Actuellement, dans quelle filière êtes-vous et en quelle année ?
Médecine 2ème année

Quelle fac, quelle année, quel numerus clausus ?
Angers, 2014-2015, NC de 170

Votre bac ? Votre spécialité ? Votre mention ?
Bac Scientique SVT spé physique chimie (spé qui sert à rien pour la P1), mention TB

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?
Primante

Quel(s) concours avez vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?
Je voulais que médecine, mais au cas où je me suis inscrite au 5 filières… on sait jamais !médecine : 72/1066 ; maïeutique : 31/682 ; kiné : 62/717 ; pharma : 123/463 ; odonto : 57/432

Votre niveau au lycée ? Etiez vous assidu ou dilettante ?
Dilettante ! j’avais 15, puis 14, puis 13 de moyenne. (j’aimais pas ça le lycée)

Lors de votre PACES, habitiez vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?
Je suis restée dans la même ville que mes parents mais j’ai pris une chambre en cité U, c’était mieux pour travailler et trouver mon propre rythme.

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?
15-20 minutes à vélo

Avez vous trouvé vos repères facilement à la fac ?
Oui, accès très facile quasiment à l’entrée du campus.

Avez vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?
NON, aucun intérêt, les cours (et donc les questions au concours) sont fac-dépendants et même année-dépendants. J’ajouterai à ça que vous risquez (comme je l’ai observé autour de moi) de craquer au moment le plus crucial (aux révisions par exemple) si vous vous cravachez trop tôt.

On avait un bouquin de SH à lire, je comprenais rien, ça m’a stressé, au final je l’ai jamais lu, et je m’en suis sortie avec 13 en socio (not terribole je le concède). Avec les fiches de ma marraine lue en bouquin de chevet c’est passé.

Pratiquiez vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?
Oui, quand je n’étais pas aveuglée par mon stress, je nageais au début de l’année une fois par semaine (1h30) et je courais régulièrement (1 fois/semaine le plus souvent).
Toutes les fois où je ne me sentais pas au top niveau boulot, c’est parce que j’étais non seulement fatiguée mais aussi en manque de sport (une semaine sans sport ça passe pas).

Pensez endorphines les amis ! C’est bon pour le moral, pour le corps, et donc pour la concentration…

Aviez vous des loisirs ? Des sorties ?
J’allais souvent au ciné avec une super amie ! (Genre toutes les deux semaines au moins)

Juste avant mes révisions de deuxième semestre je suis partie en « vacances » dans notre maison de famille, je continuais les cours à distance mais globalement j’ai quand même beaucoup glandé cette semaine-là, j’ai vraiment fait le strict minimum, j’ai passé des après-midi entiers dehors… Avant de partir j’étais stressée au point de ne plus taffer efficacement, mais alors après cette semaine c’était une renaissance, j’étais fraîche pour les révisions.

Pendant mes révisions du S1 je me suis fait les 3 Matrix en 2 jours ; pendant celles du S2 je regardais de 1 à 3 épisodes de Sex and The City (30min/épisode) par jour. Aucune culpabilité à tirer de ça, c’était nécessaire, je l’ai fait.

Aviez vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?
Mon grand-père était médecin généraliste, mais c’est tout. La vocation m’est plutôt venue quand ma grande sœur de lait a commencé ses études de médecine !

Combien d’heures de sommeil aviez vous par nuit ?
Le temps qu’il fallait : si je me couchais à 1h du matin, je mettais le réveil à 9:30 pour être sûre d’avoir au moins 8h de sommeil disponibles. En général je me réveillais toute seule après environ 7h40 de sommeil.
LE SOMMEIL C’EST NOTRE AMI ON Y TOUCHE PLUS ! (cf Némo)
Nan sérieux les gars, c’est la BASE.

Combien d’heures travailliez vous par jour ?
J’ai jamais compté, mais sûrement une dizaine d’heures au maximum.
– En semaine les cours c’était souvent 4h/jour de podcast, après ça je dirais 6 heures de relecture
– le week-end je ne saurais pas dire… 8h ?
– pendant les révisions S1, 5h actives par jour (le reste je regardais par ma fenêtre la fumée qui sortait de la cheminée)
– pendant les révisions S2 : ?????

Je pense que le nombre d’heure on s’en BAT LES STEAKS, ce qu’il faut savoir c’est que OUI on passe le plus clair de son temps à bosser, mais l’important à la fin de la journée c’est pas de se dire « yes j’ai taffé 15h aujourd’hui », mais plutôt « yes, même si j’ai pas fait tout ce qui était prévu, j’ai fait tout ce que je pouvais faire aujourd’hui, je suis contente d’avoir retenu toutes ces informations, ma journée a été utile »

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?(Soyez le plus précis)
Je vous donne ici ma méthode éprouvée du deuxième semestre uniquement, pas celle caca du premier ! mais c’est normal de se chercher aussi. La bonne méthode c’est la tienne et pas la mienne.

1) écoute attentive (ou pas, des fois c’est vraiment pas possible, dans ce cas faut avancer c’est tout) du cours, en apportant les modifs nécessaires à la version de l’année passée (de ma marraine)
2) le jour-même, lecture du cours, remise en page avec couleur etc (je passais un temps fou là-dessus, mais c’est super important d’avoir un cours qu’on s’est approprié). Ne pas trop se prendre la tête si y’a des trucs qu’on comprend pas.
3) le week-end, relecture du cours de la semaine. Déjà essayer de mettre en place des petits mnémotechniques.
4) aux révisions, je faisais direct les annales, en m’arrêtant dès que je ressentais le besoin de vérifier un truc dans le cours ; du coup y’a des passage de cours que j’ai revu des dizaines de fois pour vérifier les formulations, des détails infimes, mais à la fin ça rentre et c’est justement ces passages-là qui sont important le jour du concours !

Pour l’anat: je lisais mais surtout je DESSINAIS : je m’étais acheté un tableau blanc sur lequel je faisais et refaisais les dessins, je les effaçais et je recommençais…

Faisiez vous des fiches ? Si oui comment ?
NON, ou alors pour la biomol au S1 seulement : sur une feuille A4 je dessinais clairement (avec code couleur) le cycle de Krebs, la ß-oxydation… Ou alors en pharmaco j’ai pris celle de la prépa avec les formules importantes au concours.

Avez vous travaillé seul(e) ? En groupe ?
seule, parfois chez une copine pour changer d’environnement et pouvoir faire des pauses plus conviviales et ressourçantes

Travailliez vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?
J’ai travaillé :
– dans ma chambre U
– un peu à la BU à la fin du 1er semestre, mais ça m’angoissait trop de voir d’autres étudiants, donc sur les conseils d’une prof de la prépa j’ai arrêté et ça allait mieux, je n’y retournais que pour changer d’environnement pendant 1 ou 2 jours
– parfois chez une copine, en P1 aussi, en qui j’avais une totale confiance et avec laquelle on était sur la même longueur d’onde (IMPORTANT)
– chez mes parents pendant les révisions du 1er semestre (je ne suis cependant pas très satisfaite de mon efficacité durant ces révisions, qui m’ont fait terminer 250/1200, ce qui était insuffisant)

Etiez vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?
Au tutorat pour le CCB, dans une prépa pour les colles pendant l’année.

J’ai beaucoup questionné ce choix, que je ne regrette pas aujourd’hui, pour 2 grandes raisons notamment :
1) La prépa m’a permis de connaître les quelques rares personnes que je retiens de ma P1 et qui m’ont vraiment permis de me sentir bien socialement.
2) Les deux conseils qui ont changé mon année (méthode de travail, lieu de travail) m’ont été donnés par des profs de la prépa.
Et puis dans l’ensemble ça donne un cadre rassurant une ou deux fois dans ta semaine, tu te rappelles que tu n’es pas seul(e), et qu’y a une vie après la P1. Voir que les profs sont des gens normaux par exemple ça rassure au début !

Etiez vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?
Aux colles pas particulièrement, j’étais jamais dans le numerus, mais souvent dans la première moitié. Je ne révisais pas pour les colles notées, ni pour les concours blancs (= CCB).

Au CCB du 1er semestre j’ai fait 390/1200, finalement j’ai fini 250/1200.
Au CCB du 2è semestre j’ai fait 260/1000, finalement j’ai fini 72/1100 (en prenant en compte les notes du S1).

Aviez du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez vous ?
Je décrirais trois phases :
– début du S1 : beaucoup de retard, je voulais revoir mes cours super souvent, du coup je croulais sous le travail et j’étais stressée.
– à partir de mon changement de méthode, tout était beaucoup plus faisable, si j’avais du retard sur mon travail du week-end il était réglé le vendredi d’après (j’étalais sur toute la semaine en fonction de la masse de travail de chaque journée).
– au 2è semestre, j’étais très peu en retard, et quand c’était le cas je ne me prenais pas la tête, j’arrêtais d’appeler ça du retard et je le finissais le lendemain ou le surlendemain si j’avais trop de travail prioritaire le lendemain.

Ce que j’en dis aujourd’hui : il faut rationaliser le retard et ne pas le laisser te bouffer. Si tu as pris beaucoup de temps sur tel cours au détriment d’un autre c’est que tu en avais besoin, tu trouveras toujours le temps de bien voir cet autre cours.

Quel était votre rythme de travail ?
Je m’arrêtais pour une pause quand j’en pouvais plus ou que j’étais satisfaite, que j’avais rempli mes objectifs. Ça pouvait être toutes les heures, toutes les 30 minutes, ou au bout de 3-4 heures.

J’étais assez lente pour tout au début, je prenais parfois 3h pour revoir un cours d’1h. Mais j’ai jamais paniqué pour ça, je me laissais le temps.

Globalement tout est décrit dans « comment était organisée votre journée »

Dans quel état d’esprit étiez vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?
Autiste ?
Nan altruiste, vraiment, il faut. J’avais même créé un groupe facebook pour s’échanger nos documents avec un gros groupe de personne ; mais comme j’étais la seule à poster j’ai arrêté (j’ai par la même occasion supprimé mon compte facebook). Il faut être bienveillant, c’est pas parce que t’as filé ton cours à Truc qu’il va te plumer au concours, il aurait pu avoir un bon cours ailleurs, c’est vos capacités qui vont vous départager. Par contre si ça implique que tu sacrifies de ton temps/de ton énergie et qu’y a pas de retour, laisse tomber.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?
Stressée au S1, plutôt décontractée au S2 (sauf quelques petites périodes bien entendu, dans ce cas je faisais du sport, je prenais une soirée off, ou alors une fois je suis partie m’aérer à l’autre bout de la France pendant une semaine). Aux premiers partiels j’étais super tendue, je tenais sur un fil, d’un bout à l’autre des épreuves ; au deuxièmes partiels j’étais sereine, confiante, et ça m’a bien plus réussi.

Pour éviter le stress qui tourne en rond, il faut RELATIVISER sa situation le plus souvent possible. Chose sympa à faire : regarder Interstellar après un CCB par exemple. Là tu vas te souvenir qu’en fait la P1, c’est pas grave !

Quelle attitude aviez vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?
Au S1 j’allais en cours quand y’avait pas les carrés qui font le bazard (juste parce que je préférais ne pas me lever tôt et aller en cours sur la session de l’après-midi).

Au S2, plus de cours l’après-midi. Du coup pour pas être fatiguée et pour pas me laisser déconcentrer par l’ambiance d’amphi (qui est OUF en passant), je regardais les cours en podcast, dans ma chambre étudiante, comme ça je faisais des pauses quand j’étais plus concentrée.. Sinon ça sert à rien !
(bon après des fois t’es juste trop dispersé, faut soit aller courir, soit si t’as déjà essayé ça, tu passes le cours et t’enchaînes)

Comment preniez vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?
J’avais les cours de ma marraine le plus souvent, auxquels j’apportais les modifications nécessaires (encore une fois, c’est année-dépendant !). Quand y’avait le temps de copier à la main avec certains profs je le faisais, ça préserve la concentration. Par exemple en histo j’annotais à la main sur le diapo imprimé.

Vous serviez vous des annales pour réviser ?
OUI tout mon mois de révisions au S2 était basé sur les annales (et j’ai cartonné de ouf ce semestre-là).

Au S1 j’avais sorti les annales la dernière semaine de révision, ce qui est une erreur que je n’ai pas pu m’empêcher de commettre, bien que des profs de la prépa m’aient prévenu des effroyables dangers de cette pratique ; mais j’avais juste trop peur de ne pas connaître les cours. Mais une fois qu’on a fait connaissance avec les annales on ne peut plus s’en passer ! Cependant je ne regrette pas ce raté, ça a fait partie du processus.

Comment était organisée votre journée ?
– Le matin je me réveillais (entre 8:00 et 10:30 en général) après 8 bonnes heures de sommeil, je prenais mon petit déjeuner si j’avais faim, sinon je me mettais direct au travail si j’avais pas fini le cours que je relisais la veille par exemple (et/ou que j’en avais rêvé pendant la nuit).
– Je finissais de revoir les cours de la veille. Ensuite je me mettais à écouter les podcasts des cours du matin, ce qui durait souvent l’après-midi.
– Je déjeunais si j’avais rendez-vous avec quelqu’un ou si vraiment j’avais faim, souvent c’était plutôt vers 15h-16h que j’en ressentais le besoin, pour une pause ou parfois (souvent) devant un podcast.
– Ensuite je commençais la 1ère lecture (avec mise en page) de mes cours de la journée.
– Vers 21h je faisais souvent une pause dîner, une vraie pause cette fois (tête=pastèque).
– Je continuais à travailler jusqu’à ce que j’ai fini mes objectifs de la journée ou que je n’en puisse plus, souvent jusqu’à 0:30 – 1:00 du matin.

Si j’avais pas fini mes objectifs de travail je les terminais le lendemain matin entre 10:00 et 13:00, en attendant l’arrivée des podcasts.

Quand j’avais prépa j’adaptais ; je mettais le turbo soit le lendemain, soit le soir même.

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?
1) SOIS A L’ÉCOUTE de toi-même. C’est valable pour la méthode de travail, les pauses, les lieux où tu travailles, le sommeil, la faim, la soif, la non-faim, l’envie de chaleur humaine (les feuilles de papier comme les claviers d’ordinateurs c’est pas hyper affectueux).
Et si le fait de t’écouter te dit systématiquement que travailler c’est nul, t’es peut-être juste pas fait pour des études comme ça ! 🙂
2) FAIS CONFIANCE AU PROCESSUS. Ma mère me l’a dit un nombre incalculable de fois dans l’année, et c’est vrai.

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?
Bah je me suis écoutée et j’ai fait confiance au processus !
J’ajouterais que je savais ce que je voulais et j’ai jamais fléchi. Il ne m’est pas arrivé une seule fois d’envisager d’arrêter.

Pour terminer, comment avez vous trouvé cette première année des études de santé ?
J’ai très bien vécu ma première année, j’étais très stimulée par toutes ces nouvelles connaissances passionnantes. Le retour à la vie normale est très particulier, voire compliqué, mais c’est la première fois que j’étais fière d’avoir accompli quelque chose. C’est une force incroyable à avoir en soi.

J’ai eu des moments où je savais pas du tout comment me situer au S1, où ça me faisait peur, j’avais vraiment très peur de pas réussir, de juste pas être assez intelligente, endurante, sérieuse ; peur de pas être assez. Dès que je pensais aux autres je me voyais tellement petite au milieu de cette marée humaine de guerriers près au combat.

Et puis j’ai décidé de plus y penser, sur les conseils d’une prof de la prépa je ne suis plus retournée à la BU, et je suis restée dans ma chambre, la seule personne que je voyais de la promo c’était ma coloc actuelle avec qui j’ai forgé des liens très forts durant cette année. J’ai dû oublier les autres pour découvrir toutes les forces qui se trouvaient en moi.

En résumé : je me suis découverte, je me suis faite quelques amitiés très fortes, et au final, même si c’était très dur, c’est dans cette adversité que j’ai gagné la confiance en soi qui m’anime aujourd’hui.

Que pensez vous du site www.reussirmapaces.fr ?
Ça m’a beaucoup aidé de mélanger les expériences pour mieux construire la mienne, surtout avant la P1, ou alors pendant mes moments de remise en question.

23