Actuellement, dans quelle filière êtes-vous et en quelle année ?
Dentaire 2ème année

Quelle fac, quelle année, quel numerus clausus ?
Toulouse Purpan, 2015-2016, 80 en médecine et 25 en dentaire

Votre bac ? Votre spécialité ? Votre mention ?
S, Sciences de l’Ingénieur, Mention Assez Bien

Obtention de la PACES en primant(e), doublant(e) ou triplant(e) ?
Doublant

Quel(s) concours avez-vous passé ? Votre classement dans les différentes filières ?
Médecine 109ème, Dentaire 71ème

Votre niveau au lycée ? Etiez-vous assidu ou dilettante ?
Dilettant

Lors de votre PACES, habitiez-vous chez vos parents ? Tout(e) seul(e) ? En colocation ?
Seul

Quelle était la durée de votre trajet fac – habitation ?
25min en métro, 20min en vélo

Avez-vous trouvé vos repères facilement à la fac ?
Non, je ne suis pas du tout du coin à la base, et le fait de se mettre tout de suite au travail n’aide pas vraiment à lever les yeux pour observer où l’on se trouve. Le campus de Paul Sab est assez grand, mais les P1 ont leurs cours côté hôpital, loin de la BU Sciences, ce qui n’aide pas à se repérer.

De plus, j’ai emménagé en centre-ville (François Verdier), alors j’y ai vraiment passé le minimum de temps possible.
À vrai dire, à part savoir où vous avez les cours et les ED (Enseignements Dirigés), vous n’avez en aucun cas besoin de tout savoir sur le campus qui vous entoure !

Avez-vous travaillé les cours l’été avant votre rentrée en PACES ? Pourquoi ?
En primant, pas du tout ! À vrai dire, je n’ai pu bénéficier d’aucune chaîne d’information, donc je n’ai eu aucune mise en garde, aucun conseil avant d’entrer en P1. Je dois dire qu de toute façon, bosser les cours à l’avance au lieu de profiter des vacances est une perte de temps et peut même participer à la baisse de morale que vous aurez vers la fin de l’année civile (November sydrom… !).

En doublant, j’ai réorganisé mon bureau et bien rangé mes cours avant partir en vacances. Pas de travail pendant la mise au repos du cerveau. Cependant, c’est toujours intéressant de remettre le circuit neuronal en chauffe quelques jours avant la rentrée. Pour ce faire, vous avez la pré-rentrée, organisée par le Tutorat ou dans des organismes privés. Je la conseille vivement, cela vous permet de vous mettre en condition et d’être déjà prêt pour la rentrée.

Pratiquiez-vous une activité physique en PACES ? Si oui, combien de temps/fois par jour/semaine ?
En primant, je m’organisais pour disposer de mon dimanche. Ainsi, tous les dimanches à 10h, je faisais mon footing. À vrai dire, vous vous rendrez compte que vous n’aurez pas réellement le luxe de pouvoir faire plus que ça en terme de fréquence…
En doublant, j’ai changé de stratégie et ai décidé de mêler l’utile à l’agréable. Je me suis donc payé un de ces vieux vélos et j’ai fait toute l’année l’aller-retour à la fac, ce qui faisait 2*20mins par jour.

D’une pierre deux coups, je faisais mon sport journalier, et en plus j’arrivais réveillé et tout à fait disposé à suivre un cours, ce qui constitue un réel avantage sur vos camarades qui viennent en métro et qui arrivent encore à moitié endormis !
Tout ça pour dire, si vous n’arrivez pas à faire du sport à côté, trouvez un moyen d’en faire sans que ça n’occupe une plage horaire entière. Faire le trajet à la fac à vélo, c’est l’une des choses que j’aurai adoré penser à faire dès mon primanat !

Aviez-vous des loisirs ? Des sorties ?
J’ai passé mes deux P1 sans bosser le dimanche (hors périodes de révision). Ainsi, je me faisais quelques fois un resto, un cinoche. Que les choses soient claires, abandonnez tout de suite l’idée d’aller vous mettre mal à la soirée de votre pote de l’IUT !
Si vous sortez, vous rentrez avant minuit, et sobre ! Vous verrez vite que le champ des possibilités est assez réduit si tout votre entourage s’est accoutumé à la vraie bonne vie étudiante !

Aviez-vous dans votre famille des médecins, dentistes ou pharmaciens ?
Absolutely not !

Combien d’heures de sommeil aviez-vous par nuit ?
Le sommeil, c’est la clé ! Entre travailler deux heures de plus entre 20h et 22h, et lire un bouquin de 20h à 21h, et dormir ensuite, vous verrez très nettement la différence le lendemain ! Votre mère ne vous a-t-elle jamais dit que les heures avant minuit comptent double ?!
On en reparle plus bas, mais misez sur la qualité de travail plutôt que sur la quantité.
Du coup, pour répondre, je me couchais vers 22h et me levais vers 6h30, ça fait donc entre 8h et 9h de sommeil si mes maths sont encore bonnes !

Combien d’heures travailliez-vous par jour ?
J’avais mes cours magistraux (CM) le matin de 8h à 12h. Je m’y rendais même en doublant, parce que selon moi écouter le prof en étant concentré, avec le cours déjà écrit sous les yeux, et plus qu’à stabiloter les points sur lesquels il/elle insiste, c’est une bonne grosse partie du travail.

Ensuite, je misais toujours sur un bon repas qui donne des forces. Adieu les plats pré-cuisinés achetés au supermarché, c’est mauvais pour la santé et en plus ça n’a même pas de goût ! Je prenais le temps de rentrer (20mins), cuisiner (15mins), manger devant un épisode de série (45mins), et me rendais à la BU la plus proche, c’est-à-dire celle des allées Jules Guesde, me concernant (10mins).
Ainsi, je reprenais le boulot entre 13h30 et 14h (plutôt 14h pour être honnête), et je restais non-stop jusqu’à 19h, voire 20h, suivant les horaires de fermeture.
Si on compte bien, ça fait entre 5h et 6h hors CM, et entre 9h et 10h CM inclus.

Si on revient un peu sur mon primanat, j’avais fait l’erreur de m’inscrire à toutes les matières dans une prépa, ce qui me prenait les 4/5èmes de ma journée. Dans cette configuration, je n’avais que très peu de temps pour le travail personnel et l’entraînement. Personnellement, je déconseille formellement de faire cela. L’entraînement se fait seul, et il est d’autant plus efficace s’il est fait avec des QCMs posés directement par les professeurs de votre fac, c’est à dire les banques d’annales, les ED, et les QCMs d’entraînement quand il y en a.

Quelle était votre méthode de travail pour l’apprentissage ?(Soyez le plus précis)
En primant, j’étais noyé dans un retard monstre. J’avais mis un mois pour me sortir les doigts du “hum”, et un deuxième pour trouver une réelle méthode de travail. Je n’avais pas repris les cours d’un ancien élève (ce que je conseillerais de faire maintenant), donc j’attendais gentiment les cours de la prépa, et là encore je n’avais pas réellement le temps de les bosser.

J’ai donc misé sur une bonne écoute en cours, autant en CM qu’à la prépa, mais je n’étais clairement pas préparé à toute la partie calculs du programme et les pièges répétitifs qui tombaient dans certaines matières. J’ai surtout misé sur une bonne compréhension, parce que, têtu comme je suis, je refusais d’apprendre quelque chose sans le comprendre au préalable. Cette technique m’a quand même fait faire pas mal d’impasses, ce qui est impensable si vous voulez réussir dans une fac à 9-10% de réussite !

En doublant, j’avais compris mes erreurs, et j’avais déjà un an d’expérience. Sans me reposer sur mes acquis, j’ai passé mes matinées à écouter en cours, et mes journées à m’entraîner directement sur les annales et les QCMs d’entraînement. À ce stade, il n’y a même pas de relecture ou de réécriture de cours à faire, j’ai directement pu passer mes journées à m’entraîner en “mode concours”.

Pour moi, voici mes trois plus grandes erreurs en primant que je vous conseille de prendre au sérieux :
1) Avoir pris trop de cours dans un organisme privé auquel je ne correspondais pas (les cours collectifs, l’encadrement style lycée, c’est pas mon truc).
2) Ne pas avoir eu assez d’heures de travail personnel, et n’avoir découvert les annales que trop tard (en période de révision, et encore…).

3) Ne pas avoir racheté ses cours à un étudiant qui avait réussi. Pourtant des tas de petites annonces existent sur LBC et même sur les panneaux d’affichage du RU et à l’administration. Si vous en avez pour moins de 1000€ et que tout y est et de bonne qualité, franchement ça vaut largement le coup.

Enfin, gardez à l’esprit que tous les cours du matin doivent avoir été bossés l’après-midi même. Ainsi, vous êtes tout à fait à jour, et vous profiterez de votre week-end pour revoir les cours les plus difficiles de la semaine.

Faisiez-vous des fiches ? Si oui comment ?
Très peu. Le principe d’une fiche, c’est d’essayer de faire rentre l’essentiel dans un recto. Malheureusement en P1, l’essentiel ne suffit pas. Néanmoins, vous avez les fiches tableau qui peuvent être très utiles. Pour cela, je vous renvoie au livre de P.-A. Domicile qui m’a pas mal aidé.
De plus, faire une fiche ça prend du temps, vous feriez donc mieux d’être sûr avant d’en faire une.

Ce que je faisais parfois, c’est une fiche sommaire, quand une matière ou un chapitre était présenté sans sommaire. Ça n’avait pas d’utilité directe, et je n’y consacrais que très très peu de temps. Il s’agissait de regrouper les principaux axes du cours sur un recto, afin de pouvoir prendre un peu de distance sur le cours en cours !

Ça m’aidait, parce que des fois on vous apprend des trucs qui sont sans queue ni tête, et là vous vous dites : “Nan mais où veut-il en venir en fait…!”.

Avez-vous travaillé seul(e) ? En groupe ?
Toujours seul. Je ne jugerai pas le travail de groupe, je dirais que c’est suivant la configuration dans laquelle vous vous trouvez.
Si vous vous connaissez comme ayant quelques difficultés de motivation, mais que vous bossez dès que vous voyez votre voisin le faire, alors ça peut être bon pour vous.
Je vous laisse lire les autres témoignages concernant le travail de groupe.

Concernant le travail solo, je dirais personnellement que j’ai toujours avancé plus vite seul qu’accompagné. C’est lié à mon histoire, mais disons que j’étais tellement speed et ça se bousculait tellement dans ma tête que les gens autour de moi n’avaient pas vraiment envie de m’approcher. Et puis à vrai dire, je n’avais pas fait l’effort de sympathiser, parce que je me suis dit dès le départ que, de toute façon, je n’étais pas là pour ça.
C’est pas très humain tout ça, mais vous verrez par vous-même… On est déjà très content à Toulouse de n’avoir que très peu d’histoires de fausses informations relayées, de crasses en tous genres, de vols de cours… Pour le reste, c’est à voir avec vous-même, votre personnalité, et surtout celle des autres à qui vous vous adresserez.

Travailliez-vous à la bibliothèque de votre université ou chez vous ?
Toujours à la BU. Chez moi il y a trop de distractions. Si j’étais resté chez moi, j’aurais préféré faire le ménage tous les jours que bosser des cours auxquels je ne comprenais pas grand chose. Mais bon, un appartement trop propre, c’est jamais bon !

Concernant les BU, certaines ont des horaires plus intéressants que d’autres, au-delà d’un simple problème de proximité. De plus, certaines sont vraiment limitées en places, alors tenez compte des heures d’affluence et prenez soin d’arriver avant, dans la mesure de ce qui est faisable.

Etiez-vous au tutorat de votre fac ou dans une prépa privée ? Pourquoi ? Que recommandez vous ?
J’étais dans une prépa privée. Maintenant, avec le recul, je me rends compte que l’investissement la première année ne valait pas le coup. Par contre, le formule spéciale doublants durant ma deuxième tentative était vraiment super.
En deux mots, il s’agit de séances de QCMs le samedi matin, sans relecture de cours, de manière commentée, et on revient sur les calculs compliqués, ou les notions les plus complexes. C’est une séance par semaine qui booste le travail et permet de vraiment se rendre compte d’où on en est sur les cours de la semaine.
C’est possible de s’y inscrire en primant, mais au cas par cas, alors n’hésitez pas à demander, ça ne coûte rien de se renseigner !

Concernant le Tutorat Associatif Toulousain (TAT), je les remercie beaucoup pour l’organisation des colles auxquelles j’allais, des concours blancs, et des autres évènements durant l’année. Cette association est vraiment au top, rien à redire !

Etiez-vous bien classé aux colles du tutorat et/ou de la prépa privée ?
En primant, je les faisais assez régulièrement, je me disais que c’est le seul entraînement que je pouvais avoir étant donné ma charge de travail. Mon classement n’était jamais bon, je répondais trop, même quand je ne savais pas, alors que vous choppez des points négatifs si vous vous trompez !

Au final, ça finissait par me démoraliser, alors j’ai décidé d’arrêter en doublant, et de me concentrer sur mes propres auto-évaluations.

Cependant, c’est toujours très important de se mettre régulièrement en situation concours, car là il y a plus que simplement savoir son cours, c’est aussi savoir répondre dans un temps imparti. N’hésitez pas à vous entraîner, mais c’est vrai que si vous n’avez pas énormément de méthode, le TAT et/ou les organismes privés sauront vous aider !

Aviez-vous du retard dans vos cours ? Si oui, comment le gériez-vous ?
En primant, c’est même pas la peine d’en parler ! J’ai loupé mon premier semestre. Après, ça allait mieux au deuxième. Au final, j’ai sauté les cours que j’avais en retard pour pouvoir recommencer sur les cours du moment, et conserver le rythme. J’ai revu les cours que j’ai sauté en début de période de révision, ce qui m’a fait perdre une semaine…

En doublant, j’avais plutôt de l’avance ! C’est tout à fait normal, voire souhaitable en doublant. Les premiers cours sont faciles pour vous, alors profitez de finir de bosser tôt (17h30-18h) pour lire les cours qui vous seront dispensés le lendemain. Vous verrez, ça vous rappellera de bons souvenirs !! Conservez cette avance jusqu’à mi-octobre, et après vous verrez que vous serez à jour le reste de l’année, contrairement à ces chers primants qui seront totalement perdus !

Quel était votre rythme de travail ?
Comme énoncé plus tôt, en doublant c’était :
– CM de 8h à 12h
– Travail perso de 14h à 20h
– Les ED quand il y en a (ne pas sauter les ED, c’est très important dans la dynamique de l’apprentissage).
Le tout 5j/7. Le samedi, c’était la formule doublants à la prépa le matin, puis l’aprem je revoyais les cours les plus difficiles de la semaine, et parfois je me faisais une ou deux épreuves blanches en conditions.
Le dimanche, c’était repos, ménage, et coups de téléphone à la famille pour garder le contact et se faire plaindre comme il faut !

Dans quel état d’esprit étiez-vous pour réussir ? Esprit compétition ? Altruiste ?
Ni l’un, ni l’autre, j’étais plutôt neutre. J’explique. Je n’ai mis de bâtons dans les roues de personne. En retour, je ne posais de questions à personne, et je m’attendais à ce qu’on ne m’en pose aucune. Bien sûr, quand on m’en a posé, j’ai répondu sans dire d’âneries !
En doublant, on était un peu plus soudés, je m’étais donc fait quelques amies et on n’hésitait pas à jouer franc jeu entre nous.

Au final, j’étais profondément solitaire dans ma vie de tous les jours et, pour moi, ce n’était pas plus mal.

Vous étiez plutôt stressé(e) ou plutôt décontracté(e) ?
En primant, stressé, c’est sûr.
En doublant, pas tant que ça. Je préférais me dire que je savais ce que je faisais, tout en continuant de le faire, plutôt que me dire “oh mon dieu si jamais j’ai rien j’aurais passé deux années de m**de pour rien”.
Adoptez le stress positif, c’est-à-dire regarder les autres bosser pour se motiver à bosser autant, voire plus !
Le stress négatif cherchera à vous déstabiliser, et si vous n’y êtes pas sensible de nature, ça fera +1 point pour vous le jour des partiels !

Quelle attitude aviez-vous en cours théorique ? Concentré(e) ou dispersé(e) ?
En primant je prenais toutes les notes, donc on ne peut plus concentré.
En doublant, un peu plus dispersé au début (les cours étaient faciles), et vers la fin de l’année (un peu marre du rythme, et hâte d’en finir).
Sinon, tout le reste du temps, c’était boulot, boulot, boulot !

Comment preniez-vous vos cours ? Sur ordinateur ? Sur papier ? Avec un dictaphone ?
Ça dépendait beaucoup des matières en primant (allez prendre les maths sur Word, qu’on rigole un peu !).
En doublant, je n’hésitais pas à reprendre certains cours à la main, même si je les avais déjà en polys archi-complets. C’était une manière de commencer à me les mettre en tête dès le matin.

Vous serviez-vous des annales pour réviser ?
Au risque de me répéter :
En primant trop peu, et en doublant juste ce qu’il faut. Faites-les plusieurs fois avec quelques semaines d’intervalle, vous verrez que ça s’oublie assez vite, malheureusement…!

Comment était organisée votre journée ?
J’ai déjà répondu un peu plus haut…

Quels seraient vos conseils pour les futurs étudiant(e)s en PACES ?
Organisez tout ce qui peut l’être avant la rentrée. Les premières semaines sont importantes. Si vous accumulez du retard, vous devrez pédaler trois fois plus vite pour le même résultat si vous vous en sortez bien.
Si vous avez l’occasion de racheter des cours complets (c’est encore mieux si vous connaissez la personne), foncez !
Avant la rentrée, armez vous de stabilos (cinq à six couleurs différentes), et faites des réserves, ça évitera de tomber en panne !

Si vous jouez la carte de la solidarité, attention à ne pas vous faire prendre pour un(e) con(ne) ! Chacun doit faire sa part, sinon ça ne peut pas fonctionner.
Essayez quand même de vous dire que vous vivrez cette année relativement seul(e), et peut-être au sein d’une famille qui ne comprendra pas vraiment votre rythme. C’est pas très amusant, mais ça évitera les mauvaises surprises.

Entraînez vous au maximum, suivez la méthode des doublants, c’est pas pour rien qu’ils opèrent tous un peu de la même manière !
Si vous avez des petits soucis de maths, n’hésitez pas à prendre un cours en prépa uniquement pour l’UE 4, ça vaut mieux que totalement laisser tomber. Et concernant l’analyse, entraînez vous toutes les semaines un petit peu, même si ce n’est qu’un chapitre du programme.

Qu’est ce qui vous a fait réussir selon vous, par rapport aux autres étudiants ?
Il y a certaines matières dans lesquelles presque tout le monde fait un score moyen. Il y en a d’autres où vous avez de quoi faire la différence. Généralement, il s’agit de matières à petit coefficient, ou de cours que tous les étudiants oublient parce que trop ch**nts à réviser !

Surtout ne lâchez rien, parce que bien bosser ses cours ce n’est que 50% du boulot. Le moral, l’hygiène de vie, la préparation aux épreuves, la santé générale, le sport, s’aérer l’esprit, le sommeil, toutes ces choses constituent les 50% restants.
Si vous savez où vous allez, que vous êtes motivé par un projet professionnel, que vous vous entraînez comme il faut et que vous conservez votre rythme, tout se passera pour le mieux. Pour le reste, je ne vous cache pas que la chance a son rôle à jouer…

(Doublant uniquement) Qu’est ce qui a contribué selon vous, à votre redoublement ? Quels enseignements en avez-vous tiré pour in fine, réussir ?
Ma fainéantise de lycéen a pourri mes deux premiers mois en primant. J’ai passé mon deuxième semestre sans pression à préparer mon doublanat.
La P1 n’est pas une année scolaire, c’est un mode de vie. Donnez vous à fond, ne vous leurrez pas, n’écoutez surtout pas les autres, soyez confiants sur votre manière de faire. Fixez vous de petits objectifs réguliers, comme avec une to-do list, ou d’autres mécanismes, et vous verrez que vous accomplirez de grandes choses finalement.

Ne doutez pas de vous, mais remettez vous quand même en question de temps à autres. Arrivez avec une méthode infaillible, et suivez-la aussi longtemps que vous pourrez.
Passez quand même au moins 6h d’affilée au cours de la semaine à vous aérer l’esprit dans un resto, au cinoche, au cours d’une ballade en vélo, que sais-je !

Pour terminer, comment avez-vous trouvé cette première année des études de santé ?
Des cours passionnants malgré une boucherie pédagogique avec, bien trop souvent, des profs qui s’en foutent et ne compatissent même pas. Le côté concours gâche la fête, mais bon il faut ce qu’il faut. Donnez-vous à fond, et prenez le temps d’analyser vos résultats.
Au pire, vous aurez passé une année à apprendre comment votre corps fonctionne, et ça, c’est très précieux dans la vie de tous les jours. C’est un apprentissage nécessaire selon moi. Si en plus de ça vous avez été assez bon pour prétendre à une place en deuxième année, alors quoi de mieux !

Si les chances de réussir la P1 étaient du même ordre que celles de gagner au loto, n’oubliez pas que 100% des gagnants ont tenté leur chance et ont persévéré jusqu’au bout !

Que pensez-vous du site www.reussirmapaces.fr ?
Il m’a beaucoup servi en primant pour me rassurer, ainsi que le livre “Je vais vous apprendre à réussir la PACES”. (Petit point négatif, le livre donne des conseils sur le plan national, alors que chaque fac à ses spécificités.) C’est déjà très bien, mais n’hésitez pas à demander conseils autour de vous à des gens issu de votre université, voire de votre fac.

Personnellement, je souhaite apporter les conseils que j’aurais souhaité obtenir en primant, je vous laisse pour ça mes coordonnées :
abos.pro@hotmail.com
N’hésitez pas, et je profite de ce dernier champ pour vous souhaiter beaucoup de courage, de persévérance. Tenez le coup, parce que vous serez tellement fier de vous quand vous aurez réussi, et votre famille… N’en parlons même pas, leurs pieds ne toucheront même plus le sol !

12