Actuellement, dans quelle filière êtes-vous et en quelle année ?
Médecine 3ème année

Quelle fac, quelle année, quel numerus clausus ?
Nancy, 2010-2011, 306

Votre bac ? Votre spécialité ? Votre mention ?
Bac S, spé Maths, mention Bien

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?
Primante

Quel(s) concours avez vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?
Médecine, 48ème

Votre niveau au lycée ? Etiez vous assidu ou dilettante ?
Bonne élève, travailleuse mais pas première de la classe

Lors de votre PACES, habitiez vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?
Seule en studio

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?
10 min

Avez vous trouvé vos repères facilement à la fac ?
Au début, j’avais un peu de mal mais je m’y suis vite retrouvée. En même temps, je faisais beaucoup les mêmes chemins pour ne pas me perdre !

Avez vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?
Absolument pas ! J’ai profité de mes vacances sans modération ! Je n’ai ouvert aucun bouquin !

Pratiquiez vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?
Les trajets fac-appart me suffisaient amplement !

Aviez vous des loisirs ? Des sorties ?
Peu de loisirs, aucune sortie. De temps en temps une soirée au ciné et un week-end chez mes parents, mais rien de plus.

Aviez vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?
Mon père est médecin et ma soeur aînée, interne.

Combien d’heures de sommeil aviez vous par nuit ?
Peu au premier semestre, environ 7h par nuit au deuxième semestre. Mais il aurait fallu que je dorme plus au premier semestre. Le sommeil, c’est la clef.

Combien d’heures travailliez vous par jour ?
7h les jours où j’avais cours le matin et TP l’après-midi, 10h les autres jours et le week-end, mon temps de travail avoisinait les 16h de travail. J’ai tenu comme ça un semestre et le deuxième, j’ai levé le pied.

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?(Soyez le plus précis)
J’apprenais par coeur, certes, mais jamais au mot près. Je travaillais avec des fiches, pas pour tout, mais pour pas mal de choses. Il était vital que je comprenne ce que j’étais en train d’apprendre, sinon, ça ne rentrait pas. Je lisais mon cours, le surlignais et ensuite je me le racontais, comme un prof. C’était comme ça que je retenais: je devais être capable d’expliquer ce que je venais d’apprendre et pas seulement de le réciter.

Faisiez vous des fiches ? Si oui comment ?
Oh oui, des fiches par dizaines: des fiches pour les schémas, pour la chimie organique, pour la biologie cellulaire… Des fiches de mots-clés essentiellement, j’adaptais la quantité à mettre sur la fiche en fonction du sujet. En règle générale, je mettais un mot ou une phrase qui me permettait de me souvenir du paragraphe correspondant dans le cours. Ainsi, pendant les révisions (ou juste avant les épreuves), je relisais quelques mots et tout me revenait en mémoire.

Avez vous travaillé seul(e) ? En groupe ?
Toujours seule.

Travailliez vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?
Toujours chez moi, jamais à la BU car je parlais à haute-voix pour retenir mes cours.

Etiez vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?
J’ai fait les colles du tutorat et suis allée en prépa privée. L’avantage de la prépa privée, c’est le suivi. Ça me boostait d’avoir quelqu’un sur le dos et d’avoir des comptes à rendre. J’aimais avoir des échéances et me dire: « pour lundi, telle matière doit être finie pour la colle » etc.
Il faut choisir l’aide adaptée à son mode de fonctionnement. Moi c’était les classements et les corrections: voir mon classement en prépa me boostait ou me confortait dans ma méthode de travail. Et les corrections m’aidaient beaucoup (quand elles étaient bien faites), je retenais beaucoup à l’aide des corrections.

Etiez vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?
Assez bien mais jamais dans les 10 premiers ! Mon classement au concours était meilleur qu’en prépa ou qu’au tutorat et je suis passée devant pas mal de gens qui étaient bien mieux classés que moi aux concours blancs. Il faut s’y fier, mais pas trop. Entre le concours et les colles, il y a quand même une différence: tout le monde ne gère pas son stress de la même manière une fois au concours qu’aux colles, les questions sont parfois différemment posées, etc.

Aviez du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez vous ?
Oui, du retard, j’en avais. J’étais stressée à l’idée de ne jamais pouvoir le rattraper. Je le rattrapais le samedi matin et les jours fériés. Il y a certains cours que j’ai vu uniquement quelques jours avant le concours. Mais ils représentaient une minorité, et je comptais sur ma mémoire à court terme.

Quel était votre rythme de travail ?
6h30: réveil
8h: fac
12h: resto u
13h – 23h: travail
pour les journées où je n’avais ni prépa, ni TP. Dans ces cas-là, je bossais entre midi et 14h, puis le soir et parfois le matin avant d’aller à la fac.

Dans quel état d’esprit étiez vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?
Mon état d’esprit était plutôt: « tout savoir sur le bout des doigts ». Je ne pensais jamais aux autres: « qui savait mieux que moi », « qui apprenait mieux que moi »… Je savais que si je réussissais à tout savoir (ce qui est impossible!), j’avais une chance de réussir. Donc je me focalisais uniquement sur mon travail. J’aidais volontiers mes amies et les aidais à compléter leurs cours, et je n’ai jamais pensé à tout garder pour moi.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?
Plutôt stressée ! La peur du retard et la peur d’oublier de ce j’apprenais.

Quelle attitude aviez vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?
Très concentrée. Je n’enregistrais rien pour ne pas être tentée de décrocher. Je restais concentrée pour tout noter.

Comment preniez vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?
Tout sur papier et à la plume. Je prenais les diapositives en photo pour les coupes etc mais jamais de Dictaphone ( du moins pas en première année).

Vous serviez vous des annales pour réviser ?
Beaucoup. J’en ai fait des tonnes. Ça m’aidait à retenir et à appliquer ce que j’avais appris.

Comment était organisée votre journée ?
Lever, fac, travail, dodo, etc.
Les seules pauses de la journée étaient les pauses repas.

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?
La clef de la PACES reste la MOTIVATION. Sinon, tout deviendra insurmontable et inhumain: la quantité de travail paraitra abominable, le manque de loisirs deviendra une torture et le travail en lui-même: un supplice. Et vous décrocherez et ce sera une année de perdue.
C’est une année difficile, mais le jeu en vaut la chandelle. Si la motivation est là, rien ne paraitra insurmontable et le reste suivra: le travail et l’organisation. Une motivation solide assure un travail régulier et soutenu, qui sera efficace si une bonne organisation du temps gère vos journées.
La PACES est faisable, mais il faut le vouloir.

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?
J’ai beaucoup travaillé. Je n’avais pas de mémoire absolue, je n’avais pas la science infuse, mais je savais qu’il fallait que je travaille, c’est tout. Alors pendant 9 mois, j’ai tout mis de côté, et je n’ai fait que ça. Travailler.

Pour terminer, comment avez vous trouvé cette première année des études de santé ?
Difficile, mais je ne regrette rien. Elle m’a mise à rude épreuve mais elle m’a appris à travailler et elle m’a montré mes limites (à la fatigue, au travail, à la solitude, etc).

Que pensez vous du site www.reussirmapaces.fr ?
Excellente idée. Je ne le connaissais pas lorsque j’étais en PACES, mais si j’avais eu autant d’infos, pas mal de choses auraient été plus simples !

4