Actuellement, dans quelle filière êtes-vous et en quelle année ?
Médecine 2ème année

Quelle fac, quelle année, quel numerus clausus ?
Lyon-Est 2015-2016. NC: 273 en médecine

Votre bac ? Votre spécialité ? Votre mention ?
S spé SVT, mention assez bien

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?
Doublant

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?
Médecine (210) et dentaire (31)

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?
Assidu. J’étais un élève globalement sérieux et travaillais quand il le fallait

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?
Seul, en appartement

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?
10 minutes à pied

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?
Oui. Un amphi nous est attribué pour toute l’année et une place à l’intérieur à choisir le premier jour pour l’intégralité de l’année. Il faut se montrer stratégique dès ce premier jour en venant bien en avance pour avoir le choix de la place. Mis à part cet amphi attitré et deux ou trois salles d’ED à situer, rien de plus à connaître.

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?
En bizuth, j’ai effectué un stage de pré-rentrée de 2 semaines en prépa privée, histoire de me mettre peu à peu dans le bain. On balaie une bonne partie du programme du semestre à venir, ce qui permet de se faire une petite idée de ce qui nous attend, tant au niveau du cours que des QCM classiquement posés.

Ce stage était ponctué par un concours blanc (premier classement de PACES, ça fait tout drôle). Après coup, je ne regrette pas un instant d’avoir fait ce stage.
On y prend ses premières habitudes de travail et adopte un rythme de vie proche de celui qui sera le nôtre pendant des mois. Il permet de prendre une petite avance sur des bizuths flânant encore sur le littoral, et se rapprocher (un peu) des carrés.

En carré, je me suis remis tout doucement au boulot à partir de la mi-août, en y allant crescendo (évitez de passer du néant total à un rythme de brut du jour au lendemain…), du style 2h les premiers jours à 6h sur la fin des vacances.
Que bosser ? Les matières du S1 qui avaient posé le plus de souci, ou du moins celles où l’on aimerait vraiment progresser par rapport à l’année de bizuth. Dans mon cas, la partie biomol en UE1 (#Momo #lesvraissavent) et l’UE2 (j’avais pas pris assez au sérieux cette matière en bizuth, petite erreur de débutant), rien de plus.

En faisant des recherches internet (+++), des notions s’éclaircissent sérieusement. Si j’insiste là-dessus, c’est parce que pendant la PACES, on prend difficilement le temps de passer une heure ou deux à le faire. Profitez d’avoir du temps pour tenter de COMPRENDRE votre cours, même si ça doit prendre une journée entière.
C’est du temps gagné pour la suite, et je ne l’ai vraiment pas regretté au cours du semestre.

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?
En bizuth, rien. En carré, encore moins… La transition lycée-PACES peut s’avérer difficile pour les sportifs à ce niveau-là ! J’ai simplement estimé que ceci faisait partie des sacrifices à effectuer.

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?
Je passais la soirée du vendredi ou samedi avec ma copine une semaine sur deux. On essaie de ne pas penser à la médecine dans ces moments (pas évident) et dans l’idéal de ne pas culpabiliser (très très difficile, surtout en carré)
La semaine suivante, c’était au tour de mes parents, n’habitant pas à Lyon, de me rendre visite pendant 4-5h le dimanche.
Le bon moyen pour s’aérer l’esprit, discuter d’autre chose que de biostats/histologie/biochimie en mangeant ensemble: recharger les batteries en somme !
Habitant à 2 heures de Lyon avant la PACES, nous avions convenu que c’était eux qui viendraient me voir le weekend, et non l’inverse, pour m’éviter de perdre du temps dans les transports.
Niveau sorties au cours de l’année, peut-être 2 restos dans le semestre le soir (et encore)

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?
Nope, personne dans le milieu

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?
Le sommeil… On ne le répétera jamais assez, mais il est capital de dormir suffisamment. Dormez autant que nécessaire (bon, peut-être pas 12h par nuit non plus) ! En ce qui me concerne, je dormais entre 7h et 8h, jamais en-dessous et jamais au-dessus. Aussi, j’essayais d’avoir sensiblement les mêmes horaires en semaine et le weekend : environ 23h30 → 7h.
Je conseille d’être très régulier au niveau du sommeil, pour qu’un véritable rituel se crée, toujours à la même heure.
Pour vous donner une petite idée, j’arrêtais de bosser à 23h au plus tard, je prenais toujours un petit quart d’heure pour faire mon programme du lendemain, écouter un peu de musique.

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?
THE question. Avant tout, bien distinguer qualité de travail et quantité de travail…
Mieux vaut passer 4h à bosser efficacement que 7h à soupirer et penser à autre chose ! Ayant cours le matin dans notre fac, je rentrais chez moi vers 12h30.
Je commençais à bosser à 13h30. A partir de là, je faisais de 1h30 à 2h de boulot, puis une pause de 10 à 15 minutes puis rebelote. En gros, ça m’amenait à environ 7h de travail personnel (après-midi + soirée) les jours où il n’y avait pas d’ED, prépa, tutorat au programme.

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?(Soyez le plus précis)
Ça peut sembler bête, mais peu importe la méthode adoptée, la base du travail est d’être totalement impliqué et plongé à 100% dans le cours. Pour ce faire, je mettais mon téléphone loiiin de moi, pour ne pas être tenté. Pour ceux qui comme moi travaillaient en écoutant de la musique au lycée, abandonnez au plus vite cette habitude.
Quant à ma méthode de travail à proprement parler, je lisais très attentivement mon cours, je surlignais abondamment mais en respectant un code couleurs malgré tout.

En carré, je lisais le cours à voix haute, en insistant sur certains points du cours, tel un prof le ferait.
C’est une méthode qui a bien fonctionné, et que je regrette de ne pas avoir appliqué dès mon année bizuth après coup. Pour le temps que je consacrais à un cours, je passais systématiquement quelques minutes à faire des QCM liés, que ce soit juste avant de lire le cours, ou juste après (moins bien, car rien de plus relou que de foirer les QCM juste après avoir passé du temps sur le cours…)

Aussi, étant moins efficace en fin de journée, j’y faisais de préférence des cours « soft », ou encore mieux des concours blancs/annales (qui nous forcent à rester actif dans notre travail).
Et comme beaucoup, utilisez des moyens mnémotechniques : on en trouve sur ce site notamment, mais l’idéal pour retenir est de les inventer soi-même.

Enfin, dès que j’avais fini de réviser un cours, je notais sur une feuille un élément de ce cours (et un seul), peu importe l’UE. Par exemple : « Naproxène : 1C* =/= Ibuprofène= 2C*) » Et parfois, je relisais cette fiche qui se remplit bien vite…

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?
Peu de fiches créées par mes soins (si ce n’est des frises chronologiques en embryo). La prépa dans laquelle j’étais inscrit, Mediplus, nous fournissait des fiches de cours extra (avec les nouveautés du prof pour l’année en cours + les annales du concours, corrigées) qui constituaient le pilier de mon apprentissage.

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?
Seul, en permanence.

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?
Chez moi, toujours. Comme je l’ai écrit plus haut, je lisais mes cours à haute voix pour les apprendre, chose impossible à faire à la BU…
Et aussi, pendant mes pauses, j’avais besoin de m’enjailler un peu en musique, donc voilà.

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?
Bizuth : Mediplus + tutorat (top level à Lyon-Est). Au niveau de la prépa, on avait des séances de cours (correction de QCM) assurées par un prof, 1 ou 2 fois par semaine, et quelques concours blancs.

Carré : tutorat toujours + Prépa Colles. Pas de séances de cours dans cette prépa, simplement une ou deux colles par semaine (rédigées par les profs de la prépa).

Les attentes d’un bizuth et d’un carré ne sont pas les mêmes, d’où mon changement de prépa d’une année sur l’autre : approfondissement du cours pour une bonne compréhension de celui-ci en bizuth et un maximum d’entraînement en carré.
Avantage à Lyon-Est, le tutorat est totalement compatible avec la prépa. J’ai assisté à toutes les épreuves du tutorat, c’est essentiel de s’entraîner autant que possible.
Je recommande fortement la prépa si vos parents peuvent vous la payer.
Elles ont été essentielles à ma réussite d’après moi, aussi bien l’une que l’autre. Après, certaines forces de la nature s’en sortent sans…

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?
Bizuth : première moitié du classement généralement, au tutorat et à la prépa. Dans le premier tiers une ou deux fois, jamais dans le numerus.

Carré : très souvent dans le numerus au tutorat. Et parmi les meilleurs à la prépa (effectif de 35 étudiants, tous carrés)

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?
En bizuth oui, comme la grande majorité je pense. Pour ma part, il était dû au fait que j’attendais que la prépa nous distribue les fiches de cours (environ 10 jours après le cours du prof en amphi).

En carré, pas ou très peu de retard.

Quel était votre rythme de travail ?
Soutenu, forcément. Comme je l’ai dit un peu plus haut je bossais entre 1h30 et 2h (jamais plus) puis je m’accordais une pause de 10 à 15 minutes. Et une journée type se résumait à l’enchaînement de ce cycle. C’est répétitif, mais on n’a pas le choix.
Adoptez le rythme qui VOUS convient, le plus tôt possible dans l’idéal ! Certains bossent 3-4 heures de suite avant de faire une pause, un rythme différent du mien et qui ne me convient pas du tout.

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?
Les deux mais avant tout compétition. J’allais aux différentes colles en ayant pour seul objectif de tous les battre (pour rester poli). Mais si à tout hasard quelqu’un venait me poser une question sur un cours, je lui répondais avec les éléments du cours que je connaissais réellement ! Mais en réalité, le PACES constitue un combat contre soi-même plus que contre les autres.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?
Plutôt stressé, surtout au premier semestre carré (celui que je redoutais le plus). Mais globalement c’était « du bon stress », qui ne m’a jamais paralysé. Le stress, c’est une chose, la fatigue qui s’accumule en est encore une autre…

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?
En primant, dispersé et peu concentré. J’avais du mal à être à fond matin, après-midi et soir… Après coup, je réalise que je me suis un peu trop reposé sur les fiches de ma prépa.

En tant que doublant, changement radical. Très concentré en cours, les yeux rivés sur mes cours, à l’affût du moindre changement dans le cours.

De plus, je notais l’insistance sur certains points du cours de la part du prof. Je partais du principe que si le prof passe beaucoup plus de temps que l’an passé sur un point, ce n’était sûrement pas pour rien … J’annotais ce point de mon cours avec un symbole. Au final, une partie de ces éléments de cours est finalement tombée, j’étais bien content !

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?
Papier pendant mes 2 années.
En bizuth, je ne prenais que peu de notes, me reposant encore une fois beaucoup sur les fiches de prépa. En carré, pas beaucoup non plus, uniquement les nouveautés et les points d’insistance.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?
Enormément, et c’est primordial ! Cela permet d’aborder au mieux les QCM du concours, en ciblant ce que les profs aiment poser comme questions et comment ils les formulent… De plus, certains profs font fréquemment retomber les mêmes questions.
Je pense notamment aux cours de Mme Cohen en UE1 pour les Lyonnais et beaucoup de profs d’UE6. Enfin, certains étudiants font les annales juste avant le concours mais perso, j’en faisais tout au long du semestre.

Comment était organisée votre journée ?
Lever vers 7h
4h de cours le matin (en semaine) / boulot chez moi
1h pour déjeuner, chez moi
5 heures de boulot l’aprèm
1h15 à 1h30 pour manger + se doucher
2h de boulot pour terminer la journée (jusqu’à 22h45 ou 23h)
Dodo à partir de 23h15-23h30 (jamais en-dehors de cette tranche, il faudrait être réglé comme du papier à musique en PACES)

Encore une fois, il s’agit d’une journée-type, à savoir sans ED, colle ni rien de particulier au programme durant l’après-midi. Au sujet des ED, ils ne sont pas obligatoires (je crois), du coup je n’y allais qu’en bizuth (plus une perte de temps qu’autre chose en carré).
A propos des cours en amphi, j’assistais à chacun d’entre eux en tant que primant. En revanche, il faut se montrer judicieux en carré. Pour ma part, je zappais l’UE2 et l’UE4 au S1 et l’UE7 au S2. A vous de voir comment vous voulez procéder…

En parlant de stratégie, en bizuth et en carré, j’ai fait l’impasse sur la partie biophysique en UE3bis. Cette partie du programme complexe demande énormément d’entraînement (donc de temps) et le prof qui pose les questions au concours se montre bien souvent impitoyable dans notre fac.

Au final, je ne regrette pas un instant d’avoir fait cette impasse puisqu’elle m’a permis de passer plus de temps sur les autres matières. Je sais que certains en ont fait autant, même en carré.

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?
– Croyez en vos rêves, tout simplement. Il ne tient qu’à vous que ceux-ci deviennent des réalités, vous avez les cartes entre vos mains.
– Ne vous découragez jamais et ne perdez jamais de vue ce qui vous a poussé à venir en PACES.
– Ayez confiance en vous, c’est tout simplement indispensable.
– N’écoutez que vous. Beaucoup de blabla et de bluff chez certains, n’en tenez pas compte.
– Pensez à tous les gens que vous rendrez fiers.
– Ayez toujours en tête qu’en PACES, tous les compteurs sont remis à zéro. Le lycée, la mention au BAC, on s’en fout royalement !

En Paces plus qu’ailleurs, il y a un temps pour tout : quand on bosse, il ne faut penser qu’à ça.

Quand on se détend, il faut le faire sans penser « médecine » (je vous l’accorde, c’est très difficile)
Ayez à l’esprit qu’en donnant tout ce que vous avez, vous serez forcément fiers de vous et n’aurez pas de regret à avoir. Et de fait, vous profiterez encore plus de la vie post-PACES !

Pour finir, une musique qui m’a toujours extrêmement touché et motivé, c’est « On my Way » de Axwell & Ingrosso, que j’écoutais tous les soirs dans mon lit juste avant de me coucher (quand je parlais de rituel dans les journées de Paces….)

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?
Pas évident à dire, c’est la combinaison de plusieurs paramètres ! Cela dit, on peut dégager quelques idées:

– ma motivation et mon envie de réussir, qui ne faisaient que croître au fil du temps
– un entourage toujours là pour moi, et qui lui aussi a fait des sacrifices
– la reprise du travail avant la rentrée en carré
– des petits ajustements dans mes méthodes d’apprentissage

(Doublant uniquement) Qu’est ce qui a contribué selon vous, à votre redoublement ? Quels enseignements en avez-vous tiré pour in fine, réussir ?
La mise en route, en septembre, a été relativement rude, comme pour beaucoup de primants je crois.
On réalise que le rythme du lycée est bel et bien révolu, et le fait de découvrir un environnement totalement nouveau peut effrayer !
On se montre parfois naïf, et on ignore certaines stratégies bien utiles de PACES
Ne pas l’oublier:
« Echouer, c’est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente. » Henry FORD

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?
Difficile, éprouvante mais finalement très brève ! On y apprend des choses passionnantes qui constituent des bases de ce qui nous attend. Plus que la masse de travail, c’est sur le plan psychologique que le plus gros effort est à fournir.
Elle permet également de mieux se connaître et de tester en permanence ses limites. Jamais en terminale je n’aurais imaginé pouvoir travailler 12 heures par jour… Et pourtant, à force de prise de conscience et de sacrifices, on réalise que c’est tout à fait envisageable ! On ressort véritablement grandi de l’expérience PACES.

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?
Excellent ! Idéal pour se rassurer en période de doute notamment. Il est aussi bon de lire les témoignages d’étudiants qui ont passé avec succès cette année, nous rappelant que c’est tout à fait possible d’y parvenir…

25