de grappiller le plus de places possible aux concours blancs, etc…

Après, quand on me posait une question ou que quelqu’un avait besoin d’aide, j’y répondais volontiers sans aucune arrière pensée.

Il faut rester soi-même, tout simplement ! 🙂

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?
Alors j’ai toujours été de nature très stressé depuis tout petit !

Mais bizarrement en PACES, je me suis senti plus « décontracté » (je n’étais pas zen de chez zen non plus hein ^^).
Peut être parce que les bons résultats aux concours blancs me donnaient confiance en moi ou tout simplement parce que j’ai appris à relativiser, je ne saurais pas vous dire…

Après je ne vous cache pas qu’à l’approche des révisions et du concours, le stress montait de plus en plus. Mais il parait que c’est du bon stress ! 😛

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?
En cours théorique, j’étais… dispersé.

J’avais un mal fou à rester concentré du début à la fin, même si ce que le prof racontait était intéressant. Je parlais beaucoup avec mes amis et quand j’essayais d’écouter le cours, je partais très vite dans mes pensées.

Avec le recul, je me dis que c’était peut être mon moyen de décompresser car c’était le seul moment de la journée où je pouvais discuter, voir du monde, etc…
Et puis comme il y avait les cours de la prépa qui arrivaient dans la foulée, je savais que je pouvais me permettre de ne pas trop suivre et de ne pas tout noter.
Il y a aussi le fait que j’ai une mémoire très visuelle, donc même en écoutant et en étant concentré, je ne retenais pas grand chose…

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?
Quand je prenais les cours, je les tapais à l’ordinateur.
Je trouvais ça plus rapide, plus propre et plus pratique ne serait-ce que pour rajouter une info que le prof aurait oublié, ou souligner, mettre en couleur les éléments importants du cours.

En maths et parfois en physique, je prenais le cours par écrit, car c’était trop compliqué et trop long de mettre toutes les formules sur l’ordi.
En chimie organique également, j’écrivais tout sur papier car le cours était presque uniquement constitué de molécules dessinées.
En anatomie, il est préférable que vous vous mettiez en binôme (avec quelqu’un en qui vous pouvez avoir confiance de préférence). Comme ça, l’un prend en note les explications du professeur pendant que l’autre dessine les schémas sur une feuille.

Enfin, je n’en avais pas mais je vous conseille quand même de prendre un dictaphone avec vous, car si certains profs prennent le temps que vous notiez, d’autres au contraire sont très rapides et enchaînent les diapos à grande vitesse ^^

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?
Oh que oui !!! 😀

Les annales sont vraiment indispensables et très complémentaires des cours. En effet, il m’est souvent arrivé de ne pas comprendre certains points de cours, de faire les QCM qui s’y rapportent, et de trouver dedans les réponses à mes incertitudes.

Il est primordial de s’entraîner sur les QCM qui sont déjà tombés les années précédentes, même ceux qui datent, car vous n’êtes pas à l’abris qu’un professeur remette au mot près la même question le jour du concours. Et là, c’est la joie extrême quand vous avez revu ce même QCM quelques jours plus tôt et que vous savez y répondre les yeux fermés (attention quand même à ne pas se tromper de case lorsque vous cochez :P).
Et attention aussi aux pièges que peuvent faire les professeurs lorsqu’ils rédigent leurs questions. Certains reformulent exactement la même question que l’année précédente, en changeant uniquement un mot clé ou en mettent cette même question à la négation.

Il faut TOUJOURS rester vigilant et prendre le temps de bien lire la question en entier avant de répondre ! 😉

Et d’une façon générale, faire les annales permet de voir quel style de questions le prof aime poser 🙂

Comment était organisée votre journée ?
Alors le matin, je me réveillais pour aller en cours de 8h30 à 12h45 (deux fois 2h de cours avec 15 minutes de pauses entre chaque).

Je rentrais chez moi le midi pour manger et je reprenais à 14h environ.

De 14h à 19h30 / 20h, je travaillais en m’octroyant quelques pauses.
Au passage en parlant des pauses, je préférais m’arrêter 2 ou 3 minutes entre chaque cours que je revoyais, plutôt que d’enchaîner 2 ou 3h de révisions et faire une longue pause à la fin. Après, tout dépend ce que vous préférez 🙂

Vers 19h30, je prenais le temps de manger et de prendre ma douche. Si j’avais le temps et le courage, je faisais un peu de renforcement musculaire (20 à 30 minutes) avant tout ça 😛

Après la douche, je retournais à mon bureau pour travailler. Je ne m’instaurais pas d’heures pour aller me coucher. Si je sentais que j’étais en forme, je pouvais bosser jusqu’à minuit, sinon je m’arrêtais en général vers 22h30. Et si j’étais vraiment fatigué et que je n’arrivais plus à m’y remettre, j’allais me coucher plus tôt.

Bien souvent, lorsque je n’arrêtais pas trop tard, j’aimais bien aller un peu sur l’ordi, regarder une série ou faire quelque chose comme ça avant d’aller vraiment me coucher, histoire de décompresser un peu et de se vider la tête 🙂

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?
Si j’avais un seul conseil à vous donner, ce serait de garder votre motivation et de croire en vous !

Beaucoup de gens sont passés par la PACES et beaucoup d’autres y passeront après vous.
A la base, tout le monde est sur un même pied d’égalité en PACES. Peu importe si vous avez eu une mention ou pas au BAC, peu importe dans quel lycée vous étiez il y a encore quelques jours, les compteurs sont remis à zéro car c’est nouveau pour tout le monde (sauf pour les doublants bien évidemment, mais ils sont passés par là aussi).
Et parmi tous ces gens, certains y sont parvenus et ont réussi à tirer leur épingle du jeu, alors pourquoi pas vous ?

Gardez bien à l’esprit votre objectif, travaillez dur pour l’atteindre, ne baissez pas les bras même si c’est difficile.
Vous aurez forcément des hauts et des bas, des jours avec et des jours sans. Il y aura certainement des jours où vous aurez l’impression que rien ne va, que vous n’avancez pas, que vous n’y arriverez jamais et que tout le monde est meilleur que vous. Mais c’est justement dans ces moments là qu’il faut croire en soi et ne rien lâcher !

Soyez persévérant et donnez vous au maximum dans ce que vous faites pour n’avoir aucun regret. Vos efforts finiront toujours par être récompensés ! 😉

Comme le disait Félix Leclerc, « Il y a plus de courage que de talent dans la plupart des réussites. »

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?
Principalement deux choses m’ont fait réussir cette année.

Premièrement, ma capacité à TRAVAILLER. Déjà au lycée je travaillais beaucoup et consciencieusement, ce qui m’a permis, dès mon arrivée en PACES, de me mettre rapidement au travail et de trouver un bon rythme. De plus, j’ai trouvé assez rapidement ma méthode de travail, celle qui me convenait le mieux, et je n’ai ainsi pas perdu de temps à essayer divers techniques et moyens pour être le plus efficace possible. J’ai donc gagné du temps dès le départ, et le temps en PACES, c’est très précieux 🙂

Deuxièmement, ma MOTIVATION !! Dès le premier jour où je suis entré dans l’amphi, je me suis dit « Allez, tu es là pour une année, tu dois tout donner et ne rien lâcher ! » Et c’est ce que j’ai fait. J’ai toujours réussi à garder cette motivation, à ne pas relâcher la pression même si j’avais de très bons classements aux différents concours blancs et au S1.
Et puis ce concours, je ne l’ai pas pris comme un supplice, mais plutôt comme un défi. Et je pense que cette façon de voir les choses, ça m’a permis de me motiver sur le long terme et de rester concentré sur mon objectif.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?
Pour finir, j’ai trouvé cette première année difficile dans son ensemble, mais très gratifiante !
J’ai passé mes journées à travailler, j’ai refusé de nombreuses sorties avec mes potes, sacrifié pas mal de loisirs, mais au final je ne regrette absolument pas puisque tous les efforts que j’ai fourni ont été récompensé avec un passage en deuxième année et ce, avec un très bon classement ! Que demander de mieux ?!

C’est vrai que sur le coup, c’est pas facile de se lever tous les matins en se disant que l’on va passer la journée à travailler… On se dit que ça va être horriblement long ! Mais les jours passent et puis on y arrive. Les semaines de révisions arrivent (très) vite, on donne tout pendant ces derniers jours, puis c’est le grand jour, le concours tant attendu ! Et en un éclair, tout est fini.
Au final, cette année est passée hyper vite et je me souviens encore de mon premier jour de pré-rentrée comme si c’était hier ^^

Et là on regarde tout le chemin que l’on a fait et on peut être fier ! 😀

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?
Ce site est vraiment complet et idéal pour aider les futurs P1 ! J’ai trouvé énormément de conseils et de témoignages qui m’ont permis d’en savoir un peu plus sur la PACES et surtout comment l’aborder au mieux. J’ai également eu l’occasion de lire le livre qui est très bien détaillé.

Je me suis toujours dit que si je réussissais mon année, je publierais à mon tour un témoignage. C’est chose faite ! 😉

45