Annie a eu l’occasion et le plaisir de rencontrer Claire, étudiante en médecine, qui accepté de répondre à quelques questions sur les études en médecine, sa galère, ses exams et les préjugés du monde des étudiants en PACES. Voici ses réponses !

1 – Pourrais-tu stp nous en dire plus sur ta situation actuelle ?
Je suis en étudiante en 5e année, je passe en 6e année de médecine. Pour l’instant je ne me suis pas spécialisée, je ferai mon choix en fin de 6e année, mais je compte m’orienter vers la psychiatrie.

2 – Selon toi et ce que tu as pu observer parmi ton entourage, est-il vrai que les concours pour poursuivre ses études en médecine ne sont pas évidents à obtenir ?
Le concours de première année est très difficile, car il y a très peu de places et la quantité de choses à apprendre est astronomique. Par contre contrairement à ce que l’on entend souvent, ce n’est pas du tout « après la première année c’est facile », ce concours ouvre uniquement les portes à des années d’études qui sont tout aussi compliquées par la suite.

3 – Comment expliquerais-tu le taux d’abandon ou de réorientation assez élevé après deux années d’études en médecine ?
Tout d’abord, ce que l’on nous demande d’apprendre pour le concours de première année n’a rien à voir avec ce que l’on fait en médecine ensuite, donc certains peuvent être surpris et se rendre compte que ça ne leur plaît pas du tout, surtout que l’on est très jeune. Ensuite, le rythme est très soutenu, on sacrifie une partie de sa vie privée pour ça, avec peu de reconnaissance, il faut bien le dire, sur le plan financier.
Pour info, un étudiant en médecine travaille à l’hôpital à partir de la 4e année, il touche 100 euros par mois en 4e année, 200 en 5e année, et 250 euros par mois en 6e année, avec 30 euros par garde pouvant aller jusqu’à 14 heures d’affilée de nuit… Et puis enfin, ce sont des études extrêmement traumatisantes pour l’estime de soi et le moral en général.

4 – Comment qualifierais-tu tes années d’études Claire ?
Une fois pas deux. J’ai vraiment choisi un métier, pas des études.
J’irai même jusqu’à dire que je n’aime pas du tout mes études. Je suis parfois rabaissée par certains chefs, je fais des stages dans des spécialités qui ne m’intéressent pas du tout parfois, je dois souvent travailler très tard , j’ai peu de vacances, et je gagne trop peu d’argent pour commencer à construire une vie indépendante de mes parents.

5 – Passons aux préjugés ! Est-il vrai que les profs de PACES sont horribles ?
Je pense surtout que ce sont des personnes qui en ont bavé pendant leurs études comme nous tous, et qui sont très exigeantes avec elles-mêmes, et donc avec les autres. Avec leurs patients, ce sont souvent des médecins attentifs et très doués, mais avec les étudiants ça peut parfois être des rois de l’humiliation…
Il y a comme une sorte de « tradition » de compagnonnage, qui veut que les chefs en fassent baver aux internes, qui en font à leur tour baver aux externes, etc., etc. Cela tend un peu à s’améliorer tout de même.
Comme expérience personnelle, je me souviens d’un prof qui entrait dans l’amphi de 1 500 personnes en disant « je ne vous dirai pas bonjour, pour l’instant vous n’êtes rien ».

6 – Est-il vrai que les étudiants en médecine ne dorment que très peu et ne sortent quasiment pas, autrement dit, boulot boulot boulot ?
Oui et non. On travaille beaucoup c’est vrai. Après on est aussi les rois de la fête, c’est bien connu, et là-dessus ce n’est pas une légende. Et puis on a tellement besoin d’être reconnus en médecine, que je sais que certains gonflent un peu le côté travailleur, en disant partout qu’ils ne dorment pas, ne sortent pas, mais il faut se méfier des gens qui disent ce genre de chose. On a le droit de faire médecine et de dormir, d’avoir une vie sociale !

7 – Quels sont les préjugés qui t’énervent le plus ?!
« On fait médecine pour l’argent, les médecins sont des gros égoïstes qui partent tous les week-ends sur le yacht à Ibiza ». Si on fait médecine pour l’argent, on arrête rapidement. Quelle personne cupide accepterait de travailler plus de 12 heures par jour pour 200 euros par mois à BAC+6 ?
C’est vrai que les médecins gagnent bien leur vie par la suite, mais ils ont fait plus de 10 ans d’études, ils ont beaucoup de responsabilités (la vie des êtres humains c’est pas une mince affaire), et ce n’est pas non plus le salaire d’un ministre ou d’un joueur de foot. Et puis on a le droit de vouloir être à l’aise financièrement, ce n’est pas un crime.
En France c’est un tabou, mais moi j’ai toujours voulu bien gagner ma vie, pas à n’importe quel prix certes, mais j’estime que si je fais des années d’études et que j’exerce consciencieusement mon travail, je n’ai pas à m’excuser d’avoir un bon salaire, ce n’est pas de l’argent volé.

8 – Penses-tu que les séries US telles que Grey’s anatomy, Scrubs, (ou encore l’ancien Urgences) etc. reflètent bien le quotidien dans le monde de la médecine ?
Pas du tout, mais c’est très drôle =) Ce sont des séries pas des documentaires, donc bien sûr qu’ils sont obligés de créer des histoires d’amour à tout va, des parties de jambes en l’air dans les salles de garde, etc.
Mais au final on les voit très peu exercer la médecine dans ce genre de séries, ou alors sur des cas extrêmement rares, et c’est bien normal, personne ne voudrait regarder une série qui parle du quotidien d’un hôpital avec des arcades recousues, des poches d’urine à changer ou des hémorroïdes à soigner. C’est comme pour les séries policières, on ne voit que les serial killers, pas les cambriolages de maison, les infractions au stationnement ou ivresses sur la voie publique.

9 – Pourrais-tu nous éclairer un petit peu sur le vocabulaire employé en PACES ? bizut, carré, etc.
Un bizut est un étudiant qui passe le concours de PACES pour la première fois. Un carré est quelqu’un qui redouble.

10 – Que penses-tu des iecn ? Es-tu plutôt papier ou numérique ?
Moi je suis plutôt papier parce que je suis nulle avec une tablette, et que pour l’instant il y a beaucoup de couacs. Après c’est normal que ça évolue, il y a de plus en plus d’étudiants, ça simplifie la correction et le classement.

11 – Quelle est ta technique pour rester motivée et bien réviser avant un exam ?
Je pense à la psychiatrie, la spécialité que je veux choisir, et à la vie que j’aurai ensuite. Je fais des fiches et je me ménage du temps pour ma famille, mon compagnon et mes amis, pour ne pas sombrer. Et puis j’essaye de me dire que je ferai de mon mieux et qu’on verra bien ce que ça donne =)

12 – Conseillerais-tu une prépa à ceux qui entendent s’engager dans de telles études ? Pourquoi ?
Je suis contre les prépas, je n’en ai jamais faite. Je comprends les étudiants qui font cette démarche, mais je vomis les gens qui offrent ce genre de services. Cela s’appelle vendre du vent selon moi. Dans ma fac il y a ce que l’on appelle le tutorat, il est très performant et au niveau des statistiques, il supplante largement les organismes privés, sauf qu’il coûte 20 euros par an seulement…
Les prépas privées sont hors de prix, et pas du tout adaptées puisqu’elles ne sont pas soutenues par les professeurs qui rédigent le concours final.

Après si vraiment vous avez beaucoup d’argent ça peut toujours être une aide supplémentaire, mais pour moi la base de la réussite en PACES c’est la régularité et l’entraînement. Apprenez les cours du matin le jour même, faites des fiches, refaites les annales et les ED des profs, c’est ça qui paye.

13 – Si tu avais quelques mots à dire aux étudiants qui s’apprêtent à entamer des études en médecine ou qui hésitent à le faire, quels seraient-ils ?
Renseignez-vous bien sur deux choses :
1) Les études. Et pas seulement sur la première année, recueillez des avis d’étudiants de tous niveaux, pour être sûrs que vous êtes prêts à vous engager là dedans.
2) Le métier. Parlez-en à votre médecin, on fantasme souvent ce métier, il faut vraiment savoir ce que c’est que d’être médecin de nos jours. Aimez-vous ce métier au point de supporter les études qui y mènent ?

14 – Comment vois-tu ton avenir ?
Je suis toujours confiante de nature. J’ai hâte de commencer mon internat. Et sur le plan personnel, j’ai hâte de construire ma vie avec mon compagnon. Il n’y a pas que la médecine dans la vie 😉

Interview menée par Annie de Docs.school
Docs.school est un site sur lequel les étudiants publient et consultent tout type de documents académiques (études, rapports, mémoires, dissertations, etc.)

6