Actuellement, dans quelle filière êtes-vous et en quelle année ?
Dentaire 2ème année

Quelle fac, quelle année, quel numerus clausus ?
Rennes, 2012-2013, 45 pour dentaire

Votre bac ? Votre spécialité ? Votre mention ?
Bac S, spécialité physique-chimie, mention Bien

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?
Doublante

Quel(s) concours avez vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?
Dentaire : 38ème

Votre niveau au lycée ? Etiez vous assidu ou dilettante ?
dilettante

Lors de votre PACES, habitiez vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?
Toute seule en appartement

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?
15 minutes en y allant lentement

Avez vous trouvé vos repères facilement à la fac ?
Durant mon année primante, j’ai eu un temps d’adaptation assez long qui m’a fait prendre beaucoup de retard, il suffit de très peu de temps pour prendre du retard et ne plus s’en sortir.

Avez vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?
Après le bac, non je n’ai pas travaillé mes cours PACES, juste une petite pré-rentrée avec une prépa privée quelques jours avant la rentrée de la fac, a posteriori je me dit que ça ne m’a absolument rien apportée.

Entre mes deux premières années, j’ai rangée et relu quelques cours. C’était plus pour ma conscience que je faisais ça.

Pratiquiez vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?
Je n’ai pratiqué aucune activité physique en PACES, mais je marchais très souvent, notamment pour aller à la fac, je prenais les escaliers pour remonter chez moi, etc… ce genre de petites activités rapides tout au long de la journée.

Je ne ressentais pas le besoin de faire un « vrai sport », mais si vous en avez besoin faites le, accordez vous un peu de temps.

Aviez vous des loisirs ? Des sorties ?
Dans mon appartement je n’avais ni internet, ni la télévision de peur de craquer. Donc quand j’avais besoin de m’aérer, je sortais marcher 1h dans la ville le soir après avoir fini la journée de travail, si possible avec quelqu’un, sinon on a tendance à sombrer dans nos pensées sur les cours et à se les réciter.

Aviez vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?
Il n’y a pas de médecins, pharmaciens, ou dentistes dans ma famille. À vrai dire je suis la seule de toute ma famille (y compris les cousins, etc…) à avoir passée un bac S et à avoir fait des études après le bac.

Combien d’heures de sommeil aviez vous par nuit ?
Le sommeil était variable en fonction de mes besoins, mais globalement je dormais 8h chaque nuit.

Combien d’heures travailliez vous par jour ?
En semaine, quand je n’avais pas mes conférences à la prépa (qui duraient 3h en moyenne), je me fixait comme objectif de travailler 9h. Souvent je n’atteignais pas les 9h de travail car je n’arrivais plus à me concentrer et j’étais fatiguée, dans ces cas là il ne faut surtout pas continuer à bosser, ça n’apporte rien, on ne mémorise plus, on perd une occasion de s’endormir, et le lendemain matin on est fatigué, on arrive pas à bien écouter en cours et le reste de la journée on ne travaille pas bien.

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?(Soyez le plus précis)
Je dirais que dans les détails on a chacun une méthode personnelle mais j’ai remarquée qu’à chaque fois la base est la même, je vais vous détailler tout ça.
Cette base c’est la répétition, il faut sans cesse relire ses cours, sans cesse.

Personnellement j’utilisais un agenda (peu de personnes le font à la fac, mais pour moi c’était indispensable), je numérotais les cours que je venais d’avoir, les notaient dans l’agenda pour deux jours « de semaine » plus tard (ex : on est lundi, je viens d’avoir mon premier cours d’histo de l’année, je note HISTO 001 sur le cours et sur mon agenda au jour mercredi).

Si j’avais eu ce cours le vendredi, alors j’aurais écrit HISTO 001 sur le mardi d’après (car le week- end c’est une autres organisation et je ne les comptent pas comme des « jour de semaine » comme écrit plus tôt).

Je fais ça dès que je rentre de cours (pour ne pas oublier, mais au bout d’un moment ça devient automatique).
Et après je me met à bosser mes cours de la journée. Une fois que j’ai fini les cours du jour, je regarde dans mon agenda et me met à apprendre les cours noté pour ce jour là.
Cette technique permet de revoir régulièrement mes cours équitablement.

Mais j’ai oublié de vous donner un autre détail (qui n’en est pas vraiment un) :
Imaginons que j’ai eu mon cours d’histo du lundi, je l’ai noté pour le mercredi, mais je vais aussi le noter sur le mercredi de la semaine suivante, puis deux semaines plus tard, puis encore deux semaines plus tard, puis 3 semaines plus tard, puis encore 3 semaines plus tard, puis 4, puis 4, etc …, jusqu’aux révisions.

Maintenant les week-end : les week-end sont consacrés aux cours de la semaine, c’est vraiment très très important pour la mémorisation, je vous assure.
Pour avoir une répartition plus homogène, le samedi je m’occupais du lundi, mardi et mercredi.
Le dimanche je faisais les cours du jeudi et du vendredi. (parce que le dimanche j’étais un peu plus lente et que j’aimais bien me lever un peu plus tard).

Les week-end sont importants car ils me permettaient de chercher dans les livres, ou dans d’autres documents des informations et explications sur les cours de la semaine.
Il est très important de comprendre ce cours pour la mémorisation. Cherchez le week-end, en semaine vous n’aurez pas le temps de le faire.

Cette méthode laisse peu de place au hasard et est relativement rébarbative (c’est sûr). Mais vraiment je peux vous assurer que rapidement je connaissais les moindres petits détails de mes cours.

Il était important pour moi de m’imposer une telle rigueur car je n’avais pas développée de méthode de travail au lycée, je ne travaillais pas vraiment (30min max par jours) et m’en sortais malgré tout.
Et je sais qu’on est nombreux dans ce cas là.

Faisiez vous des fiches ? Si oui comment ?
Je faisais effectivement des fiches.

On m’avait conseillée d’écrire les plans des chapitres et de réciter les parties en étant juste face à mon plan.
Mais pour moi c’était un peu trop violent et ça me tentait pas du tout.

Du coup je notais les élément que je n’arrivait pas à retenir de mes chapitres sur mes fiches (sans faire de plans) et je lisais les fiches du chapitre avant de bosser le chapitre.
Mais c’était assez léger, à peu près 1 fiche ou deux (type bristol) donc c’est un petit format.
Ne vous mettez pas à réécrire vos chapitres dans vos fiches, ça serait une incroyable perte de temps.

Lorsque je n’arrivais pas à atteindre les 9h de travail par jour, j’essayais de relire mes fiches faites la journée, ça me prenait 10 minutes et ça vous rappelle globalement ce que vous avez fait ce jour là.

Avez vous travaillé seul(e) ? En groupe ?
Je travaillais seule chez moi, travailler à la BU me mettais la pression, je ne supportais pas de voir les autres travailler et être concentrés, j’avais l’impression qu’ils étaient forcément plus forts que moi, alors que ça ne veut rien dire du tout, beaucoup de personnes font semblant.

Mais par contre j’étais avec une douzaine de personnes en cours, c’était très pratique pour réserver les places en amphi et ça m’a permis de créer de belles amitiés.

Travailliez vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?
Je travaillais chez moi.

Etiez vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?
J’étais dans une prépa privée très connue, et je récupérais les conférences de la fac via mes amies, on s’échangeais nos QCM comme des cartes pokémon.

J’avais 2 conférences de 3h chaque semaine en moyenne (sans compter les concours blancs, etc…), ce qui est extrêmement lourd et stressant.

Personnellement, même si c’était véritablement épuisant, j’avais besoin d’avoir ce rythme soutenu pour ne pas me relâcher.

Je sais que ce que je vais dire va embêter pas mal de personne venant se renseigner sur le sujet, mais vraiment, ça dépend de vous, de votre capacité à travailler, ça dépend aussi de votre méthode de travail (si vous en avez une depuis le lycée ou pas), de votre assiduité, et autres points essentiels.

J’avais cherchée sur internet aussi quand j’étais au lycée, je me demandais si il fallait mieux que j’aille en prépa ou pas.
Mais au final, c’est à vous de voir. (et un peu vos parents aussi, parce que le prix n’est pas négligeable, venant d’une famille avec peu de moyens je comprend)

Ceci dit, les conférences du tutorat sont vraiment bien maintenant (il y a 2-3 ans ça n’était pas le cas dans ma fac, car le tutorat était une nouveauté), et sont gratuites !

Etiez vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?
J’étais très très bien classée dans ma prépa (5ème en dentaire, 11ème sur 450 en biocell, histo et embryo, etc …), ce qui était pour moi essentiel pour garder le moral et pour préserver ma motivation.
Je pense que c’était assez représentatif de la fac (en terme de proportions), sauf qu’au lieu d’être 450 on était 1400 au concours …

Aviez du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez vous ?
Toute l’année c’est la lutte permanente pour rester à peu près à jour.
Lorsque j’avais du retard j’organisais par ordre d’importance des chapitres (en fonction des coefficients au concours, du niveau général des étudiants dans ces matières, etc… )

Quel était votre rythme de travail ?
Globalement il me semble que j’étais à 1 chapitre par heure ou fini en 45 min.
Si le chapitre était « nouveau » je mettais plus de temps qu’un chapitre que j’ai déjà appris 4 ou 5 fois.

Dans quel état d’esprit étiez vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?
J’essayais de toujours dépasser mes limites (tout en me préservant), vous verrez c’est un équilibre qu’il faut garder tout au long de l’année.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?
Très stressée !!
En novembre je n’ai pas réussie à dormir plus de 3h par nuits pendant 2 semaines, je n’en pouvais plus, j’ai du prendre des médicaments pour réussir à dormir, parce que sinon j’allais devenir folle.

Pendant les révisions j’avais des courbatures dans tout le dos, impossible de m’étirer sans rester bloquée.

Mais j’ai toujours été un peu stressée pour rien. (même si la PACES, ça n’est pas rien)

Quelle attitude aviez vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?
Au premier semestre, j’étais globalement concentrée, mais je parlais tout de même beaucoup avec ma voisine.

Au second semestre, on parlait tout le temps.
Mais je vous assure qu’on a toutes les deux été très bien classées. (elle est passée en médecine du premier coup sans redoubler)
Le fait de parler en cours était pour nous un moment de détente, car le reste de la journée, on rentrait chez nous et on travaillait très dur.

Comment preniez vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?
Je prenais mes cours sur ordinateur, sans dictaphone, je pense que le dictaphone n’a aucun intérêt, c’est une perte de temps, si il vous manque des informations demandez à quelqu’un (personne ne vous dira « c’est un concours tant pis pour toi »), et si personne n’a pu vous donner cette partie du cours, alors laissez tombez.

Il est plus rentable d’apprendre son cours par cœur en ayant deux ou trois détails manquant, plutôt que de passer son après midi à écouter votre dictaphone (sans au final apprendre votre cours).

Par contre il était pratique quelques fois de prendre des diapos en photos avec le téléphone (mais ça restait relativement rare malgré tout).

Vous serviez vous des annales pour réviser ?
Je faisais les annales uniquement pendant les révisions, le mieux est de faire quelques QCM d’annales après vos chapitre (ne serait-ce qu’une dizaine de questions).

Comment était organisée votre journée ?
8h-12h : cours à la fac
12h-12h45 : je rentre, je mange
12h45 : je note mes cours dans mon agenda, puis je travail mes cours du jour, puis ceux notés dans l’agenda.
Dès que je n’arrivait plus à me concentrer j’allais dehors un quart d’heure ou je prenais un thé, il est inutile de travailler sans concentration, c’est une véritable torture en plus.
Vers 18h30 : je mange
19h : retour au bureau
22h30 : je range mes cours, et vais me coucher.

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?
Écoutez vos besoins, ne travaillez pas trop (enfin, par rapport au lycée, vous travaillerez beaucoup plus), mais si vous n’arrivez plus à travaillez, que vous saturez complètement, alors détendez vous, appelez des amis, regardez un film, quand vous commencerez à culpabiliser et à penser de nouveau à vos cours, c’est qu’il sera temps de retourner travailler.

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?
Prendre le temps de se détendre quand on en ressent le besoin, je vous assure que c’est nécessaire, j’en parlait justement avec une amie qui passe en M2 (sans avoir redoublée), et elle pense comme moi, que les personnes travaillant sans cesse, sans se détendre, sont moins bien classés que nous (et c’est vrai).

Quand vous travaillez, soyez ultra-concentrés, mais dès que vous n’arrivez plus à vous concentrer, alors allez vous détendre 15min puis revenez travailler. (je le faisais très régulièrement tout au long de la journée).

(Doublant uniquement) Qu’est ce qui a contribué selon vous, à votre redoublement ?Quels enseignements en avez-vous tiré pour in fine, réussir ?
J’ai redoublé car je ne savais pas me détendre, je voulais travailler plus que les autres, sauf que rapidement vous ferrez un burn-out et n’arriverez plus à travailler, vous n’aurez plus de plaisir à apprendre vos cours.

Gardez toujours en tête que c’est une compétition sur les connaissances et non pas sur les heures assis derrière un bureau.

Pour terminer, comment avez vous trouvé cette première année des études de santé ?
Mon année primante a été pour moi une véritable torture, car je n’avais aucun plaisir à apprendre mes cours.

Par contre mon année de doublement s’est très bien passée pour moi, mes cours étaient devenus une véritable passion (sauf certains comme la pharmaco, les maths et la physique, mais bon il faut tout de même les apprendre)

Que pensez vous du site www.reussirmapaces.fr ?
Je pense que ça peut rassurer beaucoup de personnes (notamment moi il y a deux ans), de voir des témoignages, des cas qui vous ressemblent, des personnes auxquelles vous pouvez vous identifier et qui ont réussies.

8