Actuellement, dans quelle filière êtes-vous et en quelle année ?
Dentaire 2ème année

Quelle fac, quelle année, quel numerus clausus ?
Montpellier, 2013-2014, NC : 52/2609 en dentaire (209 en médecine, 188 en pharma)

Votre bac ? Votre spécialité ? Votre mention ?
Bac S, spécialité physique/chimie, mention Bien

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?
Doublante

Quel(s) concours avez vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?
J’ai passé médecine (275/1747), dentaire (141/942 et 34/52 au final) et pharmacie (171/1105)

Votre niveau au lycée ? Etiez vous assidu ou dilettante ?
J’étais le genre d’élève à faire le strict nécessaire : je faisais mes devoirs, je révisais mes cours pour les contrôles, et c’est tout. Je restais sérieuse mais je ne m’y mettais pas à fond.

Lors de votre PACES, habitiez vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?
J’habitais chez mes parents.

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?
10 minutes de bus puis 20 minutes de tram.

Avez vous trouvé vos repères facilement à la fac ?
Lorsque j’étais primante, j’ai participé au stage de pré-rentrée du tutorat qui comportait une visite de la fac, j’ai donc vite pris mes repères dans la fac. L’endroit où ont lieu les cours des PACES à Montpellier sur le site Médecine n’est pas très grand, et on en fait vite le tour.

Avez vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?
Non. J’ai fait le stage de pré-rentré les deux dernières semaines d’août, et c’est tout. Tout simplement parce que je ne connaissais pas vraiment le programme, ce qu’il fallait apprendre, et que je restais dans mon esprit « je travaille le strict minimum ».
Autant dire que j’ai vite déchanté !

Pratiquiez vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?
Non. Je ne suis pas très sportive à la base, donc je ne faisais rien du tout en dehors de la PACES.

Aviez vous des loisirs ? Des sorties ?
Chaque fin de semaine, je me prévoyais 2-3h de grosse pause pour me détendre. Je regardais des films, des séries, j’appelais ma meilleure amie. Je ne sortais plus du tout, car mes amis restés sur Montpellier étaient tous en PACES, et nous travaillions tous.

Aviez vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?
Oui. Beaucoup de mes oncles et tantes sont médecins et j’ai un oncle pharmaciens. Deux de mes cousins sont dentistes, et j’ai trois cousines actuellement en 6° année et 3° année de médecine, ainsi que 5° année de dentaire.
D’autres personnes dans ma famille ont aussi tenté le concours mais n’ont pas réussi, autant dire que nous avons les métiers de la santé dans le sang ! Mais je ne dois pas ma réussite à cela.
Je n’avais aucune connaissance du concours avant de commencer.

Combien d’heures de sommeil aviez vous par nuit ?
Je dormais environ 7 heures par nuit, je me couchais à 23h et me levais à 6h15. Cela me suffisait amplement pour ne pas tomber de sommeil sur mes cours. J’ai gardé ce rythme durant mon année de doublante, je dormais beaucoup moins quand j’étais primante, je me couchais après minuit et ça ne m’a pas servi !

Combien d’heures travailliez vous par jour ?
Pendant mon année de doublante, je travaillais de 8h du matin (7h30 parfois) jusqu’à 19h, puis jusqu’à 20h au deuxième quad. Je rentrais tard chez moi, et je n’avais pas beaucoup le temps de travailler après le dîner car je mangeais tard.
Le matin, je regardais les cours de la veille en vidéo car je n’allais plus en amphi à partir de Novembre.
Je travaillais entre 8 et 10 heures par jour pendant le mois de révision en semaine, et jusqu’à 12 heures en week end.

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?(Soyez le plus précis)
J’étais très organisée. Pour pouvoir apprendre quelque chose, il faut que ce soit clair dans ma tête avant de l’assimiler, alors je préparais chaque dimanche soir mon planning pour la semaine prochaine, en casant TD, cours, tutorat et révisions.

Pendant la période où on avait encore cours, je regardais les cours de la veille le matin, je prenais 45 min/1h pour manger, puis j’apprenais les cours vu le matin. Si j’avais du temps supplémentaire, je révisais un cours sur lequel j’avais un peu de mal.

Pendant le mois de révisions, je me réservais des tranches horaires de 3-4h pour les grosses matières comme l’UE1, l’UE2 et l’UE5. En UE7, je m’entraînais aux sujets écrits car j’avais beaucoup de mal dans cette matière.

En fin de demi-journée, je faisais des QCM pour me tester. Pour l’UE3 et l’UE4, j’apprenais mon cours plusieurs fois puis je faisais des QCM (plus que dans les autres matières) pour bien retenir les formules et comment les utiliser. Chaque fois que je revoyais mon cours, j’étais dans l’état d’esprit « je ne l’ai jamais ouvert et je dois l’apprendre pour la première fois », ainsi j’étais sûre que ne rien oublier.

Pour apprendre, j’ai une mémoire auditive, alors chaque fois que j’étais chez moi, je me racontais mon cours à voix haute. La semaine, je travaillais à la fac, donc j’étais armée de mon paquet de brouillon, et je lisais mon cours silencieusement tout en l’écrivant. Je faisais donc aussi travailler ma mémoire visuelle, ce qui m’a bien servi pour l’anatomie…

Le plus important est de revoir chaque cours au moins toutes les deux semaines, voir trois si vous avez une très bonne mémoire, afin de ne pas le redécouvrir pendant le mois de révisions.

Faisiez vous des fiches ? Si oui comment ?
Je faisais des fiches uniquement en UE3 et en UE4. Je notais les formules, et c’est tout ! Je le faisais pour revoir rapidement mes formules sans devoir les chercher pendant longtemps dans mes poly si jamais j’avais un trou. Je ne voyais pas l’intérêt dans les autres matières, car il fallait littéralement tout savoir !

Avez vous travaillé seul(e) ? En groupe ?
Je travaillais seule, mais j’étais en salle de travail avec mes amis. Nous nous dispersions dans la salle pour ne pas parler. Si jamais j’avais des problèmes de compréhension, ils étaient là au cas où !

Travailliez vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?
Comme dit au dessus, je travaillais en salle de travail à partir de Novembre (pendant mon année de doublante ; primante je travaillais chez moi). Comme j’habite un peu loin de la fac, c’était plus pratique pour aller à la prépa en plein milieu d’après-midi. De plus, je ne travaille pas du tout quand je suis toute seule…

Voir les autres travailler autour de moi me motivait et me forçait à travailler car je ne voulais pas qu’on me juge comme quelqu’un qui ne travaillait pas. Les moments où j’avais le plus de mal à travailler étaient le week end, car mes parents étaient à la maison, et avec la télé, l’ordinateur dans la chambre, j’étais aisément distraite.
Donc travailler à la fac était une nécessité pour moi !

Etiez vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?
Les deux. Primante, j’ai uniquement fait le tutorat et ça ne m’a pas suffit, j’avais besoin qu’on m’encadre un peu. En prépa, j’ai pris les matières pour lesquelles j’avais le plus de mal et j’en étais très contente.

Je pense que si on arrive à travailler sans personne pour nous surveiller un peu, si les gros amphis où les doublants font du grabuge ne dérangent pas, le tutorat peut suffire. Ce n’était pas mon cas. Néanmoins, j’ai fait toutes les séances du tutorat pendant mon année de doublante et cela m’a vraiment, vraiment aidé, parfois plus que la prépa.

A Montpellier, nous avons la chance d’avoir le meilleur tutorat de France, et je dois ma réussite grâce à eux, pas seulement grâce à la prépa.

Etiez vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?
Cela dépendait des matières mais j’étais toujours dans première moitié au moins. Grosso modo, j’ai toujours mieux fini classée au concours qu’aux colles.
Au concours blanc du premier quad, il a été parfaitement représentatif et au second quad j’ai fait mieux au concours car j’avais du retard à ce moment là. Mais les concours blancs restent très représentatifs de notre niveau par rapport aux autres.

Aviez du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez vous ?
Alors oui, j’accumulais du retard, même en doublante, car il y avais des week end où je ne pouvais tout simplement pas travailler : aucune motivation, trop de distractions… Au premier quad de mon année de doublante, j’avais accumulé jusqu’à trois semaines de retard et je l’ai payé assez cher au concours.

J’étais quand même bien classée, mais pas autant que je l’aurais voulu. Au deuxième quad, j’ai eu aussi pas mal de retard qui fait que je n’ai revu que certains cours deux fois avant le concours (notamment les spé), mais j’ai une très bonne mémoire alors ça ne me faisait pas plus peur que ça. Et au final, ça ne m’a pas porté préjudice !

Quel était votre rythme de travail ?
Je travaillais énormément à la fac en semaine car je savais que mon rythme serait beaucoup moins soutenu le week end. Alors, à la fac, c’était isolée de mes amis, le portable dans le sac, les boules quies s’il y avait trop de bruits, et on devait me déranger le moins possible !

Je ne prenais quasiment pas de pauses (je n’en ai jamais vraiment ressenti le besoin) sauf si mon cerveau arrivait à saturation. Si je saturais, j’arrêtais tout et je sortais m’aérer l’esprit, ou je rentrais carrément chez moi s’il commençait à être tard. Cela ne servait à rien de se forcer à continuer, rien n’allait rentrer et j’aurais perdu mon temps plus qu’autre chose.

Le plus important, c’est de trouver un rythme qui vous conviennent. Vous avez besoin de dormir 10 heures par nuit ? Dormez 10 heures par nuit. Si vous êtes fatigué, vous ne serez pas performant.
Si vous êtes efficace le soir, vous pouvez travailler la nuit (pour ma part j’aimais beaucoup) jusqu’après minuit, et si vous êtes plus du matin, n’hésitez pas à vous lever plus tôt pour travailler temps que vous avez l’esprit frais !

Dans quel état d’esprit étiez vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?
J’étais en compétition avec ceux que je ne connaissais pas parce que je voulais réussir, bien sûr, mais avec mes amis il n’y avait pas d’esprit de compétition. Je voulais qu’on réussisse tous ensemble.

J’ai toujours eu un esprit de compétition parce que mes parents m’ont éduqué ainsi, il fallait que je sois la meilleure d’entre toutes, sauf envers mes amis. Si je pouvais les aider je le faisais avec joie. De toute façon, quiconque me demandait mon aide la recevait, que je connaisse cette personne ou non.
J’ai toujours aimé les gens, même si j’étais en compétition avec eux. Ce n’était pas les traiter comme des ennemis qui allait me faire avoir mon concours de toute façon.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?
Primante j’étais un peu des deux, mais doublante, j’étais très stressée. C’était ma dernière chance et je ne devais pas la rater, surtout que mon année de primante n’avait pas été fameuse. Alors à la deuxième partie du concours, j’étais ultra stressée, je n’avais pas le droit à l’erreur.

J’ai souvent craqué à quelques semaines et jours du concours lorsque j’avais l’impression que plus rien ne rentrait ou que je n’arrivais pas à faire des QCM. Il m’ait même arrivé de fondre en larmes pour des raisons complètements idiotes tellement j’avais la pression.

Quelle attitude aviez vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?
Lorsque j’étais en amphi, j’étais avec des amis et comme j’étais doublante, je connaissais déjà un peu les cours donc j’étais assez dispersée. Afin de corriger cela, j’ai décidé d’aller travailler en salle de travail avec ma tablette et de regarder les cours les écouteurs dans les oreilles pour ne plus être dérangée et rester concentrée.

Je dois avouer que je les regardais légèrement en accéléré pour augmenter le débit de parole souvent lent des professeurs, ce qui me faisait voir 4h de cours en 3h ! (Nous avions des poly donc on pouvait suivre assez aisément)

Comment preniez vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?
Les cours à Montpellier sont disponibles en polycopié. Lorsque des profs rajoutaient des trucs à l’oral, je prenais des notes sur mon poly. S’il n’y avait pas de poly, je prenais à l’ordinateur, puis j’imprimais le tout. Je ne peux travailler que sur du papier.

Vous serviez vous des annales pour réviser ?
Oui ! J’ai fait et refait les annales des concours précédents et ça m’a beaucoup aidé à trouver le style de QCMs que posaient les profs. Pour moi, faire des annales reste très important, car ce sont les seuls QCMs posés par les profs.

Comment était organisée votre journée ?
Pendant mon année de doublante, je faisais :

8h-11h : Cours
11h-12h : QCMs sur des cours de la veille ou relecture du cours de ce matin
12h-13h : Déjeuner
13h-17h : Révisions du premier cours
17h-20h : Révisions du deuxième cours

Comme j’avais prépa certains jours, je regardais les cours l’aprem et je décalais mes révisions. Je ne suis allée que rarement au tutorat, je préférais faire les séances seules, vérifier dans la correction si j’avais juste, et si je ne comprenais pas j’allais demander à un tuteur.

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?
Il faut croire en vous, c’est le plus important. Si vous partez avec en tête « je n’y arriverai jamais », c’est mal parti… Il faut de la motivation, et du soutien aussi, c’était très important pour moi.
Il ne faut pas oublier que vous travaillez pour vous même, pas pour vos parents ou vos amis ou autre. C’est seulement vous qui est maître de votre réussite !

Fixer vous des objectifs, les plus hauts possibles. On me disait toujours « Il faut toujours faire plus pour avoir moins », et donc pour minimiser ce moins, je travaillais d’arrache pied !
Si médecine, dentaire, sage femme ou pharma est votre rêve, alors faîtes tout pour l’avoir, et ne baissez pas les bras. Et surtout, si vous commencez à craquer, n’hésitez pas à en parler à vos parents, à vos amis, à la psy de la fac… Ils comprendront et vous soutiendront.

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?
Un travail soutenu et sans relâche, malgré quelques moments d’égarements, mais aussi une bonne organisation de mes révisions même si sur la fin j’étais paniquée de ne pas connaître assez mes cours.
Il n’y a pas de secrets, pour réussir il faut travailler.

(Doublant uniquement) Qu’est ce qui a contribué selon vous, à votre redoublement ? Quels enseignements en avez-vous tiré pour in fine, réussir ?
A Montpellier, nous avons le droit de redoubler quelque soit notre classement, et tant mieux car le mien en primante n’était pas génial ! Cela m’a fait comprendre que ma méthode de travail n’était vraiment pas adapté et que je me reposais trop sur mes lauriers car je savais que j’avais cette deuxième chance si j’échouais.
Je pense qu’il me fallait aussi ce stress d’échec définitif si jamais je ne réussissais pas ma deuxième carte.

Pour terminer, comment avez vous trouvé cette première année des études de santé ?
Pour être honnête, ma deuxième année de PACES est sans doute l’une de mes meilleures années d’étude. Je me suis battue contre moi-même, j’ai rencontré des gens géniaux, j’ai beaucoup mûri, et je ne pensais être aussi heureuse de voir mon nom dans la liste des reçus.

La PACES m’a aussi permis de refaire mon opinion sur les études de santé. Au départ, je voulais aller en médecine, puis au fur et à mesure que j’en apprenais plus sur cette filière, j’en étais moins tenté, et au final mon premier choix était dentaire et je l’ai eu.

En bref, c’était une année géniale, très dure mais qui m’a permis de me remettre en question, de voir jusqu’où était mes limites, et d’adopter une vraie méthode de travail. Je ne la regrette pour rien au monde !

Peut-être est-ce parce que je suis reçue, mais je pense qu’il faut arrêter de dire « c’est impossible de réussir le concours ». Non, ce n’est pas impossible. Si on s’en donne les moyens, rien n’est impossible 🙂 Il suffit de croire en soi et en ses capacités !

Que pensez vous du site www.reussirmapaces.fr ?
Ce site est très motivant. Lire les témoignages des autres était inspirant, il m’a redonné confiance en moi et je suis sûre qu’il aidera tous les futurs PACES !

21