Actuellement, dans quelle filière êtes-vous et en quelle année ?
Médecine 2ème année

Quelle fac, quelle année, quel numerus clausus ?
Grenoble, 2015-2016, 190 places

Votre bac ? Votre spécialité ? Votre mention ?
Bac S, spécialité Physique/chimie, mention TB

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?
Doublante

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?
Médecine : 138/190 et Pharmacie : 90/97 (classement ADAC, en général on augmente d’au moins 10 places en médecine)

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?
Assidue

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?
En résidence universitaire, seule

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?
10 min en tram

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?
Repères organisationnels : Non. La masse de travail est très importante. Il faut apprendre les nouveaux cours + réviser en même temps + faire beaucoup d’exercices.

Repères géographiques : Il faut trouver les salles les séances de SEPI et apprendre à suivre le planning des salles de tutorat.

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?
En tant que bizuth: j’avais uniquement lu des méthodes de travail, ainsi que des forums, des témoignages. Je pensais être bien préparée mais j’ai rapidement pris du retard.

En tant que carrée : j’ai commencé à revoir mes cours dès la fin du mois de juillet (j’étais terriblement stressée !). Évidemment ce n’était pas à un rythme infernal de P1 : 4 à 5 heures par jour, je revoyais les matières du S1 qui m’avaient posé le plus de soucis (maths et biophysique). Ces deux matières nécessitent vraiment de prendre son temps afin de comprendre les mécanismes et les assimiler (ce que nous n’avons clairement pas le temps de faire en P 1 !).

Je pense vraiment qu’avoir repris et approfondi mes connaissances durant l’été fut un atout car ma rentrée fut plus sereine; c’était comme une continuité.

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?
Courir après mon tram quand j’étais en retard au tutorat !
Un peu de tennis et de la marche pour « m’aérer l’esprit ».

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?
Néant !
Cela semble dur au début mais il y a tellement de travail que finalement on n’a pas envie de sortir et perdre du temps.
Par contre, on apprend à apprécier les choses simples de la vie quotidienne qui paraissaient insignifiantes au lycée telles que : pouvoir manger en groupe à midi, marcher dans le campus, se préparer un petit repas simple et équilibré le soir; et « THE » grande sortie : prendre le train le week-end pour retourner chez ses parents (au moins 1 fois toutes les 3 semaines).
J’ai vécu ça 2 ans et je peux vous garantir que ça vaut le coup de tout donner pour réussir.

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?
Non, je suis la première médecin de la famille !

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?
Le sommeil c’est FONDAMENTAL ! Franchement si on a bien travaillé durant la journée on apprécie une bonne nuit de sommeil. C’est primordial car c’est durant le sommeil que nous ingérons toute la masse d’infos de la journée. Si on est fatigué on n’arrive plus à apprendre et on déprime.

Évidemment nous sommes tous différents (certains n’ont besoin que de 5 ou 6h de sommeil et sont au taquet le lendemain, moi j’ai besoin de mes 8-9h !). Donc il est nécessaire d’apprendre à connaître son besoin en temps de sommeil pour avoir une efficacité optimale tous les jours.

Je me suis rendue compte que le manque de sommeil avait un réel impact sur la qualité de mon travail (baisse de motivation, ras-le-bol, épuisement; déprime, pleurs !). Donc sommeil = essentiel !!!! Inutile de s’entêter à apprendre son cours si on tombe de sommeil. Il vaut mieux dormir et être plus efficace le lendemain.

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?
Si vous vous engagez dans cette année de PACES vous devez être prêt à ne pas compter vos heures de travail : au minimum 10 h par jour en période « normale » ,et beaucoup plus les mois de révisions !.
Après 2 ans d’expérience, je vous conseille d’aborder une journée en vous fixant des objectifs à atteindre (travailler tels cours) plutôt qu’à compter vos heures de travail. C’est une méthode beaucoup plus efficace.
Bon, évidemment, il y a des petits génies qui travaillent moins, mais ce message s’adresse aux gens dits « normaux » !

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?(Soyez le plus précis)
A Grenoble c’est sur DVD donc c’est plus facile pour organiser sa semaine (pas de trajet + programme de la journée déjà donné)

/!\ Il faut impérativement avoir trouvé SA méthode de travail le plus rapidement possible. Apprenez à vous connaître ! Organisez votre planning en fonction de vos capacités de travail (vous êtes du matin ou du soir ?) mixez cours + révisions + exercices, faites des pauses, profitez des pauses pour faire vos courses et manger avec vos amis. Il faut être lucide avec soi même ; si au bout de 3 semaines vous n’arrivez toujours pas à vous organiser, c’est mal parti pour cette année car vous aurez accumulé trop de retard (ma belle expérience de bizuth…). Alors soyez motivé et vigilant dès les 1ers jours !

Pour ma part j’ai trouvé ma méthode durant ma deuxième P1 :
J’écoutais dans un premier temps le DVD → il faut « tuer » le cours : vous repérez la structure du cours, le contenu des diapos, l’intonation du professeur sur certains thermes importants. Il faut saisir le maximum d’info durant cette première découverte.
Puis je prenais les polys de ma prépa. Surlignage. Tout apprendre (presque « comme un bourrin ») mais aussi comprendre !

Le surlignage : j’ai utilisé un code couleur ! c’est FONDAMENTAL (chaque couleur a sa signification, son thème). Certes, ça prend du temps au début mais ensuite ça deviendra un automatisme et lors des révisions les éléments du cours seront ciblés. Une couleur pour : les définitions, les fonctions, les localisations, les pathologies, les chiffres.

Apprendre : Chacun a une méthode d’apprentissage propre. Pour ma part c’était : l’écoute avec le DVD, la lecture avec les polys, l’écriture avec la rédaction de fiches/tableaux et la recopie de passages complexes. Et surtout je me récitais tous les cours à voix haute pour mieux les retenir (en gros tu t’écoutes parler face à ton mur !)

Répétition : plus vous relirez votre cours, plus vous le connaîtrez sur le bout des doigts. Je revoyais les cours au moins 3 fois avant le tutorat : la 1ere fois pour le découvrir et l’apprendre, 3 jours après pour le réviser (ou l’apprendre de nouveau parfois !), 3 semaines après pour me préparer au SEPI et enfin le week-end avant le tutorat.

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?
Partez du principe que l’INTEGRALITE du cours peut tomber au concours. Donc tout est à connaître par cœur (et doit être compris afin d’éviter de tomber dans les pièges !). Votre fiche devra être uniquement un SUPPORT plus facile pour votre apprentissage.

J’avais fait des fiches uniquement sur des choses que je n’arrivais pas à apprendre : formules, biostats, localisation des épithéliums.

Astuce : Si vous voyez une liste dans le cours avec des caractéristiques différentes, alors faites vous vite un magnifique tableau afin de savoir répondre à la question piège qui ne manquera pas de tomber le jour du concours !.

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?
J’aime plutôt travailler seule car je travaille alors à mon rythme. Cependant, je me suis rendu compte qu’il est important – et même primordial – de travailler en plus avec un binôme. Vous pourrez alors échanger sur ce que vous n’avez pas compris et parfois vous rendre compte que vous n’aviez pas vu la notion de cette façon. Vous récitez chacun une partie du cours ce qui vous permet de réviser de façon plus agréable. Vous mémoriser ainsi mieux vos erreurs !
Cela vous permet aussi d’avoir un minimum de vie sociale, indispensable à votre équilibre.
L’idéal est de travailler avec un binôme qui a le même niveau que vous afin de maintenir un bon rythme de travail.
A mon avis il ne faut pas être plus de 3.
Il faut se fixer les thèmes de travail + la durée afin d’être efficace. C’est une des principales clefs de la réussite au concours.

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?
Beaucoup préfèrent travailler à la bibliothèque universitaire. Pour ma part, comme je travaille à voix haute je reste plutôt chez moi. J’ai un casque anti bruit + des bouchons d’oreille pour rester concentrée lorsque les voisins font du bruit !

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?
Les DEUX !
Les tutorats sont des questions posées ou contrôlées par les professeurs, donc indispensables !
En carrée j’ai pris une prépa, certes ce ne sont pas des questions posées par nos professeurs mais j’avais besoin d’un meilleur encadrement (les tableaux et diapos de ma prépa m’ont été d’une grande utilité) et besoin d’exercices d’entraînement. Toujours s’entraîner, faire toutes les annales, échanger des colles entre collègues de différentes prépas. si vous le pouvez. Mettez toutes les chances de votre côté !

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?
En bizuth mon classement final était à 10 places celui du tutorat. Donc les classements du tutorats sont pour la « majorité » une bonne estimation de votre niveau.

En carrée, j’ai eu d’excellents classements en tutorat au 1er semestre et le jour du concours je me suis plantée sur 2 matières ! Heureusement, j’ai ensuite eu d’excellente notes dans toutes les matières, ce qui m’a permis de « remonter » de 100 places et réussir le concours.

Conclusion : Les tutorats sont plutôt représentatifs de votre niveau. Mais veillez à ne pas être trop confiant ! C’est uniquement le jour J qui compte !

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?
En temps que bizuth je n’avais pas tant de retard mais n’ayant pas ou pas assez fait d’exercices je suis tombée dans tous les pièges !

En carrée j’ai fait beaucoup d’exercices + des entraînements avec mon binôme.
Le retard est impossible à gérer. Si vous ratez votre train, vous prenez le suivant. C’est pareil pour la PACES !
Il vous faut rester vigilant + suivre votre planning de travail. S vous êtes régulier dans votre travail il n’y aucune raison d’avoir du retard. Un retard de quelques jours est rattrapable, mais pas plus.

Quel était votre rythme de travail ?
Intensif en période normale. A son paroxysme en révision.
Tout travail doit être R.E.G.U.L.I.E.R. Tout doit devenir un automatisme, une habitude pour tenir le coup et rester motivé. Il faut s’accrocher à l’idée qu’on VEUT être médecin et que tout se joue maintenant.

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?
Qu’on le veuille ou non, il faut avoir l’esprit de compétition pour donner le meilleur de soi même et avoir les meilleures notes car les places sont chères.
Mais les autres ne doivent pas être perçus uniquement comme des concurrents. On a besoin d’amis qui vivent la même chose que nous pour en parler, en rire, se défouler. Une saine compétition n’empêche pas de travailler ensemble et d’échanger.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?
Plutôt décontractée en tant que bizuth car je travaillais beaucoup mais je restais dans la l’illusion du lycée :travail = réussite. Grosse claque donc dès le S1 !
En tant que carrée : stressée au S1 car c’est notre dernière chance, mais assez confiante car j’avais d’excellents résultats au tutorat ; puis grosse claque avec 2 mauvaises notes ! J’avais alors le choix : la déprime ou le travail. C’est là que tu dois te dire « Je veux être médecin !» Je me suis donc accrochée, j’ai beaucoup travaillé, beaucoup pleuré et beaucoup re-travaillé.

Tu ne peux pas ne pas stresser en PACES ! Par contre, il faut savoir vite évacuer ton stress et te concentrer sur ton travail + ta motivation.

Mais il faut aussi savoir être lucide : tu dois pouvoir analyser ta capacité de travail + ta motivation + ton rang de classement, afin de déterminer si tu dois continuer ou pas.
Je n’étais pas dans le numerus clausus mais je savais que je pouvais rattraper mon retard ; ça m’a énormément motivée. Attention : certains y étaient au S1 mais n’y sont pas restés … rien n’est acquis, il faut travailler sans relâche !

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?
Grenoble travaillant sur DVD, je n’ai connu que les SEPI. Ils sont ESSENTIELS. Futurs paces grenoblois allez à TOUS les SEPI !
J’étais hyper attentive, certaines questions des étudiants inspirent les profs et ces derniers insistent sur les points importants du cours. Donc pour moi ils sont aussi importants que les tutorats !

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?
En bizuth j’ai pris les polys AESG
En carrée j’ai pris une prépa et j’apprenais sur leurs polys.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?
Elles sont INDISPENSABLES !J’en faisais une après la première lecture du cours pour cibler ce que le prof attendait de nous, puis j’en faisais avant le tutorat et tous les jours pendant les révisions.

Les profs aiment beaucoup certaines questions qui retombent souvent. De plus il faut saisir « l’esprit » des questions – et particulièrement au second semestre – : certains profs demandent beaucoup de réflexion dans leurs items, alors que pour d’autres trop de réflexion amène à nous créer de propre piège (#dédicace aux carrées qui voient des pièges partout).

Comment était organisée votre journée ?
– Ma devise chaque matin au réveil « Aujourd’hui est une belle journée pour apprendre » (adaptation Grey’sAnatomy 🙂

– Matin: 7h30 – 11h (et 6h15 lors des journées de révision)

– Repas au resto U : 11h-12h30

– AM : 12h30 – 16h

– Sortie de 30min au moins (THE grande détente pour s’aérer le cerveau et s’oxygéner)

– Soirée : 17h-19h

– Repas puis 20h-22h

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?
1) Vous devez avoir un mental d’acier, une détermination et une motivation sans faille.
2) Apprenez vraiment à vous connaître pour toujours donner le meilleur de vous même dans votre travail et être fier de chacune de vos journées.
3) Entourez-vous ! (amis en semaine, famille le WE ou au téléphone tous les jours)
4) Privilégiez le sommeil
5) On a tous des moments ou on veut tout plaquer ou balancer ces satanés cours par la fenêtre (véridique) ; pensez toujours que vous n’êtes pas le seul, tout le monde éprouvera la même chose à un moment donné !
6) Ne culpabiliser pas lorsque vous faites des pauses
7) Promenez vous ! Rien de mieux quand on sature que de prendre ses écouteurs et partir faire le tour du campus pour s’aérer et se vider l’esprit 15 min. au moins

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?
D’avoir un soutien inestimable de ma famille et de mes amis, couplé à une farouche volonté de réussir qui m’a poussée à « m’acharner » des centaines d’heures sur mes cours.

(Doublant uniquement) Qu’est ce qui a contribué selon vous, à votre redoublement ? Quels enseignements en avez-vous tiré pour in fine, réussir ?
Je n’avais pas une bonne méthode de travail en étant bizuth et je me suis rapidement laissée submerger par la masse de connaissances qu’on nous demandait. Ma méthode était trop scolaire : c’est un concours, pas un examen. Vous pouvez rater votre concours en ayant 14,7 de moyenne ! (et ça peut se jouer au centième parfois !)
Après mon échec au S1, j’ai passé beaucoup de temps à pleurer et me lamenter sur mon sort. Puis j’ai décidé de bosser au maximum le 2eme semestre pour voir de combien de places je pouvais remonter. Mes résultats m’ont encouragée . J’ai révisé durant mes vacances + préparé un nouveau planning pour la rentrée + inscription dans une prépa pour faire beaucoup d’exercices.

En carrée je me suis imposée pendant 9 mois un rythme militaire. Il faut être discipliné, garder le rythme, fournir un travail répétitif et intensif.

Il faut se sortir de l’habitude de confort du lycée (même si à l’époque on n’en avait pas conscience !). Je vous promets qu’on arrive à apprendre des milliards de choses, ne vous sous-estimez jamais, accrochez vous !

On apprend énormément sur soi en P1, sur ses limites, sur ses capacités et on se découvre une force qu’on n’imaginait pas. Elle nous pousse à donner le maximum de nous même chaque jour.

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?
Lorsqu’on vous dit que « la PACES c’est l’enfer » sachez que c’est vrai; personne n’exagère !
On est sous pression, on stresse, on pleure, on se réveille la nuit car on a oublié son cours, on a l’impression de mettre sa vie entre parenthèse, on doit prendre des vitamines tous les jours, on commence à consommer du café sans modération, …
Parfois on trouve le temps trop court (si les journées sont trop courtes pour apprendre notre programme ! ) ou au contraire interminable (on en a marre de revoir 10 fois les mêmes cours !).

C’est vraiment une année difficile à vivre et c’est notre volonté et notre motivation qui nous font tenir le coup. Le plus dur c’est qu’on peut avoir de très bonnes notes et ne pas réussir à passer en 2eme année. Il est important de bien se renseigner sur le numerus clausus de chaque fac et le nombre de candidats.

Mais quelle joie lorsqu’on réussi ! (et on pleure, de joie cette fois)

Alors, COURAGE à vous toutes et à vous tous !

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?
J’ai beaucoup aimé votre site. J’y ai trouvé des informations intéressantes et de précieux conseils. Je m’étais promis de faire part à mon tour de mon expérience afin d’apporter mon aide à d’autres étudiants, comme vous l’avez fait pour moi. C’est chose faite !

35